Comment la crise financière de 2008 a changé notre monde

 |   |  1812  mots
(Crédits : Reuters)
LA CHRONIQUE DES LIVRES ET DES IDÉES. Dans "Crashed" (éd. Les Belles Lettres), l'historien Adam Tooze dresse un bilan détaillé de ce qui s'est passé durant les 10 années qui ont suivi la crise financière de 2008. Selon lui, cette onde de choc a considérablement remodelé le fonctionnement de notre monde.

Le 16 septembre 2008, au lendemain de la faillite de la banque d'investissement américaine Lehman Brothers, l'économie mondiale sombrait dans la pire crise depuis 1929. Pour éviter le chaos, tous les pays adoptèrent, États-Unis en tête, des mesures contra-cycliques en injectant massivement des liquidités - surtout des dollars - dans leurs économies. Le système bancaire et financier se grippait, incapable de déterminer la valeur des produits dérivés sophistiqués, les « subprimes » liés à des prêts hypothécaires « pourris », que l'industrie financière, à la recherche d'un rendement maximum à moindre risque, avait usiné et vendu à la chaîne à des investisseurs peu regardants.

Cet événement a provoqué une onde de choc qui n'a cessé depuis de produire ses effets. C'est ce qu'explique Adam Tooze, dans "Crashed" (éd. Les Belles Lettres). Dans ce pavé de plus de 750 pages, ce professeur d'histoire moderne allemande à l'université de Yale (États-Unis), tel un détective, mène l'enquête en livrant un récit vivant riche en détails de ce qui a changé en dix ans.

--

Crashed

--

S'il est impossible de pouvoir rendre compte de toute l'analyse d'Adam Tooze, on peut en retenir certains enseignements. D'abord, cette crise a fait souffrir des millions de personnes « sans raison valable », selon une logique de « lutte des classes » inversée : « Wall Street d'abord, les autres ensuite. »

L'échec européen

Le pire a eu lieu en Europe, où la gestion de la crise s'est soldée par un échec, avec des dirigeants incapables d'agir ensemble. « Les blessures sociales et politiques qu'ils ont infligées au projet européen ne cicatriseront peut-être jamais », constate l'auteur. Les conséquences de ces « blessures » ont pesé sur les entreprises du Vieux Continent, et donc l'emploi, au bénéfice des sociétés américaines et asiatiques. « Dans l'arène où s'affrontent les entreprises, les crises qui ont fait rage de 2008 à 2013 ont infligé au capital européen une défaite historique », parce que même si les exportations sont importantes, « rien ne remplace un marché intérieur en bonne santé », rappelle-t-il.

Car en Europe, la crise n'a pas été jugée comme une conséquence « du choc de 2008 », mais plutôt comme « un problème interne à la zone euro, centré sur les questions politiques de la dette publique ». Ce fût le prétexte à l'application d'une politique obsessionnelle de rééquilibrage des finances publiques au détriment de la croissance. Sous le leadership de l'Allemagne, « l'austérité » va s'imposer aux pays du sud de l'Europe, notamment la Grèce (à peine 1% du PIB de la zone euro), l'urgence étant de protéger les banques françaises et allemandes, fortement investies en dette grecque, en cas de défaut souverain.

Depuis, le fardeau de cette dette a été transféré aux contribuables européens, alors qu'il eut fallu la restructurer comme le martèle le FMI. Pour Adam Tooze, cette dette ne menaçait pas le système européen car tout le monde savait depuis longtemps que le pays était insolvable. Le risque résidait davantage dans « son système financier surendetté »  qui se trouvait « à la merci du financement à court terme sur les marchés. »

Le "bazooka" de Mario Draghi

Barack Obama a eu beau marteler à l'époque aux Européens de stabiliser le système euro, il s'est heurté à la surdité dogmatique de Berlin et de Francfort. Ce n'est que sous la pression des marchés financiers qui spéculaient contre la monnaie unique que Mario Draghi, président de la BCE, a sorti son "bazooka" en annonçant « qu'il ferait tout ce qu'il est nécessaire pour défendre l'euro », en recourant à des mesures non conventionnelles, comme l'imposition d'un taux zéro voire négatif, ou encore le rachat des dettes émises par les pays et les entreprises. Aujourd'hui, on en est toujours là. La majeure partie des pays européens s'endette, en réformant a minima.

Cette obsession européenne a contrasté avec les États-Unis qui ont renoué en peu de temps avec la croissance et la création d'emplois. L'État fédéral américain n'a pas hésité à renflouer son système bancaire national ainsi que les banques étrangères présentes sur son territoire. Cette intervention publique a mis entre parenthèses l'idée néolibérale qui, durant des années, avait convaincu que les marchés s'autorégulaient. Pourtant, les banquiers s'en sont tirés à bon compte. Malgré les risques démesurés qu'ils ont pris, protégés par la logique du « too big too fail », leur responsabilité n'a pas été sanctionnée. Or sans punition, les erreurs sont condamnées à se répéter.

Cette obsession « austéritaire » européenne a contribué, en l'absence d'alternative, à la montée du « populisme ». La social-démocratie, longtemps un rempart face aux marchés, est en chute libre depuis sa conversion dans les années 1990 à l'efficience des marchés, favorisée par la libre circulation des capitaux, les dérégulations, les privatisations, qui ont remis en cause l'État-providence.

Une crise politique

C'est ce qui fait dire à Adam Tooze que la crise est d'abord politique : « Cette situation met au jour une vérité essentielle, quoique déconcertante, dont la dissimulation influençait l'ensemble des politiques économiques depuis les années 1970. Les fondements du système monétaire moderne sont politiques. »

Avec l'abandon en 1971 par Richard Nixon de la référence à l'étalon-or, « l'argent et le crédit, tout comme la structure du secteur financier qui les chapeaute, sont créés par le pouvoir politique, les conventions sociales et les règles juridiques, contrairement aux chaussures de sport, aux smartphones et aux barils de pétrole. La monnaie fiduciaire est au sommet de la pyramide monétaire moderne », remarque-t-il. Or les seuls prix qui augmenteront régulièrement durant ces années seront ceux des actions et de l'immobilier parce qu'ils captent les flux d'argent qui cherchent à s'investir.

Les signes de cette crise politique sont apparus également avec des événements impensables il y a quelques années : le Brexit, l'élection de Donald Trump (même si la candidature de Sarah Palin en 2008 à la vice-présidence et l'émergence du Tea Party étaient des signaux avant-coureurs), l'élection d'Emmanuel Macron qui a profité du rejet du système politique en France, ou encore l'alliance de l'extrême droite et du mouvement anti-parti 5 étoiles qui dirige l'Italie.

Inégalités croissantes

Pour Adam Tooze, la crise aura montré que libéralisme centriste « était erroné », car incapable d'apporter une solution aux inégalités croissantes. C'est ce que l'on voit aujourd'hui en France avec le mouvement des "Gilets jaunes". Mais pour l'auteur, c'est surtout Barack Obama qui n'aura pas convaincu les Américains de continuer à suivre la voie qu'il avait tracée avec l'échec d'Hillary Clinton, en dépit du redressement économique. Ils lui préféreront le truculent milliardaire Donald Trump, qui va inaugurer une façon inédite de gouverner la première puissance mondiale. Il ne s'encombre pas de dire la vérité, ses propos démagogiques n'ont souvent aucun sens.

Pour Adam Tooze, « la perte de crédibilité est flagrante et totale »  pour des gouvernements incapables de gérer les situations en s'appuyant sur les faits. Et comme le dit le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker : « Cacher la vérité au grand public est tout simplement ce qu'exige la gouvernance du capitalisme à l'heure actuelle ».

Capitalisme qui aura vu la Chine asseoir sa puissance depuis 2008, comme on le voit avec la guerre commerciale larvée qui oppose Trump le protectionniste et Xi Jinping thuriféraire du libéralisme en matière commerciale. Car la crise a permis à la République populaire de Chine, qui avait ébloui le monde avec d'exceptionnels Jeux olympiques en 2008, de disputer le rôle de leader mondial aux États-Unis. N'a-t-elle pas tiré la croissance mondiale durant des années ?

Néanmoins, loin de dominer le monde, elle a manifesté des signes de fragilité, notamment ses marchés financiers qui ont connu des revers spectaculaires. Comme le remarque Adam Tooze, en Chine, il faut plutôt regarder les bilans des entreprises que les excédents commerciaux. Endettées en dollars, elles sont très sensibles à l'évolution des taux d'intérêts et de change. « 25% des dettes des entreprises chinoises sont en dollars, pour seulement 8% de leurs bénéfices », souligne-t-il.

La fuite des fortunes chinoises

Cette dépendance de la République populaire de Chine au dollar et à la politique monétaire américaine s'est manifestée en 2015, quand la fin de l'assouplissement quantitatif de la Fed a entraîné un ralentissement de la croissance chinoise, ce qui a fait chuter les prix du pétrole et des autres matières premières, déprimant nombre de pays émergents exportateurs de « commodities ». Et elle a également fait fuir une partie des fortunes chinoises à l'étranger.

Pour juguler sa crise boursière, Pékin a dû puiser dans des réserves de change qui, de 4.000 milliards de dollars en 2014, ont fondu à 3.000 milliards début 2017.

Aussi se pose la question : avec l'intégration progressive de la Chine au système financier mondial, les États-Unis aideront-ils le géant asiatique en cas de crise ? Ce sera un dilemme pour eux, selon Adam Tooze.

Et d'ailleurs, qu'ils soient chinois, américain ou européen, les gouvernements nationaux sont-ils aussi décisionnaires qu'auparavant ? Non, selon Adam Tooze, qui ne croit pas un retour de l'État-nation comme la montée du populisme pourrait le suggérer. Au contraire, il a perdu son statut de cadre pour résoudre les problèmes, supplantés, selon l'auteur, par les entreprises transnationales. « Si personne n'ignore que nous vivons dans un monde où règnent des oligopoles d'entreprises, cette réalité et ses incidences sur les priorités des États sont révélées au grand jour pendant et après la crise. C'est une vérité dérangeante et explosive qui déstabilise la démocratie politique des deux côtés de l'Atlantique », constate Adam Tooze.

On voit donc que pour l'historien de Yale, les effets de la crise financière de 2008 ont agi durant cette décennie pour modifier en profondeur le cœur même de l'organisation des régimes démocratiques tels qu'ils s'étaient formés, en particulier après la chute du Mur de Berlin.

Si "Crashed" montre également d'autres changements dans de nombreux autres domaines, dont la plupart sont dus à des problèmes qui n'ont pas été, ou du moins partiellement, traités. Avec comme corollaire cette question : si une nouvelle crise financière surgit, les pays coopéreront-ils comme ils l'ont fait en 2008 ? Pour Adam Tooze, ce n'est pas sûr.

___

Adam Tooze, "Crashed", éditions Les Belles Lettres, traduit par Raymond Clarinard et Leslie Talaga, 768 pages, 25,90 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2019 à 17:28 :
Dans cet environnements, les crypto-monnaies, indépendantes de toutes entités centralisées, ne peuvent que s'imposer. La vision de Hayek, prix Nobel d'économie en 1974 va s'imposer, c'est tout simplement inéluctable.
a écrit le 30/12/2018 à 10:15 :
"La crise de 2008 a commencé il y a quarante ans" https://www.monde-diplomatique.fr/2012/01/STREECK/47162 (article gratuit)
a écrit le 17/12/2018 à 22:11 :
Les banques doivent rembourser....
Réponse de le 25/12/2018 à 15:03 :
J'ai peur qu'ils ne se servent de nos comptes
a écrit le 17/12/2018 à 11:12 :
Les "subprimes" ne sont pas des produits dérivés. Les subprimes sont les crédits à taux flottant vendus aux particuliers.
Ce sont les sous-jacents des produits dérivés qui étaient notés AAA par les agences de notations (CDS, CDO, CDO²...).
a écrit le 16/12/2018 à 20:06 :
Bombardons avec des bombes au graphite les paradis fiscaux => annihilation des comptes en banque électroniques, avec des commandos chargés de bruler les sites de backup papier s'ils existent.
a écrit le 16/12/2018 à 18:04 :
Oui la gestion de la crise par l'UE a été catastrophique.
Mais dire que les USA ont fait mieux est faux. Si un candidat anti-système a été élu aux USA, ça veut dire quelque-chose quand-même...
Oui la croissance au USA est dynamique mais seul une minorité en profite.
Les USA disposent d'un levier puissant qui est le dollar, ils l'ont utilisé pour préserver un système qui creuse les inégalités, Trump ne fera pas autre-chose...
a écrit le 16/12/2018 à 12:27 :
Et tout ça a résolu ... ? Rien du tout.
La seule différence, c'est qu'on est endettés jusqu'au oreilles, que la richesse est vampirisée par une minorité alors que la majorité s'appauvrit. Voila ce que dénoncent les gilets jaunes. On a tous vu la réaction du système..

Vous parlez de la crise de 2008 comme si c'était du passé, vaste blague pour un journal économique. Non seulement elle est toujours en cours, mais la prochaine déflagration sera encore pire.
On en parle des swaps que la vendue Goulard veut faire sur l'or des français ?
La baisse générale des droits sociaux alors qu'il n'y a AUCUNE contrepartie ?

J'en passe et des meilleures..
a écrit le 16/12/2018 à 11:11 :
Ce qu’il se passe actuellement est plus grave que 2008 car certaines grosses entreprises puisent sur les fruits du «  travail » pour mettre sur leur bilan des chiffres négatifs et de l’autre côté pour emprunter aux banques à des taux bas pour investir pour eux personnellement et dans des pays ou l’Europe n’a aucune influence juridique.

Ce qui est faux :

C’est le manque d’honnêteté des gens par rapport au monde , aux populations, les plus riches ne doivent pas fuir ou trouver des plans B mais affronter cette crise , tous ensemble en trouvant des solutions juste pour tous : du plus bas au plus haut.
La fuite est la solution la plus mauvaise.
Il faudrait que les politiques arrêtent d’avoir «  peur » et favoriser des lois , des décrets pour favoriser la fuite des flux , des capitaux
Il faudrait une fiscalité «  juste » pour tous

Il faudrait arrêter une politique de riche et d’élite mais plutôt accepter les erreurs en disant la vérité et faire une vraie politique démocratique pour un avenir équitable pour tous et toutes.
Nous en sommes capables il faut juste de l’honnêteté à 100% pour tous et toutes et en commençant par ceux qui dirigent ce monde.( je parle de ceux qui sont au- dessus des institutions politiques)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :