Les industries de Défense : un atout pour la France ?

 |   |  760  mots
(Crédits : Reuters Charles Platiau)
Les industries de la Défense peuvent être un aout pour la France. Mais à condition d'être soutenues par les pouvoirs publics. par Philippe Petitcolin, Directeur Général de Safran

Il y a quelques jours, les Etats-Unis commémoraient les attentats du World Trade Center. Avec eux, le monde est entré dans une nouvelle ère. Les attaques qui depuis quelques années frappent sur tous les continents, et particulièrement l'Europe, ont partout placé la question de la Défense au rang de priorité absolue. Parallèlement, depuis la chute du mur de Berlin, sur fond de crise économique et budgétaire, les budgets de Défense n'ont cessé de baisser en France et en Europe. Alors que les élections présidentielles françaises approchent, il est nécessaire de rappeler combien le contexte sécuritaire dégradé qui est malheureusement le nôtre appelle le maintien des efforts budgétaires et politiques en cours. C'est à ce prix que les industries de Défense françaises, qui sont parmi les meilleures du monde, joueront pleinement leur rôle dans la crise actuelle.

165.000 emplois

Quand on leur en donne les moyens, grands Groupes, ETI, PME et start-up français savent en effet pleinement satisfaire les attentes des forces armées. Les femmes et les hommes de notre industrie ont conscience de leur responsabilité tant pour la souveraineté de la France et de ses alliés que pour le dynamisme économique de notre pays. En France, la Défense, c'est 165 000 emplois, un tissu dense de plus de 4 000 PME, 90% des achats réalisés sur le territoire. Ce sont aussi des technologies de pointe dont bénéficient d'autres secteurs industriels, comme l'informatique, l'aéronautique ou le spatial. Bien sûr aussi, comme toutes les industries, les nôtres poursuivent un objectif de rentabilité et doivent donc être toujours plus performantes et compétitives.

Baisse des budgets de R&D

 Compte-tenu de leur spécificité, nos industries ont également besoin du soutien des pouvoirs publics pour réussir. C'est particulièrement le cas pour ce qui est de la R&D. Dans nos métiers, le retour sur investissement, s'il existe, est particulièrement long à obtenir. Les équipements en service aujourd'hui sont le résultat d'efforts consentis au tournant des années 1990. Notre capacité à nous différencier par les technologies concourt à notre supériorité sur les terrains d'opération et dans les compétitions commerciales. Elle implique des financements et de la patience. Or les budgets de R&D continuent de baisser partout en Europe. Le rehaussement des budgets d'équipement, réclamé par l'OTAN depuis des années, est donc indispensable. Il en va de même du maintien du crédit impôt recherche. Sans lui, nombre d'innovations ne pourraient pas voir le jour, ou devraient se faire ailleurs qu'en France. Des milliers d'emplois seraient directement menacés sur notre territoire.

 Pour une Europe unie sur le plan de la Défense

L'action des pouvoirs publics est aussi nécessaire à notre succès à l'export. Le gouvernement, les services ministériels et les Etats-Majors ne ménagent pas leurs efforts pour permettre à nos industries de remporter des contrats, comme celui du Rafale, qui, à juste titre, fait beaucoup parler de lui : ses ventes tirent toute une économie pendant de nombreuses années. Sans ces succès, qui assurent sa rentabilité, l'industrie de Défense française ne pourrait plus remplir sa mission auprès des forces françaises.

 Enfin, les industries de Défense veulent une Europe unie sur le plan de la Défense. Elles ont également un rôle de premier plan à jouer dans sa construction. Comme l'a rappelé à plusieurs reprises le Président de la République, l'Europe de la Défense est indispensable à notre sécurité collective. Elle nourrit depuis longtemps de l'espoir mais aussi de la frustration. Aujourd'hui, elle n'existe pas. Au contraire, il faut bien l'avouer, l'Union européenne apparait trop souvent comme un espace compliqué où l'intérêt de chacun et l'intérêt général ont du mal à s'accorder. Lorsque les conditions seront réunies, les industriels souhaitent participer activement à l'édification d'une Europe de la Défense efficace, cohérente et durable. Ce ne sera pas une mince affaire.

 L'industrie de Défense n'est pas une industrie comme les autres. Elle répond à des enjeux de souveraineté dans le contexte volatil qui est celui du monde contemporain. Elle est aussi au cœur de notre vie économique. Son succès contribue à l'avenir industriel de la France. Mais elle ne peut réussir ses missions qu'en lien étroit avec les pouvoirs publics, tant à l'échelle nationale qu'à l'échelle européenne. Un atout pour la France ? Oui. A certaines conditions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 10:21 :
Donc le véritable libéralisme n'a aucune chance d'exister au sein de notre économie actuelle, tout ses soit disant représentants faisant office de menteurs récurrents.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :