Le spectre des années 30

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Julien VASQUEZ)
Par Jacques Rosselin, directeur de la rédaction de La Tribune.

Nous y sommes. La crise financière majeure de 2011 fait sentir son impact sur l'économie réelle. Les chiffres de l'Insee viennent de le confirmer : la France, en récession depuis deux trimestres, le sera encore au premier semestre 2012. Le spectre de la crise de la fin des années 20 et des années 30 plane. Les pays riches, contraints à l'époque par l'alignement de leur monnaie sur l'étalon or, donc dans l'impossibilité de dévaluer pour relancer leurs exportations, ont subi le double effet d'une politique monétaire et d'une politique budgétaires strictes. Ils n'avaient pas la possibilité d'aller se ressourcer auprès d'un prêteur en dernier ressort, ce qui devait provoquer l'évasion de capitaux des pays en difficulté, incapables de rassurer les investisseurs. Un paysage familier et inquiétant.

Même le très libéral The Economist, pessimiste, engage les gouvernements européens à ne pas refaire les erreurs d'avant-guerre et à agir énergiquement sur les leviers budgétaire et monétaire, comme l'a fait Obama en 2009 et 2010. Mais pour cela, il faut une vision politique et un accès à ces leviers. Les dirigeants européens n'ont ni l'un ni l'autre. Eux qui n'hésitent pas à invoquer le bon sens de la ménagère ou du chef d'entreprise lorsqu'ils parlent de politique des États semblent avoir du mal à comprendre un raisonnement simple : l'austérité fait fondre la consommation et grimper le chômage, ce qui nuit aux rentrées fiscales et creuse le déficit, ce qui entraîne la perte de confiance des marchés et la hausse des taux d'intérêt, donc plus de déficit et de récession. Nous sommes condamnés à ce cercle vicieux ou à l'inventivité et la volonté politique : création d'euro-obligations, activation d'un fonds de soutien massif, prêteur en dernier ressort, augmentation des salaires, plans de relance...

La Grande Dépression a conduit à la guerre et à la fin de l'étalon or. Cela devrait nous inciter à agir pour sortir rapidement d'un pilotage automatique basé sur l'équilibre budgétaire et l'impuissance monétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2011 à 14:37 :
il n'y a plus d'etalon or,et c'est ça le gros probleme de l'endettement démusuré de la planete ,cette bulle gigansteque va eclater bientot,car ce systeme a contribué à des enrichissements disproportionnés avec la réalité economique:1% détiennent 95% des richesses
a écrit le 16/12/2011 à 23:26 :
Nous avons 8 millions de personnes en France qui n'ont même plus les moyens de se chauffer. Au train où vont les choses nous auront dans quelques mois dix millions de personnes et même beaucoup plus qui n'auront même plus les moyens de manger ! La misère fait des ravages et ce n'est qu'un début.
a écrit le 16/12/2011 à 15:21 :
L'euro est le nouvel Etalon Or... Voilà ce qui fait que nous sommes dans la même situation que celle des années 30... Dans ces années là, les pays, les uns après les autres, ne sont sortis de la crise qu'en sortant de l'étalon or... Vous voyez où je veux en venir... Sauf, qu'aujourd'hui, l'Euro c'est pire que l'étalon or : il est impossible d'en sortir !
Voilà pour le commentaire. Sinon l'article est un excellent résumé de l'incurie de Sarkosel qui nous envoient à 200 km/h dans le mur en béton qui est juste en face...
a écrit le 16/12/2011 à 14:35 :
je t'imprime combien de billets pour relancer la croissance ?
a écrit le 16/12/2011 à 9:36 :
Comment prendre au sérieux une équipe qui considére que vivre avec des dettes est normal???
Il faut se souvenir du Général,pour qui la dette était une Honte.
A vouloir vivre comme les US,ou laisser aller le cours des événements comme en decennie 1992/2007,nous obtenons ce résultat.
Il nous faut réagir avec sérieus et application,mais avec ces gaulois Braillards,est-ce possible?
Réponse de le 16/12/2011 à 10:03 :
Sauf qu'un plan de relance consiste à s'endetter pour faire de l'investissement, alors que notre dette est due à des dépenses de fonctionnement....Donc à court terme vouloir réduire à tout prix la dette par une austérité massive est effectivement une idiotie sans nom....Il faut relancer la croissance éco et ensuite assainir les finances publiques....
Réponse de le 16/12/2011 à 10:52 :
@vicente:la relance a la française?faire des ronds points et refaire trois fois le meme trottoir en 3 ans.ça ne marche plus
Réponse de le 16/12/2011 à 13:15 :
la 1ère mesure du plan Rueff est la dévaluation du franc et le nouveau franc; quant à la dette souveraine pq voulez-vous que de gaulle s'en soit privé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :