Covid-19 : pourquoi les compétences des séniors appelés en renfort sont indispensables

 |   |  710  mots
(Crédits : Reuters)
OPINION. Avec la crise actuelle, les entreprises redécouvrent la valeur de leurs salariés séniors, partis très souvent à la retraite sans avoir pu transmettre leurs compétences, qui se retrouvent aujourd'hui en première ligne. A l'avenir, il faudra repenser leur activité post-retraite pour tirer le bénéfice de leurs expertises. Par Caroline Young, créatrice et présidente d'Experconnect (*).

Les conséquences de la crise que nous vivons sont incertaines. Nous pouvons supposer que la propagation du virus sera maîtrisée, et qu'une solution thérapeutique sera trouvée à moyen terme. Sur le plan économique, les impacts de cette crise se feront sentir longtemps. Mais ils mettent déjà en évidence plusieurs axes clairs : il faut conserver les savoir-faire et certaines capacités de production, car la conservation des compétences est un élément stratégique pour les entreprises. Et de nombreux retraités, disponibles et compétents, portent ces savoir-faire.

Les limites d'une mondialisation totale

La pandémie que nous vivons met en lumière de manière criante les limites d'une mondialisation totale, conséquence de la quête de coûts toujours plus bas qui entraîne jusqu'à la délocalisation de la production des produits les plus sensibles. Le manque de tests de dépistage du Covid-19 en est aujourd'hui une inquiétante illustration. Les machines sont fabriquées en Europe, mais le réactif indispensable vient, lui, des Etats-Unis. Les masques et les surblouses qui permettent aux soignants de se protéger sont essentiellement fabriqués en Chine. Et, en ces temps de pénurie mondiale, nous devons importer à prix d'or ces produits. La perte de la maîtrise de la production nous met en danger, et anéantit en quelques semaines des économies réalisées sur des années.

Ce modèle industriel sera à repenser lorsque nous tirerons les leçons de cette crise sanitaire, mais nous pouvons déjà espérer que les Etats et les grands groupes seront vigilants vis-à-vis de la conservation des savoir-faire et des connaissances des métiers industriels, et soucieux d'entretenir une capacité de production locale, nationale ou européenne.

Les entreprises vont devoir mieux s'armer contre la perte des connaissances, et découvrir la valeur de leurs salariés séniors, qui quittent très souvent les entreprises en fin de carrière sans avoir pu transmettre leurs compétences. La valorisation des séniors et le maintien en activité post-retraite des expertises sont traditionnellement négligés. Mais voici que la crise actuelle les remet en première ligne. Les hôpitaux font actuellement appel massivement à du personnel médical retraité pour renforcer les équipes. Celui-ci est compétent, dévoué envers l'ancien milieu professionnel et immédiatement opérationnel. Et il en va de même dans d'autres secteurs, comme en témoigne le tout récent rappel du général de gendarmerie Richard Lizurey, chargé par le gouvernement d'évaluer l'organisation interministérielle de la gestion de crise du Covid-19.

Agir tous ensemble

Agir tous ensemble est essentiel. L'intergénérationnel est le fondement de notre société et, assurément, l'une des clés de l'invention du modèle de développement plus efficace, plus humain et plus efficient, que tant aujourd'hui appellent de leurs vœux. La gravité du sujet a fait réagir tout le monde. Les citoyens suivent les règles de confinement et se mobilisent pour s'occuper de leurs ainés, faire les courses pour les plus fragiles. Les entreprises se reconvertissent pour produire du gel hydroalcoolique ou des masques,... De même dans les entreprises, toutes les générations doivent apporter leur savoir, leur dynamisme, leur expérience, leur point de vue.

Avec le soutien des acteurs du travail post-retraite qui commencent à prendre toute leur place dans et pour l'économie française, tous - pouvoirs publics, entreprises et secteurs considérés comme essentiels en temps de pandémie - doivent se mobiliser pour capter, organiser et remettre au travail les jeunes retraités susceptibles d'apporter l'appoint d'énergie, d'effort et d'expertise indispensable au terrassement de l'épidémie. Dans des conditions de sécurité optimisées bien sûr, mais aussi selon une démarche globale et systématique, seule à même de produire une efficacité maximum face à la crise. Le monde change, il doit aussi changer à travers ses séniors et une perception renouvelée de la retraite.

________

(*) Experconnect est une société dont l'activité est de permettre aux entreprises d'avoir accès aux compétences d'experts retraités de haut niveau dans les domaines scientifique et technique. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2020 à 17:28 :
moi j'ai été éjecté parce que j'avais passé l'âge,bof!, mais tout de même un peu triste de n'avoir pas pu transmettre mes compétances comme mon grand-père et mon arrière grand père (mon papa a dévié artiste) et aussi l'arrière arrière aux débuts du train 1850, qui par coutume ou le plus ancien d'une équipe de maintenance devenait contremaître, il ont importé un mec ne savant strictement rien faire, et c'est moi qui servait de banque de données, contremaître de 60 à 65 ans m'aurait laissé le temps de transmettre l'héritage de 5 générations de techniciens.
La boîte a failli fermer 2 ans après, sans une bonne équipe technique les poubelles se remplissent plus vite que le tiroir caisse.
a écrit le 02/04/2020 à 16:04 :
je suis un senior et il important de relater des faits de vingt ans. Un président d'un grand groupe Français pour ne pas le citer '' ALCATEL '' clamer partout que stratégiquement le groupe pouvez fonctionner sans unités de production en France
Aujourd'hui on voit le résultat. Par ailleurs ALCATEL a été vendu à Nokia. Pour ceux qui veulent comprendre la situation d'Alcatel et de Nokia aujourd'hui, soyez curieux, renseignez-vous et vous aurez de terribles surprises. Vous verrez apparaître également une entreprise chinoise.
a écrit le 02/04/2020 à 12:31 :
tiens, "on" se rends compte qu'ils existent et ont des compétences ? pourtant, le discourt quand un "senior" cherche du travail, ou pire, doit être viré pour être remplacé par plus "jeune" est: vous êtes dépassé, trop vieux, inadapté au monde d'aujourd'hui, etc etc
le même avenir que les femmes durant la guerre: indispensables durant le conflit pour faire tourner les usines, elles ont été renvoyées dans leurs foyers la guerre finie, et ont dû lutter pour être reconnues comme citoyenne à part entière; droit de vote, croit à décider seule de leur avenir, etc.. car bien entendu, tout le monde sait que les femmes sont incapables de tenir les emplois masculins
a écrit le 02/04/2020 à 10:45 :
on sait se souvenir que les seniors sont là quand il y a besoin de chair à canon... C'est touchant.

Il est absolument honteux que les hôpitaux en soient à ramener au front des personnels qui ont bossé souvent jusque très tard dans leur vie (pour la médecine de ville), qui ont bouffé des heures sup en pagaille, qui sont les premières victimes du virus et à qui en plus on ne donne même pas de matériel de protection...

Pour le reste, je ne crois pas une seconde que les raisons pour lesquels les vieux ont été poussés dehors ont changé avec le virus.
Les vieux restent trop chers, pas assez malléables, en retard technologique, moins résistants au stress et à la fatigue et ils en ont leur claque du monde du travail.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:26 :
@ MDR. En Asie d'extreme Orient il est courant de continuer a s'occuper meme a un age tres avance. Certes bcp de personne agees sont obligees de marner car sans ressources, mais ce n'est pas une generalite.
Bcp de vieilles personnes sont tres au fait de l'usage d'un ordinateur, d'une tablette ou autre bidule bourre d'electronique, car par ici la grande majorite des contraintes administratives se font par voie de web tres performant, pas comme chez vous ou vous etes encore a l'ere du minitel.
Des stages gratuits sont proposes dans chaque mairies deux ou trois fois / semaine, et il y a du monde tres demandeur.
On peut aussi apprendre le coreen, le vietnamien, le chinois et bien d'autres langues, tout cela sans bourses delier.
Votre pays n'a plus d'argent. Vivre a credit ne dure qu'un temps, et le corona va vous achever.RIP.
a écrit le 02/04/2020 à 10:18 :
"A l'avenir, il faudra repenser leur activité post-retraite pour tirer le bénéfice de leurs expertises"

Et dans tous les domaines, cette perte d'expérience professionnelle est un véritable fléau, même nos agriculteurs se sont vautrés dans les pratiques agro-industrielles en crachant sur les pratiques sages ancestrales comme si le néolibéralisme voulait en plus effacer la mémoire humaine.

Mais on préfère faire brûler des gamins dans des urines afin de fabriquer moins cher plutôt que de laisser l'expérience professionnelle fabriquer mieux, c'est une mentalité cupide et donc stupide qui nous guide, voilà la raison général de ces abandons volontaires del'expérienceprofessionnelle.

C'est plus facile ensuite pour nous ordonner tel truc ou nous vendre tel autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :