Les limites de la tentation Macron

Soumis à de fortes tensions, les partis Les Républicains (LR) et le Parti socialiste (PS), grands perdants du premier tour de l'élection présidentielle, craignent qu'une partie de leurs troupes ne rejoignent le mouvement En Marche ! Mais en n'acceptant que les ralliements individuels, Emmanuel Macron favorise le statu quo à quelques semaines des élections législatives.
Robert Jules

4 mn

Emmanuel Macron, ce jeudi après-midi auprès des ouvriers du site Whirlpool d'Amiens qui refusent la délocalisation de leur usine en Pologne.
Emmanuel Macron, ce jeudi après-midi auprès des ouvriers du site Whirlpool d'Amiens qui refusent la délocalisation de leur usine en Pologne. (Crédits : Reuters)

L'implosion des partis LR et PS, à laquelle on s'attendait au lendemain du premier tour des élections présidentielles, n'a pas eu lieu. Certes, la nécessité de devoir empêcher l'arrivée du Front national à la tête du pays, en votant en faveur d'Emmanuel Macron comme y ont appelé tant François Fillon que Benoît Hamon, renvoie à plus tard les explications sérieuses et les conséquences à en tirer.

Comment faire en effet cohabiter dans la même formation les membres de Sens commun ou de la Droite populaire avec ceux qui se réclament d'Alain Juppé ou de Nathalie Kosciusko-Morizet ? Les manœuvres qui ont permis le maintien et l'échec de la candidature de François Fillon, mis en examen pour, entre autres, détournement de fonds publics, ont coupé le parti en groupes difficilement réconciliables.

"Un regard neuf"

Lundi, d'ailleurs, plusieurs élus proches d'Alain Juppé se sont réunis pour définir une démarche commune prenant acte de ce que la victoire d'Emmanuel Macron au premier tour les obligeait à porter « un regard neuf » qui les conduit à « repenser la façon dont nous portons les valeurs de liberté, de responsabilité, d'autorité de l'Etat et d'attachement à l'Europe », indiquent-ils, en espérant « que notre famille politique saura comprendre cette nécessité ». Une prise de position claire pour alimenter le débat mais en aucun cas une rupture.

Trahison et score historiquement faible

De même, comment au PS les « deux gauches irréconciliables » vont-elles pouvoir demain travailler ensemble. En appelant à voter dès le premier tour en faveur d'Emmanuel Macron, Manuel Valls, malgré ses engagements de la primaire à soutenir le vainqueur, s'est aliéné une large partie du PS. Mais l'échec de Benoît Hamon, qui a obtenu un score historiquement faible, fragilise sa position pour être demain le leader du PS.

Aussi, Manuel Valls peut bien déclarer mardi devant ses fidèles la fin du PS issu du congrès d'Epinay, et affirmer vouloir participer à une future majorité présidentielle en cas d'élection d'Emmanuel Macron, il n'indique pas clairement comment il compte le faire. Sa déclaration relève davantage du « whishful thinking » que d'une démarche concrète, à l'instar de celles de certains poids lourds de LR, comme Christian Estrosi ou Bruno Le Maire.

Car la tentation des uns et des autres bute sur les conditions posées par Emmanuel Macron pour pouvoir rejoindre En Marche !, notamment pour obtenir l'investiture pour les législatives : tout ralliement doit procéder d'une démarche individuelle et exclusive de toute appartenance à un autre parti.

Eviter le "big bang"

Paradoxalement, ces critères, qui traduisent également la ligne politique de ni droite ni gauche que défend Emmanuel Macron depuis le début, pourraient éviter le « big bang » du PS et de LR.

En effet, les élections législatives restent sous la Ve république très encadrées par les partis. Même affaiblis, LR et PS demeurent les formations les plus structurées avec le Front National. Pour qui veut peser demain sur la politique française, un groupe important d'élus est nécessaire. Et les élections ayant lieu en juin, il apparaît difficilement envisageable de construire une formation dans un laps de temps aussi court. Certains chez LR, en particulier les sarkozystes, comptent bien prendre leur revanche sur la présidentielle et se voient déjà imposer une cohabitation.

Fortes résistances demain

Car si Emmanuel Macron est élu, il doit pouvoir compter sur un parti structuré votant et soutenant un programme qui va se heurter demain à de fortes résistances. Bref, passer des promesses de la campagne à l'exercice du pouvoir. La pléiade de soutiens qu'il a pu engranger jusqu'à maintenant est pour cela insuffisant.

Emmanuel Macron veut éviter de se retrouver dans une situation qu'il a vécu, celle de François Hollande, un homme politique expérimenté, qui a vu ses initiatives de réformes en matière de politique économique et sociale contrariées par la contestation permanente de « frondeurs » issus de sa propre famille politique.

Le fondateur d'En Marche! veut des ralliements sans condition pour appliquer son programme. C'est un pari pascalien, il n'est pas sans risque.

Robert Jules

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 59
à écrit le 29/04/2017 à 22:57
Signaler
Il n'y a aucune incohérence à voter Macron contre Le Pen puis, lors des législatives, à voter contre Macron. Ce qui est certain, c'est que les partis autres que le FN susceptibles de s'opposer à Macron après la présidentielle ont intérêt à ce que son...

à écrit le 29/04/2017 à 22:53
Signaler
coucou revoilà le retour du vichysme avec le candidat en marche . il est allé confirmer à la Chanceliére qu'il obéirait à sa doctrine économique et sociale , et lui a donné des gages en promettant de diminuer les protections et dépenses sociales ( m...

à écrit le 28/04/2017 à 18:37
Signaler
umps=psump comme dit Marine le PEN,c'est toujours d'actualité, LRPS PSLR, rien n'a changé depuis 30 ans,Comme disait l'autre, c'et bonnet blanc et blanc bonnet

à écrit le 27/04/2017 à 20:08
Signaler
Un homme qui n'a rien à dire mais qui le dit quand même. Une éolienne ambulante encensé par la superstructure.

à écrit le 27/04/2017 à 14:31
Signaler
Je suis un électeur de la droite républicaine, et je considère que ces résultats sont le fruit d'un viol électoral . Ainsi, en aucun cas, je ne coopèrerais pour faire élire celui qui a été choisi par le système. Macron s'il avait un peu de fierté et...

le 27/04/2017 à 17:09
Signaler
Vous ne pouvez pas écrire que vous êtes respectueuse de la république d'un côté, et que le système a abattu Fillon de l'autre. Si vous respectez la république, vous en respectez les règles - scrutins uninominales à 2 tours. Presence de 2 candidats, ...

à écrit le 27/04/2017 à 13:28
Signaler
Il a recyclé les vielles lunes libérales, et les médias lui ont servi la soupe en même temps qu’à un Front national ravi de jouer les épouvantails. N’oublions pas. Le repoussoir lepéniste, c’est le faire-valoir de Macron. Le second tour de l’élection...

à écrit le 27/04/2017 à 13:14
Signaler
Je vois pas quel interet pourrait avoir Macron a accepter le ralliement des LR ou du PS... ca le plomberait car il est en train d essayer d apparaitre comme un homme neuf... Difficile en ayant a ses cotés Valls ou Juppe et que le candidat soit l ex d...

le 27/04/2017 à 13:32
Signaler
Macron est la fausse barbe de hollande, on ne vote pas pour une fausse barbe, on s' abstient ..... https://www.legrandsoir.info/la-victoire-volee-du-morveux-de-chez-rothschild.html#.WP8VygV9UV4.email

à écrit le 27/04/2017 à 12:27
Signaler
tous comme le regime de m hollande qui vient en catimini de legalise le recrutement des eleves a l'universite par tirage au sort c'est cela la vision democratique de m hollande et macron le meme regard que de placer ses copins

à écrit le 27/04/2017 à 12:20
Signaler
m macron est avec l'actuel pouvoir a donne son accord sur le regime turc tous pour la dictature dans la droite ligne de m hollande et de m valls qui ont autorise les leader du regime a venir cracher leur venin sur le sol de la France ce qui do...

à écrit le 27/04/2017 à 12:16
Signaler
@ M. Robert Jules, "wishful" please Thank you

à écrit le 27/04/2017 à 10:58
Signaler
Mitterrand avait bien compris l'intérêt d'un FN relativement fort. Dont acte une nouvelle fois. Le PS est APPAREMMENT en miettes, mais est-ce bien sûr? Les dégâts sont beaucoup plus importants dans les autres partis: MELENCHON est OUT, entraînant d...

à écrit le 27/04/2017 à 10:23
Signaler
Pour le second tour , on espère que l'abstention sera massive. On ne veut ni de l'un , ni de l'autre mais c'est le second tour..... Donc celui ou celle qui sera élu devra comprendre que cela aura été possible que grâce à une minorité d'électeur , ...

le 27/04/2017 à 12:17
Signaler
Le point faible de votre raisonnement c'est que l'un des deux sera élu(e) et imposera sa vision de la politique, même si vous n'en voulez pas. Et espérer qu'une Lepen ou un Macron se comportera différemment selon qu'il serait élu(e) à 65% ou à 50,...

le 27/04/2017 à 17:04
Signaler
Et si Macron passe avec 60% et un taux de participation de 85%, vous n'aurez plus qu'à vous taire car la majorité aura tranché.

à écrit le 27/04/2017 à 10:17
Signaler
Les électeurs du PS et ceux de Mélenchon vont avoir du mal à comprendre un ralliement à Macron. Que veut ce candidat libéral? Réformer puissance 10 le code du travail et faire voter cette réforme par ordonnances cette été. 2 Réformer l'assurance ch...

à écrit le 27/04/2017 à 9:59
Signaler
Cet apôtre de l’ ubérisation de l’économie et du détricotage du code du travail, cet apologiste du marché sans frontières et de la mondialisation capitaliste a gagné de justesse, le 23 avril, en se qualifiant pour le second tour. Mais s’il l’a emport...

à écrit le 27/04/2017 à 9:44
Signaler
Le bilan final c’est que ce sont les grands médias qui font l’élection. Macron, pendant un an, a eu des couvertures de magazines et a eu accès à toutes grandes chaînes de la télé et des radios avec, somme toute, la bienveillance des commentat...

le 27/04/2017 à 11:09
Signaler
@Michel58 "Le bilan final c’est que ce sont les grands médias qui font l’élection." C'est la conclusion à laquelle je suis arrivé depuis longtemps et pour cette raison...je ne participe plus au vote de l'élection présidentielle, et du bout des lèv...

à écrit le 27/04/2017 à 9:36
Signaler
Si, dans les cinq ans à venir, les Français boivent la coupe jusqu’à la lie, si la France poursuit sa marche vers le sous-développement avec son cortège de pauvreté, de violence, d’inégalité et d’injustice, il faudra au moins avoir la lucidité de rec...

le 27/04/2017 à 17:02
Signaler
Si Macron incarne la France d'aujourd'hui, c'est normal qu'il soit élu. MLP¨effectivement incarne une France qui n'existe plus.

à écrit le 27/04/2017 à 9:19
Signaler
Que faire d'un Macron, ce petit être Infantile et Creux qui sans sa Maman Brigitte et perdu comme on a pu le voir hier à Amiens. On aurait cru voir un collégien passant un examen et ne sachant que répondre et quand il le pouvait à côté du sujet. ...

le 27/04/2017 à 10:00
Signaler
Nous sommes d'accord avec vous, Macron est le visage de la poilitique infantile, un contraste avec les déclaration arrogante d'Attali piètre scribouillard atteint de sénilité, entouré des rejetons inutiles de la politique Bayrou Valls Cohn Bendit ...

le 27/04/2017 à 10:02
Signaler
Nous sommes d'accord avec vous, Macron est le visage de la poilitique infantile, un contraste avec les déclaration arrogante d'Attali piètre scribouillard atteint de sénilité, entouré des rejetons inutiles de la politique Bayrou Valls Cohn Bendit ...

le 27/04/2017 à 12:48
Signaler
L'infantile à 39 a, a exercé des responsabilités de plus haut niveau que tout le staff du FN en 40 ans. Il a bâti à lui seul un parti qui en moins de deux ans lui permet d'arriver au second tour des présidentielle. A comparer avec la mémère dont ...

à écrit le 27/04/2017 à 8:42
Signaler
Si Macron est élu, il ne devra pas oublier qu'il sera président de TOUS les Français, et non seulement de ses affidés, dont beaucoup trop viennent à la gamelle après retournement de veste. Les électeurs FN, par choix ou par défaut, sont aussi des cit...

le 27/04/2017 à 16:41
Signaler
"il ne devra pas oublier qu'il sera président de TOUS les Français" comment dire...il sera le président avant tout du grand patronat, et des marchés financiers ! peut-être il s'occupera des Français, sur un malentendu ça peut, sans doute marcher !!!

à écrit le 27/04/2017 à 7:59
Signaler
Tout les problèmes se résument au role de l'énergie; le travail et l'énergie sont de même nature; il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. Il n'y a pas de solution sans tenir compte de cette idée. Il faut appliquer la no...

à écrit le 27/04/2017 à 7:24
Signaler
Mais comment vont-ils expliquer aux électeurs lors des Législatives qu'ils combattent MACRON alors qu'ils appellent à voter pour lui au 2ème tour de l'élection présidentielle ? Il va être difficile de favoriser les reports de voix avec cette incohére...

le 27/04/2017 à 8:14
Signaler
@Britannicus: tout à fait et quoi qu'on en dise, Mélanchon est le seul qui soit cohérent en la matière. Quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre, on vote blanc. Cela dit, on voit bien que les partis traditionnels se sentent bien dans le vi...

le 27/04/2017 à 10:46
Signaler
@Patrickb et aux autres "Quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre, on vote blanc" oui mais il y a un Hic...le vote blanc est le vote inutile par définition... il faut savoir qu'un vote blanc, n'est pas considéré (pour l'instant) comme un ...

le 27/04/2017 à 12:27
Signaler
Les électeurs sont parfaitement capable de comprendre qu'un vote de rejet d'un candidat à la présidentielle ne vaut pas forcément adhésion à l'autre candidat. Quand Chirac a été élu avec 80% des suffrages, seuls les idiots ont cru que c'était pour...

à écrit le 27/04/2017 à 7:11
Signaler
Le 2002 tous contre le FN car nous avions Chirac. Le 2017 plus rien! Nous avons un candidat que nous connaissons pas et rien de pire que l'inconnue donc nous nous cachons dans notre petit coin. Nous ne sommes pas au centre du monde mais nous sommes ...

le 27/04/2017 à 11:59
Signaler
"Ne pas voter c'est un acte irresponsable " c'est qui est irresponsable, c’est de voter pour un candidats qui est a l'opposé de nos convictions politiques, ce qui est irresponsable, c'est l’état dans lequel les politiques(droite -gauche) successives ...

à écrit le 27/04/2017 à 6:00
Signaler
Valls veut rejoindre macron.etrange il tire partit de tout lui un vrai creve la dalle.les francais doivent se reveiller voter macron revient a faire revenir hollande au pouvoir ,se sera peu etre meme encore pire.perso j ai vote jlm au 1er et pour pas...

le 27/04/2017 à 17:00
Signaler
FAites ce que vous voulez, vous avez le droit de voter pour MLP. Mais il faudra assumer devant vos chers camarades

à écrit le 27/04/2017 à 2:40
Signaler
Mon Mari et Moi, électeurs convaincus de Fillon, sommes depuis dimanche soir, dans une situation inédite de spectateurs tellement détachés et complètement indifférents. Impossible que nous touchions !!!l l'un ou l'autre des deux bulletins. Perplexes...

le 27/04/2017 à 5:40
Signaler
Optalidon, ca fait des miracles.

le 27/04/2017 à 9:22
Signaler
Si les citoyen(ne)s se découragent en masse comme vous alors, oui, le pays coure à sa perte et devra s'en prendre qu'à lui-même. Qu'est-ce qui vous empêche de continuer à voter pour ce qui se rapproche le plus de vos idées? Evidemment c'est plus comp...

le 27/04/2017 à 10:36
Signaler
...bravo, restez planqués...

le 27/04/2017 à 12:29
Signaler
Croire que la politique ne s'occupera pas de nous si l'on ne s'en occupe pas.

le 27/04/2017 à 16:08
Signaler
@Jakantana "Si les citoyen(ne)s se découragent en masse comme vous alors, oui, le pays coure à sa perte et devra s'en prendre qu'à lui-même" de 1/ les politiques(droite-gauche) n'ont eu nul besoin des citoyens pour saborder le pays et de 2/ les f...

le 27/04/2017 à 16:18
Signaler
@matins calmes "Optalidon, ca fait des miracles. " oui mais alors en France, l'Optalidon c'est comme des personnalités politiques honnêtes, responsables, œuvrant pour le bien du pays et de ses citoyens...ça n'existe plus !!! bonne chance pour trouve...

à écrit le 26/04/2017 à 23:09
Signaler
Je ne voterai pas.macron, l heritier de hollande, nos retraites la csg va être taxe, je ne voterai pas

le 27/04/2017 à 16:59
Signaler
Alors vous favoriser la victoire de Marine, vous êtes donc FN Assumez

à écrit le 26/04/2017 à 22:41
Signaler
Je crois que le pari est au contraire sans risque pour Macron. Les politiques préfèrent leurs places à leur idées, et dès l'instant que Macron sera élu ils se rueront pour profiter de la soupe qui aujourd'hui leur est servie ailleurs. Cette atti...

le 27/04/2017 à 6:19
Signaler
Vous avez raison les places sont bonnes et comme ils pensent plus à leurs porte monnaie qu a nous et qu ils se soutiennent tous EM trouvera avec qui gouverner

le 27/04/2017 à 13:10
Signaler
tout a fait. Quel interet pour Macron de sauver le PS ou les LR ? Il les laisse se decomposer tout seul. Et s il lui manque des deputes apres les legislatives, il y a suffsament de Vincent Place dans chaque parti pour faire l appoint

à écrit le 26/04/2017 à 22:36
Signaler
C'est une déclinaison du fameux si vous n'êtes pas avec moi vous êtes contre moi de Sarkozy. Ces élections sont une farce.

le 27/04/2017 à 16:58
Signaler
Si JLM avait été qualifié, vous diriez que ces élections montrent la vitalité démocratique française.

le 30/04/2017 à 21:24
Signaler
Certainement pas et vous le savez parfaitement, vous trollez.

à écrit le 26/04/2017 à 20:59
Signaler
C'est le Haut de France contre la France d'en haut!!! Le peuple contre la finance.

à écrit le 26/04/2017 à 20:44
Signaler
Hollande a tout raté durant sauf son quinquennat, sauf pour les Présidentielles, car en effet, Macron HOLLANDE-VALLS ont réussit à noyer le PS, l'UMP LR et l'UDI. Voter Macron, c'est organiser les obsèques du PS, de l'UMP LR et de l'UDI ......

le 26/04/2017 à 23:00
Signaler
Moi je trouve que leur cout est un cout de maitre... Faire croire que Macron n'est pas PS est prodigieux... Il était ministre sous quel président? J'espère que c'est une blague votre réflexion... Pourtant il est vrai que pour moi lui Hollande, Valls ...

à écrit le 26/04/2017 à 20:20
Signaler
Asselineau, « Il faut que les Français comprennent que c’est la famille Le Pen qui permet au système type Macron de se maintenir ». Il ne donnera donc pas de consigne de vote, prédisant dès à présent « la 7e défaite des Le Pen » au terme « de la tra...

le 26/04/2017 à 21:48
Signaler
Pour une fois exact : sans le FN la gauche n'aurait jamais pu retrouver le pouvoir en 1988, 1997, 2012, 2017 (?).

le 27/04/2017 à 16:37
Signaler
que c'est l'Europe qui permet au système de Lepen de se maintenir. Sans les subsides de Bruxelles, la FN aurait été en faillite en 1995 et la famille aussi, puisque n'ayant pas de métiers.

le 28/04/2017 à 13:31
Signaler
" c'est l'Europe qui permet au système de Lepen de se maintenir." Pas tout à fait, c'est la proportionnelle qui le permet. Sans proportionnelle (système qui permet d'avoir des élus même s'ils n'arrivent nulle part à rassembler une majorité absolue d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.