Eolien terrestre : quand une agence de l’Etat (l'Ademe) s’oppose au coup de frein mis par le gouvernement

Alors que l'exécutif ne cache plus sa volonté de lever le pied sur le déploiement des éoliennes terrestres en France, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) ne l’entend pas de cette oreille. Dans un avis rendu mercredi 1er juin, l’établissement public appelle au contraire à accélérer la cadence, et s’appuie notamment sur une étude montrant l’impact minime des parcs éoliens sur les prix de l’immobilier alentour. Explications.

4 mn

(Crédits : Pascal Rossignol/Reuters)

A l'heure de choix structurants pour l'avenir énergétique du pays, plusieurs visions s'affrontent en la matière...y compris au sein de l'appareil d'Etat. Et pour cause, tandis que la nouvelle ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a confirmé fin mai la volonté du gouvernement de freiner sur les éoliennes terrestres au profit de leurs homologues en mer, l'Ademe, placée entre autres sous sa tutelle, s'accroche à l'ambition d'un déploiement massif des géants à pales sur le territoire.

Car leur « potentiel technique » reste « largement sous-exploité », fait valoir l'agence dans un avis rendu mercredi 1er mai. Autrement dit, alors que la France accuse déjà un retard sur ses objectifs, l'exécutif ne doit pas s'asseoir sur la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) adoptée en 2019, qui prévoit un doublement du rythme actuel d'implantation des parcs terrestres d'ici à 2028, défend l'Ademe bec et ongle. « Le cap est clair », assure-t-on dans ses rangs : « il faut poursuivre la pénétration des énergies renouvelables, qui deviendront la principale source d'énergie ».

Un impact très faible sur la valeur des biens immobiliers

Bien décidée à rassurer un gouvernement de plus en plus frileux, l'Ademe s'est ainsi armée d'arguments solides. Parmi lesquels un rapport sur les coûts des moyens de production d'énergie dans l'Hexagone, publié lui aussi ce mercredi, qui conclut que « pour les nouvelles installations de production d'électricité, toutes technologies confondues, l'éolien terrestre en France présente parmi les coûts complets de production les plus faibles ». Surtout, d'ici à 2030, ces derniers devraient atteindre « environ 32 à 58 euros par mégawattheure (MWh) » seulement, quand ceux que l'éolien offshore restent pour le moins incertains, note l'Ademe.

Et ce n'est pas tout : afin de couper court à un argument récurrent dans le débat public, celle-ci a également présenté une étude inédite sur l'effet des parcs éoliens sur le prix des biens immobiliers alentour. Résultat : alors qu'un collectif d'associations anti-éoliennes, la Fédération environnement durable, avait calculé en 2019 les pertes de valeurs à minimum 20% en moyenne, l'Ademe conclut elle à un impact minime, de l'ordre de -1,5% par mètre carré dans un rayon de 5 kilomètre autour d'une éolienne... « et nul au-delà ». Soit une influence « du même ordre que celle d'autres infrastructures essentielles », comme les pylônes électriques, les antennes relais, les centrales thermiques ou encore les incinérateurs et autres décharges, souligne l'agence.

Réalisée par le cabinet de conseil IAC Partners et le réseau d'agences immobilières Izzimo, l'étude s'appuie notamment sur les données des ventes immobilières entre 2015 et 2020, comprenant plus de 1,5 million de transactions de maisons individuelles.  « Afin d'isoler l'impact de l'éolien des autres facteurs influant sur les prix, ces chiffres ont été comparés avec des groupes témoins », précise-t-on à l'Ademe.

Reste que les conclusions doivent être observées en tenant compte  des marges d'erreur des estimations immobilières, qui varient de plus ou moins 10% sur un marché peu actif tel que le marché en zone rurale. Par ailleurs, pour certains cas spécifiques, notamment les biens d'exceptions (château, manoir...) ou ceux très proches des parcs (moins d'1 km), la décote varierait entre 5 et 20%, selon les témoignages recueillis auprès de professionnels de l'immobilier. Des « ordres de grandeur » non corroborés « par des éléments quantitatifs », nuance cependant l'Ademe.

« À titre de comparaison, les transactions de maisons dont le prix est supérieur à 700 000 euros représentent 1 % des transactions de maisons en France métropolitaine entre 2015 et 2020 », précise le rapport.

Résistances locales

Il n'empêche, les fortes résistances locales continuent de freiner plusieurs projets, notamment dans le nord de la France. En témoigne la décision récente de la Région Hauts-de-France, dirigée par l'anti-éolien notoire Xavier Bertrand, de subventionner à hauteur de 170.000 euros les associations opposées à l'implantation de nouveaux parcs - une promesse de campagne formulée dès mars 2021 par l'homme politique pour sa réélection à la tête de la Région.

Consciente de ces oppositions, l'Ademe défend de son côté une « meilleure répartition des projets sur le territoire ». Et mise sur leur « appropriation » par les citoyens, via la « concertation lors du montage », « l'intégration environnementale et paysagère » et « l'investissement participatif ». Mais son plaidoyer risque d'avoir l'effet d'un coup d'épée dans l'eau, tant le gouvernement semble désormais résolu à faire machine arrière.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 05/06/2022 à 23:21
Signaler
Mon commentaire a déjà été supprimé deux fois, alors que je suis probablement le seul à avoir lu l’étude. Merci de laisser celui-ci ou de me donner les raisons de sa suppression. Cette étude mesure l’évolution des prix entre un an avant et un an aprè...

à écrit le 05/06/2022 à 21:01
Signaler
Solange considère que l'amoncèlement des pollutions n'est pas un problème.

à écrit le 04/06/2022 à 8:42
Signaler
inverser la vendict populaire contre les éoliennes concernant le prix du M2 c'est peut être possible en offrant une réduction tarifaire sur l'énergie électrique dans le périmètre...cela pourrait meme devenir un argument bien entendu respectons les s...

à écrit le 03/06/2022 à 23:33
Signaler
Cette étude est intéressante, bien que faible au niveau méthodologique (1612 transactions dans un rayon de 5 km et sans doute moins de 300 dans un rayon de 2,5 km, sans analyse détaillée de la consistance des biens sauf le nombre de m2 et certains cr...

à écrit le 03/06/2022 à 16:53
Signaler
Cette étude est intéressante, bien que faible au niveau méthodologique (1612 transactions dans un rayon de 5 km et sans doute moins de 300 dans un rayon de 2,5 km, sans analyse détaillée de la consistance des biens). Mais elle confirme ce que d’autre...

à écrit le 03/06/2022 à 14:15
Signaler
L'ADEME dévoile ici son parti pris en faveur de l'éolien. Son étude sur l'impact des éoliennes sur les prix de l'immobilier est censée venir au soutien de la seule EnR contestée pour les nuisances environnementales induites.

à écrit le 03/06/2022 à 14:01
Signaler
L'ADEME dévoile ici son parti pris en faveur de l'éolien. Son étude sur l'impact des éoliennes sur les prix de l'immobilier est censée venir au soutien de la seule EnR contestée pour les nuisances environnementales induites.

à écrit le 03/06/2022 à 12:39
Signaler
L'ademe est une officine peuplée d'écolo-technocrates qui prennent leurs délires pour des réalités bien payés avec l'argent du contribuable. Comme par hasard, une fois leur mandat terminé, certains d'entre-eux vont pantoufler au syndicat des énergie...

à écrit le 03/06/2022 à 11:18
Signaler
L'éolien ne sera qu'une part du mix énergétique entre 10 et 20%, pour 100 watts installés une éolienne en produit au mieux 40 et 20 seulement sont réellement consommé chez le particulier, le rendement est ridicule, et surtout l'impossibilité de stock...

à écrit le 03/06/2022 à 10:06
Signaler
Il serait temps d'inclure dans le coût des éoliennes le coût de remise à niveau des réseaux(quelques dizaines de milliards appelés pudiquement modernisation des réseaux, à propos n'oubliez pas de moderniser votre réseau électrique à domicile) pour év...

le 03/06/2022 à 12:29
Signaler
pour une transparence total le prix d'une eolienne ainsi que l'achat ou location du terrain. entretien et le redevance verse et la production moyenne annuel

à écrit le 03/06/2022 à 9:59
Signaler
Ils ont lu le monde fini de Jancovici ? J'en doute

à écrit le 03/06/2022 à 9:18
Signaler
Le seul intérêt de l'éolien est de faire converger l'économie du nouveau monde, le green washing avec la fabrication et la dissémination affreuse de tours métalliques non écologiques, avec l'ancien monde des centrales à fuel, à gaz ou à charbon. Tous...

à écrit le 03/06/2022 à 8:11
Signaler
Il y a bien longtemps que l'ADEME n'est plus une agence d'évaluation scientifique mais une officine idéologique!

à écrit le 02/06/2022 à 23:55
Signaler
J'invite ces personnes surpayées à l'Ademe à lancer une partie de SIMCITY2000 en utilisant les éoliennes comme source d'énergie principale pour qu'ils comprennent pourquoi ils doivent démissionner et laisser la place à des personnes compétentes.

le 03/06/2022 à 8:48
Signaler
compétent sur le sujet comme vous sans doute...comment expliquez vous que dans les autres pays européens l éolien soit plus massif et avancé sans que les populations locales braillent...il y a 130 ans le train était vu comme un danger même par des ...

à écrit le 02/06/2022 à 19:22
Signaler
Une véritable laideur ces éoliennes et pas vraiment écolo. En Mer pourquoi pas mais des saupoudrages d'éoliennes partout dans les campagnes , c'est hideux.

le 02/06/2022 à 23:55
Signaler
Pas plus hideux sur des lignes à hautes tensions ou des silos en béton armé ou des entrepôts amazon .. construits sur des terres arables .. fait savoir ce que l on veut .. e TV ailleurs en Europe aucune population n est contre les éoliennes … il n y...

le 02/06/2022 à 23:55
Signaler
Pas plus hideux que des lignes à hautes tensions ou des silos en béton armé ou des entrepôts amazon .. construits sur des terres arables .. fait savoir ce que l on veut .. e TV ailleurs en Europe aucune population n est contre les éoliennes … il n ...

le 05/06/2022 à 21:00
Signaler
Hideux, mais rentable et les décideurs habitent en ville, donc ce n'est pas dérangeant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.