Taxify débarque en France, va-t-il tuer Uber ?

 |   |  423  mots
Markus Villig a fondé Taxify en 2013 et est déjà implanté dans 18 pays sur trois continents...
Markus Villig a fondé Taxify en 2013 et est déjà implanté dans 18 pays sur trois continents... (Crédits : Reuters)
L'essor fulgurant de cette jeune pousse estonienne fondée en 2013 menace Uber de son monopole sur les plateformes VTC. Avec une commission très compétitive, Taxify espère recruter un maximum de chauffeurs à disposition des passagers. L'enjeu de cette bataille qui se prépare à Paris est un échantillon de ce qui attend en réalité le secteur au niveau planétaire...

La guerre est déclarée ! Taxify débarque en France... Cette start-up estonienne ne paye pas de mine avec son jeune PDG d'à peine 23 ans, et pourtant, elle ambitionne ni plus moins de casser le marché d'Uber.

C'est ce jeudi 5 octobre à 10h que la plateforme VTC Taxify sera activée à Paris. La principale nouveauté réside notamment dans la commission prélevée sur la course du chauffeur qui sera de 15% seulement, contre 25% chez Uber. Pour les VTC, l'arrivée de Taxify est une excellente nouvelle, elle va permettre de mettre Uber en concurrence là où il était en situation de quasi-monopole.

Un contexte réglementaire complexe

L'arrivée de Taxify arrive dans un contexte réglementaire français particulièrement compliqué. Les grandes plateformes VTC sont inquiètes de l'application de la loi Grandguillaume qui oblige les chauffeurs à valider une formation spécifique indispensable à la licence VTC, et ce, dès le 1er janvier prochain. Or, cette formation est sanctionnée par un examen qui s'avère difficile. Les opérateurs craignent que 40% des chauffeurs VTC français soient privés du droit d'exploitation au 1er janvier. Les plateformes devront alors batailler pour récupérer les chauffeurs qui seront encore sur le marché. Taxify pense avoir un avantage compétitif majeur avec cette commission de 10 points inférieure à celle d'Uber et ainsi disposer d'une flotte de VTC plus importante. D'après Taxify, des milliers de chauffeurs auraient d'ores et déjà téléchargé l'application.

Le secret de Taxify réside dans la très grande frugalité de son modèle économique. Avec seulement 170 employés, la société fondée en 2013 est déjà implantée dans 18 pays dont l'Europe de l'Est, mais également en Asie, en Afrique et même au Mexique. Elle compte près de 2,5 millions d'utilisateurs.

La guerre Didi-Uber en toile de fond...

Derrière Taxify, c'est surtout l'arrivée de Didi qui se trame puisque la puissante plateforme chinoise est entrée dans le capital de la start-up estonienne en août dernier. Didi est autrement plus important que sa jeune recrue puisqu'il revendique près de 400 millions d'utilisateurs. Pour Taxify, un tel allié est stratégique puisqu'il constitue un levier de financement, mais il pourrait également s'avérer être un gisement de technologies notamment sur l'intelligence artificielle. Didi, lui, veut se positionner comme le concurrent principal d'Uber qu'il a évincé de Chine en 2016 en rachetant les activités de l'Américain tout en laissant ce dernier prendre 20% de son capital...

Statista Graphique VTC Didi Uber Taxify

[Crédits : Statista.]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2017 à 6:29 :
Les Cies parisiennes vont-elles devenir plus aimables avec leurs clients ? Rien de certain....
a écrit le 05/10/2017 à 18:38 :
ça va casser le marché des résidents des villes en question , après c'est du bon sens , les clients vont choisir les " entreprises de leur ville implantés depuis 50, 30 , 20 ans...
En tout cas moi je choisis une agence de la ville pour aider une entreprise de ma ville .
a écrit le 05/10/2017 à 16:26 :
Est ce que cet examen est si difficile? Pour l'autorisation de stationnement des taxis il suffit de suivre le stage (organisé par le syndicat!) et d'avoir un vendeur pour être quasiment sûr d'avoir son certificat de capacité de conducteur de taxi!
a écrit le 05/10/2017 à 16:09 :
Enfin! C'est pas trop tôt. Il n'y a aucune barrière technique à l'entrée sur ce marché. Je m'etonne d'ailleurs que le modèle economique taxe encore les taxis autant. En reflechissant bien, la commission pourrait passer à 0%.
a écrit le 05/10/2017 à 14:18 :
Estonie ! Encore un pays aux charges légères
Réponse de le 05/10/2017 à 15:48 :
Ou est le rapport ?

les auto entrepreneur paieront leurs charges en France, et ils gagneront mieux leur vie qu'avec UBER (marge + importante).
Voilà les bienfaits de la concurrence qui est bloquée par la législation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :