Volkswagen T-Cross : un SUV fait pour la ville

 |   |  631  mots
(Crédits : Volkswagen)
Arrivée en retard sur le segment avec le T-Roc, la marque automobile allemande a décidé de compléter son offensive avec un SUV un cran en-dessous. Le T-Cross se montre extrêmement agile en ville, mais se laisse largement distancer en termes d'aménagement intérieur et d'ergonomie des commandes.

C'est toujours pareil... Le groupe Volkswagen n'est jamais le premier, mais quand il est décidé, il met le paquet. Avec le T-Cross, la marque automobile allemande renforce son offensive sur le segment dit du B-SUV qu'il investit avec une génération de retard sur ses concurrents français qui viennent tout juste de renouveler leur Captur et 2008. Le T-Cross complète ainsi le T-Roc en sous-segmentant cette catégorie, et se place encore un cran en-dessous avec ses 4,11 mètres, soit 12 cm de moins que son grand frère et tandis que les Français, eux, oscillent désormais à plus de 4,23...

Proportions harmonieuses

Il n'empêche que dessiner une voiture, un SUV qui plus est dans des proportions aussi contraintes est devenu une gageure. Ici, le plus petit des SUV du groupe allemand est toutefois parvenu à respecter une belle harmonie des proportions tout en récupérant les attributs du style SUV maison. À l'avant, on dirait un mini-Tiguan avec son museau musclé et vertical, sa calandre large. À l'arrière, le T-Cross s'évite un coffre trop vertical qui aurait écrasé sa silhouette. Au contraire, elle offre une belle ligne galbée ceinturée d'un panneau noir pour donner du relief. Sur les flancs, c'est ambiance Polo: classique, quelques arêtes discrètes. Certes, le T-Cross ne détonne pas, mais il est loin d'être le canon d'austérité que nous aurions pu craindre.

Volkswagen T-Cross

À l'intérieur, ce n'est pas la fête non plus, mais on note de réels efforts pour instaurer un semblant de personnalité. La planche de bord se veut travaillée avec du relief et une dynamique dans le design. Mais la prépondérance du plastique, les grilles d'aération venues d'un autre temps, l'ergonomie minimaliste des commandes est lassante d'austérité. Il faut aller sur les versions supérieures pour trouver un peu de gaieté comme ces détourés de couleurs, mais sans convaincre...

Où est le limiteur de vitesse ?

Côté connectivité, c'est une grosse déception. Volkswagen semble avoir abandonné cette partie là à Android Auto et CarPlay. Et heureusement, quand on voit le retour en arrière de l'ergonomie pourtant basique et simplissime d'un limiteur de vitesse. Car il n'y a pas de commande directe pour le régler, il faut passer par le menu, et compter pas moins de 4 clics pour trouver le bon onglet qui permet seulement de l'activer, car ensuite il faut régler la vitesse... Trop long, trop compliqué!

Volkswagen T-Cross

Ce détail, qui est loin d'en être un en réalité, car c'est justement là-dessus que Renault et Peugeot jouent pour se démarquer, notamment avec leur nouvelle génération de Captur et 2008.

Pour autant, cela ne doit pourtant pas occulter du confort de conduite du T-Cross. Ce modèle est ce qu'il y a de mieux pour profiter de la nouvelle gamme de petits moteurs essence de Volkswagen: réactif, léger, efficace, sobre... Le T-Cross se positionne clairement sur le terrain du meilleur SUV urbain. Son problème, c'est que l'agglomération risque d'être son terrain de jeu privilégié, voire exclusif... Sur route, elle n'est pas plus confortable qu'une citadine classique.

Un concurrent de taille, l'Arona

Le T-Cross est une excellente opportunité pour Volkswagen pour massifier son offensive sur un segment qu'il avait complètement délaissé et qui pourrait être le segment le plus dynamique en Europe pour les prochaines années. En réalité, le véritable danger pour le groupe c'est que le véritable concurrent du T-Cross soit son cousin, le Seat Arona, un modèle très abouti et déjà un gros succès, et qui coûte plus de 3.000 euros de moins que le prix d'appel du T-Cross qui s'élève à 20.310 euros.

Volkswagen T-Cross

Volkswagen T-Cross

Volkswagen T-Cross

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2019 à 11:33 :
Les SUV n'ont rien à faire en ville. Tous ces tracteurs urbains ne servent qu'à satisfaire l'ego de leurs propriétaires et polluent plus qu'un véhicule classique
a écrit le 14/09/2019 à 8:39 :
J espère que, en plus, c'est un 4x4, parce qu'en ville, c'est vachement utile !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :