Honda HRV : un beau SUV mais déjà obsolète

La marque japonaise a lancé une nouvelle génération de son HRV, son SUV de segment B qui doit affronter les Peugeot 2008 et autres Renault Captur. Si le rafraîchissement du design est largement apprécié, l'ambiance intérieure déçoit par des choix de matières et de technologies en retard par rapport à ses principaux concurrents. La grille tarifaire finit de nous assommer.
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : Honda)

Non pas que le HRV représente peu d'enjeux de marché compte tenu de la taille d'Honda en Europe (moins de 1% de parts de marché)... Mais, provenant d'un géant mondial qui vend 5 millions de voitures par an, et s'impose comme un acteur majeur sur les marchés nord-américains et chinois, les attentes autour de ce SUV de segment B pouvaient légitimement être exigeantes. Elles l'étaient d'autant plus que sa nouvelle mouture stylistique nous promettait le meilleur du nouveau monde de l'automobile. Le compte n'y est malheureusement pas.

Design extérieur chic et moderne

Il est vrai que le nouveau design est une vraie bouffée d'oxygène dans les gammes japonaises. On est loin des styles déconstruits d'un Toyota C-HR, ou encore du dernier Nissan Qashqai. Le HRV offre de belles lignes très épurées, une calandre très verticale pour accentuer la prestance. Les flancs sont subtilement travaillés pour nuancer la silhouette massive. Une légère chute de pavillon à l'arrière tente d'agrémenter le style d'une nuance d'aérodynamisme. Classique et élégant, le HRV fait entrer Honda dans de nouveaux codes stylistiques, modernes et chics à la fois.

Honda HRV

Mais cet esprit s'évapore immédiatement après avoir ouvert la portière. L'ambiance intérieure n'a absolument rien de moderne... Au contraire, elle nous plonge dix ans en arrière: planche de bord grise, plastique moussé mais sans relief, toucher rugueux. Le levier de vitesse ressemble affreusement à celui de nos aînés, alors même que le HRV n'est disponible qu'en automatique. Preuve de l'anachronisme de la planche, le tableau de bord est encore analogique... Pourtant, le HRV qui mesure 4,34 mètres offre un habitacle particulièrement généreux dans cette catégorie, y compris aux places arrières. Seul le coffre parait étroit avec ses 304 litres soit 100 litres de moins qu'un Peugeot 2008.

Honda HRV

Côté agrément de conduite, la boite du HRV rappelle la boite CVT (elle s'appelle d'ailleurs eCVT sans être une boite CVT) que nous avions honni sur le Toyota C-HR, et son effet "bruit de mobylette". Ici, le HRV nous offre le pire de cette technologie. De quoi nous dissuader de la moindre accélération, dépassement et nous faisant craindre les plus petites pentes. Quel dommage ! La qualité des suspensions est pourtant bonne et les moteurs Honda n'ont rien à envier à personne. Le HRV est toutefois seulement disponible en technologie hybride. Ce choix conduit au dernier point, faute ultime de Honda sur ce modèle : son positionnement prix.

Des prix hallucinants

Alors que ses principaux concurrents visent une fourchette autour de 25.000 euros, le HRV démarre sa grille tarifaire à... 31.520 euros! Un tarif totalement déconnecté du produit et du marché, uniquement contraint par la technologie hybride.

Totalement dépourvu d'univers de marque, proposant une technologie aux antipodes du confort de conduite, un agencement intérieur archaïque... Dans ces conditions, il est difficile d'imaginer le HRV redonner des parts de marché à Honda en Europe...

Honda HRV

Nabil Bourassi

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/02/2022 à 14:47
Signaler
Obsolète ! L'article, peut être. La voiture, je m'en doute bien. De toute façon le géant japonais se moque de toutes ces critiques européennes qui sentent aussi bien le chauvinisme que la jalousie (on attend toujours une garantie moteur de 10 ans de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.