Les pilotes de ligne du SNPL menacent de faire une grève dure en mai

 |   |  387  mots
(Crédits : Reuters)
Selon nos informations, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), qui représente l'ensemble des compagnies françaises mais aussi Easyjet et Vueling, a envoyé un préavis de grève à Matignon et aux ministères des Transports et du Travail pour exiger le maintien de la représentativité spécifique des pilotes et de la caisse de retraite du personnel navigant. Un courrier, envoyé à tous les dirigeants de compagnies, précise les dates du préavis : du lundi 6 mai à 00h01 au samedi 11 mai 23h59. Un référendum au sein des pilotes a débuté pour pouvoir durcir le mouvement.

Un an après les 15 jours de grève à Air France, les tensions sociales sont de retour dans le ciel français. Elles ne concernent pas uniquement le groupe Air France comme l'an dernier mais l'ensemble des compagnies aériennes françaises (Aigle Azur, Air Austral, Air Caraïbes, Corsair, XL Airways...) et les compagnies étrangères basées dans l'Hexagone comme Easyjet et Vueling.

Selon nos informations, le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne) a envoyé un préavis de grève nationale au premier ministre Edouard Philippe, à la ministre des Transports Elisabeth Borne et à la ministre du travail, Muriel Pénicaud. Dans un courrier envoyé à tous les dirigeants des compagnies aériennes que La Tribune s'est procuré, le SNPL précise les dates : du lundi 6 mai à 00h01 au samedi 11 mai 23h59.

Le SNPL ne revendique pas une amélioration des conditions de travail ou de salaire. Mais tire la sonnette d'alarme sur la menace qui pèse sur le maintien de la représentativité spécifique des pilotes au sein d'une branche du transport aérien que le syndicat des pilotes redoute de voir apparaître dans la loi sur les mobilités (LOM) qui va être examinée en mai en commission à l'Assemblée nationale.

La crainte de voir les autres catégories de personnel négocier à leur place

Auquel cas, ce serait la branche du secteur (dans laquelle les syndicats de personnels au sol sont majoritaires) qui négocierait tous les sujets spécifiques aux pilotes.

« Une ligne rouge », a dénoncé le SNPL dans un tract envoyé il y a une dizaine de jours en expliquant que « cette remise en cause serait sans nul doute un préalable à la disparition de notre capacité à négocier au niveau de l'entreprise. »

Autre sujet d'inquiétude: la disparition de la caisse de retraite des personnels navigants (CRPN) dans le cadre de la réforme des retraites qui se profile. Le SNPL demande des garanties pour le maintien des dispositions actuelles.

Un référendum a été lancé pour autoriser la direction du SNPL à prolonger le conflit au-delà de six jours et à valider la stratégie sur les retraites. Interrogé, le syndicat n'a pas souhaité faire de commentaire. Matignon n'était pas en mesure de nous répondre. Le ministère des Transports non plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2019 à 15:10 :
Il faut boycotter cette compagnie et prendre les avions ds d'autres capitale
Tous les ans on y a dit moi j'ai payer 600 de frais l'an passer pour changer mon vol pour Bangkok
C'est scandaleux que ces gens si privilégié anticape tout une tranche de voyage qui économise tout l'année pour se payer des vacances. O' devra les remplacer ces gens là.
a écrit le 19/04/2019 à 12:50 :
En résumé : il y a "eux" et il y a "les autres". Et ils veulent rester en dehors du lot.

Ils se revendiquent clairement en dehors du reste du monde.
Réponse de le 20/04/2019 à 10:53 :
Et d’autres en dehors des réalités.....
Réponse de le 21/04/2019 à 18:07 :
Bah non.
Dans TOUS les pays civilisés, les pilotes sont représentés par des syndicats de pilotes.
Avec cette nouvelle loi, disparition des syndicats de pilotes, les conditions de travail seront négociés par les centrales sol CGT, CFDT, FO.
Vous trouvez ça normal ??

Quant à la retraite des navigants (pilotes et commerciaux) elle est autonome, ne coûte rien aux français, est bien gérée et se reforme toute seule depuis des années.
Et vous voulez qu’ils laissent l’etat taper dans la caisse sans rien dire ?
a écrit le 19/04/2019 à 11:51 :
C'est vrai, quel point commun entre un pilote d'A380 chez Air France qui palpe péniblement 300.000 € par an et une hôtesse d’accueil au sol qui touche généreusement 18.000 € par an ...ils fréquentent pas les mêmes clubs....non ?
a écrit le 19/04/2019 à 11:47 :
Il faut compatir: ils font partie de la France pauvre!
a écrit le 19/04/2019 à 11:43 :
Les pilotes de ligne d'Air France avec les hauts salaires qu'ils touchent alors qu'ils ont la plus faible productivité de toute les compagnies aériennes mondiales ferait mieux de fermer leur gueule !!!
Réponse de le 20/04/2019 à 11:00 :
La productivité ,qui découle de l’organisation du travail, est un paramètre défini par les dirigeants des entreprises....pas par les employés....

Le regretté Pierre Desproges disait : « il vaut mieux fermer sa gueule et risquer de passer pour un c... que de l’ouvrir et de ne laisser aucun doute à ce sujet... »
a écrit le 19/04/2019 à 11:38 :
Air France avec ses gènes de fonctionnaires pour des raisons historiques garde la tradition de la culture gréviste, de pleurnicheur, jamais content, le m'en foutisme, service médiocre... un copier-coller de la fonction publique et territoriale. Faites comme-moi Bye! bye! définitif vive les autres compagnies aériennes et oui ! et oui ! à la privatisation d'ADP.
Réponse de le 22/04/2019 à 23:40 :
Mettez vos lunettes alors avant d'acheter vos billets, quelle que soit la compagnie: l'appel à la grève concerne tous les pilotes basés en France, de l'aviation d'affaire à Air France, en passant par Vueling, Corsair et Easyjet.
a écrit le 19/04/2019 à 11:31 :
Ah ! Il y a longtemps que l’on n’avait pas entendu parler d’eux !!! On commençait à se dire que Ben Smith les avait transformés en employés modernes pour le progrès !! Et bien, non !!! Les conservateurs archaïques du SNPL sont toujours là et on attend avec impatience de voir voler des avions sans pilotes !!!
a écrit le 19/04/2019 à 10:48 :
on peut comprendre la volonté du gouvernement de passer en force, par la loi, pour lisser les corporatismes à l interieur des branches......ceci étant, un pilotoe reste un pilote et vouloir mélanger toutes les catégories de personnel dans les négociation me semble assez aléatoire.....entre le personnel au sol, les personnels de cabines et les pilotes, les.... sujets a traiter sont assez différents et rassembler tout cela dans un même paquet semble illusoire
il faut trouver d autres options..... sachant que, de toute manière..... les français ne savent négocier que dans l affrontement, le premier "clivant" de la nation étant le Président.....

dernière expression du "clivant"..... "je veux que ND soit restaurée dans 5 ans......ça a donné une levée de bouclier totalement inutile en la matière.....en particulier parceque au moment du discours en question, bien malin qui était celui qui pouvait imaginer la teneur exacte des travaux à mener.....
les objectifs ne mobilisent que s ils paraissent réalisables.....
on peut comprendre l idée de donner un délai, mais il y a manière de le dire
a écrit le 19/04/2019 à 8:32 :
Toujours plus les privilégiés vont encore faire grève, un peu de courage publiez vos déclarations d’impôt vous qui faites parti des 3 % les plus riches au pire
Réponse de le 19/04/2019 à 10:24 :
Il me semble qu’il est écrit dans l’article: »Le SNPL ne revendique pas une amélioration des conditions de travail ou de salaire « .
On peut donc légitimement s’interroger sur la pertinence d’un commentaire sur le niveau d’imposition au bas d’un article traitant de sujets comme la représentativité syndicale ou encore d’une caisse de retraite.
Réponse de le 19/04/2019 à 10:51 :
hormis le fait que les pilotes sont les seigneurs du transport aérien, force est de constater que les métiers et leurs contrainte, dans le transport aéerien, ne peuvent totalement être confondus dans une branche "parapluie".....

quoi de commun entre pilotes, personnels de cabines et personnels au sol..... hors le fait que tous ont intérêt a ce que le client soit globalement satisfait du service rendu
Réponse de le 19/04/2019 à 12:37 :
Tout en affirmant que "le SNPL ne revendique pas une amélioration(...) de salaire", le SNPL sa bat notamment pour un maintien d'un régime spécial de retraites, et non pas seulement pour une question de représentativité !
Le SNPL mélange les genres pour conserver ses privilèges à cette caste...
c'est, je pense, ce que Carlier a mis en exergue !
NB: les pseudos étant modifiables et non identifiés, merci d'en utiliser un, parce que des réponses du genre "@@@@@celui qui répond @@lepremier qui a parlé" ... ça va devenir compliqué à déchiffrer !
Réponse de le 20/04/2019 à 10:48 :
Oui compliqué à déchiffrer.Mais pas tant que ça à qui veut bien se donner la peine de lire l’article , c’est à dire bien peu si l’on en juge par certains commentaires .
Si on comprend bien , la loi change certains paramètres . Son but est d’empêcher les syndicats de pilotes ou d’hôtesse et de stewards de défendre les intérêts de leur adhérents . Pour ce faire ils devraient se fondre dans des centrales syndicales dont les adhérents n’ont pas le même régime d’emploi qu’eux et donc pas les mêmes objectifs ni les mêmes intérêts .
En résumé : une aberration.
D’autre part , et il n’y a aucun mélange des genres comme vous l’affirmez , il y a , aussi et concomitamment ,un problème de régime de retraites .
Ces personnels disposent d’une caisse de retraite complémentaire qui verse de petites retraites qui a la particularité d’être auto financée ( pas financée par les impôts de Mr et Mme tout le monde contrairement à beaucoup d’autres...) et surtout bénéficiant de réserves constituées au fil du temps ( contrairement à l’essentiel des autres caisses ) .
L’état veut donc mettre la main sur les réserves de cette caisse pour combler les déficits des autres ce qui peut , vous en conviendrez , inquiéter.
Effectivement , si bénéficier d’une retraite est pour vous un privilège de caste il ne sera plus nécessaire de répondre à vos posts cher Lyonnais
a écrit le 19/04/2019 à 4:11 :
Ca faisait longtemps que le chantage du snpl etait en sourdine. Le revoila.
a écrit le 18/04/2019 à 20:06 :
La grève dure, c'est comme les drogues dures chez les pilotes d'Air France. Le sevrage paraît impossible tant que le dealer sera l'état actionnaire.
Réponse de le 18/04/2019 à 21:07 :
Sauf que, et il semble que vous n’ayez pas lu l’article, il ne s’agit pas des pilotes d’air france exclusivement mais de l’ensemble de personnels exerçant cette profession .
Pour le reste il semble en effet curieux qu’un texte de loi prévoit que les négociations concernant certaines catégories de personnels soit menées par d’autres . Les pompiers négocient ils pour les médecins urgentistes ?
A quoi pense le législateur ? A mettre le feux aux poudres ? N’y a t’il pas mieux à faire du côté de l’exécutif pour que l’industrie française du transport aérien se mette en ordre de bataille face à la concurrence ?
Réponse de le 19/04/2019 à 9:35 :
Les accords dans tous les autres métiers sont par branche, quelque soit la diversité des métiers dans une branche. Ainsi l'ingénieur, le technicien ou le directeur sont regardés au même moment par une représentativité partagée.
Cela ne me choque pas que les pilotes soient représentés avec le personnel non-navigant. C'est d'ailleurs très bien car leurs métiers sont indissociables, et la capacité de nuisance des pilotes ne devraient pas bénéficier qu'à eux même.
Encore une fois ils comportent en une caste, font des revendications alors que leur situation est plus qu'enviable (voir les pays européens équivalents), et leur action ne leur profite qu'à aux déjà bien installés. Les nouveaux, ou les autres catégories de personnels du secteur récoltant les miettes qu'ils laissent.
Réponse de le 19/04/2019 à 12:39 :
Pensez-vous que l'état français doive se retirer d'AirFrance-KLM ? doit-il revendre ses parts ... à l'état néerlandais ?
Réponse de le 20/04/2019 à 11:18 :
Pour vous répondre je vous conseille la lecture de l’excellent article du même auteur :
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/air-france-klm-l-etat-neerlandais-doit-se-retirer-du-capital-d-air-france-klm-spinetta-813994.html

Quelques précisions salutaires de la part d’un réel connaisseur.
Bref pas un commentateur de café du commerce.
Réponse de le 22/04/2019 à 23:52 :
@Tibo
Technicien, ingénieur et directeur ont plus en commun que les navigants avec le personnel au sol. Les autres pays ne s'y sont pas trompés et laissent les pilotes négocier eux-mêmes leurs conditions.
Quant à votre analogie avec les autres pays européens comparables, je vous suggère de vous renseigner, notamment en regardant du côté des Pays-Bas, l'Allemagne, de l'Autriche ou de la Suisse.
Si les autres catégories du secteur avaient la même unité et la même discipline lors des grèves déposées par leurs syndicats, leurs conditions n'en seraient que meilleures puisqu'in fine, en France, seul le rapport de force ouvre les portes de la négociation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :