Marseille, c'est Chicago ? Tant mieux !

On compare Marseille et Chicago pour leur violence ? Tant mieux ! La violence à Chicago date - tout au moins celle que chacun a à l'esprit, notamment grâce au cinéma - des années de la Prohibition (1918-1933). La violence n'a pas disparu à Chicago, certes, même si elle est heureusement bien moindre.
Un mort a Marseille dans un règlement de comptes début septembre
Un mort a Marseille dans un règlement de comptes début septembre (Crédits : PHILIPPE LAURENSON)

La pauvreté n'a pas disparu non plus. En fait, toute grande ville a des pauvres et de la violence. Une ville qui se développe est une ville qui représente l'espoir, notamment chez les plus démunis. Et ceux-ci rencontrent des périodes difficiles exploitées par certains, exploitation qui tourne à la violence.

La comparaison de Marseille et Chicago ne s'arrête pas à la violence. Ce sont deux villes d'immigration de par leur situation géographique (bord de Méditerranée, bord du lac Michigan), leurs emplois variés (industrie, tertiaire, transport), leur originalité urbaine, tant par leur structure que par leur architecture, leur spécificité culturelle, etc. Aujourd'hui, Chicago est une ville propre, audacieuse, innovante. Les plus grands architectes du monde souhaitent bâtir dans cette ville. L'auditorium de Franck Gehry est une pure merveille architecturale et sociale. Des quartiers comme Old Town ou Wicker sont en pleine gentrification, se réhabilitent.

Chicago, qui ne bénéficie pourtant pas du climat souriant de Marseille, est aujourd'hui une destination touristique.

25 ans, pour une ville, c'est peu et c'est beaucoup

La mutation récente de Chicago date des années 1990. On peut comparer cette mutation à celle du port industriel de Bilbao dont le musée Guggenheim, ouvert en 1997, a marqué le virage urbanistique, architectural et social de la ville. Pour Glasgow, c'est un virage semblable qui a été pris dans les années 1980, autour de la rivière Clyde, avec la disparition des chantiers navals.

Zaha Hadid, bien connue à Marseille, y a construit un spectaculaire musée des transports, et Norman Foster plusieurs salles de concert et de sports. Sous la pluie écossaise, Glasgow est une ville qui attire aujourd'hui l'emploi comme les touristes. Marseille, comme Chicago ou Glasgow, a des racines profondes : une université renommée, des hôpitaux de réputation internationale, une histoire industrielle, économique, politique et culturelle.

Les temps changent. Eliot Ness ne court plus après Al Capone. La Méditerranée court après Marseille. C'est une chance.

Elle emmène la région marseillaise.

Et fait oublier Chicago.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.