Air France-KLM veut muscler Transavia et participer à la consolidation du secteur low-cost

Air France-KLM vise, pour son pôle low-cost Transavia, une flotte d'une centaine d'avions d'ici à l'été 2019. Le groupe entend également jouer un rôle dans la consolidation du secteur aérien low-cost qu'il prévoit au cours des prochaines années.
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

La lenteur et l'inefficacité jusqu'ici des négociations entre Air France et ses pilotes sur de nouvelles mesures de productivité à mettre en place n'ont pas fait dévier la direction d'Air France-KLM dans sa volonté de se développer fortement dans le low-cost en Europe, un marché qui croît de 8% par an. A la fois en développant son pôle à bas coûts, Transavia, composé de deux entités, Transavia France et Transavia Holland, mais aussi en étant à l'affût de toute opportunité permettant à Air France-KLM de participer à la consolidation du marché low-cost européen que prévoit la direction au cours des prochaines années.

"4 ou 5 grandes compagnies low-cost à terme"

"En Europe, derrière les deux gros acteurs low-cost du secteur (Ryanair, Easyjet, Ndlr), il y a sept ou huit compagnies qui disposent d'une cinquantaine d'avions. C'est dans ce groupe de compagnies qu'un mouvement de consolidation devrait se déclencher", a expliqué le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, ce mercredi, lors de l'inauguration de la base opérationnelle de Munich de Transavia Holland, la première du groupe en dehors de ses deux marchés naturels, la France et des Pays-Bas.

Pour Alexandre de Juniac, participer à cette consolidation est "une priorité du groupe".

"Si la consolidation du groupe commence, il faut que l'on y soit", a-t-il dit à La Tribune.

"A terme, d'ici à quatre à cinq ans, il ne devrait rester que 4 ou 5 grandes compagnies à bas coûts européennes", a-t-il ajouté.

"Tout le monde s'attend à une vague de consolidation dans le secteur low-cost européen. Nous voulons contrôler notre futur et pouvoir jouer un rôle quand cette consolidation débutera. Dans un an ou deux ans peut être mais c'est difficile à prédire", a quant à lui déclaré Mattiis ten Brink, le directeur général de Transavia Holland.

Consolidation

De quelle manière ? "Toutes les possibilités sont sur la table, a répété deux fois Alexandre de Juniac, nous sommes très ouverts". Cela peut passer par des acquisitions ou des combinaisons d'actifs. L'an dernier, des rumeurs de presse avaient fait état de discussion avancées avec la compagnie hongroise Wizz Air.

S'il se réalise, le scénario d'Alexandre de Juniac promet de belles batailles capitalistiques. Outre Ryanair et Easyjet, et les trois filiales des trois géants Lufthansa, IAG et Air France-KLM (Eurowings, Transavia, Vueling), il reste encore dans le ciel européen de belles compagnies low-cost comme Norwegian, Wizz Air (aux carnets de commandes bien remplis) et encore 7 à 8 petites low-cost comme Volotea.

Reste à savoir qui dégainera le premier.

Doublement du trafic de Transavia d'ici à trois ans

A cet éventuel scénario de consolidation du secteur s'ajoutera le plan de croissance de Transavia. Air France-KLM table sur un doublement du trafic de Transavia au cours des trois prochaines années, à 20 millions de passagers.

Pour y parvenir, le groupe entend augmenter la flotte de son pôle low-cost pour la porter à une centaine d'avions d'ici à trois ans (contre 69 à l'été 2016), répartis à raison d'une quarantaine d'appareils aux Pays-Bas et autant (voire un peu plus) en France, tandis que le reste serait affecté sur les bases européennes.

Combien y en-aura-t-il dans trois ans ? Mystère. Alexandre de Juniac veut être pragmatique. Le groupe travaille sur de nouvelles opportunités ainsi que sur le développement de sa base de Munich qui, cinq jours seulement après le début des vols, affiche des résultats de trafic satisfaisants. Le 10.000e passager (en l'occurrence une passagère) a volé ce jeudi sur le vol Munich-Naples. Près de 200.000 réservations ont déjà été effectuées au cours des prochains mois malgré le déficit de notoriété dont souffre Transavia en Allemagne. De bonne augure pour atteindre l'objectif d'un million de passagers en 2016.

Orly bientôt saturé pour Transavia

Le profil recherché pour les prochaines bases est le même que celui de Munich : l'absence d'une base low-cost concurrente ( à la limite une seule), une grosse zone de chalandise, à fort pouvoir d'achat.

Reste à savoir qui de Transavia Holland ou de Transavia France va assurer cette croissance en Europe. Car si les pilotes de KLM ont signé avec la direction un accord permettant d'ouvrir des bases comme Munich, ceux du SNPL ne parviennent pas à s'entendre avec la direction. Résultat, sans accord, Transavia ne pourra pas se développer en Europe, mais aussi en province. Ceci alors que la croissance à Orly, un aéroport sur lequel Transavia est déjà la première low-cost, n'est pas extensible. D'ici à deux ans, Transavia n'aura plus d'opportunités de croissance à Orly en termes de créneaux horaires de décollage et de destinations.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 03/04/2016 à 22:22
Signaler
J'espère que la revente de Servair, c'est dans l'optique d'une croissance externe...

à écrit le 03/04/2016 à 12:57
Signaler
Toute annonce de vélléité d'achat faisant mécaniquement monter la valeur des proies potentielles, j'espère que si Mr De Juniac exprime publiquement une envie de croissance externe, c'est que le projet est déjà bien engagé !!!

à écrit le 03/04/2016 à 12:33
Signaler
Le groupe AirFrance-KLM a pris beaucoup de retard sur le marché du Lowcost, notamment comparé à Germanwings/Eurowings de LuftHansa, ou à Vueling d'IAG. Le groupe franco-neerlandais n'a plus le choix et doit mettre les bouchées doubles s'il ne veut p...

à écrit le 02/04/2016 à 23:13
Signaler
Chic ! Orly bientôt saturé... ça veut donc dire que Transavia va devoir accélérer son développement en province !! Lyon va commencer avec une nette accélération de son offre : pourvu que ça s'amplifie...

à écrit le 02/04/2016 à 19:24
Signaler
Le low fare c est simple! Le low Cost c est autre chose ! Sur le long courrier , un bas tarif est déjà proposé hors taxe en basse saison à 100 euros net a/r soit un chiffre d à faire de 8 euros l heure de vol. Aucune marge à espérer sauf à employer ...

à écrit le 01/04/2016 à 23:37
Signaler
Au SNPL de voir les choses en face : soit Transavia France participe à la création de nouvelles bases en Europe, et en tire avantage avec par exemple des lignes de ces bases vers la France par des PN français et les lignes ailleurs avec des contrats ...

à écrit le 31/03/2016 à 21:51
Signaler
En clair, Air France est prête à mettre de l'argent dans le low cost. S'il y a un accord avec le SNPL, ce sera des emplois pour notre pays. Sans accord, ils vont perdre le marché ou devoir acquérir une compagnie externe. Les syndicats sont toujours a...

le 01/04/2016 à 13:28
Signaler
Sauf que Mr DE JUNIAC veut développer Transavia Europe = pas de pilotes français, emplois délocalisés hors de France pour faire des vols de et vers la France, d'où la grève d'il y a 18 mois. C'est donc exactement le contraire de ce que vous espérez.....

le 02/04/2016 à 11:37
Signaler
en effet , vivement air - CGT ; mais dites voir ? pour quelle destination ? les pays communistes , aujourd'hui , c'a ne court plus les rues ...!

à écrit le 31/03/2016 à 20:51
Signaler
Enfin de bonnes nouvelles pour ce groupe ! WizzAir était (et reste) une bonne opportunité pour se développer vite et bien : et ce sera encore plus facile lorsque Transavia sera totalement indépendante de KLM ! Les pilotes AF peuvent y trouver un int...

le 31/03/2016 à 23:27
Signaler
Tout à fait d'accord sur Wizz Air, une compagnie avec une présence bien établie en Europe de l'Est. Mais le pouvoir d'achat à Budapest ou Sofia est bien inférieure à celui d'une Newcastle ou Florence. Il y a aussi Jet2 au RoyaumeUni et Air Berlin (pa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.