Juke box et flippers aux enchères

 |   |  430  mots
(Crédits : DR)
Doubles jack pots,flippers, gas pumps et autres juxe boxes en provenance des Etats-Unis ont leurs amateurs, car ces machines kitch sont furieusement vintage. Dans les ventes aux enchères, leur prix peut d'ailleurs s'envoler.

Dans les années 1970-80, nombre d'européens qui avaient effectué un séjour aux Etats unis, nostalgie oblige, collectionnaient des objets imposants leur rappelant le temps passé outre-Atlantique: avec le temps, pour beaucoup, cette passion s'est estompée, d'autant que ces encombrantes pièces n'ont plus la place dans les décors des logements actuels. On trouve donc, de ci, delà, ces objets désormais historiques dans les salles des ventes.

Seules les pièces d'époque dites « vintage » en état impeccable intéressent les quelques encore collectionneurs, alors que les brocanteurs achètent des objets à restaurer, mais qui n'atteindront généralement pas les prix élevés faute de pièces de rechange authentiques et d'un bon état de marche.

La SVV parisienne Marc-Arthur Kohn dans ses vacations estivales de la cote d'Azur propose ainsi une vingtaine de ces appareils made in USA, qui attirent, toutefois en moins grand nombre ces temps-ci , des amateurs avisés. On trouve, notamment plusieurs pompes à essence des années 1940 (Gulf, Shell, Texaco) estimées autour de 4.000 euros pièce, un distributeur de Coca Cola de 1955 (8.000 euros), des enseignes lumineuses (autour de 700 euros), plusieurs machines à sous chromés (de 3 à 8.000 euros), quelques juxe boxes (9 à 20.000 euros) ainsi qu'un feu de circulation de 1955 (3.000 euros) et une caisse enregistreuses de 1895 (3.000 euros). Le lot vedette étant une paire de machines à sous « Le Sheriff et le bandit » de 1949 estimée autour de 40.000 euros.

Plus classique ? l'été, les enchérisseurs azuréens sont traditionnellement plus attachés aux oeuvres picturales peu provocatrices ? la vacation propose une huile «  Bord de Seine vers 1903 » d'Albert Lebourg (25.000 euros), un crayon sur papier de Tamara de Lempicka (35.000 euros), un « Moulin de la Galette sous la neige » d'Utrillo (90.000 euros), un bronze patiné de Louis cane (65.000 euros), un «portrait « Cocolo » de Picabia (400.000 euros ou un grand lavis d'encre de Chine de 1969 signé Chagall (500.000 euros).

La veille, Marc-Arthur Kohn met en vente des pièces d'archéologie, des objets Haute époque, des tableaux anciens et des meubles estampillés dont un bonheur du jour par Charles Topino (180.000 euros) ou une commode demi-lune Louis XVI par Louis Moreau (250.000 euros).

A noter pour les amateurs d'objets made in USA la vente à Biarritz le 8 août par Boisgirard d'une vingtaine de machines diverses, dont une borne téléphonique des années 1950 (600 euros), un distributeur de bubble gum (300 euros), un juxe box replique Wurlitzer du modèle 1946 (5.000
euros) quelques machines à sous (2 à 3.000 euros) et un microphone sur pied, 1950 (800 euros).

5 août, 19 h, Intercontinental-Carlton, 06414 Cannes, renseignements: www.auction@khon.fr
8 août, 20 h, Hôtel du Palais, 64200 Biarritz, renseignements: www.boisgirard.com

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :