Comment le passe Navigo sera dématérialisé dès l'été 2019

 |   |  448  mots
Dès l'été 2019, le pass Navigo ne ressemblera plus seulement à cela mais se présentera aussi sous la forme d'une application sur smartphone.
Dès l'été 2019, le pass Navigo ne ressemblera plus seulement à cela mais se présentera aussi sous la forme d'une application sur smartphone. (Crédits : DR)
L'autorité organisatrice de transports en région parisienne, Île-de-France Mobilités, a choisi Worldline et Conduent pour mettre sur pied le futur titre de transport dématérialisé.

Dès l'été 2019, les tickets de métro et le passe Navigo pourront être remplacés par un support sans contact sur les smartphones. Conformément à la promesse de 2016 de Valérie Pécresse, ce titre de support dématérialisé permettra d'ouvrir les portiques. La présidente du conseil régional s'est déjà engagée le 9 décembre dernier à ne pas augmenter le prix du pass Navigo.

"Nous avons 8 millions de salariés qui prennent les transports en commun tous les jours. Pour eux, j'ai décidé que pour la deuxième année consécutive, nous n'augmenterions ni le passe Navigo ni le passe Imagin'R [pour les scolaires et étudiants, Ndlr]", a déclaré Valérie Pécresse au "Parisien".

Ce lundi 17 novembre, l'autorité organisatrice des transports franciliens, Île-de-France-Mobilités (IDFM), a annoncé avoir confié au groupement Wordline-Conduent la construction du "smart Navigo". Wordline, filiale du français Atos, est spécialisée dans la mobilité et les services numériques. Conduent serait, lui, le leader de la billettique en Europe. A eux deux, ils doivent intégrer ce nouveau système informatique aux systèmes actuels de distribution et de validation. "Le marché porte sur un volume de 60 millions d'euros", précise IDFM. A terme, sa présidente Valérie Pécresse veut aussi généraliser l'achat de titres de transport sur Internet et l'utilisation du smartphone comme support de rechargement du passe Navigo. Elle l'imagine également en "support de nouveaux services de mobilité" comme l'accès aux parkings-relais.

Une solution interopérable avec les transporteurs de demain

Toutefois, seuls les smartphones équipés d'Android (Google) pourront utiliser cette technologie. De fait, les iPhone, propriétés d'Apple, en seront exclus. En effet, la marque à la pomme "refuse d'ouvrir la fonctionnalité NFC (Near Field Communication) qui permet le paiement instantané par smartphone, la réservant pour Apple Pay", a confié un porte-parole d'Île-de-France Mobilités à l'AFP. De même, seul Orange est pour l'instant engagé dans l'opération.

Avec ce nouvel outil, Île-de-France Mobilités prépare en effet à l'ouverture à la concurrence des transports en commun franciliens. A partir de 2021 pour les bus hors RATP, elle durera jusqu'en 2040 pour les métros ainsi que pour les RER A et B.  L'autorité organisatrice l'admet elle-même : elle veut "établir une concurrence ouverte et effective" et "garantir le même accès à l'ensemble du réseau et aux mêmes services". La solution, écrit IDFM, est même "pensée pour être capable d'accueillir un nouvel opérateur et permettre aux transporteurs de déployer rapidement le Smart Navigo". Rendez-vous donc dans six mois pour une première mise en œuvre du service.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 7:43 :
Tiens donc Thierry Breton est le président de ce groupe!🤔
a écrit le 17/12/2018 à 20:20 :
Et les gens sans smartphone, pas encore obligatoire, feront comment ? Encore une fois, responsables hors sol.
a écrit le 17/12/2018 à 19:31 :
Que la Région se préoccupe déjà de faire installer des bornes de validation des passe navigo dans toutes les gares parisiennes sur tous les quais transiliens, comme à Saint-Lazare, par exemple, mais pas seulement. On verra après pour les changements dispendieux de standards incompatibles avec l'ensemble des systèmes exploités...
a écrit le 17/12/2018 à 19:06 :
Une chaine de plus sur le smartphone avec évidemment ce qui va avec, à savoir le contrôle a priori de vos déplacements personnels sur tous les transports de l'IDF, l'archivage de vos mouvements et la revente de vos données personnelles.

On a vu comment Macron, a détourné sans vergogne les lois anti-terroristes pour empêcher les gens de se rendre sur les manifs.

Avec ce pass numérique, si vous êtes fiché "gilet jaune", on pourra très facilement vous interdire de vous déplacer les jours de manif.
Réponse de le 18/12/2018 à 8:45 :
Oh la belle théorie du complot !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :