La Chine veut réduire ses émissions de CO2

Le gouvernement chinois s'engage à faire passer la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique de 9 % à 11 % d'ici à 2015.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

La situation environnementale continue d'être très préoccupante en Chine a admis samedi, lors d'une conférence de presse, le vice ministre de l'environnement Zhang Liqun.

"Notre croissance économique rapide n'a fait que nous amener des problèmes environnementaux", a-t-il déploré en marge de la réunion annuelle du Parlement.

Il a, par ailleurs, admis que plusieurs objectifs environnementaux du dernier plan n'étaient pas atteints, dont celui de réduire la consommation d'énergie de 20 % entre 2006 en 2010.

L'environnement est un des piliers du douzième plan quinquennal 2011-2015 actuellement en cours d'élaboration. Zhang Liqun n'a pas donné de détails particuliers sur ce dernier qu'il doit remettre prochainement au NDRC ? l'agence de planification chinoise-, mais il s'est engagé à ce que la Chine réduise cette année de 1,5 % les émissions de ses principaux polluants, dont le dioxide de souffre. Il a également annoncé la mise en place à Pékin de l'équivalent de la norme d'émission Euro V pour les automobiles.

Plan très ambitieux

Samedi dernier le Premier ministre Wen Jiabao avait indiqué que la Chine réduirait sa consommation d'énergie de 17 % par unité de PIB pour les cinq années à venir. Les émissions de CO2 seront quant à elles réduites de 16 % sur la même période. La part des énergies renouvelables (qui intègrent pour les chinois le nucléaire) doivent passer de 9 % actuellement à 11,4 %. Un effort particulier sera fait dans le domaine de l'énergie éolienne et nucléaire dont la capacité doit atteindre respectivement, 150 GW et 85 GW en 2020.

Le plan doit aussi promouvoir sept industries clés dont les véhicules électriques, les énergies renouvelables et les industries de haute technologie. Le but est d'améliorer la qualité de la croissance mais aussi de promouvoir une technologie et un savoir faire chinois à forte valeur ajoutée. Les experts du Crédit Suisse estiment les investissements nécessaires à l'application du plan à 4,5 trillions de yuan (0,49 trillion d'euros).

Ce plan est jugé très ambitieux en matière d'environnement. Les analystes estiment d'ailleurs que malgré les efforts de Pékin, le gouvernement central pourrait avoir des problèmes d'application au niveau local. Le vice ministre de l'environnement, conscient des résistances dans les provinces a précisé que les gouvernements locaux seraient fortement impliqués.

Mais le vrai défi pour la Chine reste sa dépendance au charbon, principal émetteur de CO2. Malgré les dernières mesures et la transition vers une industrie « propre », la consommation de charbon va continuer à croitre rapidement et comptera toujours en 2015 pour plus de 60 % de la consommation totale d'énergie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.