Barbara Pompili, les coupures d'électricité seront-elles demain la norme ?

 |  | 1159 mots
Lecture 7 min.
La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili nous a averti : la France pourrait connaître des coupures d'électricité cet hiver.
La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili nous a averti : la France pourrait connaître des coupures d'électricité cet hiver. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
CHRONIQUE. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a averti que cet hiver la France pourrait devoir faire face à des coupures d'électricité. Un tel scénario, inimaginable jusqu'alors en raison de l'indépendance énergétique fournie par le nucléaire, pourrait devenir commun avec le projet de faire dépendre le pays uniquement des renouvelables et de l'hydrogène vert d'ici 2050. (*) Par Didier Julienne, spécialiste des marchés des matières premières.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili nous a averti : la France pourrait connaître des coupures d'électricité cet hiver. Cela jette un froid! Car si c'est à cause de la crise sanitaire que les travaux de maintenance des centrales nucléaires françaises pourraient être retardés, en revanche, c'est par pure idéologie que les deux réacteurs de Fessenheim ont été fermés et que nous émettrons plus de carbone avec la réouverture de nos centrales au charbon. Quelle réussite ! En 2011, les écologistes allemands avertissaient déjà que la fermeture des centrales nucléaires entraînerait la réouverture des centrales électriques à charbon.

Dans le même temps, les aléas de la météo rendent l'électricité éolienne et solaire inefficace, car son intermittence n'est pas compensée par un stockage sous forme d'hydrogène. D'ailleurs, quelle solution apporterait ce gaz ?

10% du marché mondial du gaz naturel

Le volume du marché mondial de l'hydrogène représente environ 550 milliards de mètres cubes (m3) par an, soit moins de 10 % du marché mondial du gaz naturel. Il est utilisé dans la désulfurisation du pétrole, les engrais, les industries chimiques et alimentaires. Demain, il sera consommé dans deux nouveaux secteurs : globalement, dans la décarbonation de l'acier, dans le ciment et l'énergie d'autres industries lourdes  ; plus localement, dans le stockage électrique pour éliminer les émissions polluantes du chauffage et dans les transports lourds, de longues distances ou bien fortement carbonés : camions, navires ou trains non encore électrifiés. On en a certains exemples aujourd'hui : bus à hydrogène chinois, camions à hydrogène transportant du minerai de la mine de platinoïdes de Mogalakwena en Afrique du Sud, trains allemands...

Il est toutefois peu judicieux que les voitures particulières utilisent rapidement cette énergie. Sur 1 kWh d'électricité renouvelable stocké sous forme de gaz, seul 0,25 kWh à 0,35 kWh sont réellement restitués pour propulser la voiture à hydrogène, le reste disparaît dans l'électrolyse, la compression du gaz et son stockage, sa distribution puis sa destruction dans la pile à combustible. La perte électrique est en moyenne de 70 %, tandis que la filière véhicule électrique avec batterie n'engendre qu'une déperdition d'environ 10 %. C'est sans doute pour cela qu'Elon Musk la préfère et que l'électricité renouvelable, qui est une électricité encore rare, doit être consommée telle quelle sans passer par la case hydrogène.

Signalons au passage qu'une pile à combustible d'une voiture de 110KW contient entre 3,5 et 6 fois plus de platinoïdes que le pot catalytique d'un véhicule diesel ou essence. La proportion est encore plus importante pour les bus et camions. De leur côté, les électrolyseurs alcalins, à membranes d'échange d'ions ou plus tard à oxydes solides, ont chacun leurs avantages (taille, rendement...) mais ils utilisent du nickel, de l'iridium, du platine, ou des lanthanides. En conséquence, comme à chaque étape de la transition énergétique, la mobilité hydrogène restera dépendante, d'une part, de l'électricité renouvelable et, d'autre part, de mines de métaux situées en Russie, en Afrique du Sud, au Canada ou bien en Chine.

Les technologies de production d'hydrogène sont connues

Rappelons également qu'il n'y a rien de neuf dans les technologies de production d'hydrogène. Vaporeformage, électrolyseurs, compresseurs, distribution, pile à combustible sont connus. Il manque seulement des passerelles entre elles permettant de faire baisser les coûts économiques et environnementaux de fabrication et de consommation.

Ainsi, produire de l'hydrogène bleu — vaporeformage du méthane avec capture du carbone — est certes peu coûteux et à une logique industrielle, mais sa vision environnementale est de courte vue. Inversement, l'électrolyse de l'eau avec de l'électricité réellement décarbonnée et gratuite a du sens, car son hydrogène est 100 % vert. Pourquoi gratuite ? Parce que nous avons l'exemple de l'électricité renouvelable fatale produite lorsque personne n'en veut : celle des fermes solaires allemandes qui est produite avec excès l'été à midi puis déversée sur le marché électrique européen à des prix négatifs parce qu'il n'y a pas assez de consommateurs. Cette électricité gratuite produit un hydrogène vert encore deux à trois trop cher.

Tout ceci étant dit, imaginons quand même que nous ayons atteint l'objectif d'une société zéro carbone en 2050. Tous les obstacles ont été surmontés. Les populations ont accepté d'accueillir, à la campagne comme dans les villes, des champs d'éoliennes et des fermes solaires qui fournissent une électricité locale. Elles les ont également acceptés en bord de mer pour approvisionner quasiment gratuitement les électrolyseurs qui produisent de l'hydrogène vert. Le pétrole, le gaz, le charbon et le nucléaire ont disparu, la consommation électrique mondiale a doublé, la production d'électricité à partir du vent a été multipliée par 35 et par près de 50 pour le solaire grâce à des capacités d'électricité renouvelable (éolien, solaire) qui ont augmenté d'environ 1,5 TW de nos jours à 45 TW. Au lieu d'un mix énergétique décarboné, la production électrique mondiale de 2050 est monochrome, 100 % climatique.

40.000 milliards d'euros d'investissement

Pour atteindre cet objectif, l'investissement mondial a évidemment été colossal : environ 40.000 milliards d'euros. Le chiffre est à mettre en perspective avec le PIB mondial de 2019 qui s'élevait à environ 70.000 milliards d'euros. En outre, cet investissement a été étalé sur 30 ans : fermes solaires, éoliennes, distribution internationale par interconnexions ultra haute tension et la nouvelle filière hydrogène avec ses capacités renouvelables dédiées, électrolyseurs, compresseurs, transports, réservoirs et stockage, piles à combustible...

Un tel scénario pose de nombreux problèmes difficiles à résoudre. Barbara Pompili a donc bien raison de nous habituer dès cette année 2020 au rationnement électrique. En effet, En 2050 les certitudes d'un changement du climat se sont vérifiées : la météo a déjà bien changé, mais en plus hostile pour la production électrique. Malgré l'omniprésence d'éoliennes et de panneaux solaires, l'électricité climatique est insuffisante pour assurer simultanément les besoins en électricité et fabriquer de l'hydrogène vert, car le soleil et les vents sont plus complexes à exploiter par les renouvelables en raison de nombreux phénomènes météorologiques défavorables.

L'erreur de 2020 fut de persévérer dans une transition énergétique bancroche, en lâchant la proie pour l'ombre : abandonner l'électricité pilotée pour dépendre d'une météorologie non maîtrisée. En conséquence, le ministère de l'Énergie de 2050 devra contrôler le niveau des stocks d'hydrogène vert et, durant les hivers sans vent et les étés sans soleil, rationner le gaz et couper l'électricité lors des pics de consommation.

Dans un tel scénario, l'indépendance énergétique ne sera plus qu'une commémoration.

__

(*) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux. Il est aussi auteur sur LaTribune.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2020 à 19:42 :
Les pressions permanentes des écolos, leurs manifestations, les hésitations des gouvernements à faire respecter les Lois, leurs réticences à poser la question du remplacement de nos centrales en fin de vie (on voit actuellement Engie refuser dans cet environnement de financer des travaux pour prolonger les centrales actuelles -trop cher, source d'ennuis, trop peu profitables..). Tout cela va tourner à la catastrophe (coupure d'électricité à commencer évidemment par nos entreprises - il faut rester discret pour le quidam-, mais aussi augmentation des couts).. et on va nous vendre la transition énergétique (écoutez JB Fressoz du CNRS, pour vous faire votre avis, c'est une personne très raisonnable) et l'hydrogène qui n'est pas une énergie mais un vecteur d'énergie.. Des prix élevés de l'électricité arrangent les producteurs, mais les consommateurs risquent d'en faire les frais! Nous y allons je crois.
a écrit le 23/11/2020 à 17:38 :
"les coupures d'électricité seront-elles demain la norme ?"

Sympa le nouveau monde.
a écrit le 23/11/2020 à 16:49 :
Ce ne sont pas les Gaulois qui sont fous mais l'équipe de branquignoles aux commandes du pays en ce moment et leurs affidés verts décroissants.
a écrit le 23/11/2020 à 15:27 :
Les coupures électriques annoncées par RTE cet hiver proviennent de retards dans la maintenance des réacteurs nucléaires. Affectés par covid parce que cette technologie requiert des centaines de personnes pour produire alors que l'éolien se contente de 2 visites par an/turbine et le solaire une visite tous les 5 ans ! Le nucléaire est ultra spécifique à la France. Aucun autre pays n'en veut et surtout pas nos voisins.
Réponse de le 23/11/2020 à 20:24 :
Aucun de nos voisins ne veulent du nucléaire... mais jusqu'à présent, ils n'ont jamais hésité à importer de l'électricité nucléaire pas cher !!! ... ni à multiplier les centrales à charbon !!
Prétendre que seule la COVID est responsable des futures coupures est une véritable escroquerie intellectuelle : si Fessenheim n'était pas fermée, alors le personnel nécessaire à l'entretien d'une centrale ne serait plus nécessaire... et le risque de coupure réduit d'autant !
a écrit le 23/11/2020 à 15:15 :
Pour régler nos problèmes, je propose de payer les ministres et les hauts fonctionnaires aux résultats, Président de la République compris.
a écrit le 23/11/2020 à 13:52 :
Siemens a fermé son unité de fabrication de turbines à gaz, par manque de demande. Dans l'Est de l'Allemagne les mines de lignite à ciel-ouvert tournent a fonds. Dans les Lusaces, de gigantesques haveuses engloutissent des villages entiers, églises et cimetières compris. Le lignite, c'était la ressource énergétique de base de la RDA, et on disait : "Die DDR .. stinkt ! / La RDA .. pue !", et on ne parlait pas seulement du régime communiste. Depuis 2011 plus d'une vingtaine de centrales au charbon/lignite ont été construite ou agrandies, et on vient d'en inaugurer une toute neuve à l'Ouest en Wstphalie ou le lignite n'avait jamais été exploité auparavant. Ce lignite est une vraie mine d'Or ( .. -marronnasse ) pour les sociétés énergétiques. Il ne coute presque rien et on peut vendre l'électricité qui en résulte au même prix exorbitant que celui des moulinets-à.vent et des miroirs-aux-alouettes solaires, basé sur de très lourdes subventions. Vous comprenez la popularité de Mutti-Angela chez Gruuunen !
a écrit le 23/11/2020 à 12:49 :
coupure de courant alors il faut des responsable
voir ceux qui ont pris des decision absurdes
et les inculper de trahison car il fut un temps ou nous exportion de l'electricite
et fermer des central nucleaire pour ouvrir des central a charbon est un crime
Réponse de le 23/11/2020 à 17:42 :
responsables = ceux qui n'ont pas encore saisi les aides d'Etat pour isoler mieux leur passoire thermique qui leur fait dépenser une quantité phénoménale d'énergie (en chauffant l'extérieur).
Ne pas viser que les décideurs mais également les acteurs : nous. !
Ma VMC me consommait 48kWh/mois = 100€ de facture par an (50 d'électricité mais y a plein de trucs en plus), j'en ai acheté une économe, Made in France, 300€, a été amortie sur 3 ans, consomme 15 fois moins. 6€/an pour faire du vent ça suffit. Baisse de 20% de ma facture, j'ai fait ma part. :-)
Réponse de le 24/11/2020 à 8:13 :
une carotte et un bonbon et vous voila satisfait
alors que nos dirigeants penalise encore le pays par des idees venu des
deconstructieurs voyer les ecolos
a écrit le 23/11/2020 à 11:55 :
Coupures de courant= rationnement énergétique
C'est ça le progrès ?
Nos centrales nucléaires sont un atout ,un avantage pour la France ,contribuent à notre indépendance énergétique et limitent le dégagement ce CO2 national.
Il devrait être interdit de fermer une centrale nucléaire autrement que pour des raisons techniques ou de vétusté mais jamais pour des raisons idéologiques.
Réponse de le 23/11/2020 à 17:45 :
40 ans = DLC arrivée. A fermer et désassembler. Ne pas utiliser le matériel après la DLC (problème de fiabilité) ! :-)
On devrait construire 20 EPR, ou 40 si on électrolyse beaucoup d'eau pour se passer totalement du pétrole via l'hydrogène.
a écrit le 23/11/2020 à 11:36 :
on voit bien les limiteS de L'IDEOLOGIE ECOLO !!!! surtout quand elle est représentée par un HULOT avec ses 10 vehicules à moteur
a écrit le 23/11/2020 à 11:34 :
ne mettons pas en route la 5G, arrêtons de produire des objets non essentiels, évitons tous les imports, stoppons toutes les conneries type fusées, armement etc... et construisons la décroissance, prenons le temps de vivre, redevenons des citoyens à part entière et non pas des cracheurs de bulletins de vote toutes les 5 années, bref réapprenons à vivre...
a écrit le 23/11/2020 à 11:09 :
Pour éviter les coupures d'électricité ? supprimer tous ces éclairages diurnes et nocturnes inutiles, tous ces panneaux publicitaires actionnés électriquement, tous les appareils non indispensables utilisant cette énergie dont certains sont suréquipés...
a écrit le 23/11/2020 à 11:05 :
Rapport (117 pages) cour des comptes de mars 2018 "le soutien aux énergies renouvelables" Extraits de la conclusion : « ...transparence des coûts et des prix de production... la mise en cohérence des arbitrages réalisés entre les différentes filières... clarification des ambitions industrielles... ». Bravo!
a écrit le 23/11/2020 à 10:59 :
"les écologistes allemands avertissaient déjà que la fermeture des centrales nucléaires entraînerait la réouverture des centrales électriques à charbon."
ils ne voulaient pas de Fessenheim, les écolos allemands, un 'danger sur pattes' et sont donc contents de sa fermeture. Le nucléaire ne peut être remplacé que par le gaz ou le charbon (ils vont détruire une forêt en Allemagne pour justement continuer à alimenter leurs centrales) de façon rapide. Les danois sont autonomes en bilan mais pas en permanence, acheter quand besoin, vendre les surplus, c'est essentiel !
On peut s'inquiéter à vouloir remplacer "rapidement" les chaudières fuel et gaz par des pompes à chaleur, ça consomme de l'électricité ! C'est cher la décarbonation. Je consomme 5MWh gaz annuel (en chauffant à 17°C + tricot) en pompe à chaleur la facture électrique serait de combien ? Si on consomme 50€ d'électricité la facture est de 100 (abonnement, taxes diverses).
1 million de voitures électriques qq calculait que ça faisait 2% de la conso générale du pays, mais avec 10 millions, ça devient non négligeable...
Plus l'électrolyse de l'eau, pour des usages particuliers de l'hydrogène (industrie camions, avions, ...). Il faut 20-30 EPR !
a écrit le 23/11/2020 à 10:45 :
Elle n'a qu'à ré-ouvrir Fessenheim
a écrit le 23/11/2020 à 10:27 :
Pénurie de masques : le masque n'est pas efficace. Pénurie d'équipements de réanimation et de soignants dans les hôpitaux : on reconfine. Pénurie d'élctricité : on coupe le courant. C'est quoi la prochaine pénurie ?
a écrit le 23/11/2020 à 10:14 :
Oh l'hiver encore ça va, on se couvre mais par contre il est vrai que nous subissons de plus en plus de coupures de courant sans raison climatique ou accidentelle, c'est une évidence, c'est quand ça va arriver l'été avec tout ces gens habitués aux climatisations qui vont se retrouver avec 40 degrès dans leur maison que ça rigolera moins...
a écrit le 23/11/2020 à 10:05 :
Avec les écolos qui veulent supprimer le nucléaire , c'est probable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :