Ces pays qui vivent très bien avec une dette publique élevée

 |   |  789  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, ces pays qui vivent très bien avec une dette publique élevée

Certains pays semblent vivre dans un monde parallèle tant ils s'affranchissent des règles budgétaires qui s'imposent à tout un chacun. L'endettement public, ne doit pas, par exemple, dépasser 60% du PIB pour un pays membre de la zone euro et la France vit actuellement comme un psychodrame son passage au-delà des 100%. Pourtant, cela n'est rien à côté du fardeau du Japon, 238%, record du monde, ou même des Etats-Unis qui planent au-dessus de 106%. Mais quels sont les ressorts pour vivre heureux avec une grosse dette publique.

Dans le cas des Etats-Unis, c'est bien connu, c'est de pouvoir émettre la principale devise de réserve et de transaction au monde, avec tous les avantages que cela procure. Ce « privilège exorbitant » dénoncé en son temps par le général de Gaulle de pouvoir « financer sans pleurs » ses déficits, n'est pas prêt de faiblir. Le dollar règne toujours en maître sur la planète, solidement accroché au-dessus de 60% des réserves de changes des Banques Centrales, loin devant l'euro à peine plus de 20% le yen et la livre sterling. Et la vraie problématique des États-Unis et de subvenir à toute la demande de dollar du reste du monde, face à des émergents dont la demande ne cesse d'augmenter, et des pays développés vieillissant en quête d'actifs sans risque. A tel point que l'on peut se demander jusqu'à quand les Etats-Unis pourront continuer à assumer seul ce rôle. En dehors de ce privilège, encore peu ou mal partagé, trois conditions doivent être réunies pour être un endetté heureux.

Il faut d'abord que la dette publique soit détenue par les résidents ce qui permet d'éviter le risque de crise de liquidité. C'est le cas au Japon ou plus de 90% de l'endettement est détenue par les résidents (banques centrale, ménages, institutions financières). En Europe, c'est le grand écart. C'est en Suède où la part des résidents est la plus importante avec près de 80% mais l'endettement public est faible. En revanche, parmi les grandes économies européennes endettées, le Royaume-Uni et l'Italie se distinguent avec une dette brute des administrations publiques très majoritairement détenues par les résidents. Ce n'est pas le cas pour la France et la Belgique ou l'endettement public approche voire dépasse les 100%. En d'autres termes, ces deux économies seraient plus sensibles aux attaques des marchés et des investisseurs étrangers, pris de panique face au risque de ne pas être remboursés.

Deuxième condition, considérer la situation patrimoniale globale du pays vis-à-vis de l'extérieur, avec cette question : quelle est la qualité et la valeur des actifs sur lesquels est adossée la dette ? C'est dans le jargon économique, la position extérieure nette, qui correspond à la différence entre le stock d'actifs qu'un pays détient à l'étranger et l'ensemble du passif détenus par les étrangers. Un pays peut certes être très endetté. Mais si c'est le levier par lequel il investit et se déploie à l'international sur des actifs qui se valorisent parfois plus vite que la dette cela participe au renforcement de sa puissance. Le Japon coche la case, une fois de plus. Avec plus de 2 500 milliards d'euros, il arrive même en première position et devance l'Allemagne et la Chine. A l'autre bout du spectre, les Etats-Unis avec une dette de près de 6 000 milliards d'euros. C'est près de 40% du PIB, même si en face de l'endettement, il y a des multinationales en position de leadership. L'Espagne avec près de 1 000 milliards d'euros est dans une position très délicate car cela correspond à près de 85% de son PIB. Quant à la France son passif net représente près de 20% du PIB, ce qui est médiocre mais modère le seul focus sur l'endettement brut.

Comme les États-Unis, la France a de la dette mais aussi une politique active d'investissement à l'étranger. Ultime condition avoir une banque centrale comme préteur en dernier ressort. Le contrôle de la banque centrale change radicalement le rapport à la dette publique des Etats et ne pas appartenir à une union monétaire autorise une marge de manœuvre beaucoup plus importante. Une fois de plus le Japon répond à cette exigence.

Quand on ne s'appelle pas Etats-Unis, pour être heureux avec une dette publique il faut

  • 1 que cette dette soit détenue par les résidents,
  • 2 avoir une position nette extérieure favorable,
  • 3 une banque centrale politisée.

Trois conditions que ne remplit pas ou médiocrement la France.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2019 à 10:57 :
Non. regarder : dette des ménages (limitée et résiliente en France), niveau d'investissement public/privé (élevé et large en France), fécondité et qualité de la ressource humaine (France à la pointe ; lié à l'investissement), perspectives économiques (UBS disait en avril 2018 que la France a les meilleures perspectives en Europe avec Irlande), etc...
les US sont moins bien positionnés (notamment avec : dette des ménages, pauvreté/inégalités très élevées, education médiocre et excessivement chère, très mauvaise santé, investissement inférieur à celui de la France, fécondité en chute libre, etc...).
a écrit le 01/03/2019 à 10:29 :
Bon, d'habitude ici les commentaires sont rapidement validés je suppose qu'encore une fois vous me censurez seulement parce que j'ai mis en lien l'article de Frédéric Lordon, l’ennemi des mégas riches car seul économiste à avoir des cojones grosses comme des citrouilles ce qui terrifie l'oligarchie apeurée de nature.

Depuis hier j'ai eu 5 censures sur ce lien m’appliquant à faire des articles en plein dans le sujet totalement respectueux justement parce que sachant que Lordon, économiste brillant, effraie vos patrons.

Par contre les gars je vais insister pour faire passer au moins ce commentaire qui prouve que nous sommes tellement dans cette si formidable démocraties dont ces prêcheurs imbéciles néolibérale, économistes à gages, nous martèlent sans arrêt.

Grotesque et honteux.

Comment peut on se regarder dans une glace en demandant à censurer un simple lien ? Mais comment pouvez vous ne serait-ce qu'entrevoir cette possibilité bon sang !?
a écrit le 01/03/2019 à 9:19 :
Affirmer que les USA vivent très bien est un oxymore. Pour voyager régulièrement pour des motifs professionnels aux US, et côtoyer des américains, je peux affirmer que ce n'est pas tout à fait le cas. Il suffit de soulever le tapis pour constater une pauvreté endémique et des infrastructures publiques en piteux état. Pour rappel la dette des étudiants américains, qu'ils vont rembourser toute leur vie sauf à naître avec une cuillère en argent, ajoutée aux encours des prêts automobiles, avec de nombreuses défaillances de remboursement constatées, équivalent en gros à la dette publique française....
a écrit le 01/03/2019 à 9:11 :
Je pense qu'il manque une condition qui concerne la relation entre cout du travail et prix de l'énergie qui correspond à l'application de la note n°6 du CAE, c'est à dire de respecter la répartition des charges sociales sur le travail et sur l'énergie en fonction de la productivité. Avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Mais qui serait capable de le comprendre??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :