Sarkozy restera le leader des droites

 |   |  1281  mots
(Crédits : DR)

Quinquennat oblige, le second tour de l'élection présidentielle détermine en fait l'ensemble des contours futurs de la scène politique française pour les 5 prochaines années. Nicolas Sarkozy a obtenu 48,3%. Il perd, mais gagne la bataille au sein des familles des droites. Contre Marine Le Pen, contre la tentative d'évasion d'une partie du centre et peut être même contre la sienne. Seul, il a livré la première bataille de la recomposition qui se prépare et qui s'achèvera dans la législative en mode proportionnelle en 2017.
Surtout, et quoi qu'il puisse se passer d'ici là, même s'il sort du jeu politique quotidien, s'il confirme son éloignement, il restera, qu'il le souhaite ou non, le leader des droites. Une figure tutélaire dont les citoyens raffolent. Un recours au moins imaginaire, même pour celles et ceux qui l'avaient détestés. Au grand dam des François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et peut-être même Jean-François Copé et autres Alain Juppé ... et surtout de Marine Le Pen. Il est en train de réussir une sortie qui préfigure le lavage par les prochains mois des
scories négatives de son quinquennat.

Sarkozy restera dans le champ politique
Nicolas Sarkozy, n'en doutons pas, va choisir de rester dans le champ politique. Au delà des frontières limitées de l'UMP. Il ne fera pas du Jospin, ni même du VGE. Il ne fera pas du Schroeder, peut-être un peu de Blair, et encore davantage de Clinton. Certes il a été battu mais il a fédéré autour de sa candidature plusieurs millions d'électeurs, presqu'une moitié de France. Malgré une campagne désastreuse, ballotée, une campagne de riposte, trop courte, il est revenu de loin dans un contexte de bilan négatif et face à un front politique hétéroclite mais déterminé.
Le potentiel est là. Mais il doit trouver l'équilibre juste entre distance et engagement. Entre visibilité et mystère. C'est ce qu'aurait du faire dans la foulée de sa défaite, VGE en 1981.Ne pas s'effacer. Accepter le verdict des urnes républicaines, féliciter son vainqueur et promettre aux français une continuité. Le quinquennat est rapide comme le Monde digitalisé et globalisé loin de celui du septennat d'un autre siècle. Sarko sera même à terme, parions le, la personnalité politique préférée des Français.
A court terme, Nicolas Sarkozy a sauvé l'essentiel en résistant à la curée annoncée. L'UMP n'a pas explosé au soir de ce second tour. Car voici révélé un début d'échec de la stratégie du pire de Marine Le Pen qui visait à faire exploser la candidature de Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle avant de tenter de faire de même avec l'UMP à travers des triangulaires assassines. C'est donc un peu une défaite personnelle pour Marine Le Pen et c'est aussi l'aveu de faiblesse du Front National dans la capacité à fédérer seul l'expression d'une France qui s'oppose avant tout à la gauche et son projet sociétal davantage qu'à ses approches économiques. La recomposition imaginée par certains est repoussée aux législatives. Les 12,5% des inscrits ne priveront pas le FN de tout son potentiel de menace faute d'accord électoral. Nicolas Sarkozy parti, le choix reviendra à Jean-François Copé et aux autres leaders de l'UMP. Le FN n'a pas dit non même sans le demander. Marine Le Pen semble même tenter un discret baiser dans le cou de l'UMP. Les électeurs de l'UMP et ceux du FN respectivement pour 70 et 68 % d'entre eux l'attendent. La pression du terrain déjà très forte sera maximum dans l'approche de ce scrutin. Elle produira des effets quelle que soit l'attitude de l'état major de
l'UMP. Accord et l'UMP se divisera en 2 camps. Pas d'accord et les triangulaires provoqueront sa défaite certaine. Compliqué !

Une victoire teintée de flou pour Hollande

François Hollande peut observer tout cela depuis son QG de transition et bientôt depuis la hauteur de son bureau de l'Elysée. Il a obtenu un succès présidentiel réel et attendu mais cette victoire est teintée de flou. Il réalise un beau score mais loin de la victoire écrasante promise depuis des mois et qui devait se confirmer dans ce processus de soutien holistique au second tour, un véritable Front anti Sarkozy. Sa victoire en devient presque décevante. Surtout 55% des français qui se sont exprimés l'ont semble-t-il choisis pour barrer la route à Nicolas Sarkozy, 45% pour qu'il soit Président.
Il le sait, il ne peut s'afficher dans le rôle initialement prévu de sauveur de la France Anti Sarkozy et de leader d'une vague énorme de rejet. Il va devoir considérer cette presque moitié de France qui n'a pas voulu du retour de la gauche et de son projet pour la France et l'Europe.
Pas de vague donc mais pas d'attente illusoire non plus. Seulement 26% des Français pensent que ce sera mieux avec François Hollande. Il y aura moins de pression qu'en 2007 sur les épaules du nouveau Président. Il va pouvoir bâtir une autre relation, différente, plus normale. Il n'y aura pas vraiment d'Etat de grâce non plus. Les 100 premiers jours ne seront pas ceux de 1981. La crise est là. Presque vigilante ! Les ennemis déclarés de FH l'attendent déjà au prochain virage.
Avant les législatives, la première campagne décisive de François Hollande sera Européenne. La Grèce a viré extrême et Angela Merkel a perdu un Land de plus ! Le contexte bouge et ça n'est pas finis. Son agenda européen et international sera sa meilleure arme dans la campagne législative et pour orienter la future recomposition politique du pays s'il obtient des mouvements en phase avec ses annonces sur la stratégie de croissance et s'il confirme un nouveau positionnement au sein du G8 et surtout dans l'Otan et notamment s'il valide ses choix afghans annoncés durant la campagne.
La nomination du premier gouvernement de cette séquence intermédiaire sera aussi un élément fondateur d'un succès qui semble classique dans les enchaînements électoraux notamment depuis la mise en oeuvre du quinquennat.

La proportionnelle, arme de recomposition politique du pays
Ouverture aux centres, union des gauches, les 2 en même temps ? Quelle alliance législative avec un Front de Gauche qui sera aussi vigilant sur les mouvements européens et internationaux ? La balle est dans son camp. Il maîtrise l'agenda national et européen préparatoire à cette campagne et il peut en jouer aussi en direction de la géographie future des droites avant même d'introduire la proportionnelle qui finalisera la mise à jour de l'échiquier politique national.
Car au de là des résultats du second tour, au delà de ceux des futures législatives, le scrutin proportionnel sera l'arme principale de la recomposition politique du pays. Elle est entre les mains de François Hollande. L'UMP en sera l'otage, même en cas de victoire parlementaire future. Mais attention Mélenchon et le Front de gauche opposeront aussi la même équation au PS. Une pression latérale. Un soutien sans participation. La proportionnelle tant attendue propose toujours un poids réaffirmé des partis que le scrutin majoritaire affaiblit ou efface.
A vous de jouer Monsieur la Président !

Jean-Christophe Gallien est Conseil en communication d'influence
Professeur associé à Paris 1 La Sorbonne
Membre de la SEAP Society of European Affairs Professionals
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2012 à 12:20 :
JCG, votre analyse me parait fondée et objective. je voudrais tout simplement ajouter un paramètre complémentaire. Ce ne fut pas une élection pour un programme ayant comme objectif le relevé des défis que notre pays va devoir affrontés mais un vote contre une personne et malgré cela la droite modérée a atteint plus de 48 %. Donc malgré l'influence non objective des médias tout au long de ce quinquennat, il me semble que cette droite de Sarkozy aura son mot à dire dans la paysage Français.
Réponse de le 14/05/2012 à 17:29 :
Au second tour, le socialisme a fait 100% des voix exprimées, tout comme au premier d'ailleurs.
a écrit le 13/05/2012 à 1:41 :
Vous dites, qu'en 1981, VGE aurait dû faire la même sortie que Sarkozy; c'est faux car Chirac avait détruit la Droite et créé le Rpr et vous aurez appris avec les années que Chirac était prêt à tout pour prendre la place.
Réponse de le 13/05/2012 à 10:20 :
Alain, il ne me semble pas que l'UDF avait disparu ? Il a emprunté un autre chemin qui passa par une reconquête progressive de mandats locaux puis nationaux. Tout à son honneur par ailleurs ! et il fut à 2 doigts de partir dans la campagne de 1995. Ce que Balladur en occupant l'espace du centre droit l'empêcha de faire. Pour quel résultat !!!
a écrit le 12/05/2012 à 21:54 :
Il y avait deux socialistes au second tour, l'officiel et le honteux. Le socialiste officiel a gagné. La belle affaire ! Puisque rien ne va changer au fond, en quoi le paysage politique est-il modifié ? La France va continuer à s'enfoncer dans le marasme, le chômage et la pauvreté. Le réveil sera d'autant plus douloureux qu'on va perdre 5 années de plus sans faire les réformes indispensables pour sortir le pays de l'ornière.
a écrit le 12/05/2012 à 19:50 :
Rappel: l'élection présidentielle est un scrutin uninominal majoritaire à 2 tours.
Verdict: Sarkozy battu et renvoyé dans ses foyers.
A Waterloo, aussi Napoléon a manqué la victoire de peu.
La défaite est sans appel... Peu importe les mais, les si... avec lesquels on mettrait Paris en bouteille.
Les commentaires de la droite ne sont que jérémiades de vaincus étrillés sur le champ de batailles et perdus dans leurs chimères.
Réponse de le 12/05/2012 à 20:54 :
Bruno d'Abondance, mon analyse n'est ni de droite ni de gauche, elle vise à comprendre dans le quinquennat, au coeur de la globalisation et un monde multipolaire et intégré à la fois, un monde digitalisé, accéléré ... bref votre propos est juste mais ne recouvre pas la réalité des marques que sont devenus les hommes politiques et en particulier lorsqu'elles quittent le champ de jeu.
Réponse de le 14/05/2012 à 16:01 :
@jcg"au coeur de la globalisation et un monde multipolaire et intégré à la fois, un monde digitalisé, accéléré "j'ai pas tout compris mais j'ai l'impression qu'on est foutus
a écrit le 12/05/2012 à 16:58 :
Affirmer que Sarkozy est "parti de rien" prête à rire, à moins que le seul fait d'être d'origine étrangère soit un handicap dasn l'esprit de certains... bref, la question est de savoir si ce fils de famille aisée qui s'est hissé dans l'appareil du parti majoritaire à force d'intrigues et de volonté de pourvoir, qui s'est imposé sur la scène internationale non sans provoquer quelques sarcasmes, et qui n'a rien fait d'autre que pousser à l'extrême, au coup par coup et au gré de ses impulsions du moment, quelques-uns des plans réactionnaires que la bourgeoisie baptise "réformes" et conserve dans ses cartons depuis des décennies, a le moindre talent en dehors de celui d'éliminer ses rivaux, la moindre compétence personnelle et surtout, la moindre conviction qui lui permette de poursuivre une carrière politique, à présent que sa béquille présidentielle est rompue, et que "son" parti, réduit à l'approbation servile durant cinq ans, s'émiette lamentablement.
Réponse de le 13/05/2012 à 16:40 :
ne vous connaissant pas je vous imagine parfaitement avec un couteau entre les dents .
l'histoire de sarkosy est parfaitement connu et n'est pas celle que vous evoquez n'essayez pas de reecrire l'histoire en sa defaveur car il s'est extrait de sa condition pour s'elever (c'est peut etre cela qui vous rend jaloux de lui)...
Réponse de le 14/05/2012 à 13:58 :
@Petway, merci de mieux formuler ce que je soulignais dans mon pst précédent. Quant à la réponse de pythagore, il serait bon de n'y prêter aucune attention. Quelle outrance d'oser cet alias, alors que ce génial ancêtre avait, lui, une incontestable qualité: ne pas CROIRE ce qu'on lui disait... mais d'analyser lui même !
a écrit le 12/05/2012 à 15:03 :
Sarkozy pour moi a été un excellent Président pour la France et un leader respectable dans le monde pour son courage, son amour pour le travail. Il incarne l'image d'un Président humain et pas un extra terrestre, invisible et intouchable. Sarkozy, c'est 30 ans de vie politique couronnée de succès. Pour quelqu'un qui a des origines étrangère, c'est l'illustration d'une intégration réussie. Il est donc parti de rien, de père immigré, pour se percher au sommet de l'olympe. Ses méthodes sont impopulaire au sein d'une certaine couche de la population conservatrice. Mais pour ceux là qui aimeraient voir les choses bouger à partir du sommet, Sarko était l'homme de la situation. Il est sorti par la grande porte en reconnaissant tôt sa défaite, félicitant son challenger, appelant à l'unité tout en endossant seul la responsabilité de cet échec dont il en tire les conséquence à tirant sa révérence. Chapeau
Réponse de le 14/05/2012 à 12:07 :
entierement d'accord ,pour moi c'est un (petit) de gaulle
a écrit le 12/05/2012 à 14:36 :
Bravo! Je vous rejoins tout à fait. Le président Sarkozy ne va pas s'évanouir dans la nature à la manière de VGE et encore moins de Jospin. Il est trop jeune et surtout trop dévoué à sa cause et à son pays. Je partage votre avis sur sa sortie, magnifique, à l'instinct, toute en conviction malgré l'usure physique et morale agravée par la défaite. Un grand bonhomme. Le comparer à De Gaulle peut paraître ridicule et extravagant, mais sans doute plus à cause de la distance spacio-temporelle. Il y a beaucoup de similitudes, bien plus qu'avec les héritiers en titre comme Chirac et Debré. VGE ne s'y est pas trompé. Mon avis est que Nicolas va revenir par l'Europe et qu'il va en effet mener le combat pour les droites contre les extrêmes droites à l'échelle de l'Europe. La famille Lepen en France ne s'est pas du tout montrée à la hauteur. Bien que pas très lisible et donc mal comprise la campagne NS 2012 servira de base à la reconquête.
Réponse de le 14/05/2012 à 14:12 :
Sauf que... VGE, ayant été élu plus jeune, est sorti "plus jeune" du mandat !
Quant à la sortie, je m'interroge: suis le SEUL à avoir entendu, vers la fin, cette sortie minable, procès d'intention à l'endroit des vainqueurs ?
Autre erreur, NS n'est pas comparable à CDG; il a "osé" SE COMPARER à cet immense homme (qualificatif pour sa taille, son oeuvre, sa vision (qui s'est éteinte, sur le plan intérieur en '68)). NB j'ai connu l'époque.
Bref, pour paraphraser un "héritier en titre": ce gars n'est pas à la hauteur.
Quand à l'Europe, vous vous méprenez lourdement. NS n'est pas européen; la seule chose qu'il y trouve attirante, c'est un piédestal pour faire valoir son "je". Il a été largement démontré que cela ne suffisait pas.
Il m'a été dit durant son mandat, par un "français moyen": Sarkozy ?, c'est fini ! De manière étrange, cela me sonne encore dans l'oreille lorsque les politologues expliquent que le "dés-enchantement" date de 2008; et n'a jamais varié.
NS aura été/ne restera qu'une parenthèse. Refermée à vitesse grand V par les partenaires de la France. Dès le lendemain du 6 mai, on pouvait se demander s'il avait jamais existé...
a écrit le 12/05/2012 à 12:05 :
Je crois que votre analyse est partisane et que vous avez tort. Celui qu'on ne doit plus nommer est fini. Apres 10 ans de règne sans concession ni partage, il va se faire exploser par ses anciennes victimes de droite... Et pour Hollande laissez le faire son boulot, je reste persuade qun énarque c'est plus efficace qu'un avocat qui n'a jamais exerce pour régler les pb actuels.
Réponse de le 12/05/2012 à 14:10 :
problème,FH n'a aucune expérience car jamais ministre de quoique ce soit contrairement à NS qui par ailleurs à quand même bien maintenu la France la tête hors de l'eau pdt toute la crise!!!on sait grâce a quelle voix FH à été élu!!d'ailleurs élection peu glorieuse pour lui!!!Maintenant on va voir à quelle vitesse on va plonger dans la "mouise"!!!
Réponse de le 12/05/2012 à 19:38 :
si la majorite de gauche passe se sera la chianli et meme entre partis de gauche
a écrit le 12/05/2012 à 11:52 :
A un gros détail près : la perte de son immunité va le placer tout nu devant ses juges . Souvenez vous de Juppé .
Réponse de le 12/05/2012 à 15:30 :
nostradamus, vous voyez plus loin que moi !
a écrit le 12/05/2012 à 11:06 :
misieurs j'y comprends pas pourq oi tous vous étes michant avec zarkozi mois j'y pense que si un bon president il a tous fait pour que tous ont travail bien france pitétre c'est mieux pitétre ci pas mieux avec holande le nouveau prisident, mois j'y croie qu'il faut attendre pour parler et qu'il faudra critiquer apres.....
Réponse de le 12/05/2012 à 11:22 :
mustafort la sagesse est vôtre !
a écrit le 12/05/2012 à 11:00 :
Cela me rappelle Ségolène royal !
J'ai perdu mais avec des millions de gens qui ont voté pour MOI !

Ridicule. Ceux qui feront en sorte que Sarko reste ou il est c'est à dire battu et hors du champ ce sont les cope Fillon etc !!!

De plus nous verrons si il s'en sort vierge judiciairement et cela semble mal barré. Les sarkolatre qui croit à un nouveau de Gaulle se mette le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

Réponse de le 12/05/2012 à 11:21 :
Prevalli, pas de sarkolatrie dans ce texte. Il y a du vrai dans le fait que ceux que vous citez vont agir et faire l'inventaire (jospin 95) mais la part d'audience de sarkozy va croître et se déployer du fait même de la distance et du temps. De là à en faire une capacité de transaction électorale future ...
a écrit le 12/05/2012 à 9:59 :
Cette analyse est complétement erronée , on peut pas dire que Sarkozy est le leader des droites en ne se référant qu'au second tour. Le chiffre parlant était celui du 1 tour 27% , là on peut constater la popularité de Sarkozy , et encore, l'affaire Merah lui a procuré quelques voix de plus. Et s'il a fait 48% au second tour c'est pour rejeter Hollande. Quant aux autres, Coppé , Fillon, NKM, et Juppé , ils ne sont que de molles répliques du bisounours que nous auront pendant cinq ans. J'entends de plus en plus de gens dire que la vraie opposition, la vraie droite est Marine Le Pen, seulement , les médias et les sondeurs veulent nous influencer encore une fois.



Réponse de le 12/05/2012 à 10:58 :
pas du tout, le débat c'est justement tenté de confronter et de comprendre une situation en l'occurrence politique à un moment précis. démocratie. Il n'y a pas d'a priori ni de préférence juste un score face à des consignes et des choix.
Réponse de le 13/05/2012 à 11:40 :
Savoureux.
Un conseiller en communication d'influence se prévalant d'une objectivité sans a priori... cela relève de la faute professionnelle ;-)
Réponse de le 13/05/2012 à 15:15 :
Tobeor, toujours sans a priori et objectif pour demeurer lucide jusque dans les crises ! Pour ce qui est de ce texte je ne vous ferais pas l'injure de souligner son regard météorologique et donc dans une légèreté qui ne peut s'accompagner d'une quelconque charge d'intérêt !
a écrit le 12/05/2012 à 9:47 :
Cela ne semble pas plaire aux prostitués de La Tribune mais je continue de demander que la justice enquête sur Sarkozy et le mal que cet individu a fait à la France depuis son entrée en politique. Il est grand temps que l'on fasse le ménage dans ce pays et que l'on reparte sur de bonnes bases; (Je crains qu' avec Hollande et les mafieux du PS, cela ne soit qu'un voeux pieux)...La France, sans morale (couple vivant à la colle à l'Elysée), ayant perdu ses repaires va droit dans le mur...
Jean-Claude Meslin
Réponse de le 12/05/2012 à 10:55 :
Jean-Claude, le débat n'implique pas la vente de sa personne. L'avenir dira en effet si ce que vous dites est réel. Je ne fais que regarder une météo politique de court et moyen terme sans a priori et sans appartenance.
a écrit le 12/05/2012 à 4:30 :
Il a perdu ! Bon débarras et adieu
a écrit le 12/05/2012 à 2:30 :
Sarkozy a été élu en 2007 avec un score presque similaire à celui d'Hollande en 2012. Sarkozy demeure peut être le leader des droites mais point de la France. Car à entendre un élu UMP, Hollande ne serait pas légitime. Le peuple français a choisi Hollande. Tout autre remise en cause de sa légitimité équivaut à une tentative de scission du peuple français en deux (animosité de guerre civile?). Cela ne me rassure guère quant à l'état de notre démocratie..
Réponse de le 12/05/2012 à 7:35 :
Permettez d'indiquer que le score de NS était supérieur à 53 en 2007 et que le vote blanc était plus faible en 2007. Ce n'est pas remettre en cause la légitimité du vainqueur que de nuancer les résultats : FH n'a recueilli que 48,64 des votants ! NS avait recueilli 50,84 en 2007 c'est tout bête mais en 2007 plus d'un votant sur 2 avait choisi NS. Par ailleurs je ne vois pas en quoi nos échanges sur ce sujet serait une remise en cause de la démocratie. Zen !
Réponse de le 12/05/2012 à 10:53 :
democratie, je dis bien que FH l'a emporté et sans contestation possible. Lui même et son équipe avait préparé un second tour plus ample leur permettant notamment de s'affranchir dès avant les législatives des lourdeurs des courants et des alliances.
Réponse de le 12/05/2012 à 11:55 :
Je comprends votre analyse, qui a tout son sens. Je ne remet pas en cause votre article. Je parlais de la façon dont certaines personnalités UMP ont ouvertement déclaré le candidat "illégitime" ou que c'était une "injustice". Je trouve personnellement le mode de scrutin contestable mais c'est le même qui a permis à Sarkozy de gagné. Maintenant sur fond, il est assez fréquent que le vote blanc/l'abstention entache une élection d'une faible représentativité du corps électoral.. Mon commentaire était peut être hors propos. Mais je demeure quand même préoccupé par l'animosité anti démocratique qu'anime certains de mes concitoyens..
Réponse de le 12/05/2012 à 15:33 :
démocratie, je partage votre avis et le scrutin majoritaire construit la légitimité même avec 1 voix d'avance ! donc pas de doute là dessus
a écrit le 12/05/2012 à 1:56 :
Analyse probablement erronée. Les français (depuis, au moins 2008) ont "jugé" Sarkozy: formidable bateleur, capable de "charmer"; et total incompétent en matière de gestion du poste convoité. Si "les français" l'ont vu, la droite aussi. Dont certains (pas des moindres) ont été critiques. Au fur et à mesure que le bilan va être révélé, Sarkozy aura de plus en plus de mal (puisqu'il a dit que TOUT lui incombait) à fédérer autour de lui. D'autant plus qu'il n'a plus d'avenir.
Votre exemple de VGE est très parlant; même lui n'a pas réussi ! et pourtant, il est intelligent, lui.
Réponse de le 12/05/2012 à 7:26 :
incompétent?? Ha ha! On verra ce que fera M. Patate...
Réponse de le 12/05/2012 à 10:50 :
pm, je ne dis pas qu'il va revenir, je dis qu'il sera là et en tous cas avec sa valeur d'audience qui va croître avec la distance !
Réponse de le 12/05/2012 à 17:07 :
En même temps, quelle homme politique a été majoritairement jugé compétent par les français ces 30 dernières années ? C'est peut être que coeur du problème ne se trouve pas au sein de la classe politique...
Réponse de le 12/05/2012 à 18:39 :
halley, très très vaste sujet ! en effet !
Réponse de le 14/05/2012 à 16:04 :
"quelle homme politique a été majoritairement jugé compétent par les français ?"douillet,morano?
a écrit le 11/05/2012 à 23:06 :
apres le general sarko reviendra ,donne des lecon de democratie .entre demagagie et germanisme sans saveur et pres a trahir les francais.
Réponse de le 12/05/2012 à 10:49 :
sarko love, reviendra ou pas mais sera là surement !
a écrit le 11/05/2012 à 22:15 :
Personne ne semble envisager qu'en déclarant qu'il souhaitait « redevenir un militant de base » ou qu'il voulait « travailler dans le privé », Sarkozy ait pu être sincère. Et s'il en avait ras la casquette, de la politique ?
Réponse de le 12/05/2012 à 10:48 :
Havoc, vous avez peut-être raison mais le flou laissé volontairement ou non est considérable et sa popularité augmentera avec le temps qui efface désormais rapidement le choses.
a écrit le 11/05/2012 à 21:12 :
Le plesbicite oui, l'imposture non.
a écrit le 11/05/2012 à 20:11 :
Sarko tu vas nous manquer!!
a écrit le 11/05/2012 à 20:09 :
La Droite ferait bien de dénoncer le bilan de Sarko et de reconnaitre les figures qui lui furent imposées par Sarko. Il faut maintenant tourner la page et se mettre dans la position de gouverner dans une cohabitation. Les gens de Droite ont d'abord voté Hollande pour virer Sarko, mais les législatives sont là. Tout sauf Sarko, mais pas n'importe quoi pour gouverner ...
Réponse de le 12/05/2012 à 0:59 :
Paul62580 vous oubliez les 48,3% qui ont voté pour lui !
a écrit le 11/05/2012 à 19:35 :
Nous avons eù en france un mini poutine ,il y avait comme un air des pays de l'est.
Réponse de le 11/05/2012 à 19:51 :
pourquoi , t'as vecu sous Poutine toi ?
Réponse de le 11/05/2012 à 19:53 :
kerhéol, vous y allez fort ! je connais bien ces pays que je respecte beaucoup et nous en sommes encore assez loin.
Réponse de le 13/05/2012 à 16:34 :
sous poutine vous n'aurez meme pas eu le temps de finir votre message ...
a écrit le 11/05/2012 à 19:14 :
Cette analyse est intéressante et contient de bonnes explications sur le comportement des Français, des partis et des hommes politiques. Mais elle fait fi de la déclaration très claire du principal intéressé, qui ne veut plus faire de politique. C'est une erreur de ne pas croire les hommes politiques: ils font en général ce qu'il disent, que ce soit par conviction ou pour ne pas donner une image de versatilité. Et certes, Sarkozy sera regretté par les électeurs de droite, mais la nature ayant horreur du vide, d'autres leaders prendront sa place.
Réponse de le 12/05/2012 à 0:58 :
Onze vous avez peut-être raison, peut-être pas. Il n'a pas vraiment dit grand chose depuis sa défaite. Attendons un peu.
a écrit le 11/05/2012 à 18:50 :
en tout cas Sarko a perdu ! et Hollande prépare un gouvernement de parité comme annoncé voir pluri-partistes mais ça c'est moins sûr
Réponse de le 11/05/2012 à 19:07 :
JsTrS, c'est bien là où FH tient les clés ! il a la maîtrise de l'agenda et de son contenu et nul doute qu'il va s'en servir.
Réponse de le 11/05/2012 à 19:23 :
JsTrS, c'est bien cela dont il s'agit ! François Hollande détient les clés et il maîtrise l'agenda de la recomposition et son contenu ! Il s'en servira sans aucun doute.
Réponse de le 12/05/2012 à 14:33 :
Parité c'est bien, mais si pour mettre des incompétentes, alors non.
a écrit le 11/05/2012 à 17:23 :
"Sarkozy restera le leader des droites"....ah houai.....vraiment ????
bah c'est ce qu'on va voir rigolo.......!!
Réponse de le 11/05/2012 à 17:53 :
Luka, le rigolo vous précise que leadership ne veut pas dire autre chose que - pardon pour cet autre anglicisme - "pole position" et recouvre davantage une dimension comme je le précise de "préférence" que de commandement ! Rassurez-vous ! et allez au bout du papier c'est François Hollande qui a les clés !
Réponse de le 11/05/2012 à 20:48 :
Effectivement, manquant de courage, luka n'a pas du aller au delà du titre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :