Faut-il avoir peur de la culture "woke" ?

LIVRES ET IDÉES. La "cancel culture" ou encore la culture "woke" caractérisent un mouvement de contestation venu des Etats-Unis qui au nom d'"une justice sociale critique" entend réécrire l'histoire et peser sur le présent en dénonçant les multiples dominations exercées sur les minorités. Deux livres analysent sur un mode critique la philosophie sous-jacente au phénomène et en pointent les limites et les contradictions dont l'un des aspects est le refus de tout dialogue.
Robert Jules

7 mn

Manifestation en juin 2020 exigeant la suppression de la statue de Cecil Rhodes (1852-1903) à Oxford, considéré comme le partisan de l'impérialisme britannique en Afrique du Sud.
Manifestation en juin 2020 exigeant la suppression de la statue de Cecil Rhodes (1852-1903) à Oxford, considéré comme le partisan de l'impérialisme britannique en Afrique du Sud. (Crédits : Reuters)

"Wokisme", "cancel culture", "justice sociale critique", "théorie du genre", "Théorie queer", "théorie postcoloniale", "postmodernisme", "déconstruction", "intersectionnalité"... tous ces termes ont envahi depuis quelques temps les médias, les réseaux sociaux, créant de violentes polémiques dont une majorité de gens ne cerne pas toujours bien les enjeux.

Venu des Etats-Unis, ce mouvement multiforme et militant vise à dénoncer au nom des minorités la domination patriarcale et occidentale, sexiste et impérialiste, qui a structuré l'histoire jusqu'à aujourd'hui. Outre un corpus de textes théoriques et la création de nouveaux départements dans les universités comme les "genders studies"...., il se manifeste par des actions militantes comme, par exemple, le déboulonnage de statues de "grands hommes" qui furent en leur temps esclavagistes ou l'exigence de suppression de certains passages d'œuvres littéraires classiques, considérés comme racistes ou sexistes.

Cette nouvelle culture qui se qualifie de "woke" (éveillée) bouscule les mouvements traditionnels qui luttent au nom de l'égalité des droits contre le racisme ou le sexisme en s'exprimant dans un cadre démocratique et progressiste. Elle rejette toute médiation, tout débat, tout dialogue, considérés d'emblée comme de vieilles lunes qui ne font que perpétuer et renforcer les injustices.

Le monde des idées ne progresse que par l'échange

Or c'est un problème. Le monde des idées ne vit et ne progresse que par l'échange. C'est là un acquis des idéaux des Lumières, fondé sur la raison et l'universalisme, les droits de l'homme et la démocratie qui se retrouvent ainsi mis en accusation. Sans possibilité d'échanger des arguments, il ne reste qu'un dialogue de sourds sinon la confrontation violente.

C'est précisément à partir de cet héritage des Lumières que l'écrivaine Helen Pluckrose et le mathématicien James Lindsay font une analyse critique de cette nouvelle idéologie dans leur ouvrage "Les nouvelles impostures intellectuelles" (éd. H&O) en montrant "comment les théories sur l'identité, le genre, la race gangrènent l'université et nuisent à la société" comme l'indique clairement le sous-titre.

Pluckrose

Outre l'analyse critique des théories "woke" - Théorie Postcoloniale, Théorie Queer, la Théorie critique de la race et de l'intersectionnalité, Féminisme et les études de genre, ou encore les études critiques sur le handicap et la corpulence -, qui constitue l'essentiel de l'ouvrage, les auteurs mettent à jour les origines intellectuelles de ce mouvement protéiforme qui s'enracinent dans le terreau intellectuel de la "French Theory" qui a initié la philosophie postmoderne qui a commencé à émerger à partir de la fin des années 1960.

Ces philosophes ont pour point commun d'avoir questionner les faces cachées du progrès, de la raison, de la démocratie qui caractérise les Lumières. Jacques Derrida a procédé à la "déconstruction" de la raison occidentale, Michel Foucault a montré que tout savoir est une forme de pouvoir, Jean Baudrillard que le monde des objets n'est qu'un monde de simulacres, Gilles Deleuze a réhabilité le schizophrène et Jean-François Lyotard a montré l'impossibilité de dialoguer en raison d'un "différend" irréductible. Ce dernier est d'ailleurs l'auteur de "La condition postmoderne" où il faisait le constat que les différents "grands récits" comme le marxisme avaient vécu, le capitalisme ayant gagné à tel point qu'il était impossible de se situer hors de lui. A Karl Marx, ils préféraient Friedrich Nietzsche, et donnaient au langage et à l'esthétique un rôle central en lieu et place du politique.

Relativisme et constructivisme

Désenchantés par la modernité, ces auteurs postmodernes ont argumenté en faveur du relativisme philosophique - la notion de vérité n'existe pas - débouchant sur un constructivisme qui voit dans la notion de nature humaine une fiction sociale. Un tel terrain rend légitime toutes les revendications - puisque tout se vaut - et la remise en cause de toute classification humaine en raison de la plasticité de l'individu, puisqu'il n'y a pas de nature humaine commune.

Pluckrose et Lindsay n'ont pas beaucoup de mal à montrer les incohérences de ces positions d'autant plus que la surenchère dans la radicalisation favorise la prolifération de chapelles et une inflation théorique qui rend de plus en plus incompréhensible les objectifs recherchés, le cadre politique désiré, les réformes voulues.

Si les deux auteurs ne se font guère d'illusions sur la possibilité de trouver un terrain d'entente face à leurs adversaires, ils prennent bien soin de se démarquer d'une critique conservatrice voire réactionnaire qu'ils rejettent. Au contraire, ils justifient en conclusion leur réfutation de la "justice sociale critique" à partir d'une position intellectuelle et politique qui se revendique du libéralisme ce qui aux Etats-Unis correspond davantage au positionnement de Bill Clinton ou Barack Obama qu'au néolibéralisme. Certains - comme le préfacier Alan Sokal, qui en 1995 avait publié avec le physicien belge Jean Bricmont "Impostures intellectuelles" - y verront un raccourci vers des défenseurs du capitalisme. Ce serait réducteur.

On le comprendra d'autant mieux à la lecture du "Désert de la critique" du philosophe Renaud Garcia. L'ouvrage est une version révisée et augmentée d'une longue préface en guise de bilan depuis la publication de la première édition en 2015. Renaud Garcia, agrégé et docteur en philosophie, inscrit sa réflexion dans la tradition anarchiste - il a consacré sa thèse de doctorat à l'œuvre de Pierre Kropotkine (1842-1921), géographe et anarchiste russe. Comme Pluckrose et Lindsay, il part de l'analyse de la philosophie du postmodernisme - notamment Jacques Derrida et Michel Foucault - mais aussi du constat qu'il a pu faire en tant que militant de voir combien ces théories qui influencent la culture "woke" aboutissent à miner et diviser le mouvement de contestation des divers pouvoirs. La partie la plus originale de l'ouvrage porte sur la discussion des thèses du post-anarchisme, méconnu en France car peu traduit, ce courant venant majoritairement dans ce cas aussi des Etats-Unis et du Canada.

Garcia

Renaud Garcia montre combien l'hypercritique radicale aboutit non seulement à un "désert intellectuel" mais aussi à une impasse politique. Car à la différence de Pluckrose et Lindsay, le philosophe développe aussi une critique du capitalisme qui est entré dans une nouvelle phase avec la numérisation généralisée de tous les aspects de la vie humaine. On pourra juger le constat de Garcia trop pessimiste, mais dans la préface qu'il a rédigé pour cette nouvelle édition, il énumère nombres d'exemples qui montrent combien la situation n'a fait qu'empirer depuis le constat qu'il faisait il y a six ans. Non seulement, son ouvrage n'a pas eu l'effet escompté - à savoir ouvrir un débat dans les milieux militants mais au contraire lui a valu des désagréments, comme l'annulation ou la perturbation de ses conférences, sans compter les agressions verbales.

Conserver les conditions d'une discussion

Reste toutefois un point commun aux deux livres : Lindsay et Pluckrose comme Garcia défendent la nécessité de conserver les conditions d'une discussion où chacun puisse développer ses arguments et exprimer des désaccords. Or aujourd'hui nombre d'intellectuels, de chercheurs, de militants s'auto-censurent. Des conférences sont annulées, des personnes harcelées sur les réseaux sociaux, des professeurs sont licenciés ou poussés vers la sortie parce qu'ils osent simplement objecter aux attendus de la "justice sociale critique.

La conséquence inquiétante en est que l'espace dévolu à la liberté d'expression se retrouve de plus en plus réduit entre un populisme réactionnaire et un dogmatisme woke, dont Alan Sokal se demande si finalement ils ne se nourrissent pas l'un et l'autre.

______________

Helen Pluckrose et James Lindsay "Le triomphe des impostures intellectuelles", préface d'Alan Sokal, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Olivier Bosseau et Peggy Sastre, 448 pages, 23 euros.

Renaud Garcia "Le désert de la critique" (2e édition révisée et augmentée), éditions de l'Echappée, 192 pages, 12 euros.

Robert Jules

7 mn

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 22/10/2021 à 14:50
Signaler
Personnellement je suis woke et je suis très poli et ouvert à la discussion, voilà je tenais à ce que ce soit dit.

le 23/10/2021 à 15:46
Signaler
Ouvert à la discussion ? Parfait :j'attends votre réponse à mon commentaire...

à écrit le 22/10/2021 à 14:49
Signaler
Bref! C'est surtout l'anglicisme qui fait peur!

à écrit le 22/10/2021 à 14:16
Signaler
La culture woke n'est qu'une méthode d'effacement de réalités historiques afin de tronquer la vérité. Ainsi, par exemple, il existait non pas un mais trois types de traites négrières : la traite atlantique, la traite arabo-musulmane et la traite in...

à écrit le 22/10/2021 à 14:15
Signaler
La culture woke n'est qu'une méthode d'effacement de réalités historiques afin de tronquer la vérité. Ainsi, par exemple, il existait non pas un mais trois types de traites négrières : la traite atlantique, la traite arabo-musulmane et la traite in...

à écrit le 22/10/2021 à 13:30
Signaler
Internet nous informe abondamment, c'est nouveau et les gens se réveillent en plein cauchemar en hurlant faisant qu'ils n'ont plus envie de discuter vu que l'impression de se faire berner depuis toujours. A comparer avec L214, c'est un mouvement extr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.