Air France et le SNPL Air France trouvent un accord sur Transavia

 |   |  466  mots
Pour que cet accord soit signé, reste à obtenir l'accord de la direction de Transavia et du SNPL Transavia. Pas forcément gagné s'agissant du syndicat de pilotes qui s'élève depuis des années contre l'ingérence du SNPL Air France dans les affaires de Transavia et n'a pas été associé aux négociations.
Pour que cet accord soit signé, reste à obtenir l'accord de la direction de Transavia et du SNPL Transavia. Pas forcément gagné s'agissant du syndicat de pilotes qui s'élève depuis des années contre l'ingérence du SNPL Air France dans les affaires de Transavia et n'a pas été associé aux négociations. (Crédits : reuters.com)
La direction d'Air France et le SNPL Air France ont trouvé un accord sur la hausse de rémunération des copilotes d'Air France détachés chez Transavia. En contrepartie, ont été actées des mesures permettant à la filiale low-cost d'Air France d'améliorer sa performance. Reste à avoir la signature de Transavia et du SNPL Transavia.

Vers la fin du malaise chez Transavia, la filiale à bas coûts d'Air France ? On n'en est pas encore là, mais les choses avancent. Du moins du côté d'Air France. Alors que la tension était à son comble en fin d'année dernière avec, sur fond de divergences entre les bureaux du SNPL d'Air France et de Transavia, la demande des copilotes d'Air France détachés chez Transavia d'être rémunérés de manière équivalente à celle des copilotes d'A320 d'Air France, ce dossier explosif, qui avait provoqué une grève pendant les fêtes de Noël, a franchi une étape très importante.

Hausse de rémunération

Deux des quatre acteurs majeurs de ce dossier, le SNPL Air France et la direction d'Air France, ont signé hier un accord actant une hausse de rémunération des copilotes de Transavia pour les aligner sur ceux d'Air France sur A320. La hausse de rémunération s'élèverait pour certains copilotes à 36%.

Un surcoût pour la compagnie de près de 8 millions d'euros, selon nos informations, qui serait compensé, selon Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL Air France, par plusieurs mesures destinées à améliorer la performance de la compagnie. Des accords de partage de codes sur des lignes de Transavia sont notamment prévus, ainsi qu'un accord sur le programme de fidélisation d'Air France, permettant aux clients d'utiliser des miles sur Transavia.

Censé s'arrêter fin mai, l'accord sur les lignes pouvant être desservies par les deux compagnies (Pairs-Vérone, Paris-Amsterdam et Lyon-Turin) a été prolongé et Paris-Beyrouth pourrait être ajoutée. Par ailleurs, la possibilité pour les copilotes détachés de rester chez Transavia au-delà de 4 ans permettra d'économiser des qualifications sur A320.

Que fera le SNPL Transavia?

Pour autant, pour que cet accord soit signé, il faut qu'il obtienne l'accord de la direction de Transavia et de celui du SNPL Transavia. Ce qui n'est pas forcément gagné concernant ce dernier. Lui, qui s'élève depuis des années contre l'ingérence du SNPL Air France dans les affaires de Transavia, n'a pas été associé aux négociations.

En décembre, le bureau Transavia avait dénoncé l'avenant n°14 de l'accord collectif pilotes chez Transavia. Ce dernier concrétisait, au sein de la filiale low-cost, les conditions de détachement des pilotes d'Air France définies dans un accord quadripartite signé par les directions d'Air France et de Transavia et les bureaux Air France et Transavia du SNPL en décembre 2014. Dans un tract, le SNPL Transavia estimait que "les pilotes de Transavia continuaient à subir les conséquences des iniquités générées par la signature de ces accords".

Lire ici : Le SNPL demande une hausse des salaires des pilotes de 13%

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2017 à 12:27 :
Trop facilee de se mettre d'accord sur le dos des autres !!! Transavia DOIT exiger de sortir de la dépendance envers le SNPL d'Air France... Les copilotes d'AF sont payés par AF, sous contrat AF, aux tarifs AF : ils doivent donc travailler pour Air France !! Le détachement chez Transavia ne doit servir QUE le temps de pallier à un surrefectif chez AF.... mais ils doivent être amené à rentrer au bercail, et céder les postes chez Transavia au personnel Transavia !!!
a écrit le 24/03/2017 à 12:21 :
De son côté, le SNPL Transavia doit exiger l'indépendance de Transavia vis-à-vis d'AF !
Que le développement de Transavia ne soit pas lié à un quelconque accord du SNPL d'Air France, que les pilotes d'Air France, détachés chez Transavia, retourne chez Air France dès qu' un besoin se fait sentir DANS L'INTERET DE LA COMPAGNIE ! S'ils sont payés au tarif Air France, ils doit être rentabilisés sur les vols Air France !
Rappel au SNPL Air France : Transavia est censée être une structure Low Cost !!!! Elle ne peut fonctionner avec les salaires Air France ! Le SNPL Air France a ensuite beau jeu de proclamer que Transavia peine à être rentable !!!
a écrit le 24/03/2017 à 12:12 :
Je propose au SNPL Transavia de conditionner son accord aux points suivant :
En contrepartie (de cette différence de rémunération entre pilotes occupant un même poste chez Transavia) :
1- le développement du nombre d'appareil chez Transavia ne sera plus conditionné à un accord du SNPL AF ni à l'accord de toute autre entité extérieure à Transavia;
2- le groupe AirFrance_KLM Transavia aura toute latitude pour rapatrier depuis Transavia, des PNT AF affectés sur des vols Transavia en fonction des seuls intérêts du groupe, et aura la possibilité de recruter des personnels chez Transavia,
3- les promotions au sein de Transavia ne seront plus ni réservées ni offerts prioritairement aux personnels AF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :