L'économie du Bien commun, réponse aux défis de notre pays !

 |   |  634  mots
(Crédits : Reuters)
TRIBUNE. Il est urgent de mettre la recherche du Bien commun au cœur de notre projet de société. Par Blandine Mulliez, Présidente de la Fondation Entreprendre, François Asselin, Président de la CPME, Geoffroy Roux de Bézieux, Président du MEDEF, et Philippe Royer, Président des EDC

Par Bien commun, nous entendons l'ensemble des conditions économiques, culturelles et sociales permettant à toute personne, à sa famille et aux groupes auxquels elle appartient, d'atteindre mieux et plus facilement leur plein épanouissement. Ces conditions regroupent de nombreux domaines, en particulier le travail, l'éducation, la santé, le logement, l'alimentation, l'environnement, les transports, la culture ou la religion. Il s'agit de viser le bien, ainsi que le plein épanouissement de tous les membres de notre communauté nationale, européenne et mondiale, de notre communauté présente, mais aussi de la communauté à venir et des générations qui vont nous succéder. C'est pour cela que le sujet de la retraite ou celui de la lutte contre le réchauffement climatique sont aussi essentiels dans la recherche du Bien commun.

Le rôle central des entreprises

Les entreprises ont un rôle central à y jouer. Elles sont les poumons de l'activité économique et au cœur de la vie de beaucoup de Français. Au carrefour des attentes des différentes parties prenantes, elles agissent pour le développement de leurs salariés, la satisfaction de leurs clients, la coopération avec leurs fournisseurs, la rémunération de l'investissement de leurs actionnaires, le financement des services publics par la fiscalité et bien d'autres choses encore.

Lieux de travail, d'épanouissement et de projets pour créer le monde de demain, elles ont la capacité de créer de la richesse et du lien social, d'innover et de développer de nouveaux produits et services permettant le développement de chacun, de participer à la formation des salariés et de vivifier les territoires sur laquelle elles sont ancrées.

Un monde en profonde mutation

Dans un monde en profonde mutation, marqué par des tensions grandissantes entre ceux qui promeuvent la transformation et ceux qui s'en sentent les victimes, confronté aux défis de l'exclusion des plus fragiles, de la recherche de sens et du réchauffement climatique, l'entreprise peut constituer un formidable instrument au service du Bien commun et de la transformation du système actuel pour faire naître une société plus juste.

Nous, Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, MEDEF, CPME, Fondation Entreprendre, invitons les entrepreneurs qui le souhaitent et le peuvent à tourner résolument leur entreprise vers le service du Bien commun, à dépasser les intérêts particuliers pour œuvrer à un développement qui associe esprit d'entreprise, épanouissement des salariés, profitabilité, pérennité, innovation, intégration des plus fragiles et respect de la planète.

Nombreux sont les entrepreneurs et dirigeants prêts à déployer une économie du Bien commun porteuse d'avenir pour nos enfants et petits-enfants. Beaucoup sont déjà en chemin, via la responsabilité sociale d'entreprise et la déclinaison de leur raison d'être. D'autres s'efforcent, loin des projecteurs, de travailler quotidiennement, au sein de leurs entreprises, pour l'épanouissement de leurs salariés, l'inclusion des personnes en situation de fragilité et le développement des territoires où ils sont implantés, tout en veillant à répondre aux défis économiques auxquels ils sont confrontés et à assurer la rentabilité de leurs entreprises, garante de leur pérennité et de leurs emplois.

Pour une société plus juste

Nous invitons l'ensemble des entrepreneurs à les suivre. Confions des responsabilités à nos salariés, assurons-nous de l'équilibre entre leur vie privée et professionnelle, accueillons les plus fragiles et préservons notre environnement. Le Bien commun est un cap qui doit guider l'entreprise.

C'est l'objectif des Rencontres de l'économie du Bien commun que nous organisons le vendredi 13 décembre, au Collège des Bernardins. Elles sont un appel adressé à l'ensemble des entrepreneurs et dirigeants de bonne volonté : entreprenons pour transformer le monde et faisons de nos entreprises les outils de sa transformation pour une société plus juste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2019 à 14:13 :
C'est une très bonne initiative ! Le service du bien commun doit guider toute la société. Et il est bien que des dirigeants s'engagent. A la tête de leur entreprise, ils ont un vrai levier d'actions.
a écrit le 11/12/2019 à 10:20 :
Qu'on l'apprécie ou pas, ce texte est positif : on comprend que ça énerve tous les râleurs franchouillards, les aigris et les révolutionnaires en peau de lapin.
Réponse de le 11/12/2019 à 12:26 :
Soit! Il a le mérite d'exister pour appeler les commentaires, rien de plus... mais cela ne mérite pas d'insulter ses semblables!
a écrit le 11/12/2019 à 9:23 :
C'est beau comme du Richard Clayderman dans un ascenseur de La Defense...
Une petite musique pour endormir (dormez braves gens L'Entreprise va s'occuper du Bien Commun) et qui ne prend pas en compte les bouleversements qui s'annoncent.
Un peu comme disait Le Guepard dans le film de Visconti (repris par Donald Rumsfeld c'est dire): Il faut que tout change pour que rien ne change..
a écrit le 10/12/2019 à 20:21 :
Super initiative ! L'économie doit être au service du bien commun. Les dirigeants ont un vrai rôle à jouer. Beaucoup le font déjà. Espérons qu'ils seront rejoints par d'autres.
a écrit le 10/12/2019 à 18:40 :
Voilà encore un dogme en construction dans le but d'imposer a chacun un comportement adéquate a coup de réformes, Ils se prennent tous pour "Dieu" ma parole !
a écrit le 10/12/2019 à 18:20 :
Avant de lancer de tels appels faites deja en sorte que la france soit gérée dans l'interet des français, ou au moins pas dans leur desinteret..

J'avais prévu un texte plus long, mais j'ai renoncé, ça risquait de tomber sous le coup de la loi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :