Pourquoi la Défense devrait-elle être la seule à faire des économies ?

 |   |  1016  mots
Un soldat français hisse le drapeau sur la base de Nijrab (Afghanistan). Copyright Reuters
Un soldat français hisse le drapeau sur la base de Nijrab (Afghanistan). Copyright Reuters
A quelques semaines de la publication du Livre blanc, qui va entériner le décrochage de la France en matière d'efforts militaires, quelques voix s'élèvent pour prévenir des méfaits d'une telle politique.

Désarmer la France semble devenu aujourd'hui largement plus facile  - politiquement, entendons-nous bien - que de réduire la dépense publique dans sa globalité. Or, une telle absence de volonté politique risque de coûter cher au pays dans un monde si incertain... même s'il ne faut évidemment pas l'espérer.

"La dépense publique, en France, représente 56 % du PIB. Quand on enlève 1,5 % pour la défense, il reste 54,5 %. Sans doute y a-t-il, dans cette masse, des marges de man?uvre à explorer", s'interroge le général d'armée, Jean-Louis Georgelin, ancien chef d'état-major des armées, poste qu'il a occupé du 4 octobre 2006 au 24 février 2010. Simple et de bon sens. Comme le sont en général les Pyrénéens, Jean-Louis Georgelin étant né à Aspet, petit village au pied des Pyrénées.

Une armée respectée à travers le monde

Avec le nouveau Livre blanc qui sera publié en janvier, le gouvernement Ayrault, comme tant d'autres auparavant, y compris celui de François Fillon, va pousuivre son oeuvre destructrice contre une armée aujourd'hui encore respectée à travers le monde et une industrie de la défense performante. Evidemment, ce ne sera pas dit en des termes aussi brutaux, des "gadgets" seront évoqués pour camoufler cette sévère coupe dans le budget de la Défense qui se prépare dans l'indifférence générale - celle de trop ? : Europe de la défense, mutualisation, "pooling and sharing", "smart defence"...

Aujourd'hui, les armées françaises comptent 225.000 hommes et femmes (donc des emplois...) et représentent 1,5 % du PIB, soit 8 à 9 % du budget de l'État. A la fin de la guerre froide, c'était 500.000 hommes, 2,7 % du PIB, 15 % du budget de l'État. "L'effort de défense était, aux normes OTAN - c'est-à-dire hors pensions et hors gendarmerie -, de 2 % du PIB en 1997, avant de se stabiliser ces dix dernières années entre 1,6 % et 1,7 %, a récemment expliqué devant le Parlement le chef d'Etat-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud. En 2012, il est de 1,55 %. À l'horizon de 2015, il dépassera à peine 1,3 %".

"Aucun corps de l'État ne s'est réformé comme nos armées"

Quel autre budget a connu et va connaître une cure d'amaigrissement aussi violente ? Sûrement pas les collectivités locales, l'Education nationale... sans oublier la dette. "Aucun corps de l'État ne s'est réformé comme nos armées. C'était nécessaire, logique. Que chacun en prenne honnêtement conscience. Par deux fois en une dizaine d'années, elles ont été auscultées, mises à plat, amputées, restructurées, parfois avec une inutile brutalité", rappelle pour sa part le général Georgelin. La défense a déjà fait son effort pour le redressement des dépenses publiques.

Le corps militaire n'est pas le seul à constater ce désarmement massif, alors qu'experts et stratèges constatent parallèlement un accroissement des dépenses militaires dans le monde. Le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, que l'on ne peut suspecter ni de partialité ni de militarisme à tout crin, s'en inquiète même. "La France ne peut donc pas rester indifférente à ces enjeux. Il n'appartient pas à la Cour d'en juger, mais c'est une donnée de l'équation stratégique en matière de défense", explique-t-il.

Un budget qui représente 4,8% du PIB aux Etats-Unis et 1,55% en France

De quoi parle-t-on ? Des efforts en matière de défense. Ils "ont été importants aux États-Unis, en Russie et dans les pays émergents, notamment en Asie ; ils se sont maintenus en France et se sont réduits dans la plupart des autres pays européens", rappelle le Premier président de la Cour des comptes. Et de constater que "les budgets de la défense cumulés des pays européens demeurent inférieurs à la moitié du budget américain". Ce dernier s'élève à 547 milliards d'euros, soit 4,8 % du PIB national... contre 1,55 % du PIB en France, qui se classe au sixième rang mondial quand on y intègre les pensions (39 milliards d'euros).

"Cette position pourrait se dégrader rapidement si les pays émergents poursuivent leur effort. À l'échelle européenne, un décrochage peut s'observer avec le Royaume-Uni : l'effort britannique, de 52 milliards d'euros en parité de pouvoir d'achat, dépasse désormais l'effort français de 14 milliards et cet écart devrait se maintenir au cours des prochaines années", souligne Didier Migaud. Et de conclure sévèrement : "De tels écarts entre les efforts de défense dans le monde peuvent entraîner des ruptures technologiques et une évolution des rapports de puissance entre les États". Ce serait clairement de l'aveuglement de ne pas comprendre que cette politique de rabotage systématique du budget de la défense va inexorablement entraîner la France vers un déclassement.

Des choix politiques qui ne sont pas à la hauteur des défis de la France

L'aggravation de la situation des finances publiques et les impératifs du désendettement existent bel et bien. Mais les choix politiques, qui sont faits pour choyer l'électorat de tel ou tel parti, ne sont pas la hauteur des défis de la France dans un monde instable. Comme tant d'autres gouvernements, celui de Jean-Marc Ayrault gère le pays sans vision ni ambition. "Si tu veux la paix, prépare la guerre (Si vis pacem, para bellum)", un adage que semblent avoir oublié les politiques.

Enfin, presque tous. Car la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat s'inquiète elle aussi de tels arbitrages budgétaires. Son rapport "Forces armées : peut-on encore réduire un format juste insuffisant ? " fait autorité. Fera-t-il pour autant des émules ? "La puissance militaire, c'est un peu comme l'oxygène de l'air : on ne se rend pas compte de son utilité quand on n'a pas besoin de l'utiliser, mais, lorsqu'on s'aperçoit qu'il fait défaut, il est toujours trop tard pour réagir", rappelle avec son franc-parler le général Georgelin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2012 à 9:43 :
les militaires, c'est comme les pompiers, ...... ça coûte toujours trop cher...... sauf quand on en a besoin !
a écrit le 17/12/2012 à 18:41 :
Cela fait deja un certain temps que la defense n'interesse plus personne et surtout pas les politiques ...
Et si on supprimait une bonne partie des ces proffessionnels qui ne font rien sauf profiter du systeme [senateurs - deputes - conseillers europeens/regionaux/generaux ...] combien sont-ils et surtout combien coutent-ils pour quelle productivite ?
a écrit le 17/12/2012 à 17:00 :
moi francois hollande , chef des armées , ne pouvant maintenir le budget de la défense et de cette état revalorisé en meme temps le salaire des militaires , je vous remets mon insigne de la legion d'honneur et demissionne en tant que président de la république , le céde la place à celui qui sera le plus fort
a écrit le 17/12/2012 à 16:02 :
Se préparer à la guerre n'est pas un choix, c'est un devoir. Si on envoie nos soldats à l'étranger c'est pour éviter qu'un jour ils n'aient se battre sur leur territoire national, prévenir plutôt que guérir, on ne l'avait pas fait en 1936 car écoutant trop les pacifistes et ceux de l'intérieur alliés d'une Allemagne quasi-communiste et en état de réarmement alors que nous ne pouvions que perdre une guerre en état de nette infériorité industrielle et démographique. Et voilà que le scénario se rejoue, sous nos yeux, la menace n'est plus à l'est, mais au sud, nous sommes en train de nous désindustrialiser, en infériorité numérique alors que la puissance du sud grandit de jour en jour.
Mais bon, si on nous embête on fait péter toutes nos centrales nucléaires et on contamine tout l'hémisphère nord de la planète, et aucune armée étrangère n'oserait de toute façon aller se risquer dans nos banlieues.
a écrit le 17/12/2012 à 15:22 :
Pas de problème avec notre défense, s'il y a conflit quelque part, nous avons quelques milliers de Kalashnikov, de grenades défensives et quelques explosifs en réserve dans certains endroits.
a écrit le 17/12/2012 à 15:13 :
seul les militaires parmi les grands corps d'état peuvent se réformer en silence
a écrit le 17/12/2012 à 14:47 :
Nous avons un outil militaire performant. Dans un monde où les instabilités sont devenues monnaie courante, où il est difficile de prévoir le lendemain, où la crise s'est installée avec les risques qu'elle fait encourir (voir les années 30 aux limites prêt de la comparaison), où les risques terroristes de grande ampleur sont avérés, où de nombreux pays réarment, où nous avons des bouts de territoire aux 4 coins du monde, où one sait ce qu'il adviendra de l'Europe (etc etc), est-il raisonnable de profiter lâchement du mutisme des armées pour les dépouiller, au risque d'en abimer la performance qui risque d'être particulièrement difficile à reconstruire en cas de besoin ?!
En tant que citoyen français, je paye des impôts aussi pour la protection des miens et de mes biens, de mon pays. Je n'accepte pas que notre armée fasse les frais d'une dépouille budgétaire là où bien d'autres sources de financement pourraient se voir optimiser. Réduction des élus comme proposé dans l'un des commentaires plus bas, réduction du budget des parlementaires avec plus grande transparence (ou plutôt moins grande opacité) sur la distribution qui en est fait, réduction des agences d'état comme révélé dans un rapport récent, réduction des soit disant emplois d'avenir en proposant des solutions plus crédibles pour nos entreprises, etc. La politique à la petite semaine, cela suffit !
a écrit le 17/12/2012 à 14:07 :
L'Armée (sauf la Gendarmerie) a consenti d'énormes efforts même si un peu d'intelligence dans le travail quotidien, un meilleur suivi de l'absentéisme et des maladies permettrait de vraies économies mensuelles. Sous Jospin, Alain Richard avait déjà fait de belles coupes sombres, suivies ensuite avec la professionnalisation des armées pendant que dans le civil, l'effort a été beaucoup moindre surtout au niveau local, territorial. Les 35 heures permettent à certaines administrations comme la Santé de s'abriter sur le temps de travail pour justifier encore d'un quota assez important. Le plus préjudiciable est que la politique française fera encore appel à l'armée pour sa politique internationale interventionniste. Jusqu'à quand?
a écrit le 17/12/2012 à 13:36 :
Je suis contre les coupes budgétaires dans l'armée. La Défense est un domaine régalien qu'il convient de maintenir à haut niveau. Qui veut la paix prépare la guerre.
Réponse de le 17/12/2012 à 13:58 :
Et qui veut la guerre prépare la paix.
a écrit le 17/12/2012 à 13:06 :
Oui déjà en 36 la gauche était pas bonne....la 2ème guerre mondiale elle y croyait pas le matériel était dépassé et loin d'être prépare
Mon grand père était mitrailleur sur un avion....sauf qu il a jamais mitraille son avion était encore dans sa caisse en bois....d'ailleurs il a jamais servi si cela intéresse quelqu un.....;)
Réponse de le 17/12/2012 à 16:08 :
On mets 10 à 15 ans pour fabriquer une armée, en 1936, c'était trop tard pour réarmer, et nous nous battions à 1 contre 2, même l'Italie n'était pas prête et ses performances militaires s'en sont fortement ressenties.
ceux qui réduisent l'outil militaire ne se rendent pas compte du temps pour le redévelopper en face d'un danger.
Réponse de le 03/01/2013 à 18:01 :
Primo: l'état actuel de la défense (et notamment la réforme désastreuse de 2008 (et les BDD) ) n'est pas du fait de la gauche
Secundo: la baisse du budget défense non plus, elle est récurrente depuis 20 ans
Tertio: le citoyen lambda s'en fout par ce qu'il ne sait pas, il n'en est question ni à l'école ( au sens général) ni dans les médias de manière sérieuse.
Enfin pour terminer, il faudrait savoir quel défense veut la nation pour demain? Il est temps d'organiser les Etats-Généraux de la défense!
a écrit le 17/12/2012 à 12:58 :
Il est évident que l'on peut économiser dans ce secteur. La France n'a pas à avoir ces milliers de soldats éparpillés à travers le Monde. En respectant les autochtones, on peut se procurer des matières premières sans avoir à corrompre quiconque.
Dans cette période difficile, il y a mieux à faire: Réduire radicalement le coût de fonctionnement de la France. A l'époque des moyens de communication modernes, on peut éliminer les 460 consulats que l'on entretient à travers le Monde. Supprimer 80% des locaux et personnels de nos ambassades et ne plus avoir celles situées dans l'UE.
On peut aussi réduire de 80% la Haute fonction publique et la représentation parlementaire (1 député et 1 sénateur par département).
Ce que je suggère depuis 30 ans est un rêve, car la réalité exigerait un total chamboulement de notre façon d'être...Les français sont trop attachés à leur médiocre système pour imaginer autre-chose... Jean-Claude Meslin
Réponse de le 27/01/2013 à 10:56 :
et reduisons les importations de petroles de 50%. on a tous un velo, un bon pull evite de chauffer; finissons de liquider les industries qui exportent, elles consomment trop et donc coute trop cher. diminuons les profs et liquidons une université sur 2, on a pas de debouché!! un chomeur eduqué coute le meme prix qu un chomeur sans formation. soyons intelligent, vendons nos prof zaux pays qui n en n ont pas!! on en a trop !!! a quoi sert la culture ? encore des gains a faire ici !!
a écrit le 17/12/2012 à 12:18 :
je crois que ce gouvenement prend les militaires pour des cons , des ignares , des attentistes, les bidasses ont envoyés leur épouse dans la rue pour les problemes de soldes , il faudrait qu'ils y mettent aussi pour leur faire voir , derriere chaque milouf c 'est une famille et non un canon , un fusil ou une mitraillette,
a écrit le 17/12/2012 à 12:15 :
L'Education et son ministere sont le "terreau" des electeurs socialos. Alors ...
a écrit le 17/12/2012 à 12:05 :
les militaires , il n'ont le droit que de fermer leur g..., cela fait 20 ans que cela dure, fonctionnaire oui et non , en fait c'est seulement quand cela les arrange , un jour ils sont payer , l'autre jour non ,augmentation = jamais car pas fonctionnaire, augmentation des prélévement = oui, car fonctionnaire et ils ferment leur geule jusqu'au jour ou mais cela sera trop tard , je ne le souhaite pas , mais si il y avait un conflit , on enverra en premiere lignes les aveugles , les borgnes , le cul de jate et voila notre pauvre armées , merci mr hollande , pour un chef des armées , vous ne m"heritez pas d'etre le représentant de la france , qu'elle honte pour la france
a écrit le 17/12/2012 à 12:04 :
Une trop forte armee ne sert a rien,les USA en ont une et le pays estsurendette.L'armee ne sert que quelques privilegies charges de maintenir des dictatures en place et quand ca explose,charge de rapatrier les expatries nationaux qui en ont bien profite,ainsi que les grosses boites. Et ce ne sont pas leurs enfants qui meurent pour defendre leurs interets personnels,il serait interressant de savoir combien de fils de csp+ ou de pdg sont militaires?....

Bien entendu qu'il faut un minimim,mais on ne va pas aller envahir un pays tout les ans pour rentabiliser les depenses.En plus,le materiel coute extremement cher a produire,on ne le sort quasiment jamais,et des quand on va faire une guerre,on se fait massacrer par des boys armes de pistolets rudimentiares et de bazookas....

Gardons la dissusion nucleaire,une flotte pour defendre notre espace maritime et mutualison avec l'europe les depenses,la france et le r-u sont les 2 seuls pays europeens a mouiller le slip en cas de conflits,ce n'est pas normal.A combien s'eleve les depenses militaires des autres pays europeens?....

Vaut il mieux investir dans un drone ou dans l'education ou la recherche de technologies vertes?....Combien a coute le rafale? Dassault s'en est mit plein les poches,le citoyen francais a paye....On voit ou sont les interets,la meme chose se produit dans l'industrie pharmaceutique
Réponse de le 17/12/2012 à 12:23 :
les meme arguments qu on entendait en 1936 a peu de chose prés ...."Le prix de la démocratie est une constante vigilance" disait Churchill , lui et De Gaulle avaient de gros désaccords et tous les deux n étaient pas parfait Mais à mon avis ils doivent se taper la tête contre les murs en voyant nos politiques Ici ou en Angleterre d ailleurs ...
Réponse de le 17/12/2012 à 12:49 :
Le prix de la democratie,c de garantir le minimum vital pour son peuple,d'avoir acces aux soins et a l'education qu'importe du milieu social d'ou on vient,d'avoir droit a un toit,de pouvoir voter pour des idees et non pas pour un elus qui ne represente que ses interets.

L'epoque de de gaulle et churchill s'expliquait a cause de la guerre froide et la 2eem guerre mondiale(d'illeurs la france a ete exemplaire,ayant un budget militaire aussi important que l'allemagne,a en 1 semaine depose les armes....)
Réponse de le 17/12/2012 à 13:07 :
@RB je suis d accord avec mordrakheem!!mais vous RB vous faites parti de ces doux reveurs qui croient encore que tout le monde il est beau ,il est gentil!!vous n ignorez pas certainement que la chine,la russie , l inde augmentent considerablement leurs credits militaires??pour quoi faire???l amerique de mr Obama diminue les credits mili !!ils le paieront cher dans l avenir!!voyez vous des gens comme vous sont dangeureux pour l avenir d un pays comme le notre!!!
a écrit le 17/12/2012 à 11:59 :
Le cerveau du politicien est uniquement orienté vers un but : se faire élire et réélire.
Dans cette optique, il ne mécontente qu'un minimum de gens à la fois.
Les fonctionnaires civils ont un pouvoir de nuisance politique nettement supérieur à la "grande muette" comme son nom l'indique.
Le cerveau du politicien comprend le raisonnement et les arguments sur le maintient d'une force armée crédible, mais il agit en fonction de son but essentiel, se faire élire et réélire.
Si vous mettez sa réélection en danger, il traitera le problème.
Il suffit (!) de trouver le danger auquel il est sensible. Simple ?
En général, comme on l'a vu jusqu'à présent, c'est en général trop tard.
a écrit le 17/12/2012 à 10:16 :
Car tout en étant dans les 5 premières puissances militaires mondiales, nous sommes des nains face aux USA, et bientôt la Chine et d'autres. La seule défense qui vaille sera celle organisée dans le cadre européen à part égale avec les allemands et les anglais, et le partenariat les autres membres.... Dépenser avec une logique unilatérale est donc une perte d'argent . La bombe nucléaire droit être européenne et gérée de manière fédérale par des statuts clairs, contre toute menace civile nucléaire et d'une autre arme de destruction massive, et rien d'autre. La seule raison qui eut nous permettre donc de l'utiliser sera une riposte juste, et non une attaque. La bombe étant maintenant européenne, voilà 10 milliards de retrouve dont une partie pourra être investie dans l'industrie militaire pour penser le militaire comme un produit d'export ...
Réponse de le 17/12/2012 à 11:30 :
c est ca en cas de menace immédiate l ordre d utilisation de l arme atomique ne mettra que 15 ans a arriver apres 8000 rencontres a Bruxelles et ce si c est une mesure d urgence absolue ....
Réponse de le 17/12/2012 à 11:35 :
D'accord avec vous Theo, sauf sur le fait qu'au moment où vous écrivez ce billet, nous ne sommes surement déjà plus l'une des 5 premières puissances mondiales dès lors qu'on élimine notre potentiel de frappe nucléaire à n'importe quel endroit du globe.
Réponse de le 17/12/2012 à 12:05 :
des nains face aux USA ? pas si sur .. citez moi la dernière guerre que les USA ont vraiment gagné, sans se faire virer à coups de pied aux fesses par des mecs en sandales ou en babouches ?
et pourquoi sommes-nous intervenus à leur place en Lybie ?
a écrit le 17/12/2012 à 9:08 :
Les achats publics de l'Etat sont passés de 6 milliards d'euros en 2007 à 18 milliards d'euros en 2009. (le cout d'un porte avion étant de 3 milliards); nous n'avons qu'un seul porte avion et il était largement payé en 2009. Donc qu'avons nous acheté? De vieux famas, le meilleur d'avion du monde pour les français et dont la livraision prend 6 mois de retard par an (c'est un avion conçu au début des années 1980...et dont les derneirs exemplaires seront livrés en 2030). Faisons un inventaire de notre armement et comme nos amis Britanniques nous nous rendrons compte qu'il manque beaucoup, mais alos beaucoup "d'achats".
Réponse de le 17/12/2012 à 11:58 :
Un commentaire sensé. Il faut une vraie mutualisation européenne sur les matériels. De plus, l'armée reste encore une des administrations qui compte le plus de "grattes papiers", il y a sans doute des économies à faire de ce côté là ....
Réponse de le 17/12/2012 à 12:18 :
Pas d accord sur le commentaire sur le Rafale mais je vais pas relancer le débat dessus , la nécéssité d un deuxiéme porte avions est évidente sauf pour le gouvernement Sinon je penses qu il y a eu pas mal d achat de fait , hélicoptéres Tigre, Frégattes La Fayette, char Leclerc , Famas F2 , tenues Félins ,.......Ca fait pas mal d équipement en toute logique
a écrit le 16/12/2012 à 21:27 :
S il se passe quelque chose de grave dans le monde ,si le pays a besoin de reagir à une menace !!!!nous enverrons les bataillons d enseignants qui vont etre renforcés au maximum ces 5 prochaines années!!pauvre defense!!!qui n a pas de syndicat pour defiler dans les rues!!mais dont le president est le chef des armées!!il faudrait qu il s en souvienne !!!
a écrit le 16/12/2012 à 20:13 :
La Défense n'a pas particulièrement a faire des économies, mais par contre elle fait partie des choses qui devraient vraiment être un ciment de l'Europe, et par voie de conséquence, une Défense mutualisée couterait bien moins a chaque Etat, tout en offrant un niveau bien supérieur, et aurait même une chance de nous créer une image Européeenne crédible... Mais cela évidemment, nos petits politicaillons de bas étage n'en veulent pas, ils auraient l'impression de ne plus servir a rien localement... ce qui est déjà le cas, mais ils ne s'en sont pas encore aperçu...
Réponse de le 17/12/2012 à 12:00 :
Quelle menace directe, nous avons l'arme atomique. Pour le reste, je prône un isolationisme européen. L'Europe aux Européens, nous avons déjà assez de problème au niveau continental pour se mêler des problèmes du Moyen Orient et d'Afrique.
a écrit le 16/12/2012 à 19:30 :
que peut on attendre d'un gouvernement de gauche sinon de faire exactement l'inverse de ce qu'il faudrait
Réponse de le 16/12/2012 à 23:54 :
Certes, mais cela va bien au delà de ça. La droite a fait la même chose. On est gouverné par des gens qui se rachètent une télé au lieu de réparer le toit qui fuit. Plus je m'y intéresse et moins je comprends où les politiques veulent en venir: on dépense à tout va pour des futilités, on s'accroche à un modèle social obsolète qu'on ne sait plus financer, ... En lisant dans la foulée l'interview du patron de Scor, je me demande si on n'est pas finalement tous des veaux; soumis aux divers clientélismes et autres corporatisme. Une question: c'est quoi l'alternative ? (ne répondez FN, c'est pas crédible non plus)
Réponse de le 17/12/2012 à 11:37 :
L'alternative est un mouvement citoyen apolitique, issu de la société civile et sans aucune forme d'adhérence à des syndicats ou lobbyes. Un mouvement ayant l'ambition d'utiliser les médias publics pour débattre sans tabou de tous les sujets (droit du travail, retraites, santé, euro, immigration, banques, justice, délinquance ...) et sur ceux où le consensus ne semble pas l'emporter alors ne pas hésité à utiliser le référendum. Ce n'est que par nous memes que nous nous en sortirons, pas avec ceux qui gèrent/bichonne leur clientèle depuis 40 ans.
Réponse de le 17/12/2012 à 11:59 :
la réelle difficulté est de porter cette réflexion et d'en tirer une vision, qui seule permettra ensuite de savoir vers ou on veut aller, et d'en définir les contours en terme de moyens.....

l'europe, si elle avait un projet, pourrait porter cela.... ce n'est pas le cas..... elle est encore totalement polluée par des intérêts particulier et l'incapacité à imposer des équilibres dans le commerce mondial..... voire même intra européen.... jouer les bas salaires de l'est et de l'espagne dans l'automobile par exemple a forcément ses limites..... et ce ne sont pas les emplois de services à la personne, au smic et à temps partiel, et qui plus est subventionnés par nos impôts, qui remplaceront les emploi industriels (et services liés)....mais le sujet est d'actualité au plus haut point..... la course au moins disant est entrain d'atteindre ses limites....... l'animal est tondu....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :