Non au cost-killing, oui à l'optimisation

 |   |  604  mots
(Crédits : DR)
Les méthodes standard de cost-killing, basées sur des tableaux excel, conduisent le plus souvent l'échec. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne peut chercher les coûts cachés dans l'entreprise. Par Grégoire de Préneuf, co-fondateur de Deuzzi.

En ces temps de crise, j'ai envie de douter du chiffre... plus précisément du chiffre «mathématique », non relié aux faits, et de militer contre le tristement célèbre « cost-killing ».
Un chiffre pessimiste fourni seul, sans analyse fine et étayée ni explication de l'environnement, est dangereux. Il produit un effet anxiogène et peut conduire à une décision hâtive de simplification « par le bas » et de réduction  des coûts...

Des stratégies de cost-killing qui conduisent à l'échec

Quels ont été les bénéfices des multiples missions d'"optimisation des coûts" déjà opérées au sein des structures ? Souvent brutales, non comprises et partagées avec les équipes, produisent-elles de la valeur ? Non et bien au contraire, ces stratégies finalement passives et défaitistes auto-génèrent elles-mêmes de nouveaux plans de récession en chaîne.
Le culte stressant de l'analyse comptable et financière traditionnelle conduit à des stratégies défensives. Il a pour conséquence la domination du contrôle sur la confiance dans l'acte de management, ce qui nuit inutilement  au développement de l'autonomie, de la responsabilité et de l'épanouissement des collaborateurs.
Pour éviter cet écueil, il conviendrait de franchir un seuil, de relier les chiffres aux lettres, et d'entamer avec lucidité et sérénité une analyse complète des composantes de nos entreprises. Apprendre à identifier, puis recycler les coûts et dysfonctionnements cachés en valeur ajoutée.

Examiner les dysfonctionnements

Nos organisations sont infiniment plus riches et fertiles en informations de natures qualitatives et quantitatives (projets en cours, potentiel des collaborateurs, évolution des marchés, satisfaction des clients,...) que financières. Ces informations sont mesurables et chiffrables selon les hypothèses choisies.
Une méthode efficace permettant de rester au contact des besoins du terrain serait dans un premier temps d'admettre l'existence de dysfonctionnements, bien naturels d'ailleurs, au sein de nos organisations. Ces données « enterrées » par les systèmes d'analyse traditionnels sont de natures multiples : évaluées entre  15 000 euros et 60 000 euros par an et par collaborateur, par l'institut ISEOR*, après 1300 cas d'entreprises et organisations étudiées.

20 personnes passant une demi-heure par jour pour traiter des mails inutiles: 80.000 euros de coûts

Ces dysfonctionnements, nous les observons, de près ou de loin chaque jour, et ils sont de natures diverses : risques, pertes de temps, compétences mal affectées, potentiel non créé, gaspillages.
Prenons le cas de 20 personnes qui perdraient une demi-heure par jour à traiter des mails qui ne les concernent pas. Un calcul simple basé sur la masse salariale permet de démontrer que cela engendrerait 80 000 euros de coûts
cachés annuels. Dans le domaine du Système d'Information d'ailleurs, les coûts liés aux dysfonctionnements représenteraient 60 % du coût global de possession, d'après Markess international.

La nouvelle de ces pertes cachées est excellente. Elle est la preuve tangible des belles réserves de potentiel que recèlent nos organisations !  Il y a une valeur réelle à considérer cette "boîte noire", apprendre à en mesurer régulièrement les coûts, pour en recycler une partie dans notre chaîne de création de richesses. Admettre qu'il est porteur d'ausculter notre  valeur "immatérielle", représentée par nos potentiels humains et notre organisation interne, plutôt que nous acharner sur les chiffres et virgules de nos tableaux Excel...

*ISEOR : Institut de Socio-Economie des Entreprises et des Organisations - 37 années d'existence - 60 ouvrages - 600 intervenants - 1300
structures accompagnées - 1 Million d'heures de recherche - 3 534 catégories de dysfonctionnements recensés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2014 à 13:09 :
Bien d'accord avec cette thèse : les chiffres ne sont pas tout. Et une entreprise est mal barrée quand elle est entre les mains des comptables, et, pire encore, des financiers.
Et acheter toujours moins cher, çà finit par coûter cher : en France, le tissu industriel, et donc l'économie du pays, est détruit peu à peu par les acheteurs des grands groupes. C'est pire que nul : c'est typiquement français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :