Déficit : la France peut-elle se faufiler encore longtemps ?

 |   |  534  mots
Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi. / DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui: déficit, la France peut-elle se faufiler encore longtemps ?

C'est un fait entendu. La France aura finalement réussi à se faufiler à travers le soit disant carcan bruxellois de la rigueur. Elle aura, par deux fois , repoussé l'échéance d'un retour à 3% de déficit. Une première fois en 2013, rappelons-le. Où le saint Graal des 3% fut reporté à 2015. Puis fin février 2015, à nouveau, où le gouvernement s'est gagné un nouveau sursis de deux ans, à 2017.

Le profil de réduction du déficit que la France a présenté dans le programme de stabilité français est donc validé dans ses grandes lignes. Dans ce cadre, la France s'est engagée partant d'un découvert de 4,4% du PIB en 2014, à diminuer d'un dixième de point son déficit pour 2015, puis à le ramener à 3,8% en 2016 et enfin à 2,8% en 2017.

L'exigence de l'objectif ?

Il faut d'abord regarder l'hypothèse de croissance du PIB et d'inflation qui sous-tend ce cheminement. A 1% de croissance en 2017, puis 1,7 puis 1,9. Autant dire que ce sentier paraît largement atteignable aujourd'hui. Imaginons un seul instant que la reprise épouse le profil de 1997-2000 et qu'elle propulse la croissance sur les rythmes voisins de 3%. Mettons 1,3, puis 2,5, puis 3%.

Ce scénario haut n'est pas improbable.

Et bien notre déficit public serait mécaniquement réduit de 1 point de PIB par rapport au scénario que retient le programme de stabilité. C'est ce que l'on appelle l'effet des stabilisateurs automatiques. Plus de croissance augmente l'assiette fiscale et diminue les dépenses sociales passives. On considère en général, qu'un point de croissance supplémentaire induit une baisse mécanique d'un demi-point du déficit.

Dans la séquence très optimiste que je viens de tracer, le PIB gagne plus de 2% en cumulé par rapport à la tendance précédentes. Et donc 1 point de diminution de la composante conjoncturelle du déficit. Cela signifie, que sans rien faire, le déficit atteint presque spontanément la cible des 3%.

Autrement-dit, dans le contexte astral exceptionnel que connaît l'Europe, c'est la première fois que la Commission  fixe un objectif à haut potentiel de réalisation, sans que cela induise une rigueur dommageable pour la croissance. Autrement-dit encore, il est clair que la Commission a entendu les injonctions discrètes de Mario Draghi, elle qu'elle n'entend pas répéter l'erreur de 2013-2014. Il s'agit d'un tournant.

La France s'est faufilée et c'est tant mieux

Briser la reprise actuelle comporterait des risques bien plus importants pour les entreprises que notre inefficacité budgétaire chronique. Mais elle n'a pas tout résolu pour autant. Un déficit de 3% en 2017, après 3 années de reprise la replacent dans le même contexte que d'habitude.

Un haut déficit en haut de cycle qui ne lui laisse aucune marge de manœuvre pour contrecarrer les récessions ensuite. Et l'on sait que cette absence de marges de manœuvre contra-cyclique est pénalisante pour la croissance à long terme. Cela veut dire qu'elle a tout intérêt à aller au-delà des exigences européennes si la conjoncture lui permet et à ne pas réitérer le triste épisode de la cagnotte de 1999.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2015 à 19:09 :
Quelle chance.... pour le gouvernement qui n'aura pas à faire les réformes indispensables et qui aura tout loisir de les reporter aux calendes grecques, c'est-à-dire après 2017. Après lui le déluge, les français paieront, quelle importance. Les conseillers départementaux, les députés, les sénateurs conserveront leurs postes, avantages et prérogatives. Vive Bruxelles !
a écrit le 20/03/2015 à 15:31 :
Vous croyez qu'en 2016 on va pas faire des cadeaux en vu des élections ???

Faite confiance aux Demago formé à L ENA
on va s assoire sur nos promesses a l'approche des élections comme depuis 40 ans
Les mêmes gens vont la même chose

Vivement 1789 et la guillotine !!!
a écrit le 20/03/2015 à 15:13 :
Ce nouveau délai est quand même assorti de points d'étape pas spécialement sympathiques pour la France. Et la possibilité de mise sous tutelle s'approche à grands pas. On va aussi se prendre de mégas amendes pour non respect de règles communautaires qui jusqu'à présent n'étaient que des intentions. Ce n'est que de la com politique de présenter le bébé sous l'angle le plus avantageux. Mais la sanction se profile...
a écrit le 20/03/2015 à 14:03 :
La France comme tous les pays du sud peut maintenant tout se permettre car la commission est maintenant dans une fuite en avant pour sauver ses rentes de situation. Profitons en vite avant le grand choc inévitable de l'explosion de L'UE et de l'Euro !
Réponse de le 20/03/2015 à 14:35 :
C'est fin, intelligent, porteur d'avenir ,et tellement typique du mauvais esprit des gens qui n'ont jamais rien réussi....Ce n'est pas avec eux que l'on construit le futur de nos enfants....
Réponse de le 20/03/2015 à 15:00 :
Et pourtant les tergiversations avec la Grèce nous démontrent que tout cela est vrai !
a écrit le 20/03/2015 à 13:55 :
Ce sont les prêteurs qui décideront du sort de ce pays socialiste. Un état-voyou est vite démasqué ! Pour le moment la BCE pardonne et protège mais cette situation ne peut durer....
a écrit le 20/03/2015 à 13:01 :
La situation économique de la France est instable, ce qui se traduit par une augmentation du déficit. Pour stabiliser l'économie, il faudrait un choc de compétitivité et reporter les charges sociales sur l'énergie.
Réponse de le 21/03/2015 à 16:27 :
MON CHER GEPE POURQUOI INSITE AVEC TA REVENDICATION ?PERSONNE NE T ECOUTE TU TE FATIGUE POUR RIEN? NOS ELITES NE PENSSENT QU A LEUR REELECTIONS? SE SONT TOUT DES CARRIERISTES???
a écrit le 20/03/2015 à 12:31 :
non, elle ne va plus pouvoir faire ca trop longtemps... quand la grece arretera d'occuper les medias ( apres sa sortie, imminente donc), le focus sera sur la france

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :