La France qui tombe...

 |   |  468  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A. Caen)
Lundi 9 avril sera donné le coup d'envoi officiel de la campagne présidentielle. Mais le vrai moment symbolique viendra plus tôt puisque l'agence Standard & Poor's doit rendre publique avant mercredi 18 janvier, jour du sommet social à l'Elysée, sa décision concernant la notation de la France (et des autres pays de la zone euro).

Dans sa lettre aux Français, publiée dans Libération, François Hollande a anticipé la perte de notre AAA en évoquant une France "dégradée" sous Nicolas Sarkozy. Pour l'opinion, cette nouvelle, certes annoncée de longue date, résonnera comme un coup de tonnerre et la triste confirmation du déclin prédit dans "La France qui tombe", l'essai à succès de l'historien Nicolas Baverez, publié un an après le choc du 21 avril 2002, où Jean-Marie Le Pen avait éliminé Lionel Jospin de la course à l'Elysée.

Pour l'heure, rien ne permet d'affirmer que l'élection de 2012 connaîtra un nouveau 21 avril, à l'endroit ou à l'envers. Mais rien ne permet non plus de l'exclure. Assise sur un socle d'intentions de vote plus élevé que son père en 2002, Marine Le Pen espère bien créer la surprise le 22 avril prochain, jour du premier tour. Sa campagne, basée sur la sortie de l'euro et le protectionnisme, séduit la France ouvrière, déçue par les promesses non tenues du quinquennat et celle des "invisibles", cette France mi-rurale, mi péri-urbaine, qui se sent abandonnée dans la crise.

Pour Hollande comme pour Sarkozy, cette situation - la perte du AAA et la force du Front national - crée une responsabilité inédite. Au lieu de s'invectiver, ils devraient prendre garde à cette France qui gronde, ne croit plus à l'Europe ni à la politique. Entre la crise économique, le chômage, les menaces sur la zone euro et la dette, ils ont largement de quoi relever leur niveau de jeu. Hollande parle d'un nécessaire "redressement national". Sarkozy met en avant le "courage" et se pose en "homme providentiel". On peut d'ores et déjà parier que l'un, ou l'autre, sera le prochain locataire de l'Elysée. "Le choix : Hollande ou Sarkozy", titre The Economist dans son édition "The World in 2012" Oui, mais pour quoi faire ? Ce que l'on pourrait espérer de mieux des deux candidats, c'est qu'ils fassent une seule promesse : s'engager à retrouver le AAA en dix ans, la durée qui a été nécessaire pour le Canada, dégradé en 1991.

Dans la dure bataille qui s'annonce, il est toutefois un élément de différenciation, jusqu'ici peu mis en avant, et dont personne ne sait s'il sera un atout ou un handicap pour le président sortant : s'il est réélu, Nicolas Sarkozy sera le premier président de la cinquième République qui ne pourra pas se faire réélire une troisième fois, en vertu de la réforme constitutionnelle qu'il a fait adopter en 2007. De quoi avoir les mains libres pour la rupture, la vraie ? Mais pas de quoi gouverner dix ans. Dix ans d'efforts, ce qu'a promis Angela Merkel aux pays laxistes de la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2012 à 1:24 :
Et pour ceux qui trouve que ça ne fait "pas moderne" de défendre l'esprit gaulois bagarreur et créatif... regardez les faits :

Dès qu'ils sont libérés du carcan administratif voulu par la gauche mais pérennisé par la droite molle, les entrepreneurs français cartonnent.

Il suffit de leur laisser un peu plus de champs libre face aux mastodontes et à l'administration de chez nous. Au lieu d'avoir UN Free, UN Archos, etc nous en aurions des dizaines.
a écrit le 07/01/2012 à 1:23 :
Et pour ceux qui trouve que ça ne fait "pas moderne" de défendre l'esprit gaulois bagarreur et créatif... regardez les faits :

Dès qu'ils sont libérés du carcan administratif voulu par la gauche mais pérennisé par la droite molle, les entrepreneurs français cartonnent.

Il suffit de leur laisser un peu plus de champs libre face aux mastodontes et à l'administration de chez nous. Au lieu d'avoir UN Free, UN Archos, etc nous en aurions des dizaines.
a écrit le 07/01/2012 à 1:16 :
Non messieurs, la démocratie existe encore et les français ont le droit de dire non à cete incurie financière.

Pour travailler depuis des années dans le secteur des services financiers je peux vous dire que :

1) le pire est devant nous : les services se délocalisent bien plus aisément que l'industrie (stock et lead time ne posent pas de problèmes en off-sore contairement à l'industrie).

2) le model des champions nationaux est un échec comparé objectivement à la logique de réseau des entreprises intermédiaires allemande.

Donc il n'y a pas besoin d'^tre un chômeur alcoolique bac -4 pour voter contre l'UMPS.
Réponse de le 07/01/2012 à 7:53 :
Bien vu ! En effet, dans ma société, l'ensemble de l'encadrement dirigeant dont je fais partie va voter contre l'UMPS et la plupart est encartée au FN.
a écrit le 06/01/2012 à 20:46 :
la faute à qui ? à Sarko qui a creusé le déficit les 2 premières années après son élection ! pour remercier ses électeurs ! il avait trouvé l'état déjà bien endetté en 2007 et continua à faire voter des budgets en déséquilibre ...
vous pouvez vérifier ! il n'y a pas que la crise financière !!!!!!!!!!!!
a écrit le 06/01/2012 à 17:50 :
Entèrement d'accord avec Itsme; cessons de pleurer et au travail car les chinois et les hindous arrivent avec leurs méthodes et vous comprendrez bien vite qu'il n'y aura plus de syndicats français...Les chinois s'installent en Bulgarie (nos frères européens !...) pour fabriquer 50.000 véhicules par an, pour commencer !
Que produirons - nous? Rien !!!... Car même nos prostituées, notre dernière chance de survie, ne seront plus compétitives sur le marché international !!!...
Il va falloir s'armer de courage et cesser de rêver...
Oublions la droite et la gauche, l'ENA et Sciences Po. et tout le reste et choisissons des techniciens pour chaque domaine !!!
Réponse de le 06/01/2012 à 18:45 :
Nous ne sommes pas en conccurence avec la Chine , sinon acceptez dès demain de travailler 60 heures par semaine pour 100 ou 200 euros sans protection sociale . La Chine c'est une colonie du capitalisme occidental . Citez moi une grande entreprise chinoise ? Nos entreprises font la richesse de ce pays qui rappelons le , est une dictature qui ne respecte pas les regles internationales et fait joujou avec sa monnaie . La Chine n'est pas forte , c'est nous qui sommes faibles . Le " modèle " chinois est une chimère vendue par les apotres de la mondialisation pour nous faire accepter notre declassement , à leur profit .
Réponse de le 30/01/2012 à 8:41 :
Un exemple d'entreprise chinoise ? Worldcom : 1 millions d'employés. Fabrique vos ordinateurs.
a écrit le 06/01/2012 à 12:18 :
EN FAIT LE SEUL VOTE UTILE SERA BAYROU CAR PLUS DE NS ET PAS DE HOLLANDE QUI N'EST PAS CREDIBLE;;;;LE VOTE LE PEN EST UN VOTE PERDU CAR ELLE NE PEUT PAS PASSER AU 2EME TOUR DONC CEUX QUI VOTE POUR ELLE VOTE POUR SARKO OU HOLLANDE AU SECOND TOUR PAR DeFAUT ;;;;; CQFD QU4ON CE LE DISE !!
Réponse de le 06/01/2012 à 18:31 :
Le vote perdu c'est Bayou qui essaie d'imiter Marine Le Pen et de lui voler ses idées!

Les français ne se feront pas berner une seconde fois et élira un politicien qui ne leur mente pas et avec un plan d'action sur l'Europe et l'euro!

Marine Le Pen sera élue pour 2012!
Réponse de le 06/01/2012 à 20:49 :
le problème pour marine c'est qu'elle n'aura pas la majorité à l'assemblée et sera en cohabitation sans doute avec H .
SON PROGRAMME EST DEMAGOGUE CAR AVEC DES CONTRATS ON NE QUITTE PAS AISEMENT L EUROPE...
Réponse de le 07/01/2012 à 1:19 :
Vote utile Bayrou ? C'est une blague ?

Le seul axe politique fort du centre mou est l'européisme. De la presse financière anglo-saxonne à la gauche française tout le monde a acté l?échec de ce délire bureaucratique.
Réponse de le 07/01/2012 à 1:26 :
Plutôt que de nous plaindre de la roublardise monétaire chinoise et US faisons pareil !

Reprenions notre monnaie et ajustons la à notre compétitivité réelle !
a écrit le 06/01/2012 à 12:15 :
1 - Canada 1991 - 2011= 20 ans, pas dix!

2- Sarko, très impopulaire prendra-t-il le risque de se représenter ou passera-t-il son tour en laissant à d'autres la responsabilité de redresser la situation, pour mieux reconquérir le pouvoir dans cinq ans, pour un ou deux mandats?
a écrit le 06/01/2012 à 11:05 :
et si on voulait changer ? Parce-que les "mesures courageuses" de l'UMP, je les attend toujours...
Réponse de le 06/01/2012 à 20:48 :
Courageux : le recul de l'âge de départ à la retraite que certains veulent ramener à 60 ans en cas de victoire électorale. La journée de carence chez les fonctionnaires.
Réponse de le 06/01/2012 à 21:54 :
Courageux aussi l'augmentation massive des taxes et impôts... Mais courageux pour qui ? Pour les politicards confortablement installés dans leurs fauteuils et pérennisant ainsi leurs avantages et leurs traitements pharaoniques, ou courageux pour celui qui travaille pour les nourrir et qui va voir son niveau de vie baisser ?
a écrit le 06/01/2012 à 9:17 :
La France qui tombe ... les classes moyennes seront les défavorisées de 2012 .... Quelle bofrerie affligeante !!! Dans ces conditions et pour la bofrerie franchouillarde : surtout que rien ne bouge, comme avant sous Chichi et Mimi. Prenons la vague de la modernisation de l'humanité de plein fouet, cela nous ira bien !!!

Il n'y en fait qu'une seile et unique solution. Arretons tous de pleurer, nous sommes cocoonés - meme avec les reformes en cours et celles a venir qui je l'espere seront des vraies reformes de structures - comme aucun peuple ne l'est sur la planète. Au boulot que diable et cessons les débats, les questionnements, les inquiétudes, les soucis, les pialleries steriles et les peurnicheries gaminionesques.

A l'étranger les Francais ne sont que des GATES. Sans decisions volontaristes en particulier sur les gabegies de protection sociale c'est le fond du trou assuré. Vives les réformes pour tous !!!
Réponse de le 06/01/2012 à 12:52 :
Merci pour votre commentaire, ça fait du bien de savoir qu'il reste quelques français dynamiques prêt à se battre contre tous les conservatismes et les lachetés pour faire repartir ce pays, qui a quand même d'incroyable atout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :