L'économie mondiale après la pandémie relève de notre choix

 |  | 1712 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. Des biens de plus en plus nombreux et de moins en moins chers sont produits lorsque les pays exportent ce qu'ils savent le mieux faire : la part du gâteau est plus grande. (*) Par Peter Debaere, professeur de gestion à Darden School of Business (University of Virginia).

Le FMI prévoit un chômage massif et une baisse de 3% du PIB mondial pour 2020 : 5,9% aux États-Unis et 7% dans la zone euro. Les flux commerciaux internationaux diminuent, tout comme les mouvements internationaux de personnes et de capitaux. Parler de "mort de la mondialisation" dans le sillage du coronavirus est prématuré, mais le virus révèle des faiblesses systémiques connues et renforce les fissures mises à nu par la crise financière de 2008. La manière dont nous réagissons est cruciale. Si nous continuons à faire de la mondialisation un bouc émissaire, nous aggraverons la crise, mais si nous partageons plus équitablement les bénéfices du progrès technologique et de la mondialisation, la pandémie pourrait être un moment décisif qui déclenche la coopération - une occasion d'améliorer la gouvernance de notre monde globalisé et de préserver ses acquis.

L'une des réponses internationales à la pandémie a été l'explosion de la demande d'équipements médicaux et la multiplication des restrictions à l'exportation. Ce fut un spectacle effrayant. Les membres de l'UE et les États-Unis, entre autres, ont restreint les exportations pour garantir l'approvisionnement en produits essentiels. Si ces mesures à court terme ne sont pas illégales, elles sapent la coopération et empêchent les fournitures essentielles d'aller là où elles sont le plus nécessaires.

Lire aussi : Coronavirus : les exportations chinoises s'effondrent

La crise coronavirus confirme ce qui était clair depuis un certain temps : la scène internationale est toujours une sorte de "no man's land". En dépit des préconisations de l'Organisation mondiale du commerce et de ses règles régissant le commerce international, les récents droits de douane appliqués aux Etats Unis et les revendications aléatoires de sécurité nationale ont montré à quel point notre régime commercial dépend de la volonté des principaux acteurs de respecter ces règles. Sans leur coopération, les organisations internationales ont un pouvoir limité.

Les bienfaits du commerce mondial

Malgré les appels au resserrement des liens dans le sillage du virus, il ne faut pas oublier les gains réels de la spécialisation de la production que le commerce international rend possible. Des biens de plus en plus nombreux et de moins en moins chers sont produits lorsque les pays exportent ce qu'ils savent le mieux faire : la part du gâteau est plus grande. Le commerce international a permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté en Chine, en Inde et dans d'autres économies émergentes. Le "rapatriement de la production" n'est viable que pour un ensemble limité de biens qui dépendent d'une livraison en temps voulu, de l'évolution des préférences des clients ou pour lesquels l'automatisation peut remplacer la production délocalisée. Pour les multinationales qui dominent le commerce international, il est plus logique de maintenir plusieurs lignes d'approvisionnement à l'étranger et de diversifier les risques que de débarquer et de mettre tous leurs œufs dans le même panier. Un retour au nationalisme et à l'autarcie n'est pas la solution.

Outils nationaux

Contrairement à la crise financière de 2008, la crise actuelle ne se résume pas à un assèchement de la demande. Avec les travailleurs malades et la distanciation sociale, le virus affecte aussi directement l'offre de l'économie. Tant que le risque sanitaire est réel, il y a des limites à ce que les gouvernements peuvent faire pour stimuler la demande. Tant que les gens ne peuvent pas se rassembler, la politique fiscale (y compris les dépenses publiques) et la politique monétaire (les actions de la banque centrale) sont nos principales lignes de défense. Après avoir pris en charge les besoins médicaux immédiats, elles doivent fournir des liquidités, maintenir les entreprises à flot et permettre aux citoyens de subvenir à leurs besoins.

Cependant, les politiques fiscales et monétaires sont avant tout des outils nationaux, et les avantages communs dépendent de la coordination internationale. Les banques centrales du monde entier ont abaissé les taux d'intérêt. À plus grande échelle qu'auparavant, elles achètent des actifs financiers pour faire baisser le coût des emprunts. Ces interventions sont techniques, rapides et guidées par des experts. Lorsque de nombreuses banques centrales fournissent des liquidités, elles se renforcent mutuellement. Malgré cela, on observe une asymétrie croissante. Les capitaux fuient les économies émergentes, ce qui déclenche des fluctuations de devises. Pour les éviter, les banques centrales d'un groupe privilégié d'économies avancées et émergentes coopèrent entre elles. Les monnaies des pays plus pauvres et moins solvables restent donc exposées, car la dépréciation de leur monnaie augmente le coût du service de la dette en devises.

En termes de coopération, la politique fiscale - qui consiste à augmenter les dépenses publiques et à réduire les impôts - est encore plus précaire. La politique budgétaire est essentielle : compte tenu des niveaux d'endettement élevés actuels, la capacité d'emprunter au niveau national peut l'emporter sur ce qui est possible au niveau local, au niveau des entreprises ou au niveau des particuliers. En raison des risques de défaillance, tous les financements ne peuvent être obtenus par le biais de dettes et de prêts supplémentaires : exonérations fiscales, chèques aux ménages, allocations de chômage, programmes de soutien à la main-d'œuvre à court terme et subventions aux entreprises sont tous nécessaires.

Pour mesurer la difficulté de la coopération fiscale, il suffit de considérer l'Union européenne, seule expérience ambitieuse d'intégration et de collaboration internationales. Plus de dépenses et moins de recettes fiscales signifient des ratios dette/PIB plus élevés. Au sein de l'UE, l'Allemagne, avec moins de 70% de dette par rapport au PIB, dispose d'une grande marge de manœuvre fiscale, tandis que l'Italie, avec 135%, en a beaucoup moins. Il est toutefois essentiel pour l'avenir de l'UE de trouver des financements d'urgence assortis de garanties à l'échelle de l'UE  (et pas seulement pour les nouvelles dettes nationales) pour un pays très touché et très endetté comme l'Italie, la lenteur des discussions en cours révèle ce qu'est une coopération difficile.

De nombreux pays émergents et en développement sont encore plus vulnérables sur le plan budgétaire. Comme les pays se concentrent principalement sur leurs propres besoins, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale seront leurs institutions de référence, même si les fonds sont limités et les conditions strictes. Le FMI pourrait émettre des droits de tirage spéciaux (DTS), ce qui se rapproche le plus de la création de monnaie au niveau international, et faire preuve de plus de souplesse dans la distribution des fonds. Cela pourrait profiter aux pays émergents et en développement situés à la périphérie, mais cela dépendra de la volonté des pays de coopérer.

Inégalité non résolue

La politique fiscale est liée aux contextes politiques nationaux spécifiques de chaque pays, qui comprennent la résistance à la mondialisation dans de nombreux cas. Donald Trump a été élu sur un programme anti-immigration et anti-commerce. Les importations en provenance de Chine et des économies émergentes ont contribué à la baisse des salaires et à la persistance du chômage peu qualifié ; la migration (de main-d'œuvre peu qualifiée) y a contribué dans une moindre mesure. Toutefois, le commerce et la migration ne sont en aucun cas les seuls facteurs d'inégalité. Il est révélateur que la réaction contre la mondialisation ait suivi la Grande Récession, qui était essentiellement une crise interne. Néanmoins, le coronavirus va probablement accentuer les lignes de fractures sociétales existantes aux États-Unis. Les plus touchés seront les personnes déjà les plus vulnérables, souvent des travailleurs afro-américains et hispaniques peu qualifiés, les personnes incapables de travailler à distance, les personnes non assurées et celles qui vivent dans des unités multifamiliales proches.

Ces défis sociétaux plus profonds ne seront pas résolus en faisant de la mondialisation un bouc émissaire. En fait, l'évolution technologique et l'automatisation, une fiscalité moins progressive, une syndicalisation en baisse et une faible mobilité ascendante sont autant de facteurs qui contribuent à l'inégalité, tout comme le commerce et la migration. Les solutions doivent inclure le partage, dans un monde incertain, des bénéfices de la croissance économique, du progrès technologique et de la mondialisation. Nous avons besoin d'un accès plus égal à l'éducation, de soins de santé plus universels, d'un meilleur filet de sécurité et d'un code fiscal plus progressif qui exige que chacun (y compris les multinationales) paie sa part. Si nous ne remédions pas aux inégalités actuelles et ne rédigeons pas un nouveau contrat social, il est peu probable que les États-Unis pèsent de tout leur poids pour mieux gouverner l'économie mondiale.

Il en va de même en Europe, où le commerce international est moins controversé. Brexit était un vote contre l'immigration et la crise des réfugiés syriens, et non contre le commerce. Contrairement aux espoirs des membres du Royaume-Uni et de l'Union européenne qui s'opposent à l'intégration européenne, le retrait ne permettra probablement pas de corriger les inégalités internes entre les zones rurales et les villes, ou entre les travailleurs peu et hautement qualifiés. Il faut s'attaquer aux causes sous-jacentes et repenser les règles relatives aux migrations internationales et à l'aide aux réfugiés.

Les crises sont des occasions de façonner nos sociétés. La gouvernance de l'économie mondiale est un patchwork d'institutions internationales et de collaborations informelles dictées par les problèmes en jeu et la volonté de chaque nation de coopérer. Tant que nous accuserons la mondialisation au lieu de nous attaquer aux inégalités sociales qui sont au cœur de nos sociétés, nous ne pourrons pas en récolter les fruits ni favoriser la coopération internationale dont nous avons besoin ».

Lire aussi : COVID-19 : le plan d'urgence du gouvernement pour soutenir le commerce extérieur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2020 à 21:29 :
Et encore un plaidoyer ultralibéral qui profite de la crise pour asséner ses théorèmes qui pourtant nous entrainent dans le mur ! Aucune remise en cause, pas même la plus insignifiante, et contrevérités grâce à la novlangue. Pour preuve : "tant que nous accuserons la mondialisation au lieu de nous attaquer aux inégalités sociales..." mais les inégalités sociales sont un des piliers de la mondialisation !
a écrit le 12/05/2020 à 16:41 :
"Un retour au nationalisme et à l'autarcie n'est pas la solution."

Cette phrase, totalement inutile puisque découlant du bon raisonnement de votre démonstration n'est de ce fait qu'une messe moraliste à souhait assénée, machinalement je suppose, posez vous la question de pourquoi vous avez ajouter cela je vous prie et vous aurez appris.

"Donald Trump a été élu sur un programme anti-immigration et anti-commerce"

Lol ! Vous croyez sérieusement qu'aux états unis, pays fondé par et pour le commerce et l'immigration les américains auraient voté pour lui contre ceux-ci ? 90% des américains sont "pour" le commerce et l'immigration puisque tous originaires de celle-ci, vous les prenez bêtement pour des crétins et des racistes c'est grotesque.

Vous écrivez trop exposant la fragilité de votre façon de raisonner et surtout toutes les propagandes qui vous ont abondamment rincé le cerveau, les américains ont voté contre le dumping social, tout simplement parce que si en effet ils sont incapables de placer le moindre pays autre que le leur sur une carte du monde ils savent ce qu'est le travail, eux, ce qui n'est visiblement pas votre cas.

"Brexit était un vote contre l'immigration"

Encore un mensonge puisque l'UKIP, le parti immigration juste après le vote du brexit a disparu des écrans radars, les gens s'étant rapprochés de lui parce que souhaitant d'abord et avant tout sortir de l'UE, celle qui a imposé aux français une constitution dont ils ne voulaient pas.

Quelques bonnes idées mais noyées dans bien trop de messe dont à chaque fois on peut se demander si c'est prêché machinalement ou bien volontairement mais générant de ce fait un article sur lequel on ne reviendra jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :