Le patron du réseau ferré belge choisi pour diriger SNCF Réseau

 |   |  422  mots
Photo d'archive (2010). Luc Lallemand, 53 ans, doit succéder à la tête de SNCF Réseau à Patrick Jeantet, qui lui-même doit prendre la direction du groupe de transports publics Keolis (filiale à 70% de la SNCF).
Photo d'archive (2010). Luc Lallemand, 53 ans, doit succéder à la tête de SNCF Réseau à Patrick Jeantet, qui lui-même doit prendre la direction du groupe de transports publics Keolis (filiale à 70% de la SNCF). (Crédits : Reuters)
Le choix de ce candidat rappelle celui du Canadien Ben Smith pour diriger Air France-KLM

Le patron d'Infrabel - le gestionnaire des infrastructures ferroviaires belges - Luc Lallemand a été choisi pour diriger son équivalent français SNCF Réseau, a-t-on appris lundi auprès de la SNCF.

Sa candidature au poste de PDG doit être soumise, mardi, au conseil d'administration de SNCF Réseau, a précisé la compagnie ferroviaire française dans une note d'information transmise à l'AFP. Elle devra ensuite être approuvée par l'Autorité de régulation des transports (ART, ex-Arafer).

Luc Lallemand, 53 ans, doit succéder à la tête de SNCF Réseau à Patrick Jeantet, qui lui-même doit prendre la direction du groupe de transports publics Keolis (filiale à 70% de la SNCF).

"Proposer un management différent"

Le choix d'"un candidat extérieur au système hexagonal, un professionnel aguerri qui ait la capacité à prendre de la hauteur et de proposer un management différent" rappelle celui du Canadien Ben Smith pour diriger Air France-KLM, relève la lettre d'informations Mobilettre, qui avait dévoilé l'information.

Diplômé de l'École supérieure de navigation d'Anvers, ingénieur commercial et titulaire d'un troisième cycle en cambisme et finance internationale, Luc Lallemand a commencé sa carrière comme comptable dans le groupe de presse Rossel (éditeur du journal Le Soir) et chez DHL, après un bref passage dans la marine marchande.

Il est entré une première fois à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) comme conseiller financier en 1991, avant de travailler dans des cabinets ministériels socialistes en Belgique à partir de 1995. Il y est retourné en 2002 comme directeur financier.

Lors de la scission de la SNCB en 2004, il est devenu administrateur délégué d'Infrabel, le gestionnaire indépendant des infrastructures ferroviaires belges. Luc Lallemand en est en outre le président du comité de direction depuis 2005.

"Luc Lallemand a redessiné en profondeur le paysage ferroviaire belge", indique Infrabel sur son site internet. "Sur le plan de la sécurité ferroviaire, il a hissé le réseau des chemins de fer belges à un niveau supérieur grâce à l'implémentation de systèmes d'arrêt automatique" et la modernisation de la signalisation, ajoute-t-il.

Ancien administrateur de Réseau Ferré de France (RFF, ancêtre de SNCF Réseau) et de Thalys, Luc Lallemand est également président de l'association européenne des gestionnaires d'infrastructures ferroviaires EIM, président du conseil d'administration de l'organisme belge de certification Vinçotte et administrateur indépendant de RATP Dev (opérateur de transports publics hors d'Île-de-France, filiale de la RATP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 19:27 :
Il ne va pas être déçu du voyage... une fois!

Entre la dette abyssale de SNCF réseau, le réseau qui tombe en ruine, le gouvernement propriétaire qui ne joue pas son rôle de financeur, les interventions ministérielles politicardes et à contretemps des ministres, on lui souhaite d'avoir la frite !
a écrit le 06/01/2020 à 11:38 :
Celui qui a fait ce choix ne s'est pas retrouvé à prendre le train en gare de Bruxelles midi. C'est une pagaille permanente. Quant à la gestion des Thalys, c'est pire, on passe son temps à changer de quai ou a courir après les annulation.

Excellent choix donc !! :-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :