La CDC, l'arme secrète de François Hollande

 |   |  2087  mots
Lors de ses auditions devant les élus, Jean-Pierre Jouyet n'a pas exclu de procéder à des rationalisations, sans tabou... / Reuters
Lors de ses auditions devant les élus, Jean-Pierre Jouyet n'a pas exclu de procéder à des rationalisations, sans tabou... / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Presque bicentenaire, l'institution de la rue de Lille apparaît encore très dispersée avec une douzaine de métiers et une multitude de filiales. La réorganisation prévue autour de la future Banque publique d'investissement pourrait préfigurer un nouvel élan stratégique sous l'impulsion de Jean-Pierre Jouyet.

La Caisse des dépôts et consignations ne sera plus jamais la même. Pas seulement parce qu'elle change de directeur général en ce mois de juillet mais aussi parce que la création prévue dans le programme de François Hollande de la Banque publique d'investissement (BPI) va bouleverser son organisation et peut-être ses missions. Une cure de jouvence pour cette institution née en 1816 qui fêtera bientôt son bicentenaire. En tout cas, une remise en question salutaire, selon ses détracteurs, qui n'hésitent pas à traiter de « mille-feuille » les multiples activités de l'institution de la rue de Lille.« En 2007, il existait des interrogations sur notre groupe, à commencer par votre serviteur, qui était incapable d'expliquer en 30 secondes à quoi nous servions, au journal de 20 heures », reconnaissait Augustin de Romanet, son précédent directeur général (2007-2012), lors de son discours de fin de mandat, le 7 mars. Cinq ans plus tard, ces interrogations n'ont pas disparu, malgré la reconfiguration vers le métier d'investisseur de long terme. Le groupe reste complexe, dispersé et difficile à lire. À commencer par l'aide au financement des PME qui est aujourd'hui l'objet de toutes les attentions. Entre le Fonds stratégique d'investissement (FSI), CDC Entreprises, Oséo, FSI Régions, Qualium ou encore Avenir Entreprises, les structures sont un labyrinthe pour les chefs d'entreprise. Le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, l'a dénoncé le 6 juin dernier en déclarant que le dispositif de financement public doit être « plus simple, plus efficace, plus stratégique ».La Banque publique d'investissement sera donc le premier dossier politiquement sensible à traiter par le prochain directeur général, Jean-Pierre Jouyet. Après avoir obtenu mardi dernier l'aval des commissions des finances des deux assemblées et avoir fait l'objet d'un avis de la commission de déontologie de la fonction publique - qui s'est déclarée incompétente sur son passage de l'Autorité des marchés financier (AMF) à la CDC, deux émanations de l'État -, cet inspecteur des finances de 58 ans sera nommé d'ici quelques jours par son ami François Hollande avec lequel il a partagé les riches heures de la promotion Voltaire, à l'ENA.

Le parcours « varié » du nouveau DG

Prototype du grand serviteur de l'État, Jean-Pierre Jouyet a fait la plus grande partie de sa carrière dans l'administration, notamment comme directeur du Trésor, ainsi que dans des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :