Carlos Ghosn ou la stratégie du chantage

 |   |  1470  mots
(Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Par Jean-Philippe Denis, Professeur de gestion, Université Paris Sud – Université Paris-Saclay

Comme tout le monde, j'en suis resté sur le cul.

D'un côté, par cette assemblée générale d'actionnaires qui vote à une très large majorité contre la rémunération du PDG qui lui était soumise - à simple titre consultatif, of course - pour approbation. D'un autre côté par ce conseil d'administration qui a confirmé la rémunération du PDG et les décisions du comité des rémunérations.

Je ne reviens pas sur les arguments évoqués par Carlos Ghosn, du type « les membres du CA sont ceux qui ont été élus par les actionnaires et donc blablabla... » Je ne m'attarde pas davantage sur les réponses hallucinantes disponibles en ligne sur le site même du groupe Renault : franchement, c'est du never seen before en termes d'arrogance.

Je ne reviens pas non plus, même si pour le coup je pouvais, sur une chronique ancienne consacrée à une autre affaire et que j'avais sobrement intitulée « 25% de CA, 75% de conneries ». Puisqu'on sait maintenant qu'un Conseil d'Administration dominé par le PDG à 100% ça suffit largement à vous déclencher des décisions délirantes à 1000%.

Gouvernance et rémunérations des PDG : les « bonnes pratiques »

Revenons-en plutôt aux faits stratégiques. Nom : Ghosn. Prénom : Carlos. Signe particulier : grosse tête et pas franchement réputé pour son humour. Je crois qu'on a tout dit.

Et donc fervent pratiquant d'une religion que nombre d'autres ont pratiqué avant lui et devant laquelle tant d'autres continuent de se prosterner en attendant l'ostie de leurs stock-options : l'enracinement managérial par la mise en place d'une stratégie et d'une organisation qui rend de facto le dirigeant too big to fail.

On ne s'attarde pas non plus sur les motifs divers et variés qui nous viennent de la théorie positive de l'agence, laquelle part du bon sentiment selon lequel la meilleure façon de protéger les actionnaires c'est d'aligner l'intérêt de leur principal mandataire (le PDG) avec le leur. Théorie dont l'impact académique comme sur les pratiques aura été absolument considérable si l'on en juge par l'inflation des salaires des top-managers et autres CEOs.

Et en France particulièrement par la magie de la Sainte Trinité : ouverture du capital des vieilles entreprises publiques, codes de bonnes pratiques de gouvernance AFEP-Medef (ah, le rapport dit Bouton !), loyauté du « tu m'tiens, je te tiens par la barbichette » à la française via les mandats croisés dans les divers conseils d'administration de nos champions appelés à devenir européens et même mondiaux ! « Wesh, Wesh, bien oué-j la magouille... » comme diagnostiquerait peut-être l'éternel ami de ces chroniques Hip-Hop Management : B2OBA !

Pour mesurer le chemin accompli par les élites qui peuplent les équipes de direction de nos « champions » industriels, rien de mieux que de se souvenir qu'au milieu des années 1990, on était encore un jeune conducteur. Qu'à l'époque, il n'y avait pas de téléphones portables et puis pas d'Internet. Bref, on en était encore au Minitel (rose) de Xavier Niel (lequel n'était pas encore l'un des actionnaires de référence du Monde...) et on vivait ce moment, unique : Renault ouvrait son capital de Renault avec des parts sociales à acquérir comme autant de « Mistral gagnant » et de nos dimanches F1 x Prost.

Que de chemin parcouru donc, depuis, sous la houlette en particulier de Carlos Ghosn, et de cette alliance Renault-Nissan partout célébrée puisqu'elle allait enfin permettre de « peser dans l'game » des constructeurs qui devaient vendre quelques millions de véhicules sauf à risquer d'être avalés (industrie en voie de concentration oblige !).

Bon, on espère ne pas vous avoir perdu, et on vous invite plutôt, si vous en avez le courage, à vous cogner les deux heures d'AG où, après un démarrage très keynote à l'Hollywoodienne, on ne comprend plus rien puisque le doublage fait écho à la voice du big boss.

Et retour à la théorie de l'agence avec son impact absolument considérable, mais avec des succès plus mitigés : d'un côté d'indéniables succès pour inspirer les pratiques d'inflation salariale des CEOs ; de l'autre, des scandales à répétition, à n'en plus finir, sur fond de survalorisation bourisière, d'overvalued equity et autres maquillages comptables esprit Enron.

Et on en revient donc à Renault pour s'étonner de quelques points qui n'ont été visiblement que très indirectement abordés.

L'automobile, une industrie d'avenir?

D'abord, rien ne dit que l'automobile soit une industrie qui ait réellement de si beaux jours devant elle puisque ça coûte quand même vachement cher les bagnoles. Surtout si vous avez eu le bonheur d'être l'heureux propriétaire d'une Espace IV 3.0 DCI (avec moteur Isuzu)... Pourquoi ? Tapez le nom sur Google, allez lire les forums, vous allez comprendre !

Ensuite, rien ne dit non plus que Renault ne va pas avoir un jour ou l'autre des histoires en matière de respect des normes antipollution, c'est de notoriété publique. Dans ce contexte, on serait PDG de l'entreprise depuis quelques années, on prendrait plutôt soin de faire plutôt attention... et de ne pas être trop gourmand.

Enfin, il y a cette affaire du pétrole. Avec la chute dramatique du cours du baril. Et qui pourrait différer quelque peu l'intérêt économique d'une bascule trop rapide dans le tout électrique, sans oublier qu'il y a quand même tout un écosystème qui reste aussi à bâtir autour... pour que l'offre électrique soit réellement attractive pour le grand nombre.

Voilà, on s'arrête là parce qu'on n'y connaît pas grand-chose à l'industrie automobile, à ses problématiques actuelles, et que d'autres sont sans doute bien mieux placés pour commenter les risques stratégiques pris par Renault qui rendent pas idiote du tout cette idée qu'un PDG qui fait tout pour être irremplaçable dans ce contexte, c'est un peu limite... Surtout quand après tant d'années on n'a rien été capable de faire de mieux qu'une bonne vieille médaille en chocolat de 4e constructeur mondial, au surplus par croissance externe.

La stratégie du chantage

Voilà. Bon, on ne rentre pas plus dans le débat, on l'a dit. On regrette juste le temps où diriger une entreprise comme Renault, c'était d'abord vécu comme un honneur plutôt qu'une manière de remplir jusqu'à plus d'hubris son compte en banque. Et où, pour l'honneur, un vote négatif des actionnaires aurait conduit un PDG à présenter plutôt sa démission au lieu de pratiquer ce truc si bien connu en théorie de la gouvernance : la stratégie du chantage.

Parce qu'après tout, s'il est si bon Carlos Ghosn, alors pourquoi il ne se libère pas de lui-même de ces chaînes insupportables qui le condamnent à devoir diriger Renault et Nissan ? Il y a plein de startup qui l'attendent. Et il va découvrir un truc : à la base, les stock-options, c'était plutôt elles que ça concernait pour compenser les salaires qu'elles ne pouvaient verser. Pas Bernard Arnault chez LVMH ou Carlos Ghosn chez Renault Nissan. Ou les autres du CAC 40 et d'ailleurs.

Allez, sur ce on vous laisse lire le dernier numéro de la Revue Française de Gestion. Avec un papier signé Jacques Barraux qui vous retrace les origines de la revue ; un dossier « Innovation et numérique » coordonné par Pierre-Jean Barlatier à consommer sans modération ; et puis un papier « Grand-Angle » sous le signe d'abord de l'humilité : « Managers et espions : l'affaire Renault ». Avec comme fil conducteur du numéro cette idée : si à l'heure de l'innovation numérique, on peut aussi faire disparaître des enregistrements compromettants du web (souvenez-vous, l'entretien d'anthologie dans le bureau du Directeur juridique de Renault désormais introuvable sur le web...), on n'a pas encore inventé le procédé qui permettra d'effacer la mémoire des chercheurs en management. N'en déplaise.

Et pour conclure cette trop brève chronique, on érigera donc plutôt au rang d'exemple managérial neuf l'acte du président Obama au moment de quitter l'estrade lors du 2016 White House Correspondents' Dinner ; plutôt que celui du « bad CEO » Ghosn, dont l'Histoire retiendra l'obstination et le réel talent à gérer d'abord son seul enracinement ; quoi qu'il puisse prétendre de l'intérêt de ses diverses entreprises.

Parce qu'après tout, « sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son boule » pour filer une punch-line de B2OBA (in « Pitbull », album Ouest Side), remixant... Renaud par Montaigne.

The Conversation______

Par Jean-Philippe Denis, Professeur de gestion, Université Paris Sud - Université Paris-Saclay

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2016 à 20:43 :
Certains ont quand même la mémoire un peu défaillante. Si RENAULT est toujours là ce n'est pas grâce à la capacité de Carlos GHOSN a diriger son entreprise mais bel et bien grâce à l'effort de l'état français, donc nous contribuable !!!! Ben voyons, en 2007 RENAULT était en faillite, un prêt d'état de quelques milliards a permis de sauver la société.
Mr GHOSN est subti et délicat !!!! Ben voyons, rappelez vous l'affaire concernant 3 cadres de la société accusés à tort d'espionnage, serait pas un peu déviant le Môssieur?.
Quand à moi je n'achèterais jamais un véhicule Renault tant que ce personnage sera à la tête de cette entreprise.... Hé oui, une partie du prix du véhicule va direct dans sa poche, donc à bon entendeur salut....
a écrit le 08/05/2016 à 11:37 :
Lorsque des administrateurs piétinent les actionnaires, c'est que la dictature de minorité voyoucrate a sévit, impunément.

Toutes ces Ghosneries jettent le discrédit sur l'ensemble du patronat Français,

80% des patrons Français ont créé leur entreprise, et sont honnêtes,

la Loi de Pareto est ainsi vérifiée,

20% des dirigeants de grandes entreprises n'ont jamais rien créé eux m^mes, ce sont les plus malhonnêtes

et toutes ces Ghosneries sont au sommet de la pyramide du groupuscule qui jette et répand le discrédit sur les patrons Français.
a écrit le 08/05/2016 à 10:08 :
Entièrement d'accord avec cet article d'un journaliste indépendant ,et respectable ,je suis scandalisé par l'arrogance , la grosse tête et l'absence du sens de l'honneur du petit Mr goshn , qui ne mérite plus de diriger une entreprise française . Pour lui ,c'est clair il n'y a que le fric qui compte ,il n'hésite même pas à cracher sur les actionnaires . Il devrait aller chez les rosbifs ou les cow boys ou le sens de l'honneur n'existe pas ,et ou la conscience s'appelle le fric ,rien que le fric ......miserable honte de l'humanité!
a écrit le 08/05/2016 à 0:27 :
on ne pouvait attendre autre chose d'un professeur de gestion à Paris Sud ! il a du faire ses études à l'Université Patrice Lumumba de Moscou au temps de feu l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques !
Il doit regretter le temps de la REGIE NATIONALE DES USINES RENAULT dirigée par un haut fonctionnaire ! Heureusement Raymond Lévy est arrivé à temps pour mettre de l'ordre et tranformer l'entreprise "nationale" en entreprise privée.
Et voilà que maintenant un ministre aux idées plutôt libérales veut se mêler du salaire de son Président ! qui soit dit entre nous aurait mieux fait il y a quelques années d'accepter l'offre d'un grand constructeur américain ! décidément les français ont l'art de se mêler de ce qui ne les regarde pas.
a écrit le 07/05/2016 à 23:02 :
Vocabulaire grossier (j'en suis resté sur le cul), charabia franco-anglais (never seen before), vulgarité assumée (ça coute vachement cher les bagnoles), tout cela ne suffit pas car c'est une "chronique trop brève". La médiocrité des incapables les rend agressifs à l'égard de ceux qui ont fait quelque chose.
a écrit le 07/05/2016 à 22:36 :
Bof Martin Winterkorn a démissionné du poste de patron de VW après le scandale, mais a quand même touché 9,3 millions d'euros de compensation, en plus de 7,3 millions de bonus ...!!!

Toute polémique entretenue ou pas est hors sujet à observer un peu plus finement le développement du constructeur au losange.

"La marque Renault y enregistre une croissance de 9,9% soutenue par la Clio 4, le Captur, le Kadjar, l'Espace et le Talisman, en attendant l'impact de la nouvelle Mégane lancée au premier trimestre, précise le groupe Renault. La marque Dacia y enregistre [elle] une progression de 5,7% grâce notamment à la performance de la Sandero".
http://www.journalauto.com/lja/article.view/24502/renault-demarre-l-annee-en-fanfare/1/constructeurs
a écrit le 07/05/2016 à 13:32 :

On s'en bat l'œil d'avoir des usines dans le monde entier et de l'argent qui voyage dans les banques étrangères, ni de faire des profits deux chiffres pour quelques rares actionnaires français.

On veux des boîtes qui ramènent de l'argent et surtout , du travail en France , dans leur pays , comme le font admirablement bien les société allemande. C'est la règle numéro un d'une société nationalisée.

C'est pour cela que Goshn doit être débarqué, la première mission quasi régalienne de Renault, n'a jamais été assurée.
Réponse de le 07/05/2016 à 22:43 :
Et les décisionnaires de Volkswagen qui démissionnent pris à la gorge par les évènements et alors que Porsche construit ses derniers modèles à Bratislava, on discute la deutsche Qualität et la gouvernance allemande pour rigoler un peu ..?
a écrit le 07/05/2016 à 10:45 :
J'espère que vous n'êtes pas payé pour une chronique aussi mal écrite.

Si vos cours sont aussi confus, il n'y a qu'une chose à dire à vos étudiants : séchez !
a écrit le 07/05/2016 à 10:36 :
Article plus indigeste que le sujet lui-même ! Plus présidé par le dépit que par l'objectivité au regard de "ce qui est vraiment". Il faut se souvenir que le prédécesseur de Ghosn fût un socialiste incompétent et servile dont la gestion de l'entreprise s'est révélée être un vrai désastre. Le succès tient certes à peu de chose, à quelques choix qui s'avèrent être stratégiques in fine comme le choix de quelques hommes (manager, styliste, prospecteur... ou technicien) comme le choix de la forme d'une carrosserie ou d'un tableau de bord qui transposé sur toute la gamme s'avère être soit un désastre ou un succès hors norme. Ghosn n'a pas fait ces erreurs, ses choix s'avèrent être gagnant au-delà de toute espérance. En déplaise au quelques freluquets qui nous gouvernent et qui n'ont jamais travaillé et pris de réelles responsabilités dans une quelconque entreprise digne de ce nom... C'est cela la France. Commençons donc par établir des règles constitutionnelles pour barrer la route aux incompétents que nos partis politiques mènent au sommet de la gouvernance de nôtre Pays. Renvoyons les diplômés en histoire à leur chères études et confions des responsabilités à des hommes et des femmes dont l'expérience dans la conduites des affaires ont mené à des succès avérés,... car en fait, conduire les affaires d'une grande nation ou conduire les affaires d'une grande entreprise c'est obéir à des règles universelles. Ces règles sont apprises dans les entreprises et non dans le cadre idéologique d'un parti politique ou la sanction n'existe pas et ou le seul critère est de plaire au Prince. Imposons à un ministre dix années de responsabilité en entreprise ou dans une administration régalienne et à un Président dix années en tant que ministre dans un ministère régalien. Et enfin... pénalisons les mensonges avérés de tous le personnel politique que ce soit en vue d'accéder au pouvoir et dans la gestion quotidienne des affaires confiés dans le cadre d'un mandat
a écrit le 07/05/2016 à 10:18 :
Ce qu'il convient de retenir de ces affaires Ghosn à succession, maintenant l'affaire de ses abus de biens sociaux après, pour mémoire la fumeuse affaire de faux espionnage ...

c'est que Ghosn est au centre d'un vaste imbroglio de sociétés, centrales d'achat, holdings diverses et variées, dans les paradis fiscaux qui in finé ne sont mises en place que pour diluer un programme défiscalisation, en réalité du vrai détournement fiscal sur le dos des Français honnêtes gens,

c'est que de surcroit Ghosn et ses équipes ont vidé les usines en France, Ghosn et ses équipes n'ont de cesse de réclamer des aides auprès de l'Etat Français,

et au final Ghosn et ses équipes tuent les emplois en France,

Ghosn et ses équipes importent massivement des bagnoles en provenance du Maroc, Grande Bretagne, Roumanie, Turquie, Slovenie, Espagne, Portugal, Algérie, etc ...

Et nos ventres mous des gouvernements Chirac Raffarin Sarkozy Fillon VallsAyrault Hollande sont complices de tous abus de fonds publiques CONTRE les intérêts de la Nation Française
Réponse de le 07/05/2016 à 22:37 :
Tu t' es vu quand t' as bu ...???!!!
Réponse de le 08/05/2016 à 18:53 :
C'est évident, Ghosn et une minorité de ses subalternes sèment des troubles à l'ordre public en France ;
Le Gouvernement Français et la Justice Française se doivent de prendre toutes initiatives d'urgence pour mettre fin à ces troubles à l'ordre public ;
Ces équipes devraient se voir être mis aux arrêts après une arrestation à 6h du matin serait justifiée au saut du lit.
a écrit le 07/05/2016 à 10:05 :
Ghosn est ce qu'il est, peut-être trop franc, peut être pas simple et abordable mais toutefois personne ne peut contester ses aptitudes à diriger une entreprise.

La rémunération est toujours un sujet sensible en France, ce qui est moins le cas chez les anglo-saxons.

Je trouve toujours navrant les donneurs de moral et de leçon qui n'ont pas le courage de mettre les mains dans la m.. en dirigeant une entreprise.

Vous vous rendrez compte de la difficulté de la tâche, de la force qu'il faut pour faire face à des salariés qui vous prennent ou pour le diable ou le sauveur.

Les PDG ne sont pas planqués dans leur bureau à attendre leur salaire.

Cela ne mérite t-il pas d'être rémunéré ?

Probablement autant que l'enseignant qui donne des leçons sans aucune obligation de résultats.

Quel est le niveau scolaire de la France aujourd'hui ?
Et malgré tout les enseignants sont rémunérés à ce que je sache et je n'ai aucun problème avec cela.

Alors laissez les PDG faire ce qu'ils ont à faire : diriger une entreprise sous le contrôle des actionnaires.

Et laissons les enseignants enseigner sans venir nous donner des leçons mais en menant nos enfants à la réussite.

a écrit le 07/05/2016 à 8:55 :
Que j'aurai aimé que le directeur d'Areva ou d'EDF ait obtenu les même résultats, , milliards de profit, avec de tels salaires en millions, ça aurait coûté moins cher que ce qui c'est passé. L''envie et jalousie n'ont jamais remplacé courage et compétence.
a écrit le 07/05/2016 à 8:52 :
Pas que je sois fanatique de Ghoshn, mais c'est article est du charabia qui n'explique rien. Quant à l'auteur, professeur de gestion, c'est à se demander comment l'université recrute ses enseignants
a écrit le 07/05/2016 à 8:32 :
changez votre titre : " Le Gouvernement ou la strategie des faiseurs de pertes " !
on " politicardise " : au lieu de vouloir de bons gestionnaires , on place ...les copains et ...on enregistre les pertes ( SNCF - AirFrance ... etc ); Goshn est peut etre ( surement ) une " tete de lard " mais ,il sait mener une entreprise au succès : outre l'expension de Michelin ,le redressement de Nissan , puis de Renault ( renault , 1993 pertes 6 milliards de ff / 1997 benefice 5,4 milliards de ff ) ; Goshn recompensé et reconnu dans le monde :
homme de l'année , Fortune , 2002 / Homme de l'Asie , 2003 / Prix INSEAD ...mais , bien sur ...il n'est pas énarque , ni socialiste !
soyons réaliste : tout le goshn bashing actuel ne vient pas de son salaire mais du fait qu'il tient tete au gouvernement : on nous annonce ses remunerations , et en melangeant fixe et interessement , on les rends astronomiques ( on fait moins le buzz avec les salaires des footeux ou des animateurs télé ) ; que les politiciens fassent leur boulot et laissent bosser les entrepreneurs ; au lieu de faire des reproches ( delocalisations ) à Goshn , ils peuvent le faire sans BASSESES et beaucoup plus efficacement !
a écrit le 07/05/2016 à 8:29 :
L'Etat n'a rien à faire chez Renault, et lors de ce vote, ne s'est pas prononcé pour défendre les intérêts des Actionnaires, mais a adopté une posture politicienne, déconnectée de l'intérêt général.

Notre Pays a tout à gagner d'un Groupe Renault réussissant, grâce à la maestria de Carlos Ghosn, à s'imposer parmi les principaux constructeurs mondiaux.

Si on fait abstraction du vote des représentants de l'Etat, une majorité d'Actionnaires l'a compris et s'est en fait prononcé pour l'approbation de cette rémunération.

Comparer la rémunération du Président Ghosn avec celle d'un Professeur d'Université n'a aucun sens. Les responsabilités et les enjeux ne sont pas comparables.
a écrit le 07/05/2016 à 7:56 :
Cet article est illisible !
Je ne sais pas où l'université de saclay à trouvé un agité pareil et pourquoi la tribune lui donne la possibilité de nous faire la leçon. Qu'il s'intéresse plutôt aux salaires dans le foot !!!
Réponse de le 07/05/2016 à 8:40 :
soyez sur qu'ils ne sont pas allé chercher quelqu'un à l'INSEAD...( independament du fait que C;Goshn y a été primé .
a écrit le 07/05/2016 à 4:08 :
Méritocratie versus médiocratie.
Je trouve beaucoup plus révoltant la pratique de recasage systématique du fait du prince seul à des postes honorifiques et grassement rémunérés, aux frais de la Républque des séniors dépassant l'age de la retraite: les Jack Lang, Thierry Lepaon et Jean-Paul Huchon .
Aucune réaction citoyenne, ni des journalistes.
A quand la fin de ces pratiques ?
Réponse de le 07/05/2016 à 8:42 :
surpris ? mais , voue etes sur " la voix de solferino " , ici ...
a écrit le 07/05/2016 à 0:34 :
Pendant 50 ans, les US taxaient (ce qui dépasserait aujourd'hui 1 OOO OOO de dollar) à plus de 80%. Rêvons au niveau mondial d'un tel taux marginal d'imposition conjointement au rétablissement d'un Glass Steagall Act...
a écrit le 06/05/2016 à 21:07 :
Un "professeur" qui a du faire Mai 68, et qui y reste fidele. On tremble quand on pense que ce genre d'elucubrations gauchistes est enseigne a l'universite de Saclay.

Vite Monsieur Denis, prenez votre retraite!!
a écrit le 06/05/2016 à 19:34 :
Son salaire est surévalué compte tenu qu 'il ne fait qu' un mi temps chez Renault.....
Tavarez , son ancien second ...a sorti Peugeot de la mouise avec des émoluments bien moindres . Ce dernier fait bosser des Français , l' autre ? D'autre part on le paye pour faire un job comme tout un chacun, phrase que j' ai souvent entendu.....
Réponse de le 07/05/2016 à 8:47 :
..." Tavarez , sont ancien adjoint ..." . Voyez , non seulement il redresse et developpe les boites qu'il dirige , mais en plus ...il y forme les gens ; Il faudrait peut etre lui faire un pont d'or à Saclay pour ameliorer le niveau ?
a écrit le 06/05/2016 à 19:25 :
Au secours l'inquisition et le marxisme reviennent !
Pas étonnant de la part d'un universitaire envieux et donneur de leçon: "juste fais-le" ...
a écrit le 06/05/2016 à 18:38 :
Fort bien mais votre ode à obama qui vient de dire à l'Europe qu'elle doit se soumettre ou se démettre et qui prépare la troisième guerre mondiale:après le Moyen-Orient-grand succès-la Russie avec l'Ukraine-un triomphe des néo-nationaux socialistes-l'Amérique latine-Vénezula,Argentine,Brésil,Bolivie,Honduras (révolution des droits de l'homme bidons),inondation des immigrés de l'Europe,l'adversaire final,la Chine,est totalement irresponsable et criminelle.Pour les états désunis,il s'agit d'une question de vie ou de mort mais nous n'avons rien à voir avec ce pays belliciste:en environ 230 ans d'existence,200 ans de guerre et depuis 1945, 200 guerres.De Gaulle l'avait compris mais se successeurs hors Pompidou se sont vassalisés à ce pays multi-racial et multi-raciste:0° de noirs et de latinos dans la silivon valley-hors les balayeurs."Ah quelle terrible époque que celle où des crétins dirigent des aveugles"-Shakespeare;"Tolérance et apathie sont les signes de la mort d'une civilisation"-Aristote;"Vouloir être dans le vent c'est vouloir être une feuille morte"-Gustave Thibon;"La justice sans la miséricorde c'est de la cruauté mais la miséricorde sans la justice aboutit à la dissolution"-Saint Thomas d'Aquin;"Qu"est-ce qu'un royaume sans la justice sinon un repaire de brigands;qu''est-ce qu'un repaire de brigands sinon un royaume sans la justice"-Saint Augustin;etc.Ce repaire de brigands ce sont les états désunis!
Voir divers articles sur "spiritualité,politique,économie.wordpress.com
a écrit le 06/05/2016 à 17:03 :
Quelle piètre analyse ! Renault est un Groupe magnifiquement géré par le Président Ghosn. Le Conseil d'Administration est particulièrement remarquable.

En tant qu'Actionnaire, j'approuve sa rémunération qui est totalement méritée.

Par contre, les rémunérations excessives de PDG en situation d'échec (Lauvergeon chez Areva, ...) sont insupportables.

Vous auriez pu également évoquer l'échec de Philippe Varin chez Peugeot, contrastant avec les premiers grands succès de Carlos Tavares. Leurs rémunérations doivent-elles être comparables ?
Réponse de le 06/05/2016 à 20:03 :
Cela n'a rien à voir. Il se trouve que votre opinion n'est pas majoritaire chez les actionnaires c'est tout. La seule gouvernance acceptable c'est la confirmation de la rémunération du mandataire social par l'assemblée général des actionnaires...et là il y a un bug majeur reconnu par Pierre Gattaz lui-même.
Réponse de le 07/05/2016 à 7:46 :
tout à fait d'accord avec vous ! mais en France on prefere le looseurs avec petit doigt sur la couture du pantalon ( qui ne savent que créer des pertes abissales dans l'entreprise qu'on leur à confiée ).
a écrit le 06/05/2016 à 15:05 :
Vous ne voulez plus cautionner les salaires exorbitants versés à Mr GHOSN, ben c'est simple, boycottez RENAULT, surtout n'achetez plus de voitures RENAULT tant que ce monsieur sera président de la société.
Voilà le problème est réglé ...Plus de ventes, plus de partie variable sur salaires..Au revoir Mr GHOSN.....Et à jamais....
Réponse de le 06/05/2016 à 17:11 :
Mais, les ouvriers, les actionnaires ne sous pas responsable des dérives de cette individu... Ils y a sûrement une solution pour faire comprendre à ce monsieur qu'il a pousser le bouchon vraiment trops loin... Nous vivons dans un monde tellement changent, incertain et dangeureux, que demain il pourrait être sans emploi....
a écrit le 06/05/2016 à 13:55 :
Si on écoute nos politiciens son salaire est scandaleux, mais dans sa branche et son métier Mr Ghosn est unique et a largement rentabilisé l'entreprise.
Comme Alsthom, Areva, EDF, et autres il vous suffira de le remplacer par un Enarque et dans 2-3 ans Renault sera en faillite et à vendre.
Réponse de le 06/05/2016 à 20:07 :
Encore une fois ce n'est pas son salaire qu'on lui reproche mais le fait qu'en tant que président du CA il ne tienne pas compte du vote de l'assemblée générale...
a écrit le 06/05/2016 à 12:37 :
Quelle analyse!
Réductrice, incomplète, partiale, et j'en passe!
Si tout n'est pas rose avec ce PDG, il ne faut pas lui retirer certain succès qui font que cette entreprise existe toujours "librement".
Alors, on peut parler de moins-value sur le plan social en France, mais regardons aussi le fait qu'en France on critique les grandes entreprises françaises et que l'on se dirige vers des entreprises 100% étrangères, pas plus reluisantes!
Et puis, si l'on parle de fermeture et/ou de délocalisation, parlons aussi du fait que nous pensons d'abord à nos portefeuilles et que l'on veut la voiture la moins chère possible tout en ayant le plus grand confort. Les entreprises sont donc bien obligées de trouver de la main d'œuvre moins chères (et là aussi prenons nous en à notre administration), et tout ce qui s'en suit pour satisfaire sa clientèle. Il faut aussi savoir que d'une entreprise nationale, cette dernière est devenu internationale. Il n'est donc pas toujours possible de produire en France pour vendre ailleurs. Soyons aussi logique et impartial.
Et si l'on veut comparer avec PSA, n'oublions les difficultés qu'elle a rencontré et qu'elle subit encore, les changements qu'elle a du opérer pour réduire les pertes mais surtout le fait qu'elle fait la même chose que ses concurrents : produire ailleurs de plus en plus pour être au plus proche de ses consommateurs et le plus rentables possible.
D'ailleurs en parlant de rentabilité, les Français (dont je fais parti), oublions très vite que sans rentabilité point d'innovation, point d'innovation point de clients, et point de clients point d'entreprise ...
En revenant sur le sujet principal de l'article, il faut aussi voir que ce monsieur peut se vendre aussi bien, voir mieux ailleurs. Carlos GOSHN n'est que dans al juste moyenne des PDG d'entreprises internationales. Tout comme vous ces compétences s'achètent.
Vous ne travaillez pas pour le plaisir de votre patron et cherchez toujours à être le mieux rémunéré possible. Vous voulez un compte en banque bien garnie. Vous n'en avez rien à faire de la gloire de travailler pour une ex-entreprise nationale ou pour votre entreprise du privé. M. GOSHN fait de même.
A la différence prêt s'est qu'en France, le riche ou la réussite est mal vue quand il ne s'(agit pas de la sienne ...
a écrit le 06/05/2016 à 12:20 :
Bof Martin Winterkorn a démissionné du poste de patron de VW après le scandale, mais a quand même touché 9,3 millions d'euros de compensation, en plus de 7,3 millions de bonus ...!!!
a écrit le 06/05/2016 à 12:02 :
Franchement c'est minable de jouer sur la jalousie pour distraire les citoyens Francais des vraies problèmes... Je me moque que Ghosn, PDG d'une société privé, et oui, la regie c'est finie, touche 7 millions ou même 40. Une société privé n'a pas à être gérer par l'état. S'ils sont en mesure de payer leur PDG à cette hauteur... Ben c'est tant mieux pour eux! Point barre. De même si nos élus ont estimé à un moment ou à un autre nécessaire d'injecter du capital dans cette société sans contrepartie, encore une fois à nous d'en tirer les lecons..
Je trouve par contre plus curieux qu'on ne parle pas des retraites cumulatives des élus et fonctionnaires payées par nos impôts... Pourquoi ne calcule-t-on pas la valeur actualisée de toutes ces retraites et que nos élus l’impôt sur la fortune sur ces sommes actualisées. (Il s'agit pourtant de montants équivallent!!!)

Prenons l’exemple de notre cher Président actuel. Je me suis laissé dire qu’a sa retraite, il allait toucher 450.000 euros par an compte tenu de tous les mandats électifs qu’il a exercé, retraite à laquelle il faut ajouter bien sur sa retraite de conseiller d’Etat. Un entrepreneur du privé (Comme Ghosn) doit, pour toucher 450.000 euro par an garanti par l’Etat, devrait disposer d’un capital d’au moins 40 millions d’Euro.

Bizzare... Aucun article à ce sujet... Ca fait surement moins lutte des classes...
a écrit le 06/05/2016 à 11:23 :
m ghon ne fait ni plus ni moins
que m hollande qui lui dirige un pays dit democratique
mais ignore les scrutins et les pétitions
ainsi que les revendications du peuple
a écrit le 06/05/2016 à 11:16 :
Dans un langage polémique en mal de pondération, un article malveillant, même si pas totalement infondé, d'un donneur de leçons de morale qui ne peut s'empêcher de refiler au passage sa vieille marchandise sans la moindre vergogne dans une tribune de La Tribune. M. Jensen a bien eu raison d'être prudent avec ce genre d'oiseau. Le problème de la rémunération est que, les talents étant répartis selon une loi normale, les fiches de paie tendent à s'ordonner en loi normale.
Il suffirait d'interdire les chasseurs de tête pour freiner cette conformation, mais si les chasseurs de tête existent, c'est qu'ils sont un mal nécessaire, et les brokers font toujours monter les enchères. Si vous bridez les talents ici, d'autres actionnaires dans d'autres endroits voudront se couper un doigt pour s'offrir une pointure. Les rémunérations des dirigeants restent au demeurant ridicules comparées à celles de footballeurs qui jouent 180 minutes par semaine, l'horodateur de M. Ghosn en affiche certainement 25 fois plus.
Réponse de le 06/05/2016 à 20:13 :
Je me demande quand même si les footballeurs de renommée internationale ne sont pas plus rares à dénicher que les patrons de talent. Je pense que mon doute vient du fait que la paye des footballeurs n'est pas décidée par des CA constitués eux-mêmes de footballeurs...
a écrit le 06/05/2016 à 10:20 :
Renault recoit des aides diverses et vairées, des allègements de charges sociales, des avantages fiscaux CIC, CIR, CICE,

bref les pertes "d'exploitation réelle" de Renault sont effacées par les ponctions dans les poches des contribuables honnêtes gens Français

et in finé résultats bénéfices de Renault sont uniquement dus aux contribuables Français BIEN TROP GéNéREUX .

De surcroît toutes ces aides précitées n'ont servit qu'à faire des investissements dans les pays de la misère humaine, Roumanie Maroc, Turquie, Slovénie pour produire des carioles et des tombereaux dangereux et ultra polluants

Devant de tels cas, des salaires exorbitants de Ghosn et de ses subalternes, qui relèvent d'abus de biens sociaux et d'abus de fonds publics pour se payer des salaires HORS NORME,

L'Etat français doit suspendre sans délai toutes les aides diverses et vairées, des allègements de charges sociales, des avantages fiscaux CIC, CIR, CICE

Ce sont ces suppressions immédiates d'aides à Renault qui permettront de mettre fin aux provocations et aux vols manifestes de Ghosn et ses équipes.
Réponse de le 06/05/2016 à 12:15 :
Tu t' es vu quand t ' as bu ...??!!
Réponse de le 06/05/2016 à 19:44 :
Effectivement, le gouvernement Français a les moyens de supprimer toutes les aides a Renault qui n'en n'a pas besoin puisque c'est l'opulence insolence dans tout l'entourage de Monsieurs Ghosn,

tous se gavent sans justification ;

Donc Macron doit légiférer et surtout couper toutes les aides à Renault, C'EST MAINTENANT.
a écrit le 06/05/2016 à 9:53 :
la rémunération des dirigeants est un sujet complexe Que vaut un PDG mais aussi les directeurs généraux et autres; car rien n'est clair....retraites, avantages en nature; jetons de présence en sus. plus chez renaut que j'ai bien connu l'acceuil de certains fils de politiques pour des postes fisctifs ?? que vaut un homme en fait son équipe est la question la plus importante...d'autre part on pompe sur les résultats donc sur les salaires et les dividendes...Chez renautl l'actionnaire état à été trés discret...mais chez edf areva et les autres nous avons le meme problème l'administration fiscale avait une possibilité LES REMUNERATIONS EXAGEREES, sous controle des tribunaux on pouvait limiter les salaires rejetter la partie exagérée des charges et considérer comme distribution illégle ce complement....ca faisait trés chaud à l'entreprise lorsqu'on entend macron parlé on voit qu'il ne sait pas grand chose sur cette question trés efficace ....
a écrit le 06/05/2016 à 9:35 :
Encore une fois l'Etat a failli en tant que législateur, car bien que les actionnaires en bons schyzophrénes sont avant tout attachés aux résultats de l'entreprise et au parcours de son action, ils n'ont que droit de la fermer en cas de grand messe.
a écrit le 06/05/2016 à 9:25 :
Le système de rémunération serait équilibré si on leur faisait restituer quand ils font des pertes
a écrit le 06/05/2016 à 8:52 :
Il faudrait remplacer ce Monsieur par un "promotion Voltaire" du PS pour une gestion "juste" dans l'intérêt des salariés et avec suppression des dividendes. Là est la vraie solution de gôche.
a écrit le 06/05/2016 à 8:40 :

Ghosn a fait de la Régie Nationale des Usines Renault une multi nationale qui fabrique les 3/4 de ses véhicules à l'étranger.

Il n'a rien apporté à la France, il a fermé des usines dans notre pays, mais aussi en Europe de l'ouest, pour en ouvrir au Maroc et dans le tiers monde.

Il a organisé un transfert de technologie massif au bénéfice de Nissan, qui maintenant revendique son autonomie, alors que c'est la France qui a l'a sauvé et pas son PDG.

En réalité Ghosn est avant tout le PDG de Nissan, avec un salaire plusieurs fois plus élevé que celui de Renault.

Je n'achète pas de Renault car ce ne sont pas des voitures françaises.

Le groupe PSA lui a eu la conduite inverse, avec des résultats en terme de réussite sociale et économique bien supérieur à Renault. PSA a démontré que la souveraineté économique nationale n'est pas mythe dépassé.
Réponse de le 06/05/2016 à 9:52 :
Quelle usine Renault a fermée dans notre pays ? (A mois que vous ne soyez belge, et c'est L. Schweitzer qui a fermé Vilvoerde). Votre comparaison avec PSA fait rire ou pleurer. PSA qui a fermé une usine en France l'année dernière, qui n'a du sa survie qu'à la recapitalisation de l'état et au rachat par Dongfeng.
Renault a une stratégie mondiale que l'ont peut regretter, mais la situation des usines en France ne fait que refléter la situation industrielle française, et commence à s'améliorer grâce notamment à l'accord de compétitivité voulu par Ghosn et qui permet de fabriquer dans des usines Renault en France des véhicules et organes vendus à Nissan, GM, Daimler, Fiat.
Réponse de le 06/05/2016 à 10:15 :
par curiosité, quelles usines aurait il fermé en France?
aucune.. il faut se renseigner un peu... Vu l'internationalisation de Renault, il est évident que de nombreuses voitures sont faites hors de France: aucune constructeur ne fabrique toutes ses voitures dans son pays d'origine. Mais il reste quand même un bon paquet de voitures faites en France, et quelques dizaines de milliers de personnes travaillant directement pour Renault en France...
Réponse de le 06/05/2016 à 21:14 :
désespérant de lire de telles fadaises ,nissan et infinity sont pas des Renault du tout ,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :