Agile, Lean Management, quelle méthode pour l'innovation ?

 |   |  833  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
Le Lean Management et l'Agile constituent deux méthodes disruptives de management destinées à optimiser les conditions de production et d'organisation au sein d'une entreprise dont la nature de l’activité va l'orienter vers l’une de ces méthodologies. Tour d'horizon de leurs caractéristiques spécifiques. Par Pascal de Lima, chef économiste chez Harwell Management avec Stanislas Louzier, consultant confirmé.

Le Lean Management peut être défini comme un mode d'organisation de la production qui s'attache tant à l'optimisation des processus qu'à la production aux meilleurs coûts, qualités et délais, par le biais de la standardisation, de l'amélioration continue et du flux tendu. Inspiré des méthodes de management utilisées par l'entreprise Toyota au Japon au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, le Lean Management a connu une diffusion avec la publication aux Etats-Unis de plusieurs livres consacrés, notamment "The Machine That changed the World "(1991) basé sur une étude du MIT dans le secteur automobile. Par la suite, Le Lean Management a subi des déclinaisons dans des secteurs variés (industrie, services). Au cœur du Lean Management, 3 objectifs clés : zéro délai, zéro stock, zéro défaut.

Les méthodes Agiles, quant à elles, apparaissent en 1986 avec un ouvrage intitulé "The new new product development game". Il s'agit d'un ensemble de méthodes itératives de développement de produits industriels. En 2001, 17 experts se réunissent et élaborent le Manifeste Agile qui synthétise l'ensemble des principes et met l'accent sur l'interactivité, la réactivité au changement et la capacité d'adaptation d'une équipe à de nouveaux besoins. La méthodologie Agile la plus célèbre et la plus répandue est Scrum qui fonctionne autour d'une équipe auto-organisée selon des rôles prédéfinis (Responsable du Produit, Maître du Scrum, Equipe de Développement), qui respecte des rituels (la cérémonie) et utilise un langage commun (les artefacts). L'Agile est fondée sur des cycles courts, une démarche incrémentale et une adaptation régulière au client

Le Lean permet d'améliorer les conditions de production

Le Lean peut apporter à un environnement de production une réduction de la variabilité sur le délai de production et la qualité d'un produit. Ainsi, de nombreux outils du LEAN sont des outils qui permettent de lisser la production (Heijunka, lissage de la production ; Kanban ; First In First Out) et d'identifier au plus tôt les défauts de qualité (Andon : détecteur lumineux ou sonore ; bac rouges ; Poka Yoke : outil de contrôle). Par ailleurs, le Lean management est plus adapté que les méthodes agiles pour des équipes peu expérimentées : le Lean cherche à capitaliser l'expérience et à apprendre les méthodes de production les plus efficaces. Sur le fond, le Lean Management se compose de nombreux outils d'apprentissage qui permettent aux collaborateurs de s'améliorer au fur et à mesure.

L'Agile permet l'adaptation constante du produit

Le Lean suppose la mise en place d'un mode de production standardisé.
A l'inverse, les méthodes Agiles encouragent la capacité d'adaptation au changement. La standardisation de modes opératoires amenés à évoluer fréquemment apparaît comme peu justifiée. L'Agile apparaît comme plus adaptée à une démarche créative, grâce à une équipe dédiée et pluridisciplinaire, proactive pour prioriser les différentes fonctionnalités d'un produit et identifier les moyens qui lui sont nécessaires.

Une préoccupation partagée, des objets distincts

En Agile comme en Lean, le client est au cœur de la démarche. En Agile, l'itération est l'occasion d'améliorer progressivement un produit qui fonctionne. En Lean, il n'y a pas d'itération mais une chaîne de production avec de nombreux points de contrôle. En Agile, on améliore le produit ; en Lean on améliore les processus pour les prochains produits. La lutte contre les gaspillages du Lean trouve son pendant dans les itérations courtes des Méthodes Agiles, qui permettent d'éviter un effet tunnel. Le Lean donne des principes généraux d'organisation de la production, l'Agile indique la répartition des rôles, la comitologie. Il assure à l'équipe de développement son autonomie d'organisation.

Lean Management et Agile ont en commun d'être des méthodologies disruptives fondées sur la transparence (culture de la résolution de problème, management visuel), modifiant l'organisation du travail de manière radicale en impliquant les équipes dans la réussite de l'entreprise. Dans les deux cas, il y a nécessité d'un changement culturel de par les oppositions qu'elles peuvent susciter. Le Lean Management s'oppose au Taylorisme (division verticale du travail), l'Agile au cycle en V et aux méthodes prédictives.

Pour autant, ces méthodologies s'opposent. En Agile, le produit naît de l'ajout de couches successives de fonctionnalités, d'évolutions. En Lean, le produit est défini à l'origine et c'est le processus de production qui évolue au fur et à mesure. L'Agile vise à fournir un produit complexe unique à la suite de plusieurs itérations. Le Lean vise à créer un environnement de production optimal (qualité, délai, coût) pour une production en série avec la capacité à changer facilement de série. Au final, c'est la nature de l'activité qui va orienter l'entreprise vers l'une de ces méthodologies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2019 à 14:42 :
Le lean et l'agile ne s'oppose pas.
1/ l'agile reprend beaucoup de concept du lean, la notion de valeur, de flux, d'excellence etc...
2/ si on sort du domaine de l'informatique ou l'agile est très présent et que l'on adresse un domaine industriel, l'agile et le lean ne s'appliquent pas à la même phase du cycle de vie du produit
Dans la phase d’émergence, de design et jusqu'à la phase d'industrialisation du produit vous allez faire de l'agile (et du design thinking, de l'UX etc..) alors qu'une fois passé en production vous allez faire du lean.
Les 2 sont complémentaires.
Bonne journée
a écrit le 21/06/2019 à 11:02 :
Des méthodes qui datent d'il y a plus de 30 voire 60 ans. Et on parle d'innovation ???? Disruptive ????
a écrit le 21/06/2019 à 9:19 :
Bon sang je n'ai absolument rien compris !

Ce qui est clair s'annonce clairement, ce qui est obscur s'annonce de façon brouillonne.
Réponse de le 21/06/2019 à 10:55 :
Oui, je m'en excuse, cet article est un article d'expertise "pédagogique" qui demande une première connaissance de l'Agile et de Lean. A partir de ce premier niveau de connaissance l'article devient clair. Merci à vous. Pascal de Lima
Réponse de le 21/06/2019 à 10:56 :
Oui, je m'en excuse, cet article est un article d'expertise "pédagogique" qui demande une première connaissance de l'Agile et de Lean. A partir de ce premier niveau de connaissance l'article devient clair. Merci à vous. Pascal de Lima
Réponse de le 21/06/2019 à 12:03 :
LA charrue avant les bœufs, du coup les boeufs effrayés par la charge à tirer s'enfuient... :-)
Réponse de le 24/06/2019 à 11:38 :
Bonjour oui en effet il s'agit d'un article d'"expertise pédagogique" donc nécessite une première connaissance de l'agile et de Lean. A partir de là normalement cela redevient clair, en tout cas je l'espère. Pascal de Lima
Réponse de le 24/06/2019 à 14:47 :
Par contre je suis venu à cet article parce cette image de présentation a déjà été diffusée deux fois, ne faisant attention aux noms et fonctions des auteurs que quand l'article me choque, tacitement, et pour deux analyses claires sur un management progressiste et avant gardiste.

Donc ceci explique cela aussi, m'attendant à une explication simple et une analyse recherchée je tombe sur ça... :-)
Réponse de le 01/07/2019 à 11:12 :
Oui, en fait cet article à vocation plutôt pédagogique nécessite cependant une première compréhension de l'agile et du Lean. Je m'en excuse. Pascal
a écrit le 21/06/2019 à 0:42 :
Le lean management, c'est la combinaison du paternalisme, du fordisme, avec un soupçon (un gros quand même..) d'esclavagisme. C'est une méthode aliénante, productiviste, destructrice, au service des entreprises, pour la rentabilité du capital, l'appétit des actionnaires.
Réponse de le 21/06/2019 à 8:13 :
Pas mieux, c'est forcer les salariés à absorber les variations de charge ou les délires autocratiques des top et mid managers.
Au lieu de garder des effectifs pour abosrber la charge, on tend au maximum les organisations et demande aux salariés d'en faire plus
Réponse de le 21/06/2019 à 12:05 :
C'est une interprétation du Lean, compréhensible au vu d'un certain nombre de dérives, mais certainement pas suffisante. Le Lean quand il est bien compris et implémenté n'a rien à voir avec un outil de standardisation et d'asservissement. C'est au contraire un cadre de travail (et non pas une méthode) qui peut viser à l'émancipation et la décentralisation, tout comme l'agilité. A la limite et dans votre perspective, vos critiques sur le Lean pourraient s'appliquer à l'identique sur l'Agile. Il y a par ailleurs un parti pris faux sur le Lean dans l'article. Le Lean n'est pas un modèle prédictif mais adaptatif. Il ne vise pas la standardisation, mais la découverte et l'apprentissage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :