Le pétrole doit-il brûler sur l'autel de la transition énergétique ?

 |   |  1214  mots
(Crédits : DR)
Le chauffage au fuel est l'un des plus économiques, d'autant que de nouvelles techniques permettent d'optimiser le coût de l'approvisionnement. Par Guillaume Bort, président et co-fondateur de Fioulreduc et Jacques Marceau, Président d'Aromates, membre du think-tank de l'institut Mines-Télécom

Le pétrole est devenu au fil des années et des programmes politiques, l'énergie mal aimée, le vilain mouton noir dont il faudrait absolument et au plus vite se débarrasser au profit du renouvelable, de l'écologique, du vert ! Erreur. A force de vouloir repeindre en vert le mix énergétique français, on en perdrait presque la raison. Cette dernière place pourtant le pétrole, et en particulier le fioul domestique, aux premiers rangs des énergies les moins chères et pas forcément des plus polluantes. Une énergie qui, de surcroît, sait aujourd'hui tirer profit de l'innovation technologique et du développement des réseaux sociaux. Explications.

Antoine est souriant, sympathique et avenant. Il vient chez moi deux fois par an et quasiment dès que je l'appelle. Il a vraiment le sens du service. Mais, à bien y réfléchir, je n'aime pas la visite d'Antoine. En effet, Antoine est mon livreur de fioul domestique. Comprenez-moi, ne faudrait-il pas être un brin pervers pour aimer acheter ce liquide noir, visqueux, malodorant et dont le coût sur une année de chauffe équivaut à celui d'une belle semaine de vacances dans une île de rêve…

Autopsie d'un désamour

De surcroît, et comme beaucoup de Français, les raisons de mon désamour pour ce combustible, en dépit de la chaleur et du confort qu'il m'apporte et bien au-delà du dégoût que me procure son aspect, sont, à y réfléchir, bien plus profondes.

Tout d'abord le fioul est l'un des produits les moins raffinés et donc les plus bruts (et il y a de la brutalité dans ce mot) du pétrole. Une substance née de la décomposition de matières organiques extraites des entrailles de la terre. Or noir, mais aussi matière putride dont l'extraction est parfois la cause de désordres et de guerres et qui, plus récemment, endosse le réchauffement climatique. C'est certain, le pétrole a peu de raison d'être aimé.

 La victoire de la « fée électricité »

A contrario, il est plaisant de rappeler ici que l'électricité n'a pas, au moins dans notre pays, subi le même sort. En effet, et dès le début de l'expansion de cette dernière, le rapport que nous entretenons avec elle est à l'opposé. On parle de l'électricité au féminin, on lui invente, pour la qualifier, l'oxymore de « houille blanche », et en 1932, le peintre Raoul Dufy va exprimer la gratitude et les attentes de la nation à son égard en la célébrant comme une divinité dans sa fresque monumentale « La fée électricité » (visible au musée d'art moderne de la ville de Paris). Symbole de la modernité et de l'indépendance nationale, l'électricité sera également érigée par les politiques en symbole du progrès et d'une France moderne. A cet égard, ne voit-on pas François Mitterrand, alors candidat aux élections présidentielles de 1965, poser fièrement devant un pylône électrique pour sa photo de campagne électorale ?

On se moque bien, à l'époque, de savoir si l'électricité est produite à partir de charbon ou de pétrole, ce qui est important c'est qu'elle irrigue le développement de notre pays de son énergie transparente, puissante et immaculée. Dans ce contexte, par opposition et sur des fondements parfois les plus irrationnels, le fioul est devenu la victime expiatoire, sacrifiée sur l'autel du culte de la transition énergétique et du dogme de l'écologie politique.

 La cuve du particulier appelée à devenir l'élément de base d'un « smart-grid » du fioul domestique 

En dépit d'une croyance bien ancrée, le fioul confirme chaque jour un peu plus qu'il reste l'énergie la moins chère pour la production de chaleur, juste derrière le gaz de réseau. Sur le plan économique, le reproche que l'on pourrait lui faire est que son prix varie en fonction d'événements climatiques ou géopolitiques par essence difficiles à anticiper. Cependant, et par la grâce d'internet, ces variations de prix peuvent aujourd'hui se révéler particulièrement bénéfiques pour le consommateur.

En effet, dans le domaine du chauffage, comme en tout, l'internet bouleverse les paradigmes en générant de nouveaux modes d'achat, coopératifs et intelligents. C'est ainsi que l'on voit aujourd'hui se développer des plate formes de groupement de commandes de fioul domestique qui ont non seulement vocation à regrouper des voisins désireux d'économiser sur leurs frais de livraison mais encore de proposer des systèmes d'alerte leur permettant d'acheter au bon moment, c'est-à-dire au meilleur prix.

Un avantage décisif sur l'électricité et le gaz de réseau

Et là, le fioul a un avantage décisif sur l'électricité comme sur le gaz de réseau qui, ne pouvant être stockés par le consommateur, obligent ce dernier à subir passivement ses fluctuations de prix. De plus, et grâce à la pose de capteur dans leurs cuves, les particuliers n'auront bientôt plus à les surveiller, le système étant capable de décider de l'opportunité d'une livraison en croisant les paramètres : prix du marché, niveau de la cuve et tournée du livreur. Un véritable « smart-grid » du fioul domestique dont on estime qu'il pourrait faire économiser au moins 10% de la facture énergétique des 4,3 millions de foyers français qui se chauffent au fioul, ce qui représente près d'un milliard d'euros de pouvoir d'achat supplémentaire qui pourra être réinjecté dans l'économie française !

 Transition ou évolution ?

Le concept de transition énergétique est sous-tendu par la croyance selon laquelle les ressources énergétiques auxquelles nous avons principalement recours, notamment fossiles, ne sont exploitées par l'humanité qu'à titre transitoire. Faute de mieux. Résurgence animiste ou de philosophies « new-age » (un vrai paradoxe dans le pays de Descartes !), les énergies d'avenir ne seraient que celles issues notamment du soleil et des éléments aériens. Le reste ne serait alors plus que « transition » vers ce nirvana.

Une possible ère d'abondance pétrolière

Aux fondamentalistes de la transition énergétique et du zéro pétrole, il convient de rappeler que non seulement nous nous trouvons devant une possible nouvelle ère d'abondance pétrolière avec l'impact positif que cela aura sur le prix de cette énergie (tant sur le pouvoir d'achat des ménages que sur la compétitivité de nos entreprises), mais encore que le fioul domestique, à la faveur de l'innovation technologique, tant dans les équipements de chauffage que dans les techniques de raffinage, n'a de cesse de réduire son impact sur l'environnement.

Energie plus que jamais compétitive, longévité assurée, complémentarité évidente avec les énergies renouvelables à l'échelle du foyer, pas d'alternative crédible et bon marché à proposer aux ménages français chauffés au fioul majoritairement en dehors du réseau gaz, adaptation aux nouveaux comportements de consommation et diminution continue de son impact environnemental, … en impliquant l'abandon de ce qui a été pour accéder plus vite à ce qui est en devenir, la doxa de la transition énergétique nous aurait-elle fait perdre tout bon sens ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 8:12 :
" puisqu’il a été démontré que la fameuse « transition énergétique » vers du TOUJOURS PLUS VERT, était destructrice d’emplois ! "

Je ne sais pas sur quelle étude, vous vous basez pour affirmer cela mais .. admettons!
Par contre, les énergies "vertes" n'ont pas engendrés de guerre, de catastrophes par leur utilisation ou leur extraction et n ontpolués aucune rivière ou environnement direct.Bref elles n'ont tués personnes contrairement au énergies soient disant créatrices d'emplois.
Et au fait, sur le dos de qui ces énergies sont moins " chers" ??? Cherchez un peu, vous trouverez les nouveaux esclaves de l'énergie!
a écrit le 19/03/2014 à 14:36 :
La transition énergétique mène à :
- Une destruction de l’emploi,
- A une baisse de notre compétitivité (qui veut voir partir nos industries électro-intensives aux États-Unis ?),
- A une baisse du pouvoir d’achat pour les français (qui peut m’expliquer ce que vous allez proposer aux 12 millions de français qui se chauffent avec des énergies en dehors d réseau ?),
- J’en passe et des meilleurs.

Et tout cela alors que tout laisse à croire qu’avec les gaz et pétroles non-conventionnels, le prix de ces énergies devrait diminuer … non mais on marche sur la tête avec cette transition énergétique qui veut tout repeindre en VERT !!! Soyons sérieux et pragmatique et arrêtons de systématiquement stigmatiser le gaz et le pétrole pour lesquels il n’existe pas d’énergie de substitution crédible, compétitive et à grande échelle !!!
a écrit le 17/03/2014 à 22:39 :
Merci, merci, merci ! N’en déplaise aux « fondamentalistes de la transition énergétique et du zéro pétrole », il existe encore des personnes qui ont le courage de tenir un discours de vérité. Non seulement cette possible nouvelle ère d’abondance de produits pétroliers devrait faire baisser les prix de l’énergie (et par la même rendre les Enr nettement moins compétitives), mais également permettre de pérenniser les emplois, puisqu’il a été démontré que la fameuse « transition énergétique » vers du TOUJOURS PLUS VERT, était destructrice d’emplois !
a écrit le 17/03/2014 à 18:55 :
Enfin des gens courageux qui prennent leur responsabilité et osent dire haut et fort ce que beaucoup pensent tout bas !
La compétitivité de nos entreprises (je rappelle au passage que beaucoup d’entre elles sont obligées d’aller aux US là où l’énergie est moins cher) et le pouvoir d’achat des français (je rappelle également au passage qu’on compte près de 9 millions de français en situation de précarité énergétique) sont en jeu ! Qu’en faîtes vous vous les écolos ? Quelles sont les solutions viables économiquement que vous proposez ? Cessez d’aboyer et rentrer dans le débat de manière constructive.
a écrit le 15/03/2014 à 17:05 :
Wouaaah, je viens de lire les commentaires … quelle virulence, c’est effrayant !
Il faut croire que les écologistes ne sont pas les plus pacifistes. A quand un vrai débat constructif sur le sujet ?
a écrit le 13/03/2014 à 21:52 :
Pour la troisième année de suite , le prix moyen du Brent dépasse 100$ le baril. Ce fait dément tous les discours des auteurs de l'article sur l'abondance et le prix avantageux du pétrole et des produits pétroliers.
Réponse de le 13/03/2014 à 23:55 :
Donnez-nous plutôt les prix du kilowatt-heure produit par une centrale thermoélectrique à fioul en comparaison à celui d'une centrale thermoélectrique nucléaire (coût de démantèlement compris). Palabrer sur le prix du Brent est futile.
Réponse de le 14/03/2014 à 11:31 :
"Michel",palabrer sur le sujet pétrole peut-être mais n'oubliez pas que le moteur de nos sociétés voire du monde reste LE PÉTROLE et ce loin , très loin devant le nucléaire qui reste et restera une énergie de riches !
a écrit le 13/03/2014 à 18:27 :
"Nous nous trouvons devant une possible nouvelle ère d'abondance pétrolière"... Les puits de pétrole conventionnels sont en déclin. Le Peak-oil est atteint, et certainement dépassé, vu que tout le monde ment au sujet des réserves soi-disant prouvées. Quant aux pétroles issus des schistes bitumineux, c'est une horreur écologique. L'ère du pétrole est quasiment terminée, alors brûler du fuel pour se chauffer est une hérésie, on pourrait garder ce précieux et irremplaçable liquide pour des applications plus intelligentes.
a écrit le 13/03/2014 à 17:49 :
Le pic de pétrole est franchi, la production de pétrole (et de gaz) dégringole. Et ce ne sont pas les gesticulations américaines qui changeront grand-chose (regardez les prix spot gaz et pétrole).
Tout ceci sera catastrophique pour l’environnement économique.
a écrit le 13/03/2014 à 16:58 :
La réponse est OUI !!
Les énergies carbonnes sont mauvaises pour l'environnement ! Et si on réduit l'impact de x% grace aux technologies et qu'on en consomme (x+n) plus ben l'impact sur l'environnement est de pire en pire !!
Pour ce qui est de l'abondance, elle ne durera qu'un temps !
Vive la fusion froide ^^
Réponse de le 13/03/2014 à 17:38 :
enfin quelqu'un qui a inventé l'eau chaude !!!!!!!!!!

chapeau bas !!!!!!!!!!
a écrit le 13/03/2014 à 16:14 :
" acheter ce liquide noir" non, il est rouge (coloré pour détecter un usage détourné comme carburant, car le fuel = gasole, kifkif aux taxes près). Peut-être noir vs le pétrole brut ?
Le gaz s'améliore, le fuel aussi, il faut voir le contexte (le gaz domestique, c'est pratique car disponible en permanence, pas besoin de payer un an de consommation d'avance).
a écrit le 13/03/2014 à 15:55 :
Quand on voit comment les subventions aux Enr sont en train de mettre à mal le modèle d’affaires des électriciens en Europe, j’aime à croire que ce point de vue apportera de l’eau au moulin au débat sur la transition énergétique !
Réponse de le 13/03/2014 à 16:33 :
Erreur "Michel",ce qui met à mal les électriciens Européens ,c'est d'abord la crise (baisse des consommations),l'effondrement du marché carbone (moins de 5 Euros/tonne) et la concurrence des gisements non conventionnels outre Atlantique affaiblissant les prix du charbon donc rendant le gaz hors course.Pour rappel ,la fermeture des 8 réacteurs nucléaires en Allemagne ces 3 dernières années a été INTÉGRALEMENT COMPENSÉE PAR LES ENr ! Quant aux subventions "injustement" versées aux ENr ,je vous engage à regarder de plus près le monde de l'énergie fossile ...
a écrit le 13/03/2014 à 15:41 :
Quand le pétrole aura brûlé ,que restera t'il ? Ce jeudi 13 mars 2013 à 13h00 ,le site de RTE rubrique ECOMIX donnait une production de 2662 MW GRACE AU SOLEIL soit quasiment 3 réacteurs nucléaires ! Les Allemands parviennent déjà à stocker ce soleil en le transformant en hydrogène ou en METHANE SYNTHETIQUE .Quant à la combustion de pétrole ,depuis maintenant 10 jours ,les pics de pollution aux particules se succèdent en France ! C'est bon pour nos bronches ...
Réponse de le 13/03/2014 à 17:45 :
Ne pas confondre production pic et moyenne : le soleil ne brille pas la nuit ou par temps nuageux.
Quant aux Allemands, quand ils commencent à fermer leur nucléaire, c’est pour ouvrir des centrales à combustibles fossiles.
Les particules proviennent des diesels que les écolos français appelaient « propres » pour justifier leur vignette (déjà oublié ?)
Réponse de le 13/03/2014 à 21:10 :
"VOLTAIRE",il vous manque une information essentielle ! Ci-joint le lien
( http://www.enerzine.com/14/16879/impression-breve.html) qui vous permettra de découvrir comme à d'autres que les ENr se stockent .C'est le système GRHYD dit en plus simple : Gestion des Réseaux par l'injection d'Hydrogène pour Décarboner les Énergies.Les Allemands le font déjà ,la France suit par l'expérience pilote de Dunkerque avec GDF.Pour terminer ,notre combi solaire (Nord de la France) nous fournit depuis plusieurs semaines de l'eau chaude à 50° et plus y compris après la tombée du jour ...
a écrit le 13/03/2014 à 14:58 :
Parler de possible "ère d'abondance pétrolière" et du fioul comme l'une des énergies les plus économiques alors que Poutine ne cesse actuellement de masser ses troupes à l'Est de l'Ukraine à moins de 3 heures de Kiev ce n'est pas particulièrement le bon timing et le pétrole reste très polluant (voire golfe du Niger etc) et de plus en plus difficile à trouver dans tous les cas, impliquant des forages dans des zones fragiles : http://www.zerohedge.com/news/2014-03-12/after-annexing-crimea-russian-troops-are-piling-east-ukraine-border
Réponse de le 13/03/2014 à 15:44 :
Vous voyez qu'il est possible de faire des contributions constructives sans mentionner Hitler et Staline (un moment de faiblesse peut-être?)
a écrit le 13/03/2014 à 14:24 :
Très fort ce plaidoyer pour le mal aimé fioul domestique mais :
Argus de l énergie prix au kWh consommé
Soleil = 0€
Bois dechiquettés = 2.6 ct €
Bois Buche= 3.4 ct€
Bois Granulés en vrac = 6.5 ct €
Gaz de ville= 6.6 ct€
... Oups le fioul n 'apparait pas encore
Bois Granulés en sac = 7.5 ct €
Fioul domestique = 9.8 ct €
Ha enfin le voila avec sa véritable position d'énergie la moins cher !!!
Je rajouterais ensuite, à qui profite vraiment l'achat ? En tous cas, cette économie n est pas local et ne profite pas en majorité à la france.
Et dernier point, le Pic de Hubert ?? Des spécialistes du fioul ne veulent pas en parler ?
ce n'est pas uniquement que cette énergie soit fossille qui pose un probleme, c'est aussi une énergie de stock et jusqu' a preuve du contraire quand on puise dans un stock, le stock s'épuise !!
et pour répondre @ Ray : la pompe a chaleur avec un COP de 1/3 utilise 1kWh pour nous donner 3 kWh chouette. Mais 1 kWh élect nécessite 3kWh pour etre produit (loi de carnot) donc consommé 3 kWh de pétrole pour obtenir 1kWh électrique .... dans ces conditions autant se chauffer directement au fioul !!
Réponse de le 13/03/2014 à 23:59 :
Votre argus est tronqué (même truqué) car prétendre que l'énergie photovoltaïque est gratuite (revalorisation des panneaux compris) relève de l'escroquerie intellectuelle...
a écrit le 13/03/2014 à 14:03 :
Cet article d'opinion a -t-il une vocation humoristique ? Ou ambitionne-t-il de tester a quel niveau nous pouvons nous faire pigeonner ?
On aimerait beaucoup avoir la demonstration de "l'ere d'abondance" affirmee a un moment ou tous les sites de production facile ont entame leur decroissance et ou le marche de tient que par les huiles de roche dont la perennite au-dela de 2020 est contestee, chiffre a l'appui cette fois-ci.
De plus, quand bien meme cela serait vrai, les auteurs ignorent sublimement les dereglements climatiques dus au petrole ... a une moment ou 2 semaines plus tot nous perdions 10m de trait de cote.
Le bateau coule, mais que l'orchestre joue encore plus fort !
a écrit le 13/03/2014 à 13:54 :
Depuis quand la rubrique "opinions" d un journal n est elle qu un publi reportage par une societe de relations publiques et pour une societe en ligne d achat groupe (rien a voir avec les smart grids (cf definitions de l AIE et autres qui ont pour objectifs de reduire les emissions de GES). Bref, au dela de la mauvaise foi, ce n est que la pub deguisee pour une energie depassee.
a écrit le 13/03/2014 à 13:52 :
En voilà 2 qui sont subventionnés par les lobbies pétrolier!

La véritable énergie du futur, que l'on commence à voir poindre, c'est l'hydrogène, surtout produit par les ENR... Que l'on peut soit associer à du CO2 pour en faire du méthane, soit utiliser dans des piles à combustible, on a le choix. D'autant que le grand incovénient de l'H2, le stockage, est en train de se résoudre grâce notamment à la société McPhy Energie... Mais les lobbies pétroliers vont tenter de tout faire pour que cela ne se produise pas, au lieu au contraire d'accompagner le mouvement pour rester dans la course...
Réponse de le 13/03/2014 à 14:25 :
L'hydrogène n'est pas une énergie, on ne l'extrait pas du sol, ou on le capte pas avec des panneaux face au soleil, c'est un vecteur énergétique, comme l'électricité. Tout fonctionne déjà (et plutôt bien) à l’électricité, pourquoi changer de vecteur ??? Comme disait Jobs, ceci est une révolution, faut tout jeter, tout racheter !
Réponse de le 13/03/2014 à 15:25 :
@ Gaston : l'intérêt de l'hydrogène est que l'on a régulièrement de très forts excédents d'énergies renouvelables, que ces dernières sont de plus en plus compétitives partout dans le monde à tel point qu'il est souvent préférable d'en prévoir plus que de créer des unités de stockage (étude comparative de Stanford entre autres) et que l'hydrogène permet de stocker cette énergie avec un rendement de plus de 95% par électrolyse (voie protonique etc) dans le réseau jusqu'à 6% légalement (et jusqu'à 20% en pratique comme démontré de 2007 à 2011 sans problèmes en Hollande) ou avec un rendement un peu moindre en l'associant au C02 pour produire du méthane mais stockable à 100% dans les infrastructures existantes. De même l'électrolyse permet des rendements de 95% dans la production de biogaz avec moins d'émissions de polluants H2S et CO2. L'hydrogène et bien plus encore et plus largement le méthane (car molécule plus importante et plus facile à utiliser avec moins de fuites) servant tout aussi bien pour l'industrie, les bâtiments, le transport etc sans changer les infrastructures existantes et jouant à eux seul le rôle de stockage sans nécessiter de batteries donc d'importations de lithium notamment, ni générer de pertes de charges et avec plus de durabilité qu'une batterie, ont une rôle très important à jouer en complément de l'électricité. Un poids lourd roulant au méthane se justifie plus qu'un poids lourd avec des batteries car dans ce cas imposantes et lourdes et densité énergétique 3 fois moindre par exemple. Quant aux coûts il baissent régulièrement au fil des développements comme on l'a vu dans les énergies renouvelables. Il n'y a donc pas lieu de tout jeter mais d'avoir 2 autres options à l'électricité et pour couvrir tous les usages sans guère polluer ni être dépendants de Poutine !
Réponse de le 13/03/2014 à 17:37 :
Que de nouveaux gaz soient complémentaire à la production électrique, classique ou renouvelable, cela ne fait aucun de doute (biogaz issue du recyclage des ordures, voir hydrogène pour un certain type de stockage énergétique comme vous dites). Mais dire que c'est l'énergie du future est complètement faux, au moins pour ce siècle.
a écrit le 13/03/2014 à 13:45 :
Depuis 2007, la France a dépensé 380 milliards d'euros pour acheter du gaz et du pétrole.
La facture énergétique de la France est passé de 10 milliards d'euros courants (0,8% du PIB) en 1998 ou à 68 milliards d'euros (3,4% du PIB.) en 2012.
Cette facture énergétique est non seulement un boulet pour l'économie française mais une source de problèmes.
Depuis 1973, c'est l'argent du pétrole qui finance l'intégrisme musulman qui a fait tant de mal à la France et au monde.
Depuis 1973, c'est l'argent du pétrole qui finance les programmes nucléaires de l'Iran et du Pakistan.
Voilà pourquoi, il est temps de lancer un grand programme d'isolation en Europe.
a écrit le 13/03/2014 à 13:40 :
C'est un article ou une publicite?
a écrit le 13/03/2014 à 13:40 :
Mais la France importe tous les ans pour 34 milliards de pétrole brut et 17 milliards de produits raffinés du pétrole....dont une grande part ne sera jamais récupérée par nos exportations insuffisantes. En brûler une part dans des chaudières me semble tout de même un peu léger.
La sobriété en combustibles fissiles des centrales nucléaires plaide pour une substitution en France de ces chaudières par des pompes à chaleur. La France importe tous les ans pour 1,2 milliard de combustibles nucléaires traités (Douanes).
a écrit le 13/03/2014 à 13:35 :
c'est pas le tout d'émettre l'hypothèse d'une ère d'abondance, encore faudrait-il avoir des signes de cette ère, or c'est tout le contraire qui se profile. Les découvertes en volume sont de plus en plus faibles, c'est mal barré. Quant au chauffage le plus économique, c'est toujours le soleil (avec une maison bien orientée et de l'inertie) ou la couette!
a écrit le 13/03/2014 à 13:27 :
sauf que c est une énergie sale et que les fumées peuvent vous tuer!
a écrit le 13/03/2014 à 13:20 :
En dépit d'une croyance bien ancrée, le fioul confirme chaque jour un peu plus qu'il reste l'énergie la moins chère pour la production de chaleur, juste derrière le gaz de réseau.

Donc c'est pas l'énergie la moins chère !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :