Lufthansa affiche des résultats confortables malgré les vents contraires

 |   |  544  mots
Lufthansa a profité de la baisse des cours du pétrole en 2015, et devrait encore économiser 4,8 milliards en 2016.
Lufthansa a profité de la baisse des cours du pétrole en 2015, et devrait encore économiser 4,8 milliards en 2016. (Crédits : © Ints Kalnins / Reuters)
La première compagnie aérienne allemande a annoncé un résultat net de 1,7 milliard d'euros en 2015, contre 55 millions d'euros l'année précédente. Le pétrole bas et une activité soutenue ont permis de combler les grèves à répétition et le drame de l'avion de sa filiale Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes.

Le géant européen du transport aérien Lufthansa a enregistré en 2015 un envol de son bénéfice net, grâce notamment au pétrole bon marché, en dépit d'une série de grèves et du dramatique crash d'un avion de sa compagnie low-cost, Germanwings.

Une année tourmentée

"2015 a été pour Lufthansa une année très difficile émotionnellement en raison de la catastrophe Germanwings", a déclaré en avant-propos le patron du groupe, Carsten Spohr, cité dans un communiqué présentant les résultats annuels.

Lufthansa a également affronté de nombreux débrayages l'an passé et connu en novembre la plus longue grève de son histoire. Malgré cela, "2015 a été une bonne année sur le plan économique", a estimé M. Spohr.

Le bénéfice net de Lufthansa s'est envolé, passant d'un maigre 55 millions d'euros en 2014 à environ 1,7 milliard d'euros, sous l'effet de prix du pétrole bas et d'une amélioration de son activité passagers. C'est plus qu'escompté par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset (1,5 milliard d'euros).

Le chiffre d'affaires du groupe, aidé par une bonne saison d'été, a grimpé de 7% à 32,1 milliards d'euros, légèrement plus qu'attendu par les analystes.

Les dividendes de retour

Lufthansa va de nouveau verser un dividende à ses actionnaires, de 0,50 euro par titre pour 2015, après une année blanche en 2014, et affirme vouloir continuer à en verser un dans les années qui viennent.

Le groupe allemand, qui opère Eurowings, Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines ou encore la société de fret aérien Lufthansa Cargo, avait été fortement pénalisé en 2014 par des débrayages à répétition et des charges exceptionnelles.

Sa compagnie Germanwings, née en 2002 et intégrée depuis fin 2015 à la plate-forme low-cost du groupe nommée Eurowings, a même enregistré "des bénéfices pour la première fois", a déclaré jeudi matin la directrice financière Simone Menne devant des journalistes.

Le drame du crash Germanwings

Un avion A320 de sa compagnie Germanwings s'est écrasé dans les Alpes françaises il y a presque un an, le 24 mars. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a conclu que cette tragédie, dans laquelle 150 personnes ont péri, a été provoquée par le copilote Andreas Lubitz, en proie à des problèmes psychotiques.

Cet événement n'a pas modifié la stratégie de Lufthansa, confronté à une concurrence féroce à la fois des compagnies du Golfe dans le haut de gamme et d'EasyJet et Ryanair dans le low-cost. Eurowings doit à terme devenir le numéro 3 des vols à bas coûts.

Des perspectives encourageantes pour 2016

Pour 2016, le groupe table sur un net recul des prix du carburant -à 4,8 milliards d'euros, soit un milliard d'euros de moins qu'en 2015- et à une baisse de ses coûts de fonctionnement, a indiqué Simone Menne.

Lufthansa prévoit par conséquent une "légère" amélioration de son bénéfice d'exploitation Ebit ajusté, mesure de référence pour le groupe, sans donner de chiffre précis. Cela s'entend hors frais liés à d'éventuelles grèves. En 2015, son Ebit ajusté a grimpé de 55% à 1,82 milliard d'euros, dans la fourchette que le groupe s'était donnée (entre 1,75 et 1,95 milliard d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :