Ryanair se rêve en géant du voyage sur le net

 |   |  464  mots
Ryanair souhaite désormais devenir un distributeur direct de chambres vacantes moyennant une commission moins élevée que celle que les centrales de réservation hôtelières.
Ryanair souhaite désormais devenir un distributeur direct de chambres vacantes moyennant une commission moins élevée que celle que les centrales de réservation hôtelières. (Crédits : reuters.com)
La compagnie irlandaise aura bientôt son propre comparateur de vols. Mais son ambition est encore plus vaste : griller Booking.com, et proposer une place marché entièrement dédiée au voyage et aux loisirs.

Ryanair veut partir à l'assaut des agences de voyages en ligne. La compagnie low-cost a en effet l'intention de proposer un système de comparaison des prix des vols sur son nouveau site, qui sera lancé à l'automne, a annoncé son directeur général.

Beaucoup de billets vendus après la case comparateur

Soucieuse de ne pas devenir dépendante de moteurs de recherche spécialisés dans les voyages comme Skyscanner.com ou Google Flights pour la vente de billets, la compagnie irlandaise procède à une refonte totale de son site internet Ryanair.com, dont le principal élément sera un comparateur de vols.

Pour l'instant, Ryanair vend 95% de ses billets sur son propre site mais une proportion significative provient d'internautes aiguillés vers le site après être passés par un comparateur de vols.

"Nous voulons être le perturbateur qui arrive et dérange les perturbateurs initiaux", a déclaré à Reuters Michael O'Leary, le directeur général de Ryanair.

Air France ne délivrera aucune données

Pour alimenter son comparateur, la compagnie irlandaise a proposé à Air France-KLM, EasyJet, IAG , maison-mère de British Airways et Iberia, et Lufthansa d'échanger en temps réel leurs données sur les prix des billets.

Air France-KLM et EasyJet ayant déjà décliné cette proposition, Ryanair envisage de "récupérer" ces données via des outils internet sans la permission des compagnies concernées, a dit Michael O'Leary. Outre le comparateur de vols, ce site proposera également des avis de consommateurs, à l'image de Tripadvisor.

S'attaquer à Booking.com

"Nous voulons devenir l'équivalent d'Amazon.com pour le secteur du voyage en Europe, avec toute une série de services supplémentaires : comparateur de prix, hôtel à prix réduit, billets pour des matches de football à tarif préférentiel, billets pour des concerts", a dit Michael O'Leary à Reuters.

La compagnie propose déjà des réservations de chambre d'hôtel dans le cadre d'un partenariat avec Booking.com, filiale de Priceline Group, mais Michael O'Leary a expliqué que Ryanair souhaitait désormais devenir un distributeur direct de chambres vacantes moyennant une commission moins élevée que celle que les centrales de réservation hôtelières  - comme Booking.com et Hotels.com, un site d'Expedia -imposent aux hôteliers.

Comme Amazon.com, le site récoltera également des données détaillées sur ses utilisateurs, afin de proposer des offres ciblées et géolocalisées par courrier électronique et via l'application Ryanair.

Lufthansa, qui cherche également à attirer davantage de clients sur son propre site, a opté pour une approche différente et applique une taxe aux réservations effectuées par le biais de système globaux de gestion des réservations comme Amadeus, Sabre ou Travelport.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2015 à 10:11 :
J'ai cru lire qu'il n'y avait pas que AF qui a décliné cette invitation
Mais puisque vous citez AF vous avez raison elle a décidé de ne pas concurrentielle, sur ce coup là

Pour le reste voyez avec la direction !
a écrit le 11/08/2015 à 18:45 :
Air France ratera-t-elle une fois de plus le coche?

Son refus ne montre-t-il pas qu'elle ne souhaite pas être compétitive par rapport aux autres?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :