Embipack : le petit poucet du recyclage veut devenir grand

 |  | 467 mots
Lecture 2 min.
Embipack se pose en acteur de l’économie circulaire grâce au réemploi des bidons industriels après nettoyage, explique son fondateur Mathieu Bernard..
Embipack se pose en acteur de l’économie circulaire grâce au réemploi des bidons industriels après nettoyage, explique son fondateur Mathieu Bernard.. (Crédits : Reuters)
SUBLAINES (37). La PME spécialisée dans la valorisation et le recyclage des emballages industriels, notamment les bidons en plastique, ambitionne de tripler ses recettes d’ici 2025. La loi anti-gaspillage, votée en 2020, constitue une alliée de poids pour Embipack.

Embipack, dont le siège est basé à l'ouest de Tours, ouvrira un sixième site à Lille à l'été 2021. Cette nouvelle implantation viendra compléter le dispositif de la société présente en Touraine, dans la Drôme, dans le Tarn, en Loire Atlantique et en Alsace. Dans un marché du recyclage des déchets d'emballage industriels et commerciaux (DEIC) trusté par les géants du secteur que sont Suez, Veolia, Paprec ou Derichebourg, Embipack traite spécifiquement les contenants en plastique. Jerricans, futs de 100 litres ou encore grands récipients vrac (GRV) passent ainsi sur les lignes de lavage ou de broyage de l'entreprise.

Un créneau loin d'être une niche avec 1,2 million de tonnes rejetées au total par an, autant que les emballages en plastique ménagers. La PME se singularise aussi des grands acteurs en appliquant un modèle d'économie circulaire à l'égard de ces déchets. Pour ce faire, les bidons sont la plupart du temps réutilisés directement ou recyclés sous forme de matière première. « Cette démarche est vertueuse sur trois plans, assure Mathieu Bernard, fondateur d'Embipack en 2008. D'une part, la société développe l'emploi local. Elle participe d'autre part à l'amélioration de la balance commerciale tant le prix des matières premières flambe actuellement. La tonne de polyéthylène basse densité servant à la fabrication du plastique a ainsi augmenté de 30% depuis décembre. Reste enfin, l'enjeu écologique. »

Doublement des sites et de l'emploi en 2025

Embipack est largement favorisée par le contexte législatif. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec), votée en février 2020, prévoit ainsi de passer de 27% d'emballages plastiques recyclés actuellement à 50% d'ici cinq ans. Cette marge de croissance permet à Mathieu Bernard d'escompter l'augmentation très sensible des capacités industrielles d'Embipack. Le dirigeant prévoit de doubler le nombre des implantations de la société et de salariés (50 actuellement) à l'horizon 2025. Objectif, traiter 40.000 tonnes de déchets au lieu de 12.000 actuellement. Les sites de Sublaines et d'Andance dans la Drôme seront parallèlement agrandis dès cette année. Cette stratégie d'extension se traduira par un investissement total de quelque 6 millions d'euros.

Pour accompagner son développement, la société bénéficie notamment de l'aide de BPI France. Outre un prêt innovation de 180.000 euros, qui lui a permis de recruter un responsable RSE, Embipack vient d'être retenue pour intégrer le nouveau programme d'accélération créé par la banque publique à destination des acteurs de la filière des déchets. Ce dispositif d'accompagnement et de formation d'un an doit contribuer à booster sensiblement le chiffre d'affaires de l'entreprise. Dans ce contexte, Mathieu Girard envisage de passer de 13 millions d'euros de recettes l'année dernière à 50 millions d'euros en 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :