ADP et Vinci Airports accélèrent leur redressement mais restent loin de 2019

Les deux champions aéroportuaires français, le groupe ADP et Vinci Airports, retrouvent peu à peu de l'activité, bien aidés par une fin d'année dynamique et surtout leur dimension internationale. Leurs réseaux de concessions à l'étranger se sont parfois montrés plus actifs que les plateformes hexagonales.

5 mn

Malgré la reprise, Roissy a récupéré à peine plus d'un tiers de son activité d'avant la crise.
Malgré la reprise, Roissy a récupéré à peine plus d'un tiers de son activité d'avant la crise. (Crédits : Jouanneaux - Groupe ADP)

Une équipe est parfois plus performante à l'extérieur qu'à domicile. Si la métaphore sportive s'arrête là, force est de constater que la reprise du trafic du groupe ADP et de Vinci Airports en 2021 s'est largement appuyée sur leurs concessions internationales respectives. Un apport bienvenu alors que les aéroports nationaux restent fortement impactés par la crise du transport aérien.

Le groupe Aéroports de Paris a retrouvé un trafic de 160 millions de passagers l'an dernier. C'est une croissance de plus de 37 % par rapport à 2020, soit un gain de plus de 43 millions de passagers en un an. Malgré tout, cela représente toujours moins de la moitié de l'activité de 2019, 46 % pour être précis.

De son côté, Vinci Airports a accueilli environ 86 millions de passagers, ce qui représente une augmentation de 12 % par rapport à 2020. En dépit de cette croissance, l'opérateur aéroportuaire marque quelque peu le pas par rapport à son concurrent et ne récupère qu'un tiers de son activité de 2019.

Lire aussi 9 mnADP prépare la réouverture totale des aéroports parisiens d'ici à 2023

La France en retrait

Dans le détail, la situation est plus contrastée selon les plateformes. Sur 160 millions de passagers accueillis par le groupe ADP, à peine plus du quart l'a été en France. Avec près de 27 % de croissance par rapport à 2020, et 9 millions de passagers retrouvés, les deux plateformes parisiennes n'ont pas démérité. Rien que pour le mois de décembre, elles ont accueilli 3 millions de voyageurs de plus qu'en 2020 en dépit d'une 5e vague déjà bien présente. Elles ont ainsi atteint un total de 42 millions de passagers.

A ce jeu, Orly s'est montré plus dynamique que Roissy. L'aéroport du sud parisien a accueilli près de 16 millions de passagers, soit une croissance de 46 %, tandis que celui du nord de la capitale a pris en charge 26 millions de voyageurs, pour une croissance de 18 %. Une différence qui se retrouve dans la répartition de la croissance entre les différents segments : le domestique et l'européen, qui représente l'essentiel du trafic d'Orly, ont crû respectivement de 27 et 35 %, quand le long-courrier est resté à 18,5 %.

Malgré ce retour de la croissance, les deux aéroports parisiens n'ont récupéré que 39 % de leur trafic de 2019. C'est 7 points de moins que la moyenne du groupe. Si Orly a retrouvé près de la moitié de son activité nominale, Roissy dépasse à peine le tiers.

Les aéroports français de Vinci Airport, dont les principaux représentants sont Lyon et Nantes, sont à peu près sur la même trajectoire. Si les volumes n'ont pas été communiqués, la dizaine de plateformes hexagonales a vu l'an dernier son trafic croître de 28 % par rapport à 2020. Pour autant, il reste inférieur de 59 % à celui de 2019. Si c'est un peu mieux que la moyenne du groupe, cela reste encore très bas.

Lire aussi 3 mnVinci Airports relance le projet d'une nouvelle piste à Londres-Gatwick

De fortes variations selon les régions

Pour le groupe ADP, le contraste avec les aéroports hors de France est assez frappant. Le gestionnaire aéroportuaire turc TAV Airports, détenu à 46,4 % par le groupe français, a cumulé un trafic de 52 millions de passagers sur l'année. C'est une envolée de 77 % par rapport à 2020. Surtout, TAV retrouve plus de 55 % de son activité d'avant la crise. Le groupe indien GMR, détenu à 49 % par ADP depuis l'été 2020, a lui aussi repassé la barre de 50 millions de passagers avec une croissance 24 % en un an. Il a également récupéré près de la moitié de son trafic de 2019.

Du côté de Vinci Airport, les tendances sont plus difficiles à dégager. Les aéroports du Portugal et Santiago du Chili, deux des principales concessions de Vinci Airports. Elles sont à peu près sur les mêmes bases que la France aidées par une fin d'année dynamique. L'activité des dix aéroports portugais a été tirée par les liaisons européennes pour croître de 39 %, tandis que le Chili a pu compter sur ses liaisons domestiques en attendant la réouverture de ses frontières pour assurer une hausse de 17 % par rapport à 2020. Pour autant, les deux concessions restent loin de leur niveau de 2019, respectivement à 58 et 59 %.

Bien plus dynamiques, les concessions américaine, dominicaine ou serbe sont en reprise rapide avec des progressions dépassant les 70 %. La reprise est également forte au Brésil (+ 42 %). Elles ont ainsi toutes récupéré entre la moitié et les trois quarts de leur activité de 2019. Si les Etats-Unis et le Brésil ont bénéficié du rétablissement rapide des trajets domestiques, ou régionaux pour la Serbie, la République dominicaine illustre le dynamisme du voyage touristique dès que les contraintes sanitaires le permettent.

A l'inverse, au Royaume-Uni, les importantes restrictions de voyage et le Brexit ont fortement impacté Londres-Gatwick. Le trafic est même encore en baisse de 28 % par rapport à 2020, malgré une reprise en fin d'année. Par rapport à 2019, c'est une dégringolade de 84 %. Les aéroports japonais - encore fermés au trafic international - sont exactement sur la même trajectoire, à quelques points près.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/01/2022 à 1:50
Signaler
Qui veut résilier le contrat de concession de l’aéroport Saint-Exupéry? Avant la crise liée à cette pandémie, la perte d'emplois est déjà flagrante. Pendant la crise, j'en parle même pas! C'est carrément indécent et clairement contraire au contrat de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.