Déconfinement le 11 mai : Philippe mis devant le fait accompli par Macron

 |   |  1195  mots
Le Premier ministre, Edouard Philippe.
Le Premier ministre, Edouard Philippe. (Crédits : Reuters)
CHRONIQUE. L'intervention du chef de l'Etat lundi 13 avril a montré qu'il se déchargeait de la crise du coranavirus et de sa gestion cacophonique sur le Premier ministre. En se retrouvant en première ligne, Edouard Philippe sert désormais de fusible, dans la plus pure tradition de la Ve Répubique.

Dans la guerre contre l'épidémie du Covid-19, le commandant en chef a finalement décidé de faire mouvement : le « déconfinement » de la France est désormais programmé pour le 11 mai. Face aux Français, Emmanuel Macron ne s'est pourtant guère étendu sur la mise en musique d'une telle décision. Quid des masques, des tests, de la dette, des faillites d'entreprise ? Sur tous ces sujets, la balle est renvoyée au gouvernement, dans la plus pure tradition de la Ve République. Alors que la colère gronde contre les autorités, Edouard Philippe se retrouve donc en première ligne, tel un fusible idéal : « À la fin, qui paiera les pots cassés ? Ce sera bien sûr Philippe, car juridiquement, il sera responsable, ce qui n'est pas le cas de Macron. Son statut de président le protège en partie... », constate un observateur.

Relations particulièrement tendues

Depuis longtemps, les relations entre le président et son Premier ministre sont particulièrement tendues. Dès l'été 2018 - au moment de l'affaire Benalla -, la confiance avait été mise à rude épreuve entre les deux têtes de l'exécutif. Mais aux dires de nombreuses sources dans leur entourage respectif, les tensions se sont multipliées, et sont même montées de plusieurs crans au fur et à mesure de l'avancée du coronavirus : « Entre les deux hommes, les tensions sont désormais définitives », assure un proche d'Edouard Philippe. « Au point qu'un départ du Premier ministre dans les prochaines semaines n'est plus une simple hypothèse de travail ».

Depuis le 12 mars, la cacophonie de communication au sujet du Covid-19 entre l'Elysée et Matignon a frappé tous les commentateurs. Macron et Philippe ont multiplié les interventions télévisées et autres opérations de communication sans grande concertation. L'annonce par Edouard Philippe de la fermeture des lieux non essentiels à quelques heures de la tenue des élections municipales n'avait pas été particulièrement coordonnée avec l'Elysée. Tel un match retour, la décision d'annoncer un déconfinement pour le 11 mai a été prise par Emmanuel Macron lui-même, c'est-à-dire seul : « Edouard Philippe a été littéralement mis devant le fait accompli, ce qui explique aussi l'improvisation du gouvernement dans les heures qui ont suivi », nous décrypte un initié de Matignon.

« Lundi midi, le président a réuni le Premier ministre et plusieurs ministres. Après, il a décidé, et c'est normal. Il a posé l'objectif et le cadre, nous confirme un proche du chef de l'Etat. Il va envoyer vendredi ou samedi le Premier ministre pour refaire une conférence de presse d'explication. » Une mise au point, semble-t-il, nécessaire car, dès le lendemain de l'intervention présidentielle, le ministre de l'Interieur, Christophe Castaner, bredouillait que le président n'avait pas annoncé « le déconfinement le 11 mai », mais « le confinement jusqu'au 11 mai ». Ajoutant même que cette date « est un objectif, pas une certitude ». Concernant la reprise des cours à l'Éducation Nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer a également eu le plus grand mal à expliciter sa mise en oeuvre. Bref, par ses décisions, le président a mis sous pression l'ensemble du gouvernement.

L'idée d'un gouvernement "d'union nationale" fait son chemin

C'est que l'idée d'un gouvernement « d'union nationale » fait son chemin à l'Elysée. Conseiller informel d'Emmanuel Macron, l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement parle, lui, d'un « gouvernement de salut public ». En réalité, l'idée avait germé à l'Elysée un peu plus tôt, dès janvier, en plein conflit des retraites. Est-ce une manière de conforter un peu plus Emmanuel Macron, de faire taire les critiques, ou au contraire d'anticiper une voie de sortie d'ici 2022 ? En attendant, l'Elysée brouille les pistes, et suscite les convoitises. C'est ainsi que le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, se positionne clairement pour récupérer Matignon. Et Manuel Valls, ancien Premier ministre socialiste, de multiplier les génuflexions publiques (notamment sur Twitter), vis-à-vis de son ancien rival.

En pleine tempête, les rumeurs de démission d'Edouard Philippe vont bon train, la cour autour du président entre en ébullition, et le principal intéressé en joue à fond : « À droite, ils sont tous au taquet pour entrer au gouvernement ! Larrivé, Aubert, Abad, Retailleau, Muselier, Pécresse, Morin... Mais je pense que l'Elysée fait du poker menteur pour appâter les uns et les autres... sans jamais rien leur donner », ironise une figure de LR. « C'est devenu Tinder : l'application pour former un gouvernement ».

"Ils n'ont pas de remplaçants à Philippe"

Dans l'entourage d'Edouard Philippe, on ne goûte guère cette surenchère politicienne en pleine crise du Covid-19 : « Non, Edouard ne démissionne pas. Il peut se faire virer en fin de crise mais certainement pas une démission en pleine guerre sanitaire », assure l'un de ses proches qui en profite pour se plaindre des conseillers du président : « Certains à l'Elysée trouvent qu'il prend trop la lumière et fragilise le PR. Ils essayent juste de le faire passer pour un lâche ou un faible tout simplement... » Ambiance... « Ils ont un problème, c'est qu'ils n'ont pas de remplaçants à Philippe. Le Maire le veut et intrigue mais Emmanuel Macron le déteste », ajoute notre interlocuteur.

En tout cas, dans ce contexte pour le moins troublé, la sarkozie se positionne avec force. Depuis un 1er janvier 2019 passé au Maroc, le publicitaire Jacques Séguéla, ami de longue date de Nicolas Sarkozy n'arrête d'ailleurs pas de diffuser parmi ses cercles de connaissances un slogan tout trouvé  : « Si c'est le chaos, c'est Sarko ». Lundi dernier, l'ancien président s'est d'ailleurs longuement entretenu au téléphone avec Emmanuel Macron. Et dans la sarkozie, ils sont aujourd'hui nombreux à espérer sa nomination à Matignon ! « C'est peu probable, mais le sujet a bien été évoqué », confirme un macroniste de la première heure. « Sarko a tout intérêt à se positionner, même pour Matignon, quand on pense à son agenda judiciaire à venir... », persifle un anti-sarkozyste de droite. « La sarkozie, aujourd'hui, c'est quoi ? Ce n'est plus qu'un concept de journalistes », se rassure un proche de Philippe.

Le réseau sarkozyste a de beaux restes

Au coeur de l'Etat, le réseau sarkozyste a pourtant de beaux restes. Début février, c'est l'ancien numéro 2 de la DCRI du temps de Bernard Squarcini, le préfet Frédéric Veaux, qui a été nommé directeur général de la police nationale. Depuis début mars, le gendarme Richard Lizurey, ex-conseiller de Brice Hortefeux et de Claude Guéant à l'Intérieur, assure une coordination sur le dossier de crise du Covid-19. Enfin, le 20 mars, a été nommé dans la plus grande discrétion, Jérôme Poirot, comme conseiller au cabinet de Nicole Belloubet. Auprès de la garde de Sceaux, cet ancien collaborateur de Rachida Dati, et ancien adjoint d'Ange Mancini, coordonnateur national du renseignement du temps de Sarkozy, doit s'occuper officiellement du « dialogue social » et du « suivi de l'exécution des réformes ». Dans notre régime républicain, c'est ce qu'on appelle assurer la continuité de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2020 à 10:07 :
bienvenue dans le nouveau monde....!!!! selon macron......
on pourrait aussi titrer "retour vers le futur"....
tous ces gens n'ont certainement qu un seul objectif... "servir la france"...
bon, vous avez bien compris que c 'est ironique
les cercles du pouvoir vit en vase clos...et se reproduit au fil du temps

ça n augure rien de bon pour demain
a écrit le 29/04/2020 à 0:46 :
Il a surtout de la chance de ne pas être au pouvoir entre 1790 et 1793. Il craint rien, même pas Pole Emploi...
a écrit le 29/04/2020 à 0:28 :
Le pauvre !!! On ne l'a pas forcé avec un pistolet sur la tempe E Philippe, comme tous les autres de la clique LREM/Modem. S'il nest pas content, il peut démissionner. Il y a assez de vautours pour prendre la place. Et quand il s'agit d'appauvrir et de précariser un maximum de français, on ne la pas entendu protester le Philippe.
a écrit le 28/04/2020 à 15:59 :
Une union nationale?Qui rentrerait sur un bateau qui tangue dont le capitaine et le 1er officier de quart mentent sans arrêt...une retraite bloquée à 14% du pib mais le pib est une variable donc la retraite devient variable à la baisse "of course"et qu'on prétexte l'injustice des 3% des salariés fonctionnaires ces fainéants pour changer un système qui fonctionne +/- correctement il suffisait de modifier à la marge en fixant un montant minimum de retraite.Il n'y a personne pour remplacer Philippe le sauveur que personne ne connaissait avant la macronite aigüe comme Jupiter homme politique inconnu avant Hollande et préféré des françaises dans un sondage adopte un mec devant Obama svp.Vraiment à désespérer et des mauvais jours sont à craindre.Amen
Réponse de le 29/04/2020 à 0:22 :
Ne confondez pas tous les fonctionnaires qui morflent aussi des politiques Sarko/Hollande/Macron, et les hauts fonctionnaires qui, eux, possèdent la fonction de décideurs et dont la carrière est assujettie au pouvoir.
a écrit le 20/04/2020 à 3:05 :
Merci pour cet excellent article. Ca permet de mieux comprendre les caprices de l'enfant roi. Je souhaite à Edouard Philippe te tenir bon face au prince obscure.
a écrit le 19/04/2020 à 18:47 :
On va pas pleurer pour E Philippe... c'est le même playmobil qui obéissait aux ordres il y a peu pour détruire ce qui reste de l'hôpital public, la loi travail, la réforme du chômage, la réforme des retraites... bref la destruction de notre systeme social en France
a écrit le 17/04/2020 à 12:22 :
Après tant d'erreurs, ce gouvernement devrait renoncer à son utopie de laisser ouvrir les frontières à tout vent. Il y a eu assez de morts et il serait temps qu'ils ouvrent les yeux et arrêtent ce massacre.
a écrit le 17/04/2020 à 11:02 :
et si la stratégie ségrégationnisme de m philippe étais de confiner les retraite pour a plus ou moins brève échéance tout simplement de leur sucrer a minima leur retraite
car après l'échec de son plan de reforme il lui faut trouve des fonds
après autant de mensonge depuis sa prise de pouvoir rien ne vient prouver les bonnes intentions ou est la réquisition des entreprise pour produire des masques quand on sait que dans le même temps les chinois achète des machines pour produire et nous on attend la catastrophe car oui il est responsable avec ses amis de la désindustrialisation du pays et qu'il refuse de mettre en accusation les précèdent gouvernement ce n'est pas la mondialisation qui est responsable
mais bien ce que les Politien en on fait
et ne font rien pour rétablir la situation a croire que quand le gouvernement achète a l'étranger il y a une partie des cette somme qui intègre les paradis fiscaux
a écrit le 17/04/2020 à 10:29 :
Comme la plupart n'ont aucune expérience de ce qu'est une entreprise, ils n'ont pas conscience des dégâts qu'ils ont crées en interdisant toute activité sans réfléchir aux conséquences.
Réponse de le 18/04/2020 à 11:40 :
Et surtout, en tant que fonctionnaire ils ne sont jamais responsables individuellement, et ne risquent absolument rien.Pile tu perds, face je gagne.
a écrit le 17/04/2020 à 8:41 :
je viens d'apprendre d'après le gouvernement Français que si l'Allemagne a fois moins de décès que la France ceci est due aux a la vigilances des régions allemande
alors deux questions a ces incapables de Français qui gouverne
eux pourquoi sont il en retard de décision ( plus d'autonomie aux régions et surtout les respecter ,
et quand les régions françaises achète des masques qui en parenthèse ne serve a rien pour la population pourquoi
alors envoi t'il leur fermier généraux alias les préfets non pas les réquisitionner mais bien les voler car il s'agit bien de vol
a écrit le 16/04/2020 à 21:22 :
Tout cela est bien beau.
Le rapport de l'INSERM dit que dés qu'on cessera le confinement il y aura une deuxième vague aussi violente dans 3 mois.
Le rapport du Harvard School of Public Health ne dit pas autre chose: alternance de confinement et de distanciation sociale devrait durer jusqu'en 2022 !
Aussi incroyable que ça puisse paraitre en deux requêtes google, vous verrez que c'est ce que nous préparent nos dirigeants: la prison pendant deux ans et la ruine totale de l'occident, le sacrifice des moins de 50 ans et je ne parle même pas des seniors à qu'on veut mettre en quarantaine comme des pestiférés sans leur demander leur avis.
Pour l'instant les gens acceptent des mesures dures imposées dans l'espoir que ça se termine bientôt. Mais je doute que ça dure quand la vérité va se répandre.
Les tests qui sont préparés en France sont des tests sérologiques, on vise l'immunité collective. A quoi ça sert de nous enfermer si on veut que l'essentiel de la population soit contaminée?
Réponse de le 17/04/2020 à 10:30 :
Calmos sur les annonces... Déjà personne ne semble réellement savoir la réalité de ce virus... Dire qu'une "seconde vagues" va arriver est aussi absurde que de dire qu'elle "arrivera pas"... Personne ne sais et ne peut savoir si on est immunisé ou non car on ne connaît pas le nombre de personnes qui on contracté la maladie et on ne le saura jamais car il faudrait tester tout le monde plusieurs fois pour le savoir, ceci additionné au fait qu'on ne sais pas plus si une personne qui l'a contactée est ou non immunisé n'améliore pas la vision du futur... Le troisième aspect que tout le monde ignore reste le futur de ce virus... Va t'il muter ou non, ce faisant va t'il muté et vivre en parallèle de nous "gentilment" ou "méchamment"... en gros si il mute va t'il tuer moins en contaminent plus de personne ou tuera t'il plus...
Vu qu'on aura pas de réponse par les scientifiques car ils ne pourront pas les fournir qu'ils le veillent ou non, 2021 et 2022 nous le dirons...
a écrit le 16/04/2020 à 20:30 :
La censure règne dans votre presse .
Réponse de le 18/04/2020 à 11:45 :
Et oui, c'est à cela qu'on reconnais la propagande "officielle" subventionnée par mes et vos prélèvement sans notre autorisation.
a écrit le 16/04/2020 à 19:59 :
Encore un de ces nombreux journalistes qui fait partie des yakafoquon, qui lit dans les pensées du chef de l'Etat, qui sait tout mieux que les scientifiques et qui aurait su gérer cette crise avec une efficacité remarquable. Ça devient énervant.
a écrit le 16/04/2020 à 19:15 :
L’irruption du covid-19 dans nos vies est en train d’agir comme le révélateur de la folie des choix politiques effectués depuis un tiers de siècle par nos dirigeants contre l’avis du peuple, par pur dogmatisme -européisme et libre-échangisme forcenés-.

Plus d’ UE veut dire moins d’État.

Et moins d’État signifie moins d’argent pour nos routes, nos écoles, nos universités, nos hôpitaux, notre armée, notre recherche, nos fleurons industriels.. Comment alors s’étonner qu’il n’y ait pas de réserves de masques, de gels hydroalcooliques, de places en réanimation, de tests, de blouses, de respirateurs, de sédatifs, de curare, etc. ? Le 16 mars dernier, chacun de nous devant son écran pour écouter l’allocution télévisée du président de la République, a constaté que l’État peut tout mais que Macron, qui l’incarne, n’avait hélas rien prévu du tout. Sa toute dernière allocution, le 13 avril, n’a fait que confirmer ce diagnostic, en en ajoutant un autre : la cacophonie, l’amateurisme et l’incompétence de Macron et de son gouvernement atteignent des niveaux dignes du Guiness des records.

Développement exhaustif et sourcé sur : "Le covid-19 va-t-il accélérer la fin de l’Union européenne ? – par Cyrille B"..
a écrit le 16/04/2020 à 17:58 :
18 millions de vieux soi-disant et combien en face ?
C'est la guerre a dit notre Président et les plus nombreux gagnent .
a écrit le 16/04/2020 à 17:53 :
Cet article démontre une chose. Nos politiques sont convaincus qu'il y aura une unique vague de ce virus. Donc, ils gardent le même programme dans leur tête (programme au sens informatique) et ils ne voient pas plus loin que leur nez.

Combien de crises sanitaires seront nécessaires pour qu'ils se rendent compte que le Covid-19 nous allons en manger pendant des années avant de stabiliser tout l'édifice.
Il n'y a qu'à lire l'article sur Lufthansa. Ils prévoient des répercussions sur plusieurs années. Même un élève de collège comprendrait que ce qui est vrai pour une compagnie aérienne l'est pour un Etat.
Réponse de le 16/04/2020 à 21:33 :
Non le gouvernement sait qu'il y aura une deuxième vague. Le rapport de l'Inserm dont je parle plus haut était attendu par Macron et il est tombé 2 jours avant l'allocution de lundi. Et donc deuxième vague et reconfinement inévitable. Ils le savent.
a écrit le 16/04/2020 à 17:39 :
alors a 60 ans on est trop vieux pour sortir do confinement mais trop jeune pour partir en retraite Macron faudrait peut etre mettre les compteurs a l'heure il a du peter un cable sait il encore ou il habite??
a écrit le 16/04/2020 à 17:18 :
Bigre... ce n'est pas rassurant. De toute maniére soyons lucide: dans l'ambiance actuelle n'importe quel président serait détesté. Même De Gaulle serait haï au bout de 6 mois. C'est à se demander comment y'en a encore qui soient candidats.
a écrit le 16/04/2020 à 17:08 :
enfin Macron commence à comprendre que philippe est un boulet droit dans ses bottes. il restera dans la lignée des premiers ministres nuls, Édith cresson raffarin et jean marc ayraud pour ceux que j ai vécu. Des insignifiants qui ont passés leur temps à prendre des décisions contradictoires sans vision dans la pure tradition des énarques et de la grande administration. il n existe pas tous les jours un Rocard ou un Delors. ils nous manquent surtout dans cette période.
a écrit le 16/04/2020 à 16:21 :
On prend les mêmes et on recommence. Quand est-ce que ces gens comprendront qu'on en peut plus de voir leur gueule.
a écrit le 16/04/2020 à 16:08 :
C’est le début de la fin. J’aurais tendance à croire que Nicolas Sarkozy pilote le président Macron depuis le début. Son nom reviens tout le temps ...
a écrit le 16/04/2020 à 15:46 :
La macronie déjà en mal de talents en à peine 3 ans. Bientôt 2022, Il ne va récupérer que des has been, des 3eme, 4eme couteaux, celles et ceux qui n'ont plus aucune chance, une dernière louchée de soupe avant une longue et douloureuse route. Ce quinquennat sera vraiment allé de Griveaux en Sibeth, les Charybde et Scylla des temps modernes. Ni gauche ni droite alors que le problème n'est ni la gauche, ni la droite, le vrai problème en france est la france avec son système de démocratie exécutive et sa haute fonction publique inamovible.

Vivement que ça se termine mal.
Réponse de le 17/04/2020 à 6:27 :
le problème de la France est sa ponction publique totalement incompétente : nous le voyons chaque jour avec les hopitaux !! incompétente et hors de prix !!
a écrit le 16/04/2020 à 15:03 :
la solution ce serait de confiner définitivement macron, philippe, et tout leur gang du macronistan.
a écrit le 16/04/2020 à 15:02 :
Ce qui est rassurant c'est qu'ils ont réussi à re-vider des caisses qui étaient vides (Fillon expert en constat au-réalisé, le contraire de la méthode coué finalement).

Comme en Physique, le vide n'est pas vide !
a écrit le 16/04/2020 à 15:00 :
"Qu'importe qu'un chat soit blanc ou noir, pourvu qu'il attrape les souris"! Mais qui, en France, répond aux critères: déficit budgétaire réduit à 3% du PIB (c'est tout-de-même 30% des recettes) budgétaires, endettement public aux alentours de 60% du PIB? Il nous faudra chercher le nouveau SULLY (et le nouvel HENRI IV) au delà des frontières.
a écrit le 16/04/2020 à 14:59 :
c'est a lelysee qu'il faut commencer par deconfiner Macron en premier et son equipe de menteur le pauvre Philippe s'est fait rouler dans la farine Buzin avait raiuson quand elle disait que l'on allait droit dans la pandemie, que faisait donc son mari mr levy responsable du labo chinois d'ou est parti le virus? silence radio !!! bizarre en tout cas Macron se pose en chef des armees ! BOUF il y a longtemps que l'on aurait perdu la guerre le freluquet il faut qu'il aille faire ses classes dans un regiment commando sa vous recadre un homme probleme il ne tiendra pas le coup alors mr MACRON au revoir et bon voyage
a écrit le 16/04/2020 à 14:33 :
Les faits sont là: absence de masques, absence de tests, et déversement de fonds -du jamais vu- sans beaucoup de réflexion (tout était-il nécessaire, bien pensé) et sans beaucoup e contrôle démocratique (au prétexte de l'union sacrée, où est l'opposition notamment de droite et que pensent tous ces messieurs in fine?). Nous allons déconfiner après les allemands, après les belges, aggravant bien sûr la facture pour le pays, directe, mais aussi sur le moyen terme ("le temps perdu ne se rattrape pas" disait Higelin).. Donc ce n'est pas glorieux, c'est sérieux. Mais il faut aussi analyser le rôle de nos agences de santé, de nos administrations des hôpitaux, des fonctionnaires en charge de notre système de santé, de nos médecins (du secteur privé mais tout de même financés par de l'argent public), bref de toute notre "organisation" -sommes-nous organisés? Nous avons l'impression d'une grande pagaille, d'une impréparation, et cela, ni le chef de l'état, ni le Premier Ministre, ni même les Ministres de la santé ne sauraient en porter seuls, les responsabilités. La France dans l'après crise pourra rebondir si chacun fait ce qu'il a à faire, et si l'état comprend, Enfin!, Miracle! qu'il été dans l'échec et tout comme un Architecte en Chef des Monuments historiques fameux maintenant, qu'il doit la fermer pour se consacrer à ses missions régaliennes et éviter de jouer les mouches du coche!
a écrit le 16/04/2020 à 14:02 :
Suite à la mauvaise gestion du CODIV-19 par notre gouvernement, nos élus politiques qui vont devoir rendre des comptes à la Justice, devraient êtres interdits de sortir du territoire par précaution. Même si ceux-ci à l'aide de Milliards d'euros déversés tentent de se racheter.
a écrit le 16/04/2020 à 13:40 :
On connaissait les AllerRetours stratégiques de la guerre de retraite universelle entre le PR et le PM. Bienvenue au même phénomène pour la guerre de Coronav, cela donne un semblant de débat démocratique. Bien sûr la dictature menace sous forme de comité de salut public (Robespierre) ou de gouvernement d'union nationale (Pétain). Reste que le PR est le chef des armées selon l'art 15 de la Constitution. Il n'est pas possible au PR de se défausser de sa responsabilité sur le PM: qui a déclaré l'état de guerre? Le premier de la classe a bien décrit son dispositif le 13/04: au premier rang nos fonctionnaires et personnels de santé, etc., au deuxième rang nos agriculteurs etc., au troisième rang les confinés qui continuent la vie au fond.
Cet article montre que cela bouge en haut, tant mieux!
a écrit le 16/04/2020 à 12:44 :
Ce qui a sauvé les Chinois dans leur crise du coranavirus , ils ont constaté un mauvais départ dans l'appréciation du virus et les mesures a prendre. Et bien ils ont viré tout l'établissement des prises de décisions et renouvellé avec des personnes compétentes et actives .
Voilà ce qui nous fait défaut , car ces les mêmes décideurs qui se sont trompées et continuent à faire de mauvais choix sur la crise et la sortie de crise ,il y a beaucoup de choses à dire . Ils ne savent pas graduer leurs décisions , c'est tout ou rien . Et bien je pense qu'il serait temps de déconfiner maintenant les régions pays de loire , l'aquitaine et un département comme la creuse sans aucun risque de 2ème vague. Cela aurait du sens au vu des résultats qui sont déjà remontés .
a écrit le 16/04/2020 à 12:28 :
Il est essentiel de reformuler pour mesurer les enjeux d' un tel questionnement. La politique de Macron est faite à Bruxelles via les GOPE, Lire :
"les GOPE -Grandes Orientations de Politique Économique- ou la feuille de route économique de Matignon"
qui se traduit par un constat : abandon de la souveraineté nationale et perte de la démocratie ; l' ensemble ayant ..bercé la singulière gestion de Covid par notre héraut des GOPE qui, aux premiers jours de crise, levait la main vers Bruxelles puisque "la réponse devait être européenne"!.

Et pour cause, Macron contraint dans sa limite de déficit budgétaire contingentée à 3 % par Bruxelles sollicitait la permission de ..Bruxelles de dépenser plus.!

Comment peut-on cautionner cette idéologie régressive dès lors qu' on l' a comprise et faire consensus avec ..ça dans un appel, je cite, à un "gouvernement d 'unité nationale" alors que le seul intérêt national pousse à éclipser les causes ..?

Il n' y a aura pas de solution sans FREXIT..
a écrit le 16/04/2020 à 12:20 :
Une fois de plus, notre grand stratège se plaît à jouer Jupiter avec une phraséologie moins guerrière. Il manie les références historiques : déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, allusion à des termes de la Grande Guerre. Mais le reste reste convenu en soignant son image et en renvoyant l'intendance à un gouvernement, pris au dépourvu !
La mine et les propos d'attente des ministres donnent le sentiment d'improvisation. L'insécurité sociétale et civique se répand. Les élèves de la maternelle aux lycées seront invités, pour des raisons économiques, à rejoindre leurs établissements sans qu'on en connaissent les modalités.
Mme Merkel a donné d'emblée sur le même thème une méthode, des modalités de fonctionnement des établissements. On a l'impression que cette démarche s'incrit dans un projet défini, réfléchi et soutenu par les Allemands.La « gestion du COVID-19 » a été menée de manière exemplaire avec des moyens et des établissemnets prêts à telle enseigne que l'accueil de nos propres malades a été possible sans tambours ni trompettes ! Allez tendre la sybille après ça !
Au lieu de convaincre et d'entraîner la confiance, on créée la défiance, l'incompréhension voire la colère.
M. Le Maire s'étonne après ces discours que les Français thésaurisent ! Mais qui a bousculé le corps social avec les retraites ?
Qui gère la crise du COVID-19 avec des renoncements, des demi-vérités, des volte-face multiples ?
La confiance ne se décrète pas, elle se gagne !
On conçoit que Monsieur le Premier ministre n'est là que pour quelques semaines voire quelques mois, fusible naturel de la Vième république. Derrière, ce Président de la République, la cour s'agite, les prétendants se placent, les intrigues se nouent.
Le MEDEF part ses prises de position semble soucier d'avancer ses pions sans considérations de cette temporalité particulière que nous traversons. Même M. Berger s'insurge !
Le confinement n'aura qu'un temps et le peuple sortira de sa torpeur. Que se passera-t-il alors ?
a écrit le 16/04/2020 à 11:53 :
Union nationale? Avec tous les second couteaux qui ont été complices des dérives politico-mafieuses du sarkozysme?

Même s'il est maintenant clair pour les français que Macron c'est la droite pour la doctrine économique et l'extrême droite en matière de "sécurité" et de "liberté", Ça reste une blague et pas un programme républicain et démocratique.
Réponse de le 16/04/2020 à 17:41 :
Je suis d'accord avec vous. Il suffisait de voir l'abandon par Macron ministre des entreprises stratégiques comme Alstom, puis comme Président l'incroyable série de mesures de casse de la démocratie et du système social français (suppression des élections à la Sécu et main mise sur son fond indépendant, la loi travail, privatisation d'EDF, casse de la retraite par répartition ...) pour comprendre la prise de pouvoir par un groupe à l'idéologie d'extrême droite sectaire et bornée, qui se dissimule aux français via une communication hors du temps.
Je craignais le pire avant la pandémie. Avec la pandémie, nous courrons à la catastrophe humanitaire et économique avec ces gens là.
a écrit le 16/04/2020 à 11:18 :
A partir du 11 mai, la France s'appelle "Porte Avions Charles de Gaulle"'.
Réponse de le 16/04/2020 à 12:05 :
Le but c'est quand même qu'un maximum de jeunes attrapent le virus. Comme ils sont en bonne santé, la grande majorité n'aura aucun symptômes ou peu graves.
On ne va pas se cacher (confiner) toute notre vie face à ce virus.
a écrit le 16/04/2020 à 10:57 :
... et nos vieux sénateurs feront quoi ? Il faut soit disant enfermer les vieux. lol
a écrit le 16/04/2020 à 10:45 :
Légalement élu, il n'est plus "légitime" de se le garder, sachant que contrairement a ses ministres, il n'est pas justiciable et... donc irresponsable!
a écrit le 16/04/2020 à 10:41 :
Ras le bol du confinement pour simplet. On peut être prudent et responsable sans avoir besoin d'un uniforme derrière nous. Et puis si on doit mourir au moins au saura pourquoi.
Pas d’inquiétude il restera suffisamment d'habitants sur la terre.
je suis certain que la crise économique déclenchée par " précaution" fera plus de victimes que le virus.
a écrit le 16/04/2020 à 10:28 :
Étrange article: de la politique fiction mal fagotée? Vraiment pas assez grave pour un gouvernement d'union nationale... Quant au réseau Sarko: de la rigolade?!
a écrit le 16/04/2020 à 10:14 :
"L'idée d'un gouvernement "d'union nationale" fait son chemin"

L'article s'arrête ici pour moi.
Réponse de le 16/04/2020 à 10:46 :
bizarre, je l'ai en entier. Change de navigateur ou ouvre en fenetre privée pour voir
Réponse de le 16/04/2020 à 11:08 :
Ah merci de me répondre.

Ça me le fait aussi sur un windows 10, là je suis sous linux, c'est ça qui est le plus étonnant mais pas sur mon téléphone portable.

Je me demande si c'est pas depuis la pub de what's app, qui est quand même particulièrement invasive.

De toutes façons faire faire une installation directement d'une publicité déjà...
Réponse de le 16/04/2020 à 11:43 :
Bien vu pour le navigateur, merci, même si je ne comprends quand même pas pourquoi brutalement celui que j'utilise depuis tout le temps me tronque les articles.

Bah... mettons ça sur le dos du bordel général.
Réponse de le 16/04/2020 à 14:39 :
Salut,
J'ai jamais ce pb en passant par Qwant que j'ai téléchargé sur l'ordi et le portable.
En plus, qd j'ouvre Q sur le portable, j'ai immédiatement ttes les pages web que j'utilise régulièrement: la presse et autre, à dispo.
C'est très pratique et rapide.
Cdlt
Réponse de le 16/04/2020 à 15:20 :
@ léon:

Cela ne m'était jamais arrivé auparavant, utilisant pourtant un navigateur commun, pas ce désastreux d Internet Explorer bien entendu,, et je comprendrais des bugs au pire mais la tronque d'article c'est spécial quand même non ?

Encore ce serait des articles de "gauche" seulement... mais même pas ! :-)

Bah de toutes façons c'est le bordel partout.
Réponse de le 16/04/2020 à 16:05 :
Ce doit être la faute a macron, ou a Nietzsche. Quoi que Nietzsche j'ai quelques doutes et ce n'est pas bien la peine de l'accabler le pauvre
Réponse de le 16/04/2020 à 17:03 :
Macron n'y est pour rien plus ça avance et plus on voit qu'il n'y comprend rien de pourquoi il est là... et c'est la faute de Nietzsche en effet d'avoir eu une capacité de pensée aussi phénoménale, forcément difficile, surtout en Allemagne car prisonnier du contexte classe productrice/classe dirigeante.

"L'intelligence c'est ce qui permet de savoir à quel point on est malheureux" Pierre Desproges
Réponse de le 16/04/2020 à 17:04 :
Macron n'y est pour rien plus ça avance et plus on voit qu'il n'y comprend rien de pourquoi il est là... et c'est la faute de Nietzsche en effet d'avoir eu une capacité de pensée aussi phénoménale, forcément difficile, surtout en Allemagne car prisonnier du contexte classe productrice/classe dirigeante.

"L'intelligence c'est ce qui permet de savoir à quel point on est malheureux" Pierre Desproges

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :