Automédication : un peu de courage, M. Macron !

Les médicaments vendus en automédications ne pas plus chers en France à l'étranger. Il faut organiser mieux ce secteur. par Pascal Brossard, Président de l'Afipa, Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable
(Crédits : DR)

Nous apprenions cet été de la bouche d'Arnaud Montebourg alors Ministre de l'économie et grand défenseur du pouvoir d'achat des Français que les médicaments d'automédication en France étaient trop chers et qu'il fallait donc les vendre en grandes surfaces. Cette affirmation péremptoire émanait des analyses d'un organisme pourtant considéré comme prestigieux : l'Inspection Générale des Finances.

L'amateurisme de l'inspection des Finances

Les citoyens que nous sommes ont tout lieu d'être inquiets devant tant d'amateurisme. Soit l'IGF s'appuie sur des études de mauvaise qualité (ce qui n'est pas acceptable avec de l'argent public), soit les experts de cette administration ne savent pas lire les nombreuses études que nous mettons à la disposition de tous les citoyens depuis de nombreuses années et qui sont considérées comme les études de référence dans notre secteur.
Ces analyses montrent en effet sans discussion que les prix des médicaments d'automédication en France sont les plus faibles d'Europe de l'ouest (avec ceux du Royaume Uni) et ces données sont sans appel tant l'écart est important avec nos voisins européens . Il suffit d'ailleurs de se rendre dans des officines belges, allemandes ou encore italiennes pour s'en convaincre.

Un manque de vision

Nous apprenions par la même occasion dans le rapport de l'IGF que les prix de ces mêmes médicaments avaient, soit disant, augmenté plus vite que l'inflation. C'est évidemment complètement faux et nous le démontrons chaque année depuis 2008. D'ailleurs, ces grands experts de l'IGF ont peut-être oublié que le taux de TVA a été augmenté de 5,5% à 10% en quelques années mais c'est certainement un oubli.....
Ce manque de rigueur de notre administration est vraiment regrettable. Mais que dire du manque de vision ? Alors que la plupart des pays ont compris que l'automédication responsable et sécurisée comme première étape du parcours de soin était un moyen simple et efficace de responsabiliser les patients face à la pénurie de médecins généralistes et de faire des économies budgétaires, ce sujet n'est même pas abordé dans la loi de santé publique en préparation... Et personne ne semble privilégier cette piste.

L'apport de l'automédication

Alors pourquoi les autres Etats sont-ils capables de prendre des mesures fortes ? Pourquoi nos amis européens, par exemple, ont pris conscience de la valeur ajoutée de notre secteur et en ont fait même un levier de croissance pour certains, alors que nous en sommes toujours à attendre un réveil des pouvoirs publics ?
La réponse est pour moi évidente. Il manque tout simplement l'essentiel : Le courage politique ! Il est facile de décréter à tout va (et sur la base de données fausses) que les médicaments d'automédication sont trop chers, ou encore que la vente en GMS va permettre de résoudre une partie de ce faux problème. Il est beaucoup plus difficile de faire de la pédagogie et d'admettre l'apport de l'automédication pour notre système de soins, pour notre économie et pour les patients.

Pour une meilleure organisation du système de soins

Après le temps de l'observation et de la discussion, nous souhaitons désormais que s'ouvre le temps de l'action et de l'ambition. Notre secteur, et le pays dans son ensemble, en ont besoin et nous devons tous en prendre conscience. Observons ce qui se fait d'intelligent ailleurs et essayons de l'appliquer en France sur le court terme. Nous en sortirons plus forts tous ensemble, au profit de notre pays, de son économie et surtout des patients qui méritent mieux que les effets d'annonce de ces dernières semaines. Trouvons ensemble ces solutions qui permettront une meilleure organisation de notre système de soins et une pérennité de notre système de prise en charge que chaque concitoyen appelle de ses vœux.

Pascal Brossard,
Président de l'Afipa

- - -

* L'Afipa - Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable - est l'association professionnelle qui représente les industriels qui produisent et commercialisent des produits de santé disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires d'automédication) - www.afipa.org

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2014 à 12:29
Signaler
il est partisan votre article, Pascal, il défend la corporation des pharmaciens, vos clients en définitive ! Les médicaments délivrés sans ordonnance sont chers car les marges des pharmaciens sont honteuses, idem sur les produits de beauté et autre ...

à écrit le 09/10/2014 à 11:21
Signaler
Cher Pascal, relisez-vous. Première phrase : problème. La maîtresse de mon fils de 9 neuf ans le répète à longueur de journée de classe.... autocontrôle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.