Taxe poids lourds : Autostrade allié à SNCF, Thales, Steria et SFR, remporte le contrat

 |  | 325 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le processus de désignation du consortium qui emportera la gestion de l'écotaxe sur les poids lourds est terminé. D'après nos informations, c'est le consortium dirigé par l'italien Autostrade qui l'emporte, associé à la SNCF, Thales, Steria et SFR.

Le processus de désignation du consortium qui emportera la gestion de l'écotaxe sur les poids lourds est terminé. D'après nos informations, c'est le consortium dirigé par l'italien Autostrade qui l'emporte, associé à la SNCF, Thales, Steria et SFR. Le concessionnaire autoroutier français Sanef, filiale de l'espagnol Abertis, qui concourait avec Egis, la filiale infrastructure de la Caisse des dépôts, Siemens, Atos et Safran est arrivé en seconde position. Enfin, le constructeur Bouygues est associé à Orange et à l'autrichien Kaptsch, spécialisé dans les systèmes de facturation embarquée, a terminé troisième.

L'enjeu est très important : pour l'État, cette taxe perçue à partir de 2012 sur les poids lourds qui circuleront sur les 12.000 kilomètres du réseau routier national et sur les 2.000 kilomètres de routes départementales devrait permettre d'encaisser 1,2 milliard d'euros par an sur douze ans. Et pour le consortium gagnant, d'engranger près de 2 milliards d'euros sur la même période. Le lauréat sera sélectionné en fonction du prix qu'il demandera, de la qualité technique de son projet, de la crédibilité du calendrier de mise en service et de la robustesse du financement qu'il aura obtenu.

Courant décembre, un expert du transport routier, qui requiérait l'anonymat, fait valoir que le choix d'Autostrade serait « considéré comme provocateur et susciterait un phénomène de rejet ». « La SNCF détient le quatrième opérateur européen de transport, Geodis, faisait-il alors valoir. Il serait paradoxal qu'un transporteur routier détenu par l'État soit en capacité d'obtenir des informations stratégiques sur l'ensemble de ses concurrents et leur flotte de camions et in fine l'ensemble du marché du transport routier en France ». Du côté d'Autostrade, on rétorquait alors que, en aucune manière, Geodis ne traitera les données informatisées sécurisées et qu'Autrostrade sera tenu de respecter un cahier des charges très rigoureux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2011 à 11:46 :
Attention: Kapsch et non Kaptsch
a écrit le 19/01/2011 à 11:13 :
Pour une nuisance de cette importance et pour accélérer les décisions il aurait suffi que l'on oblige certains décideurs à rester toute une journée au bord de la route N4 dans un village traversé par les camions européens ou à constater les dégâts sur cette même route après l'hiver. Cette écotaxe serait déjà en vigueur et depuis longtemps.
a écrit le 18/01/2011 à 20:29 :
Le projet commencera en 2012 par une phase expérimentale (TPLA) en Alsace : jcordonn ne vera plus (moins) passer les camions qui evitent actuellement le réseau routier allemand pour ne pas payer la taxe allemande...
a écrit le 18/01/2011 à 15:56 :
Et...cet écotaxe ne se répercutera pas sur le prix des marchandises?, c'est à dire les clients?.
a écrit le 18/01/2011 à 6:01 :
encore un exemple ou la france 10 ans de retard sur l'allemagne, une veritable honte ce comportement hyper centralisé. d'un alsacien qui en a marre de voir les camions allemands, polonais, roumains, tcheques eviter l'autobahn allemande pr deteriorer nos routes.
Réponse de le 18/01/2011 à 7:51 :
Troll
Réponse de le 18/01/2011 à 10:16 :
Bien vu !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :