SNCF : la CGT-Cheminot "n'est pas rassurée" par son entrevue avec Borne

 |   |  2264  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Ils sont prêts à une grève dure: les syndicats de la SNCF, réunis depuis 17h mardi, doivent décider d'une riposte unitaire au gouvernement qui veut réformer le groupe public avec ordonnances et abandon du statut de cheminot.

>> Article du 27/02/2018 à 20h08 | Mise à jour le 01/03/2018 à 11h42

Dénonçant un "passage en force", la CGT-Cheminots, premier syndicat à la SNCF, envisage "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement". La CFDT (4e syndicat) propose une "grève reconductible à partir du 14 mars". L'Unsa (2e) opte aussi pour la grève. "Un mouvement dur", prévient SUD-Rail (3e).

La CGT participera aux réunions
de concertation "sans beaucoup d'illusions"

La CGT cheminots "n'est pas rassurée du tout" sur le projet de réforme de la SNCF, a déclaré jeudi son secrétaire général Laurent Brun, à la sortie d'une première réunion de concertation avec la ministre des Transports Elisabeth Borne. Il y a eu "beaucoup d'échanges mais pas beaucoup de marges de manœuvre", a-t-il relevé.

Laurent Brun a précisé avoir formulé à la ministre "un certain nombre de critiques" à l'égard du projet présenté lundi par le Premier ministre Édouard Philippe, qui prévoit notamment la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés, la transformation de la SNCF en société nationale à capitaux publics et de mener la réforme par ordonnances.

"Au-delà de la concertation, nous voulons de la négociation, nous n'avons pas eu gain de cause", a-t-il dit, en ajoutant que son syndicat remettrait "le 7 mars une proposition globale au ministère avec une analyse de la situation".

"Pour l'instant, la ministre n'a pas écarté nos craintes", a noté le syndicaliste.

Quant à l'alerte sociale, première étape du processus permettant d'appeler à la grève pour les cheminots, elle été déposée "ce (jeudi) matin" par les quatre syndicats représentatifs (CGT, Unsa, SUD rail et CFDT). Elisabeth Borne reçoit jeudi les principaux syndicats de la SNCF, y compris FO qui n'est pas représentatif.

Evoquant la manifestation nationale du 22 mars, la CGT a proposé "à toutes les organisations syndicales de faire un appel commun" à manifester, en rappelant que l'Unsa (2e syndicat) et SUD-Rail (3e) avaient déjà annoncé leur participation.

"Cette manifestation s'annonce énorme", a prédit Laurent Brun, confirmant que ce jour-là il n'y aurait "pas d'appel national à la grève".

Hamon prêt à descendre
dans la rue "pour le service public"

Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération.s, s'est dit jeudi prêt à descendre dans la rue pour défendre "le service public", affirmant que "le principal enjeu" de la réforme du rail est la question de l'avenir des territoires enclavés.

"On concentre cette réforme sur le statut des cheminots, je pense que le principal enjeu est ailleurs, il est en matière d'aménagement du territoire, abandonne-t-on des territoires déjà très enclavés ou pas ?", a déclaré M. Hamon sur Radio classique.

"Le service public doit s'attacher à assurer l'égalité d'accès des citoyens à un certain nombre de prestations, dont la possibilité de se déplacer d'un point à un autre, et c'est pour cela qu'a été faite la SNCF", a souligné l'ancien candidat socialiste à la présidentielle, pour qui "on peut s'attendre assez légitiment à ce que des gares et des lignes non rentables ferment".

"La réalité c'est qu'on va se concentrer sur les lignes les plus rentables, c'est-à-dire celles qui rapportent du cash et qu'on délaissera probablement progressivement, pour rester compétitifs, les lignes qui sont des lignes déficitaires".

A la question de savoir s'il était prêt à descendre dans la rue, M. Hamon a répondu: "pour le service public oui, pour les territoires aujourd'hui enclavés oui". "Parce que je trouve que c'est anormal qu'après les bureaux de poste, après les cabinets de santé, après les classes, ce soit les gares qui ferment", a-t-il développé, dénonçant "quelques chose d'incroyablement injuste et indifférent aux inégalités sociales".

"La réforme de la SNCF c'est la fin de cette France qui était reliée d'un point à un autre par les chemins de fer", a-t-il conclu.

Guillaume Pepy, le démineur

"Personne n'a intérêt à un conflit long qui affaiblirait le train au moment où il redécolle [...] ni le personnel, ni les syndicats, ni l'entreprise,ni le gouvernement", a dit à l'AFP le patron de la SNCF Guillaume Pepy.

Si la SNCF a présenté mardi de "bons résultats" pour 2017 -1,33 milliard d'euros de bénéfice net, gonflé par d'importantes déductions fiscales, avec une forte hausse de la fréquentation-, un conflit social long "casserait cette dynamique de conquête", a-t-il jugé.

Les quatre syndicats représentatifs se rencontrent au lendemain de l'annonce par le Premier ministre Édouard Philippe d'un recours possible aux ordonnances pour faire adopter "avant l'été" une réforme de la SNCF - dans "une situation alarmante" -, qui prévoit notamment la fin du statut de cheminot pour les nouvelles recrues.

Face à une "campagne mensongère" sur la SNCF, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, a promis une "réponse appropriée" des syndicats à cette "attaque gravissime". Le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun, prédit "l'un des plus importants mouvements sociaux de l'histoire de la SNCF". La CGT, rejointe par SUD-Rail et l'Unsa, avait déjà appelé les cheminots à manifester avec les fonctionnaires le 22 mars à Paris.

L'Unsa propose à l'intersyndicale une grève "avant le 22 mars". Ce "chantage à l'ordonnance" n'est "pas de nature à établir un débat serein", accuse SUD-Rail. Pour la CFDT, le gouvernement a "déjà pris" les décisions et "prive tous les acteurs de la concertation nécessaire" en annonçant des ordonnances.

Les syndicats "gonflés à bloc", selon Martinez

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a déclaré mercredi que le statut des cheminots n'était "pas négociable" et assuré que les syndicats étaient "gonflés à bloc" dans le bras de fer engagé avec le gouvernement sur la réforme du groupe ferroviaire.

"On est gonflés à bloc!", a-t-il assuré sur France 2, au lendemain de la décision des syndicats de la SNCF de donner une chance à la concertation avec le gouvernement, avant d'arrêter, le 15 mars, une éventuelle date de grève.

La cgt de philippe martinez veut mobiliser contre l'austerite

Pour lui, cette décision "n'est pas un signe de faiblesse des syndicats": "le gouvernement dit qu'il veut discuter, on va voir s'il veut réellement discuter". Soit la concertation "sera un dialogue", soit ce sera "un monologue" et "là, les cheminots se fâcheront". Selon Philippe Martinez, les syndicats ont décidé de prendre Emmanuel Macron "au mot" sur sa volonté de dialogue.

Mais la "réponse" des syndicats "sera à la hauteur de l'attaque" du gouvernement, a prévenu M. Martinez. Il a dit trouver "proprement scandaleux" le fait que l'exécutif laisse entendre qu'"un statut, c'est un privilège. Les cheminots ne sont pas des privilégiés", a-t-il insisté. Ce statut "n'est pas négociable", a-t-il ajouté.

"Qui peut me faire la démonstration -- je mets au défi le Premier ministre et je suis prêt à débattre avec lui -- que les problèmes de la SNCF, c'est le statut des cheminots", a relevé le leader syndical.

Philippe Martinez a rappelé qu'une "journée d'action", avec grèves et manifestations, était toujours prévue le 22 mars, en même temps que la fonction publique.

"Personne n'a intérêt à un mouvement dur" Élisabeth Borne

La ministre des Transports Élisabeth Borne a estimé mercredi que personne n'avait intérêt à une grève dure à la SNCF, répétant qu'elle privilégiait la concertation avec les syndicats, et que la loi remplacerait le contenu des ordonnances au fur et à mesure.

"Personne n'a intérêt à un mouvement dur à la SNCF. La méthode, c'est la concertation", a-t-elle martelé au micro d'Europe 1. "La concertation démarre", a indiqué Mme Borne, qui doit recevoir les syndicats de cheminots jeudi.

Sur la méthode, "il y a à la fois urgence à avancer, et en même temps, la volonté du gouvernement, c'est la concertation", a expliqué la ministre des Transports.

"Il va y avoir deux mois de concertation et trois mois de débat parlementaire", a-t-elle rappelé. "Les deux vont avancer parallèlement, et (...) à chaque fois que la concertation aura permis d'avancer sur un sujet, alors on mettra dans la loi les dispositions à la place des ordonnances."

Borne prone l'action face a une situation alarmante a la sncf

Elisabeth Borne voit trois thèmes à débattre : les conditions de l'ouverture à la concurrence -dont le calendrier et les garanties à apporter aux cheminots en cas de transfert à un concurrent-, l'organisation de la SNCF et le calendrier de l'arrêt du recrutement au statut de cheminot.

"On fait cette réforme pour un meilleur service ferroviaire parce qu'on a tous besoin d'un service public performant,  [...] pour avoir une SNCF plus efficace, moins cloisonnée, qui ait tous les atouts dans un secteur qui va s'ouvrir à la concurrence, et [...] pour avoir des cheminots bien préparés, bien formés aux métiers de demain", a-t-elle résumé.

"Les cheminots, ils savent aussi qu'il y a des choses qui doivent changer", a observé Mme Borne.

Concernant les bons résultats de la SNCF, qui a publié mardi un bénéfice net plus que doublé à 1,33 milliard d'euros, ils "ne règlent en rien les problèmes du secteur", a-t-elle observé, soulignant notamment le poids de la dette, qu'elle considère comme "une menace pour le service public ferroviaire".

"Je ne vais pas au conflit !" Édouard Philippe

Le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé lundi son intention de réformer la SNCF "avant l'été" avec des ordonnances et en supprimant le statut de cheminot pour les nouveaux embauchés.

"Je ne vais pas au conflit", a assuré le Premier ministre lundi.

"J'ai bien entendu" les syndicats "qui considéraient que le recours aux ordonnances, prévu par la Constitution, était un casus belli [...] Je dis simplement que nous devons avancer".

Autre "ligne rouge" franchie aux yeux des syndicats: la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés.

"Face à ses concurrents, la SNCF ne peut pas rester la seule à recruter au statut", a justifié Edouard Philippe, alors que le transport ferroviaire intérieur de voyageurs (TER, Intercités et TGV) doit être ouvert à la concurrence au plus tard fin 2023.

Philippe mu par le cauchemar de l'effondrement francais

Ce statut, qui offre entre autres garantie de l'emploi et augmentations de salaire automatiques, sera abandonné à partir d'"une date qui sera soumise à la concertation", a promis le Premier ministre.

Il y a de la "place (pour) la concertation [...] Je comprends l'inquiétude" des syndicats, a assuré mardi la ministre des Transports.

Une concertation sur différents pans de la réforme est prévue en mars et avril. Elle devra notamment "identifier" les contraintes des métiers du rail et préciser celles qui relèvent de la branche ferroviaire et "celles qui relèvent de choix de l'entreprise", selon Mme Borne, qui recevra jeudi les syndicats.

Vendredi, les syndicats avaient prévenu que s'il choisissait de passer par ordonnances, le gouvernement porterait "l'entière responsabilité d'un conflit majeur".

"Concertation oui, mais pas n'importe comment, pas sous la pression [...] On va se défendre", a averti Didier Aubert de la CFDT. Car "l'annonce de la fin du statut est vécue par les agents comme une vraie injustice", selon SUD-Rail.

L'inquiétude gagne aussi les maires des villes moyennes, qui redoutent une réduction "aussi brutale qu'inacceptable" des dessertes ferroviaires dans le cadre de cette réforme.

Les syndicats de la SNCF ont décidé mardi de donner une chance à la concertation avec le gouvernement sur son projet de réforme du groupe public, avant d'arrêter, le 15 mars, une éventuelle date de grève.

"Si le 15 (mars), nous constatons que le gouvernement est dans la logique d'un passage en force, c'est-à-dire qu'il maintient son projet en l'état, alors il y aura grève à la SNCF", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots (1er syndicat du groupe), à l'issue d'une réunion intersyndicale.

Concertation et un grève coûte que coûte le 22 mars

Laurent Brun a précisé que la manifestation prévue le 22 mars par la CGT, avec l'Unsa et SUD-Rail, était "maintenue". La CFDT décidera "la semaine prochaine" si elle les rejoint, a indiqué Olivier Boissou, l'un de ses représentants. SUD-Rail s'est dit "plutôt satisfait de la teneur des débats".

"On a convenu de se réunir après la présentation du projet de loi d'habilitation des ordonnances, qui devrait tomber le 14 mars", afin d'examiner "le contenu" de ce texte, a expliqué à l'AFP Roger Dillenseger de l'Unsa (2e syndicat).

"On a fait un travail entre organisations syndicales pour sortir une position unitaire responsable. On s'est engagé à entrer en concertation avec le ministère" des Transports, a-t-il ajouté.

laurent brun

Une concertation sur différents pans de la réforme est prévue en mars et avril par le gouvernement. Elle devra notamment "identifier" les contraintes des métiers du rail, selon la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui recevra jeudi les quatre syndicats représentatifs de la SNCF, lors de rendez-vous séparés.

"Nous avons constaté que toutes nos critiques sur le rapport Spinetta (publié le 15 février, ndlr) ont été balayées par le gouvernement, rien n'a été retenu. Si on est dans cette situation de dialogue-là, on n'est pas dans le dialogue, on est dans la confrontation et donc on assumera la confrontation", a prévenu Laurent Brun.

"Tant qu'on n'est pas dans une négociation des contenus, on est dans la confrontation", a-t-il insisté.

 (avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2018 à 10:36 :
La grève commencera à 20heures .Beaucoup d'usagers auront pris le train le matin ce qui est aussi irresponsable que de prendre l'autoroute avec 20centimetres de neige !voilà ce que je leur conseille bien que n'étant pas un TGV.(Très Gros Vicieux ).Restez le matin sous la couette et pour ceux qui le peuvent,faites des bébés .la natalité s'effondre et c'est une activité économique agréable .Ce conseil ne s'applique pas aux SDF (Sans Difficultés Financières )ils sont déjà assez nombreux .
a écrit le 03/03/2018 à 18:44 :
Bien sur qu'il faut réformer la SNCF, aussi, je propose de taxer ces personnes qui bénéficie d'avantages qui n'ont pas lieux d'être et qui creusent les inégalités entre les classe sociales. il faut également réduire les déficits et faire payer cela aux contribuables qui abuse du système. il faut aussi augmentés les aides aux personnes comme moi qui n'ont pas la chance de travailler ou de payer des impôts.
pour les autres et par la même occasion de gagner un peu mieux votre vie car chacun doit assumer ses choix.

Bien à vous.
a écrit le 02/03/2018 à 10:49 :
Je crains le pire...le point d'orgue sera Hamon.
a écrit le 01/03/2018 à 18:36 :
les cheminots privilegies? avoir et lrs ministres les deputes super grassement payes ! par qui par nous pardi et ne se gelent pas les cou ... a dégeler les aiguillages !! quandt au conducteurs de tgv je pense que c'est un boulot tres stressant un tableau de bord de boeing quand vous roulez a 300 km h confortablement installe il faut des gens super bien formes a cette vitesse le moindre loupe ne pardonne pas!! d'ailleurs ils ont une surveillance medicale pointue maintenant dans les bureaux? c'est comme tous les fonctionnaires.. mais ne cherchons pas de poux dans la paille a ces cheminots qui bossent aussi bien les dimanches que les jours de fetes !!! s'ils se fachent cela va etre un sacre bazar et je suis poli a commencer par la queue aux stations d'essence qui arrive par trains entiers des raffineries bon courage et tout le reste...
Réponse de le 01/03/2018 à 18:54 :
Ce que dit ce Guignon ne justifie par une retraite aussi jeune aux frais des contribuables mais plutôt une réaffectation vers des postes moins pénibles dans la société.
a écrit le 01/03/2018 à 18:33 :
les cheminots privilegies? avoir et lrs ministres les deputes super grassement payes ! par qui par nous pardi et ne se gelent pas les cou ... a dégeler les aiguillages !! quandt au conducteurs de tgv je pense que c'est un boulot tres stressant un tableau de bord de boeing quand vous roulez a 300 km h confortablement installe il faut des gens super bien formes a cette vitesse le moindre loupe ne pardonne pas!! d'ailleurs ils ont une surveillance medicale pointue maintenant dans les bureaux? c'est comme tous les fonctionnaires.. mais ne cherchons pas de poux dans la paille a ces cheminots qui bossent aussi bien les dimanches que les jours de fetes !!! s'ils se fachent cela va etre un sacre bazar et je suis poli a commencer par la queue aux stations d'essence qui arrive par trains entiers des raffineries bon courage et tout le reste...
a écrit le 01/03/2018 à 18:14 :
Il paraît qu'au cours de l'entrevue, la ministre aurait dépassé les bornes....😂🤣
a écrit le 01/03/2018 à 18:04 :
Vite: 3 à 6 mois de gréve sans salaire.
Ensuite, il faut s'attaquer aux statuts de toutes les autres fonctions publiques et assimilées.
Il y a de quoi faire pour réduire les coûts de 15%, soit 840 000 ETP, et surtout ne pas engager pendant cinq ans.
Cordialement
a écrit le 01/03/2018 à 17:36 :
Dans tout cela, il manque le CLIENT (et non l'usager), pièce centrale de toute entreprise
a écrit le 01/03/2018 à 17:27 :
"Au-delà de la concertation, nous voulons de la négociation, nous n'avons pas eu gain de cause"

Normal, cette réforme comme la loi travail est déjà finalisé et attend juste les ordonnances.La concertation avec dialogue stérile ,c'est pour amuser la galerie,même le syndicat qui n'est pas représentatif va faire un tour dans le bureau ,c'est pour dire.Le gouvernement pourra toujours se vanter ensuite dans les médias d'un dialogue constructif et d'un échange cordial, c'est déjà ça .Bref, tout cela est bien orchestré.
a écrit le 01/03/2018 à 17:27 :
le peuple a élu un président pour gouverner ! et non un P D G d entreprise. mettre l économie plus haut que la justice et la liberté est trahir ce que la France nous a léguée
a écrit le 01/03/2018 à 17:19 :
Ce n'est pas un scoop venant de la C.G.T Communiste-Marxiste-Léniniste. Elle tient ce C.E le plus riche de france après celui d'E.D.F : pompe à finances et à emplois fictifs pour le siège de Montreuil.
Réponse de le 01/03/2018 à 21:02 :
LE PLUS RICHE DITES VOUS, QUAND J A I TAFFAE CHEZ CARREFOUR PENDANT 12 ANS, le ce était bien plus généreux avec les salariés que celui de la sncf. il y en a que pour les cantines -self ( en gare on a pas le temps d y aller car travail poste c a d 30mns de pause) et les colonies pour les gosses
les centres de loisirs pour adultes a 6 ou 8 par chambrée ca fait par rever et il n y a ps de chateau contrairement a d autre ce ....
a écrit le 01/03/2018 à 16:53 :
Alors qu'ils la fassent leur grève sans salaire évidemment, pour le statut des futurs embauchés. Meme 3 mois d'avril à fin juin.
a écrit le 01/03/2018 à 16:44 :
la cgt a deja gagne .LE STATUT ne va commnencer que pour les nouvelles embauches
donc les PRIVILEGES SNCF vont encore durer 43 ans .Macron nous enfume encore comme pour le pouvoir d'achat , NDL ,nouvelles taxes ex on supprime de de la taxe d'habitation mais on instaure la taxe inondation ,,,???
Réponse de le 01/03/2018 à 17:39 :
Jusqu’ici l’état en avait la charge, cette compétence vient d’être transférée aux collectivités et est officiellement entrée en vigueur depuis le 1er janvier.Chaque agglomération avait jusqu’au 15 février pour voter le montant de la taxe, qui peut grimper jusqu’à 40 € par personne et non par foyer.
Facture ? à l'automne prochain, avec les impôts locaux. La taxe Gemapi sera additionnée, ou la taxe d’habitation ou la taxe foncière en fonction de son profil.
a écrit le 01/03/2018 à 15:18 :
Aprés avoir lu les trolls de la facha sphére ,je part au casino dépenser ma retraite , et avec un peu de chance décrocher un jackpot dont je ne saurais que faire . Je serai tout de même obligé d aller à ma banque pour exiger des placements mirifiques et si la réponse est non , les avertir que je risque de partir à l étranger , Monaco par exemple mais rien n est décidé .
Il faut vous dire que mes appartements me rapportent plus que ma retraite , c etait bon de le souligner .!
Réponse de le 01/03/2018 à 20:19 :
On est content d'apprendre que vous n'avez rien a dire, on commençait a s’inquiéter en lisant le début de votre prose.
Réponse de le 01/03/2018 à 23:09 :
laolao .
Merci de m avoir lu mais ma pensée était entre les lignes .
a écrit le 01/03/2018 à 14:41 :
Pourquoi ne pas faire un comparatif avec un chauffeur routier des transports de marchandises qui fait 55 heures hebdomadaire de travail, flexibilité jour et nuit, découchage entre 7 et 10 jours en moyenne, dors dans sa cabine et non à l'hôtel... On pourra largement constaté que les cheminots, avec 6h de conduite par jour - de plus quand on sait que parfois le temps de se rendre sur le lieu du stationnement de la locomotive il passe 2h dans le wagon pour se rendre sur le lieu pour au final conduire sa locomotive 4h - contre 10h pour un routier, ne sont que des faignants et très très loin d'avoir un métier pénible !!!
Réponse de le 01/03/2018 à 16:59 :
@Comparatif !

On pourrait faire un comparatif avec ton boulot pour voir si tu n'as pas plus d'avantages que les autres qui sait.
Sinon, qu'est-ce que tu fais pour améliorer le sort des routiers à par constater ?
Réponse de le 01/03/2018 à 21:09 :
ah parce que vous trouvez normal de conduire un camion pendant 55 heures pas étonnant que certains s endorment et otent la vie des autres donc entre le routier/patron irresponsable à 55 heures de taff et le cheminot à 6 h il doit y avoir un juste milieu...on a qu à faire co mme enSuisse/ AUTRICHE les camion sur le train ah oui j oubliai l ' etat a deliberement ruiné le fret en ne procedant pas aux investissements -a a diff d autres pays europeen- C EST VRAI QU UNE LIGNE TGV S EST PLUS VENDEUR LOCALEMENT QU UNE RELATION EN FERROUTAGE LE VRAI RESPONSABLE DE LA DETTE SNCf C EST L ' etat
Réponse de le 01/03/2018 à 21:30 :
ben pourquoi t y travailles pas ?il y a300 offres de conducteurs de train non pourvue depuis 2 ans...apparemment même 6h de travail journalier ca fait pas rever...
a écrit le 01/03/2018 à 11:08 :
Macron : "une ordonnance reconductible et dure" d'un mois pour "faire plier la sncf"
68% de la société civile est dernière le Président Macron pour faire plier cette caste de cheminots !
Réponse de le 01/03/2018 à 13:57 :
Tous les cheminots ne sont pas à la même enseigne: ex conducteur 20jours de rtt, personnel en gare/ vente 8...pour un temps de travail égal..(7h43 qui permettent de déduire d autant les rtt annuels pour une partie du personnel!).cherchez l ' erreur...donc la caste c 'est celle des conducteurs-contrôleurs ( comme dans l ' aérien)
a écrit le 01/03/2018 à 8:39 :
"Une greve dure et reconductible"
...
Ce serait bien que les Francais leur fassent comprendre que les transports publics devraient etre librement et precisement disponibles pour les usagers.
Ils seront utilises par une infime minorite, certaines fractions de leurs employes, pour defendre leurs interets categoriels qui pour partie datent de la seconde guerre mondiale, de 2/3 de siecle.
Donc ?!
a écrit le 01/03/2018 à 8:21 :
touche pas a mes avantages la cgt sait aboyer mais on ne l'entend pas sur l'usine tupperware ,sur l'usine ford a bordeaux il est vrai que la sans rien faire les americains ont bien compris les syndicats Francais et sans discussion ni blocage mettent 1500 personnes au chomage alors les greves s n c f on s'en F;;;; vos petits avantage travailler moins partir a la retraite plus tot si cela vous plait pas parter travailler dans le privee
Réponse de le 02/03/2018 à 10:06 :
"la cgt sait aboyer mais on ne l'entend pas sur l'usine tupperware ou sur l'usine ford a bordeaux"

Il suffit de chercher un peu et leur inquietude remonte déja à l'année derniere :

06/11/2017:
Du nouveau chez Tupperware ? Vendredi la première réunion post-annonce de fermeture était organisée dans les locaux de l'usine de Joué-lès-Tours. La CFDT en a profité pour exprimer ses désaccords avec les raisons données par la direction pour justifier la fermeture du site. La CGT, le syndicat majoritaire chez Tupperware, va à son tour s'exprimer aujourd'hui via une conférence de presse à 17 heures. Le maire de Joué-lès-Tours Frédéric Augis sera présent.

23/01/2017 :
Ils étaient mobilisés dès 6 h ce lundi matin. Comme annoncé jeudi, les salariés de Ford à Blanquefort se sont donné rendez-vous devant l’entrée de l’usine de fabrication de boîtes de vitesse, et les syndicats ont distribué des tracts, à l’image de Philippe Poutou (CGT), le candidat NPA à la présidentielle. Une action plutôt bien accueillie par les automobilistes qui se rendaient au travail.Gilles Lambersend, délégué CGT, rappelle que « après avoir voulu partir en 2010, Ford était revenu en 2013 en signant un accord-cadre avec l’Etat, avec des projets qui arrivent à terme en 2018. Les collectivités ont donné de l’argent pour ces projets-là, mais nous avions déjà prévenu que le compte n’y était pas. »
a écrit le 01/03/2018 à 7:31 :
Les syndicats sont naïfs. Le projet de loi est déjà prêt pour obéir à Bruxelles. Quand une entreprise est en dette à cause de la mauvaise gestion des décisionnaires l'unique variable d'ajustement est la suppression des salariés donc des conducteurs. Et sauf erreur de ma part sans conducteurs pas de train donc suppression des petites lignes. Vers. Mais bonus et primes pour pepy et ses petits copains.
a écrit le 28/02/2018 à 23:48 :
Arrétez d'etre naif et d'écouter tous ces médias disant n'importe quoi...pour votre info les jours de greve ne sont pas payés !!

Les 50 congés payés par an j'aimerai bien les avoir..ou alors je me fais avoir toutes les années..28 congés, 5 RTT, voir des fetes à récupérer si je les bosse.

Le salaire moyen du cheminot à 3000 euros...purée j'en suis loin ! j'ai encore dù me faire avoir apres 15 années de boites..sachez que les agents que vous voyez dans les billeteries ou dans les escales dans les gares sont payés entre 1200 et et 1800 euros par mois..grace aux primes de nuit..de dimanche..de fériés..quo n est en 1ere ligne pour gérer les voyageurs..on en prend plein la gueule tous les jours..

En quoi enlever le statut améliorera la régularité des trains ??
Il y a une grosse pénurie de conducteurs...n'hésitez pas à postuler et à rentrer dans la boite des "privilégiés", vous verrez comment c'est..

Par contre il y a un gros probleme sur le nombre de cadres !! 45% dans les bureaux avec de gros salaires à gratter des papiers...qui décident d'enlever les agents du terrains..fermer les guichets..bientot plus personnes pour vous renseigner et sur qui vous pourrez vous défouler...l'information..elle est deja pas terrible..mais ce sera encore pire..
Réponse de le 01/03/2018 à 14:39 :
Parlez en à vos syndicats, collegues et autres mais ne venez plus nous emmender quand on veut aller bosser!
a écrit le 28/02/2018 à 22:52 :
Il est trop fort le Martinez, il ne réalise même pas qu'il exige un dialogue tout en disant que "ce n'est pas négociable". Tu parles d'un dialogue ... de sourds.
Qu'ils fassent grève et qu'ils bloquent, on prendra l'avion et s'il faut dissoudre la SNCF, faisons le.
a écrit le 28/02/2018 à 22:06 :
Négociation avec les syndicats: n'est applicable que ce que les syndicats ont décidé, tout le reste est nul et non avenu!!
Réponse de le 01/03/2018 à 14:46 :
Cela fait 50 ans que vos syndicats nous ruinent et nous em....ent, alors il faudra faire sans eux!
a écrit le 28/02/2018 à 21:36 :
Le gouvernement ne devrait pas céder face aux menaces des cheminots gauchistes-communistes sinon sa crédibilité serait remise en cause. En aura-t-il le courage ? Faut voir !
Réponse de le 01/03/2018 à 14:09 :
Vous êtes dans un cliché dépassé.. les cheminot sont syndiqués à 35%
Donc loin de la majorité et les syndicats non réformistes représentes à pein la moitié... faites le calcul et vous aurait peut-être le vrai taux de " cheminot coco -ananrchiste"
Réponse de le 01/03/2018 à 14:48 :
Cette foix c'est limpide et ne rien lacher aux syndicats. Macron, on te suit.
a écrit le 28/02/2018 à 21:35 :
Voir les cheminots capables de se mobiliser pour un objectif commun fait chaud au coeur.
L'organisation des grèves est admirable: fréquence, durée, ponctualité, effets néfastes pour les usagers otages, tout y est!
Si toute cette belle énergie était utilisée à faire rouler les trains...
Réponse de le 01/03/2018 à 14:50 :
Ahhhh que oui!
Réponse de le 02/03/2018 à 13:54 :
faire rouler des trains ok encore faut-il qu' il y ait des conducteurs ...il en manque 300 dont la moitié en idf...apparemment ca fait plus recette ( plus de retraite plus tôt pour ceux nés aprés 1962, des salaires faibles depuis 8 ans, le statut remis en cause) et les jeunes ne veulent plus travailler loin de chez eux et le wk...
a écrit le 28/02/2018 à 21:21 :
Le statut a été créé à une époque où les cheminots mettaient de l'huile de coude. Aujourd'hui tout est pratiquement automatique. Plus de charbon à mettre dans le feu pour que le train avance. La retraite à 50 ans payée non par leurs cotisations mais celles du public. Des horaires à la con, bcp en ont et payés au SMIC. Ils se plaignent ceux-là? Pourtant ils sont en ouvriers d'usine, téléconseiller, aide à domicile et j'en passe. Et ça, c'est bien plus dur que de conduire un train. Je ne voulais pas de Macron comme Président, mais force est de constater qu'il fait avancer les choses. Je commence à sérieusement l'apprécier pour certaines choses... moins pour d'autres, il est vrai. Mais sur ce coup-là, je le suis à 10000000%!
Réponse de le 01/03/2018 à 14:05 :
Pour votre info, il n y aplus de retarite a 50 ans...mais 52-55 pour les roulants nés avant 65??les autres personnels nés aprés 62 bosseront comme vous jusqu ' a 67 ans.
S il est vrai que le régime de retraite est en partie financé par des transferts publics, c est qu ' il n y a pas de retraite complémentaires pour les cheminots comme pour les fonctionnaires...la mettre en place aurait pour conséquence un recul du salaire( cotisation salarié) et mais surtout des milliards que l 'ETAT (donc NOUS) devrait verser au titre des cotisations employeurs (dixit la cour des comptes) ce n ' est pas si simple..
Réponse de le 01/03/2018 à 21:15 :
vous oubliez un peu rapidement le cadencement...s' il y a 50 ans un cheminot-vapeur conduisais 2 trains dans la journée ( et encore) un conducteur de rer-par ex-en conduit 5 à 6 selon la distance
quant vous savez les zones de non-droit qui sont traversees en banlieue vous imaginez le stress..au fait depuis 2 ans la sncf n arrive pas à recruter 300 conducteurs en idf...ca vous tente d etre priviliegié? ca a iderait à ce que des trains soient annules faute de conducteurs!!!
a écrit le 28/02/2018 à 19:03 :
ces gens là ont signe un contrat en connaissant les difficultees du metier horaires de nuit les dimanches a circuler ainsi que les jours de fetes NOEL JOUR DE L AN etc alors il est bien normùal qu'ils se défendent Macron veut foutre le bordel il va surement l'avoir! monsieur des monsieurs j'ordonne il y en a plein l'histoire de France meme Napoleon s'est ramasse qu'il aille donc dégeler les aiguillages par moins 10 il verra si cela est du travall de feneant ce petit mr ferait bien de faire 6 mois de service militaire qu'il veut imposer il verrair ce que sait de craphuter dans la gouille
Réponse de le 28/02/2018 à 21:23 :
Les jeunes seront mieux à l'armée pour apprendre la discipline que de foutre le bordel dans les rues! 6 mois max ne va pas les tuer!
a écrit le 28/02/2018 à 18:51 :
Normal puisqu' il n' y a quasiment pas de contre-pouvoir et que l' agacement mesurable et mesuré va croissant.
Pourquoi donc et en allant au fond des choses ?

La France insoumise et certains syndicats "non" progressifs ne parlent que des luttes à mener et indiquent que seules les luttes pourront apporter des améliorations en occultant systématiquement l'UE qui n'est pour ces gens qu' un sujet secondaire. D'ailleurs depuis 1979, tous veulent infléchir la politique européenne en chérissant une autre Europe qui ..n'est jamais venue car techniquement impossible.

https://www.upr.fr/videotheque-upr/autre-europe-impossible

Il y a quand même un biais : Si les gens supposés s'opposer aux difficultés ne s'attaquent pas frontalement aux donneurs d'ordre alors quel rôle jouent-t-ils ? Le rôle de soupape de sécurité ? Sciemment ou inconsciemment ? Les luttes sont nécessaires mais pourquoi aucun n'opposant ne s'attaque jamais au donneur d'ordre principal, l' UE ? Les salariés et les entrepreneurs provinciaux n'auront plus de marchés pour exécuter des travaux car les gens iront tous vers les grandes villes. Le centre ville pour les gens très aisés et la périphérie pour tous les autres qui rouleront à 80 km/h !!!

Par contre tous les médias utilisent des mots positifs -demain en anglais- pour vanter les bienfaits de l'Europe alors que l'article 106 met en concurrence tous les services publics pour qu'ils soient demain au service du seul marché. Sans un État fort et régulateur -avec des gens moins intéressés-, point d'harmonie.
FREXIT, vite...
a écrit le 28/02/2018 à 18:46 :
Encore ce soir je constate l incompétence des agents des SNCF!! Vite une réforme !!! Surtout ne pas leur payer les jours de grèves et ne pas leurs faire récupérer à coût de minutes journalier !!
Réponse de le 28/02/2018 à 19:04 :
Comme ils sont payés pour faire grève c'est vrai d'ailleurs tous les jours ils font grève et ne travaillent plus. Comment peut on dire des inepties pareilles.
Le niveau 0 de l'intelligence ne permet pas de dire des conneries d'un tel niveau.
Réponse de le 01/03/2018 à 8:36 :
Je note que vous avez le bon niveau pour travailler à la SNCF ! Désolé pour vous !
Réponse de le 01/03/2018 à 21:17 :
facile de commenté sans être factuel...
a écrit le 28/02/2018 à 18:31 :
En douze ans, 110 préavis de grève à la SNCF
(Le Monde.fr) et c'est pas fini ! ....
Avec l'argent du contribuable tout est plus facile....et on peut faire grève à volonté !
a écrit le 28/02/2018 à 18:18 :
Ce ne sont pas les tempêtes annoncées qui sont les plus violentes. Attendons de voir mais pour l'instant les syndicats font de la com et la mobilisation ne semble pas aussi évidente que cela à obtenir, les gars sont d'accord pour deux à trois jours de grève mais d'avantage, c'est pas gagné.
a écrit le 28/02/2018 à 18:15 :
A la SNCF ils sont payés meme si ils sont en grève : le statut ayant quelques avantages cachés du grand public
Réponse de le 28/02/2018 à 19:06 :
Par contre votre bêtise n'est pas cachée, elle est bien visible et atteint le niveau 0 de l'intelligence
Réponse de le 28/02/2018 à 21:26 :
https://www.lci.fr/societe/sncf-les-cheminots-sont-ils-payes-pendant-la-greve-1552128.html
Réponse de le 01/03/2018 à 14:28 :
D' ou tenez vous cette info? de Mickey parade?
Sachez que si je fais grève un jour je perds 1 jour de salaire ( et c est normal)
Par contre si vous pensez qu' il y a des avantages caché dans le statut il y a des centaines d ' emplois Sncf non pourvus en idf... je vous invite à postuler et vous verrez l ' envers du décor..
Réponse de le 01/03/2018 à 21:20 :
D' ou tenez vous cette info? de Mickey parade?
Sachez que si je fais grève un jour je perds 1 jour de salaire ( et c est normal)
Par contre si vous pensez qu' il y a des avantages caché dans le statut il y a des centaines d ' emplois Sncf non pourvus en idf... je vous invite à postuler et vous verrez l ' envers du décor.. (300 postes de conducteurs en idf ne sont pas pourvu depuis 2 ans)
a écrit le 28/02/2018 à 15:49 :
Je doute qu'une majorité fassent une grève d'un mois quand à la fin du mois il n'y aura pas de versement de salaires .
Il manquerait plus que ça payer des grévistes .
a écrit le 28/02/2018 à 13:47 :
Tout montre que l'on s'achemine vers un conflit frontal et violent. D'une part, MACRON ne lâchera rien de son projet, quoi qu'il en coûte, c'est sa marque de fabrique. De l'autre, les syndicats ne peuvent rester sans réaction face à une attaque aussi brutale.
Nous sommes donc parti pour un conflit long. Quelles conséquences ?
Ce projet finira par être adopté et des milliers d'usagers auront vu leur vie bouleversée. Les droits des travailleurs de la SNCF seront amputés ; pour quel résultat ? Vraisemblablement aucun sauf pour la SNCF qui pourra disposer d'une main d'oeuvre plus mobile ou "souple".
Et pour les usagers ? Probablement nada. Le but de ce projet n'étant pas de baisser les tarifs ou d'accroitre les services, mais de donner à la direction de la SNCF les moyens pour diversifier son offre et assouplir sa masse salariale.
Encore quelque mois dans ce sens et M. MACRON ira rejoindre ses prédécesseurs dans la longue liste des dirigeants charmeurs mais imméritants.
Réponse de le 28/02/2018 à 16:03 :
Les lecteurs de la tribune doivent réagir et proposer des solutions, mais les rédacteurs de ce journal tiennent ils compte de nos commentaires et suggestions? Il faudrait établir un véritable débat. Pour ma part, je propose d'appliquer la note n°6 du CAE. C'est urgent.
Réponse de le 28/02/2018 à 21:44 :
Juste derrière la réforme de la SNCF il y a celle de toute la fonction publique avec déjà des mouvements prévus pour le 22 mars. Les fonctionnaires ont bien compris où Macron voulait les emmener : à pole emploi et/ou dans une fonction publique uberisée.

Dans ce contexte, il n'est pas totalement idiot d'imaginer une coalition des mouvements SNCF + Hôpitaux + justice + Police + finances + Éducation nationale + RATP + Radio France + France TV...

Sachant que les dirigeants des collectivités locales sont également très inquiets des projets et agissements de Macron, tant en matière de maintien des desserte SNCF locales que financement et de fiscalité, je ne pense pas qu'ils soient trop ennuyés de voir les fonctionnaires territoriaux se joindre au mouvement. Ce serait une première mais on pourrait même voir des élus régionaux,départementaux, communaux se joindre aux cortèges.

Ce serait le blocage assuré du pays et si les syndicats partent comme c'est évoqué , pour des grêves tournantes, ça peut durer des mois.

D'autant plus que Macron n'est plus vraiment en odeur de sainteté auprès des français et que les français ne veulent pas d'une casse du secteur public.
Il ne manquerait plus que les jeunes et étudiants s'y mettent avec les retraités en criant "Macron démission".
a écrit le 28/02/2018 à 13:12 :
Il est pas vraiment mon Président...trop tôt pour cela mais 100% dérrière lui contre ces syndicats fossoyeurs d'entreprises.!
Une grosse manif d'usagés de la SNCF contre ces misérables rascals serait bienvenue.
Réponse de le 28/02/2018 à 14:23 :
"Une grosse manif d'usagés"

Ils ont déja perdu leur aspect neuf ?
Réponse de le 28/02/2018 à 15:52 :
De plus pas de salaires à la fin du mois les fera peut être réfléchir avant de faire grève .
Macron n'est pas mon président préféré mais je suis derrière lui pour remettre la SNCF sur les rails .
Réponse de le 01/03/2018 à 9:56 :
Les services publics dans les pays encore et toujours sous développés?
Existent t'ils ?
Ils existent dans les pays riçhes !!!
Posez vous la question 😎
Comment et grâce à qui, ont t'ils été Crès ???

Il y a eu des gens courageux, qui ont su voir autre chose que leurs intérêts particuliers ....beaucoup parmi eux ont paye le prix fort, y compris, de leur vie !!!

S' il vous plaît, avant de prendre position, observons avec la meilleure objectivité possible, l' ampleur de la question posée

Nous sommes bel et bien à un grand tournant de notre histoire, encore plus déterminant que celui des années 1939-1945 ; car il est encore et beaucoup "mondialisé" que le précédent.

Cette période va être capitale et déterminante pour nos jeunes.

Nous n'avons pas droit à l'erreur - Nos anciens ont su se montrer à la hauteur, pour que : vous, moi, soyons aujourd'hui ce que nous sommes avec ce que nous possédons individuellement et collectivement
a écrit le 28/02/2018 à 11:46 :
ouvrir le feroviaire a la concurence risque de faire comme pour les autoroutes devenir plus cher aux usage?VENDRE LE SERVICE PUBLIC FRANCAIS CE NEST PAS UNE BONNE AFFAIRE POUR LES FRANCAIS LE REFORME AVEC LES LES CONSERNES OUI LE VENDRE NON???
Réponse de le 28/02/2018 à 12:11 :
L'intoxication fonctionne à plein, qui peut prouver que si les autoroutes étaient restées du domaine public, elles seraient aujourd'hui moins chères? Ça doit être comme le prix du timbre qui a augmenté de plus de 3O% en six ans, La Poste étant comme chacun le sait une entreprise privatisée!
Réponse de le 28/02/2018 à 17:08 :
Au hasard, les autoroutes non concédées, toujours gratuites ?
Ou encore le rapport du régulateur, pourtant pas accusable de gauchisme, l'ARAFER, qui avait pointé du doigt les 20% de rentabilité des autoroutes privatisées ?
Réponse de le 02/03/2018 à 14:00 :
OUi il serait tellement stupide de vendre les actifs productifs/ou de valeurs aux intérêts privés tandis que le contribuable Français garderait les dettes...ça vous rappelle rien du passé?
a écrit le 28/02/2018 à 10:53 :
Un cheminot c'est 6h de travail par jour, c'est grève locale, départementale, régionale, nationale 360 jours par an. A REFORMER D'URGENCE CETTE BANDE DE FAIGNANTS !!!!!!!!!!
Réponse de le 28/02/2018 à 19:12 :
Il serait temps que la fachosphère arrête d'insulter la langue française pour un minimum de compréhension
Réponse de le 01/03/2018 à 14:38 :
6h ? non !!! 3h ... mais pourquoi faites vous la bêtise de ne pas y travailler alors...? Le temps de travail du personnel sédentaire en gare par ex est de 7h43..pourquoi 7h43? au lieu de 8h ..parce que ca permet à l entreprise en comptant 17 mns de moins, de donner moins de rtt ( 8j/an)
am femme dans le privé en a 22 pour 8/jours...
a écrit le 28/02/2018 à 10:52 :
Un cheminot c'est 6h de travail par jour, c'est grève locale, départementale, régionale, nationale 360 jours par an. A REFORMER D'URGENCE CETTE BANDE DE FAIGNANTS !!!!!!!!!!
a écrit le 28/02/2018 à 10:46 :
Par idéologie E.Macron s'attaque à un seul mode de transport .Le transport routier est subventionné par la gratuité des routes, le remboursement de taxes .Il est dangereux et polluant Il permet un dumping avec des chauffeurs de l'est !Vive les actionnaires !
Réponse de le 28/02/2018 à 12:06 :
Gratuité des routes ?
Autoroute ultra cher, et 70 % de taxes sur les carburants.
Plus la taxe indirect des radars...
Réponse de le 28/02/2018 à 16:20 :
Eh oui Oli, Filou a raison
Les routes payées par vos impôts et empruntées par des transporteurs en majorité étrangers sont gratuites. Merci les bonnets rouges pour leur lutte stupide contre les portiques éco taxe adoptés partout en Europe sauf en France. De plus les autoroutes qui sont payantes sont privées....Et enfin le passage d'un poids lourd c'est en terme d'usure l'équivalent de 7000 passage d'une voiture. Et donc le réseau SNCF coûte au final moins cher que celui des routes font il bénéficie essentiel aux transporteurs qui payent nettement moins en proportion que les automobilistes
Réponse de le 01/03/2018 à 16:36 :
Pour répondre à oli je signale que la prix d'un péage rentre dans le coût total d'un transport .Il est facturé comme le reste et c'est le consommateur qui finit par le payer .C'est pas le routier et c'est comme la TVA .D'autre part une partie de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques est remboursée aux transporteurs de marchandises ,de voyageurs ainsi qu'aux taxis et même aux agriculteurs !Tout ceci pour dire que la dette de la SNCF est due à un choix de moins subventionner un mode de transport ,le rail ,que d'autres .
a écrit le 28/02/2018 à 10:46 :
Jupiter Macron et son exécutif ont le courage de s'attaquer au cancer de notre économie que sont les cheminots, les fonctionnaires, les retraites spécifiques, la fonction publique... 70% des français de la société civile vous soutienne alors courage et oui aux ordonnances s'il faut passer en force. Il faut en terminé une fois pour toute avec cette caste de nababs.
Réponse de le 28/02/2018 à 13:15 :
Effectivement et ensuite on peut aussi mettre en question les abus des sénateurs et des députés en autres...
Réponse de le 28/02/2018 à 13:54 :
"Jupiter Macron et son exécutif ont le courage de s'attaquer au cancer de notre économie que sont les cheminots, les fonctionnaires, les retraites spécifiques, la fonction publique.." : Voila ce que donne les entreprises de division des français qui ont cour dans ce pays depuis Sarkozy ! Si vous aviez un cerveau, vous pourriez vous en servir pour réfléchir (pardon pour le gros mot) et éviter de proférer des idioties primaires de cette nature. Le cancer dans notre société existe bel et bien, mais il ne se trouve pas la ou vous le pensez. Reflechissez.
Réponse de le 28/02/2018 à 16:08 :
@Jean Soubise
Seulement depuis Sarko? Pardonnez-moi mais ou vous êtes très jeune ou vous avez la mémoire courte..
Le pourrissement de cette république ne date pas d'hier loin de là.
Réponse de le 28/02/2018 à 16:13 :
Vous avez parfaitement raison et comme ça une fois qu'on aura ramené ces gens là vers le bas, on pourra s'attaquer aux salariés. Le CDI : supprimé et vive les contrats UBER !, les congés payés et RTT : supprimés !, Retour progressif à la semaine des 6 jours puis ensuite 7 jours ! Le SMIC un salaire de nanti (par rapport à l'ouvrier Roumain) on le baisse ! Le pire c'est des gens comme vous qui finissent par soutenir ce genre de mesures qui nous ramènent tranquillement vers le monde du XIXème siècle (pendant que les plus riches s'enrichissent encore plus en nous exploitant)
Réponse de le 01/03/2018 à 12:01 :
Macron n'est pas courageux, il est borné comme un âne corse et idéologue comme un stalinien.

La question qui va bientôt se poser pour lui c'est de savoir s'il lui reste une majorité à l'assemblée.

Macron exulte mais Chez LREM on s'inquiète. Les remontés de terrain sont catastrophiques.

Dans les villages et les villes, les élus refusent de rencontrer les députés LREM, les gens leurs jettent des tomates pourries, on leur lâche les chiens aux basques et les petits vieux leur font des croc en jambe avec leur cannes.
J’exagère à peine.

Les frondeurs sont en train de se structurer et ni Castaner, ni Ferrand n'arrivent à endiguer le processus.

D'autre part, LREM ne contrôle pas le sénat et la majorité de droite, passablement indisposée par les coupes sauvages de budgets dans les régions l'a fait savoir: Si Macron passe en force sur les réformes, le sénat bloquera la modification de la constitution.

Si la réforme ne passe pas, ça veut dire qu'il y aura 300 députés ex-macronistes candidats à leur réélection, et ils vont faire en sorte que ce soit possible en bloquant ce qui est trop irritant pour la société.
Réponse de le 01/03/2018 à 14:42 :
à 1387 e net, 28 conges et 8 rtt je ne me sens pas nabab...par contre un haut fonctionnaire ou senateur qui emarge à 7-8000e +avantages en nature divers...qu e'n pensez vous?
a écrit le 28/02/2018 à 10:42 :
En France les jours de grève ne sont plus payés. Avec le coût de la vie, je ne vois pas les personnes faire grève bien longtemps. Les factures elles continuerons de tomber. Loyer, alimentation, assurance, transport etc.........
Surtout que les syndicats n'ont pas l'indécence de demander le règlement des jours de grèves.
Réponse de le 28/02/2018 à 11:43 :
La caisse noire de certains syndicats permet de faire tenir les gars les méritants sur le terrain (ceux qui bloquent et empêchent les autres de travailler) à l'aide de petites enveloppes.
Réponse de le 28/02/2018 à 14:11 :
Malheureusement, sachez que les syndicats ont une méthode : seulement quelques personnes clés font grève et bloquent tous les autres. La greve est tournante, pour maximiser l'emmerdement des usagers en minimisant les pertes de salaires pour chaque greviste impliqué. Ce n'est pas comme au Canada, ou quand les employés votent à la majorité un mandat de gréve, tous les employés sont OBLIGÉS de la suivre, ce qui bloque alors 100% de l'entreprise mais génère une perte pour 100% des employés. Le pouvoir de greve est plus grand , mais la responsabilité est plus importante aussi.
a écrit le 28/02/2018 à 10:20 :
Contrairement à la réforme de 1995, le statut des agents en poste n'est pas remis en cause. Un mois de grève pour défendre les petits jeunes nouvellement embauchés, cela tient uniquement du fantasme de Martinez et consorts.
Réponse de le 01/03/2018 à 15:11 :
C'est dommage mais rusé de la part de Macron d''ailleurs et justifie tout à fait l'exactitude de votre commentaire.
a écrit le 28/02/2018 à 7:54 :
Le problème de la SNCF n'est pas lié au statut du personnel, mais à la concurrence avec la route et aussi avec l'aviation. C'est un problème lié au prix de l'énergie. Voir la note n°6 du CAE. C'est pourtant facile à comprendre. C'est ce que font les Allemands, et ça marche chez eux; pourquoi cela ne marcherait pas chez nous?
Réponse de le 28/02/2018 à 13:18 :
Vous avez raison mais cela n'enlève rien au délire surréaliste aujourd'hui des avantages des cheminots et du CE trop gras et coûteux.
Réponse de le 28/02/2018 à 22:07 :
Le problème c'est 50 milliards de dettes que l'état a créé et n'a rien fait pour rembourser et pour laquelle il a fait un pari fou: qu'une boite qui fait 6.5 milliards de chiffres d'affaire et aucun bénéfice, la rembourserait...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :