L'industrie nautique retrouve des vents favorables

Le chiffre d'affaires de la filière française, qui a lourdement chuté depuis 2008, repart légèrement à la hausse
Ivan Best
Un voilier Garcia. La voile est le point fort de l'industrie nautique française
Un voilier Garcia. La voile est le point fort de l'industrie nautique française (Crédits : DR)

Un signe de reprise de l'économie ? On aimerait le croire. Les ventes de bateaux de plaisance, en chute libre depuis cinq ans -le marché européen a été divisé par deux depuis la saison 2007-2008-, repartent légèrement à la hausse. Et « elles sont toujours corrélées avec la croissance économique », comme l'a souligné ce jeudi Yves Lyon-Caen, président de la Fédération des industies nautiques, lors d'une conférence de presse, à la veille de l'ouverture du salon nautique de Paris (du 6 au 14 décembre).

Sur la saison 2013-2014 (premier septembre au premier septembre), la valeur de la production française de bateaux a affiché une petite progression de 1%. Le chiffre d'affaires des constructeurs français a ainsi atteint près de 728 millions d'euros. Une progression à relativiser, au vu de l'activité en 2007: 1,29 milliard d'euros...

Cette petite hausse de 2013-2014 a été atteinte malgré une chute du nombre d'unités vendues (-16%). Pas de mystère à cela : on produit moins de bateaux, mais plus grands, donc plus chers.

Le point fort, la fabrication de voiliers

Les Français cultivent leur point fort : la fabrication de voiliers. Le chiffre d'affaires s'inscrit en hausse de 4,5% sur ce segment. En revanche, il diminue de 4% s'agissant des bateaux à moteur. Ce segment ne représente plus que 40% de la production française.

La voile est d'autant plus le point fort de l'industrie française du nautisme que la part des bateaux exportés ne cesse d'augmenter. 76,5% du chiffre d'affaires se fait à l'étranger, et même 82% pour les voiliers de plus de 15 mètres, qui ont le vent en poupe. C'est grâce aux exportations que la production de bateaux a pu augmenter légèrement. Car, sur le marché français, une baisse des ventes (-3%) a de nouveau été enregistrée. Elle a été plus que compensée par la reprise en Europe (+4,5%).

L'Espagne se remet à flot

L'Espagne, qui avait littéralement sombré avec la crise financière, se porte un peu mieux, explique Yves Lyon-Caen. On peut parler de « marché en reprise » affirme-t-il. Quant aux ventes en Grande-Bretagne, elles sont aussi en hausse. Hors Europe, la hausse aux Etats-Unis est plus que compensée par la baisse de l'activité dans les Brics. Les Brésiliens ont subi la dévaluation de leur monnaie, sans parler des Russes, tandis que les Chinois ont été priés par les autorités politiques d'avoir la richesse moins voyante.

S'agissant du marché américain, Yves Lyon-Caen estime que « les revenus commencent à se diffuser au sein de la classe moyenne », ce qui est fondamental pour les achats de bateaux. Jusqu'à maintenant, seuls les plus riches voyaient leurs revenus progresser.

Ivan Best

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.