Ce que signifie la trajectoire du Maroc pour la France et pour l’Europe

Alors que la France et l’Europe ont les yeux rivés sur leur façade orientale et les récents développements dramatiques qui en découlent, le sud de la Méditerranée connait une profonde reconfiguration géopolitique qui devrait interpeller Paris comme le Vieux continent dans son ensemble. Le Maroc est en effet en train de changer de dimension et ambitionne d’assoir son statut de « nouvelle puissance » africaine, ce qui aura un impact multidimensionnel sur les relations nord-sud. A condition qu’une « communauté de destins » puisse voir le jour entre les deux rives.
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste, Président de l'IMIS (www.imis.ma)
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste, Président de l'IMIS (www.imis.ma) (Crédits : Guepard/DR)

C'est un moment politique très attendu par tous les Marocains. Tous les ans, le 30 juillet, le Roi Mohammed VI livre son discours du trône, une sorte de bilan de l'année écoulée et une éphéméride des défis à venir. Économe dans son expression, ne donnant jamais d'interview, Mohammed VI a fait de ce moment annuel un rendez-vous important pour fixer à la fois le « cadre et le cap » de son action. L'édition 2022 n'a pas dérogé à cette règle, rappelant les lignes de force du Maroc, tout en énumérant les carences du Royaume Chérifien.

Mohammed VI a cette fois érigé en priorité la mise en place urgente d'une nouvelle génération de réformes en faveur de l'égalité hommes femmes, près de dix-huit ans après la refonte profonde du code du statut personnel, et onze ans après l'inscription dans le marbre constitutionnel de l'égalité entre les sexes. Certains ont pu s'interroger sur le « timing » de cette annonce, alors même que le sujet ne semble pas être en tête des préoccupations des Marocains, mis sous pression par la flambée des prix et une campagne agricole médiocre.

Peut-être faut-il y voir justement l'une des singularités du Royaume Chérifien et l'explication de la trajectoire économique et sociale positive de cet Etat-nation millénaire, qui a réussi - selon la banque mondiale en 2022- à « afficher de meilleurs indicateurs budgétaires que la plupart des économies émergentes ». Au Maroc, l'agenda politique de long terme est façonné par le chef de l'Etat, qui combine le pouvoir spirituel et temporel en sa double qualité de Monarque et de Commandeur des Croyants. L'exécutif, quant à lui, à la charge de piloter la marche de l'Etat et de mobiliser les voies et moyens de l'action publique.

Étirer l'agenda et redonner de la perspective

Il n'est donc pas surprenant que Mohammed VI, lors de son discours du trône de 2022, cherche à « étirer l'agenda », à dessiner un horizon stratégique plus large que les contingences de l'instant, en remettant sur le métier à tisser législatif la question du droit des femmes, un chantier dans lequel il s'est lourdement investi personnellement, mais qu'il estime être encore inachevé. Le Roi du Maroc le sait, dans ce vieux Royaume dont il a la charge, certains conservatismes et corporatismes entravent à bas bruit les élans réformateurs, vidant parfois de leur substance des avancées sociétales majeures. Et c'est donc en pleine tempête mondiale, et dans un environnement géostratégique incertain, que Mohammed VI fait le pari de donner un second souffle à cette réforme afin de corriger certains de ses dysfonctionnements qui pénalisent les femmes.

Un pays pivot pour l'Europe?

Pendant la crise du Covid, l'observateur a pu remarquer cette même coexistence des temps longs et des temps courts dans la gestion de la pandémie au Maroc. Aux réponses tactiques telles que le confinement strict, le filet social géant ou la campagne de vaccination massive, se sont adjoint des chantiers de long terme, à l'instar de la généralisation de la protection sociale pour tous les Marocains, la refonte du système de santé, ou encore la mise en place de l'usine panafricaine géante de production de vaccins à la périphérie de Casablanca. Résultat : le pays affiche l'un des taux de létalité les plus faibles au monde et a réussi à redémarrer sa machine économique plus rapidement que des nations à niveau de développement similaire. Ceci constitue un marqueur important du changement de dimension du Maroc et de sa future centralité dans les relations avec l'Europe et la France. En effet, cette capacité à répondre aux urgences du moment tout en s'inscrivant dans les chantiers d'avenir est une qualité qui devrait inciter les pays du Vieux continent à miser davantage sur le Royaume Chérifien. Et ce, d'autant plus que ce dernier joue un rôle essentiel dans les questions de sécurité, d'immigration, et de coexistence culturelle et religieuse en prônant l'Islam du milieu. Rempart contre tous les extrémismes, le Maroc est également devenu une base industrielle solide et une tête de pont pour les investissements européens en Afrique, grâce à la stabilité institutionnelle et macro-économique dont jouit le pays. Reste donc pour Bruxelles et Paris à prendre la mesure du changement de statut et d'œuvrer pour la mise en place d'une alliance rénovée avec ce pays qui pourrait devenir le pivot dans les relations entre le Nord et le Sud.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 09/08/2022 à 21:25
Signaler
La TRIBUNE fait elle du Publi Reportage dans sa rubrique "Articles" International Si l'on peut s'accorder sur le fait que le Royaume nord Africain est bien ambitieux, il semblerait que votre Journal a publié un texte rédigé de l'autre côté de la Méd...

à écrit le 08/08/2022 à 23:42
Signaler
Le Maroc "puissance continentale" !!! La pauvreté fait des ravages, la sécheresse prive des millions de marocains d'eau potable, une croissance en berne, un endettement qui frise les 1000 milliards de Dh, un pays qui navigue à vue par l'absence d'un ...

le 10/09/2022 à 23:08
Signaler
On n'a Jamais dit qu'il s'agit d'une économie parfaite ou d'un pays qui tourne comme une horloge. C'est absurde d'inscrire cette analyse dans cette configuration. Le Maroc a ses propres difficultés sociales qu'il ne nie pas et qu"il essaye de combatt...

à écrit le 08/08/2022 à 18:46
Signaler
Au lieu de regarder vers l’Europe, le Maroc doit se concentrer sur l’Afrique, là sont les opportunités. Mais en même temps, il s’agit d’augmenter le nombre de marocains appartenant à la classe moyenne et arrêter de laisser de coté entre 20 et 30 % du...

à écrit le 08/08/2022 à 15:15
Signaler
Marrakech première ville dedophilie et Maroc premier fournisseur de cannabis en France Drôle d’amis

le 09/08/2022 à 12:57
Signaler
En Corse il y a quoi à ton avis ? .... un paradis !! Maroc d'aujourd'hui n'est plus celui d'hier , les pédophiles c'est 30 ans de Prisons , et le Cannabis s'exporte chez les britanniques pour les laboratoires de médicaments , et oui ça change ... qu...

le 09/08/2022 à 12:57
Signaler
En Corse il y a quoi à ton avis ? .... un paradis !! Maroc d'aujourd'hui n'est plus celui d'hier , les pédophiles c'est 30 ans de Prisons , et le Cannabis s'exporte chez les britanniques pour les laboratoires de médicaments , et oui ça change ... qu...

à écrit le 08/08/2022 à 11:12
Signaler
Pour en savoir plus, voir la programmatique de la France Insoumise et vous serez curieux de bien d'autres choses!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.