Chômage : l'Allemagne et la Grande-Bretagne font-elles vraiment mieux ?

Si l'Allemagne et la Grande-Bretagne affichent des taux de chômage beaucoup plus faibles que la France, c'est avant tout grâce à un recours bien plus élevé aux emplois atypiques, de courte durée
Ivan Best
François Hollande et le premier ministre britannique David Cameron. La Grande-Bretagne affiche un taux de chômage très faible, notamment grâce au temps partiel
François Hollande et le premier ministre britannique David Cameron. La Grande-Bretagne affiche un taux de chômage très faible, notamment grâce au temps partiel (Crédits : Reuters)

Il est de bon ton de considérer que le plan d'urgence pour l'emploi de François Hollande tient du bricolage, de l'addition de mesures de traitement social du chômage, simplement destinées à extraire des chômeurs du marché du travail, afin de les sortir des statistiques.
Ailleurs, en Europe, règnerait au contraire l'éden du plein emploi, obtenu au moyen de réformes salvatrices. De fait, les écarts de taux de chômage sont importants : le chômage touchait en novembre 4,5% de la population active en Allemagne, selon Eurostat, 5,2% au Royaume Uni, et.... 10,1% en France (données corrigées des variations saisonnières).

Ce « story telling » abondamment repris par nombre de commentateurs, ne correspond pas vraiment à la réalité, à en croire Olivier Passet, économiste chez Xerfi, qui a étudié la question de l'emploi en Europe. « En fait, en additionnant les mesures, en tentant par exemple de relancer l'apprentissage, François Hollande s'inspire des exemples étrangers» affirme-t-il.
Dans ces pays souvent cités, qui affichent des taux de chômage très faibles, les jeunes « galèrent » tout autant ou presque qu'en France. La différence, c'est qu'ils trouvent plus souvent des « mini jobs ». Le graphique ci-dessous montre la montée en puissance de la part des temps partiels courts, aux Pays Bas, Royaume Uni et Allemagne. En France, au contraire, leur part dans l'emploi reste faible. Ces temps partiels représentent une bonne approximation des mini jobs et autres contrats d'autoentrepreneur. « Le fractionnement des jobs est un bon moyen de doper le taux d'emploi », souligne Olivier Passet.

Temps partiel court (moins de 20h hebdo) en % de l'emploi total

temps partiel court

 source: OCDE

Si l'on considère la seule catégorie des jeunes, le constat est encore plus frappant. 60% des jeunes en emploi aux Pays Bas ont signé un contrat de moins de 20 heures par semaine, comme on le voit sur le graphique ci dessous. 24,2% au Royaume Uni, et 17% en Allemagne. En revanche, en France, seuls 9% des jeunes en emploi ont des postes à temps partiel

Temps partiel court (moins de 20 heures hebdo) en % de l'emploi des jeunes

temps partiel court

en % de l'emploi des 15-24 ans  source: OCDE

Si l'on considère maintenant le taux d'emploi court, c'est à dire la proportion d'une tranche d'âge -toutes personnes confondues- employée sur un contrat de moins de 20 heures par semaine, le constat se confirme. Notamment pour le Royaume-Uni, où une part très importante de la population des 15-64 ans se trouve bloquée sur ce type de contrat, notamment parce qu'ils sont largement détaxés.

 Taux d'emploi court (moins de 20h hebdo) pour les 15-64 ans

taux d'emploi courts

% des 15-64 ans en emploi court  source: OCDE

"Plus généralement, les écarts de taux d'emploi global entre ces pays s'expliquent donc largement par le recours ou non au temps partiel" relève Olivier Passet. Autrement dit, le taux de chômage dépend de l'abondance de ces contrats courts. En France, seules 3,8% des personnes âgées de 15 à 64 ans sont donc employées dans le cadre de contrats de de 20 heures par mois, soit trois fois moins qu'en Grande-Bretagne (graphique ci dessus).

 Taux d'emploi court (moins de 20 h hebdo) pour les 15-24 ans

taux d'emploi courts jeunes

 S'agissant des jeunes, les écarts se confirment également. Seuls 2,5% des 15-24 ans en France se trouvent en emploi courts (le plupart sont lycées, étudiants, ou chômeurs...). Au Royaume Uni, ils sont cinq fois plus nombreux.

Faut-il mieux avoir un ou deux jobs à temps très partiel, mal rémunérés, qu'être au chômage? Là est toute la question... et le choix différent fait par la France.

Ivan Best

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 29/03/2016 à 7:40
Signaler
L'économie d'un pays ne sait pas être florissante avec des petits salaires, des petits jobs dont le résultat est de casser le pouvoir d'achat, nous avons la mauvaise habitude de focaliser notre attention sur ce que fait la personne au lieu de ce qu'e...

à écrit le 23/01/2016 à 12:49
Signaler
Excellent article accompagné de chiffres clairs. La conclusion s'impose: oui, l'Allemagne et le Royaume Uni font nettement mieux. Le temps partiel y est plus développé, ce qui vaut mieux que le chômage et permet de rester dans le circuit de l'économi...

le 16/04/2016 à 15:26
Signaler
Vous ne semblez pas avoir compris l'article ou vous en faites une lecture biaisée .Quand on est condamné à un boulot de 10, 15 par semaine, on travaille un peu certes mais on traîne le diable par la queue d'autant plus que ces petits jobs sont faits...

à écrit le 21/01/2016 à 16:54
Signaler
Tout d'abord, félicitations à l'auteur qui a donné des arguments chiffrés à l'appui de ses affirmations. Ce qui est malheureusement rare dans le journalisme moderne... Ensuite, on peut penser que les modèles anglais et allemands ont pour avantage de...

à écrit le 21/01/2016 à 12:13
Signaler
Cette étude montre clairement que le travail dans un pays n'est pas extensible et que seul le mode de choix du partage du travail détermine le taux de chômage. Soit on décide que quelques uns travaillent beaucoup et les autres pas du tout. Soit on ...

le 16/04/2016 à 15:34
Signaler
Puisque le travail n'est pas extensible et le sera de moins en moins puisque la technologie remplace de plus en plus l'activité humaine , la solution ne serait-elle pas de diminuer le temps de travail pour tous avec pour chacun un salaire qui permet ...

à écrit le 20/01/2016 à 18:10
Signaler
Enfin ce serait bien que le choix soit fait par les francais, pas par la France! Habitant et travaillant à temps plein en allemagne (berlin), je remarque que beaucoup de temps partiels sont choisis ; et quasiment tous les étudiants travaillent pou...

à écrit le 20/01/2016 à 14:14
Signaler
le vrai taux de chômage en Allemagne est de 9 % par tradition et par manque de crèches, les femmes ne sont pas inscrites au chômage, dès le 1ere enfant elle touche une pension d'éducation et reste a la maison, comme en Angleterre, le taux d'emploi de...

à écrit le 20/01/2016 à 9:13
Signaler
à ceux qui semblent se réjouir de cette analyse, je ferai remarquer que Merkel en est à son troisième mandat et Cameron à son deuxième...Chez nous on a le FN à 30% et le rejet de nos gouvernants est toujours plus massif élection après élection. Je ...

le 20/01/2016 à 10:17
Signaler
bla bla bla... il y a beaucoup de départs au UK. le UK est le pays qui a le plus de citoyens qualifiés à l'étranger (OCDE). et le UK attire essentiellement des peu qualifiés. cf. cet article du site britishexpats.com : http://britishexpats.com/arti...

le 21/01/2016 à 10:57
Signaler
D'accord avec vous .Malheureusement depuis 2012 nous constatons les effets de l'idéologie socialiste... et certains peuvent dire ce qu'ils veulent, les faits sont là !!!!! Beaucoup d'utopie, aucun réalisme et la France est en train de couler douceme...

à écrit le 20/01/2016 à 9:04
Signaler
intéressant constat qui ne remet pas en cause selon moi l'analyse majoritaire que l'on a fait le choix du chômage en France. Se gargariser de taux ne suffit pas pour dire que c'est mieux chez nos voisins ou aussi bien ici. Moi je pense que le chôm...

à écrit le 20/01/2016 à 9:01
Signaler
Bon article. On a une réponse quand même à la question posée : oui il est préférable d'avoir des contrats courts et flexibles plutôt que d'avoir des gens qui ne font rien. La vraie question est de savoir comment on sécurise une rémunération minimum.....

le 20/01/2016 à 10:47
Signaler
"Donc oui au mini job de 20h payé 500 euros net avec un RSA de 500 euros en complément". Oui,pour l'appliquer aux autres ou aux membres de ta famille ?

à écrit le 20/01/2016 à 7:18
Signaler
à mettre en parallèle avec les taux de salariés peu payés (low wage earners) : 20 à 25% au UK, Allemagne, Pays-Bas, contre 6% en France (Eurostat). cf. aussi les taux d'emplois à temps partiel pour l'ensemble de l'économie : 27% au UK et Allemagne, ...

à écrit le 19/01/2016 à 22:16
Signaler
2 emplois à 20h équivalent à 1 emploi à 40h sauf que dans le premier cas on a 2 mal-payés et dans deuxième cas on a 1 chômeur de plus. Reste à calculer à combien passerait le taux de chômage en France (10.3%) si on appliquait le même "taux d'emploi c...

à écrit le 19/01/2016 à 20:24
Signaler
Excellent article. Au moins, ça remet les choses à leur place. Sinon, "bravo" aux mini-jobs : pas d'avenir, rien de constructible pour une vie à peu près sereine. Au mieux : la vie en caravane... Bohème largement exploitable par plus riches.

à écrit le 19/01/2016 à 20:12
Signaler
Le jour où l'Allemagne passera au salaire et loyer hebdomadaires, il faudra sérieusement s'inquiéter non seulement pour eux mais aussi pour nous car nous les suivrons rapidement. Cela augmenterait encore plus les précarisation et les inégalités. Mé...

à écrit le 19/01/2016 à 19:19
Signaler
Cette mise au point est remarquable et remet bien des pendules à l'heure .La France est comparée à des pays européens mais la comparaison avec les USA ou les jobs à temps partiel sont foison est la meme ,les USA se gargarisant d'un taux de chomage de...

à écrit le 19/01/2016 à 18:31
Signaler
Enfin, un article honnête qui pointe du doigt la réalité que traduit ce modèle économique : précarité et pauvreté pour le plus grand nombre (chômage ou temps partiel, c'est selon) en mettant en lumière l'illusion du plein emploi dans les pays anglo-s...

le 19/01/2016 à 19:27
Signaler
Vous parlez de la France qui perd dans la competition économique ,mais vous oubliez la France qui gagne ,qui exporte ,avec en prime de trés bon salaires générateurs de hauts prelevements sociaux qui sont benefiques pour tous .Un Airbus moyen c'est 15...

le 20/01/2016 à 8:08
Signaler
La France qui gagne, vous dites? Jusqu'à quand ? Pourquoi croyez-vous que nous sommes compétitifs dans les secteurs que vous soulignez? Parce que nous sommes les meilleurs? Non, parce que les pays émergents n'ont pas encore la technologie et le savoi...

à écrit le 19/01/2016 à 17:30
Signaler
C'est ce qu'on appelle : faire le choix du chômage en France. D'autre pays font le choix de contrats courts... Le chômage massif est un réel choix politique français.

le 19/01/2016 à 18:37
Signaler
peut-être que nous sommes trop "puristes", des emplois entiers, oui, mais pas des demi ni des zéro euro. Tout le monde en mi-temps ? :-)

le 19/01/2016 à 19:46
Signaler
Pourtant il parait que si nous travaillions tous à plus de 40h par semaine, il n'y aurait plus de chômage car le travail ne se partage pas et le travail attire le travail... On nous aurait menti ? Pour réduire le chômage il faudrait travailler moins ...

le 19/01/2016 à 20:21
Signaler
C'est sûr que c'est plus dur de proposer une véritable politique de l'emploi dûment réfléchie avec un important effort sur l'éducation dès le plus jeune âge et la formation plutôt que de promouvoir les emplois de larbins payés au lance pierre. Un bo...

à écrit le 19/01/2016 à 17:18
Signaler
De toute façon, le chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité procurés par les usages de l'énergie. C'est un progrès, à condition de le rémunérer.

le 19/01/2016 à 19:38
Signaler
chômage et productivité ne sont pas des courbes qui se croisent malheureusement. La France génère du chômage non pas parce qu'elle a gagné en productivité mais parce que son modèle économique n'est pas competitif face à ses concurrents directs ( à sa...

le 20/01/2016 à 7:34
Signaler
Il faut comparer le cout du travail avec le prix de l'énergie. Si on baisse l'un en augmentant l'autre, à niveau constant et progressivement, on atteint un point d'équilibre. C'est ce qu'on obtiendrait en finançant les retraites par une taxe sur l'én...

le 20/01/2016 à 7:42
Signaler
A quoi correspond ce temps libéré? aux retraites, aux congés formation, aux congés familiaux, etc...

le 20/01/2016 à 7:47
Signaler
La formation permet d'augmenter li niveau du point d'équilibre.

à écrit le 19/01/2016 à 17:14
Signaler
Si on voulait vraiment réduire le chomage, il faudrait accepter de financer les retraites par une taxe sur l'énergie. Mais comme tout le monde est systématiquement contre, alors acceptons le chomage.

le 19/01/2016 à 19:43
Signaler
Financer les retraites sur l'énergie dont dépend l'activité industrielle je suis pas certain. Mais arrêtons de les financer sur le travail et sur donc l'emploi...

le 20/01/2016 à 7:53
Signaler
La taxe sur l'énergie est nécessaire pour protéger le climat. Que faire de cette taxe? d'où l'idée de l'utiliser pour réduire le cout du travail et cela serait bon pour l'économie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.