L'opportunité du cycle de vie du nucléaire

 |   |  552  mots
Laurence Daziano.
Laurence Daziano. (Crédits : DR)
Le démantèlement et le traitement des déchets de nombre de centrales nucléaires en fin de vie opérationnelle en France et dans le monde posent des problèmes que peut résoudre la filiale française grâce à son expertise sur l'ensemble du cycle nucléaire. Par Laurence Daziano, maître de conférences en économie à Sciences Po et membre du Conseil scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).

Avec la réforme de la filière nucléaire française, Orano, l'ex-Areva, s'est vu confié la gestion du cycle du combustible, en conservant les mines d'uranium en amont et le retraitement des déchets en aval, ainsi que l'activité de démantèlement des parties les plus sensibles des réacteurs. Orano se concentre désormais sur la vie du combustible.

Par ailleurs, la question du stockage des déchets nucléaires commence à se poser avec acuité alors qu'une partie importante du parc nucléaire français, exploité par EDF, doit organiser sa fin de vie dans des conditions de sûreté absolue.

Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), sur les 448 réacteurs nucléaires en activité dans le monde, plus de la moitié approchent de la fin de leur vie opérationnelle. La question du traitement des déchets nucléaires doit être traitée, notamment en France, avec les meilleures garanties pour trouver une solution pérenne, durable et sécurisée.

Assumer la responsabilité vis-à-vis des générations futures

Cette question mérite mieux qu'un débat idéologique. Que l'on soit pour ou contre l'énergie nucléaire, les faits sont « têtus » : les déchets existent. Ils sont issus de choix énergétiques faits par les générations antérieures et il revient aux décideurs actuels d'en assumer la responsabilité vis-à-vis des générations futures. Il convient de trouver une solution pour gérer dans la durée ces déchets, les sécuriser afin que les choix du passé pèsent le moins possible sur les générations futures.

C'est dans ce cadre que s'inscrit le projet CIGEO (centre industriel de stockage géologique) installé sur le site de Bure dans la Meuse qui viendrait prendre la relève du stockage terrestre actuel à La Hague (Manche) ou à Marcoule (Gard), à l'instar du projet parallèle d'Onkalo situé en Finlande à proximité de la centrale d'Olkiluoto. Le stockage géologique français et finlandais vise à emprisonner, à 500 mètres de fond, les déchets nucléaires. La construction débuterait à Bure vers 2025, pour un début de stockage à compter de 2035. Ce mode de stockage des déchets nucléaires, qui présente les meilleures garanties actuelles de sûreté, serait réversible pendant une période longue (plusieurs décennies) avant une fermeture définitive, ce qui permettrait, le cas échéant, de récupérer les déchets si de nouveaux modes de traitement apparaissaient avec les avancées technologiques.

Une expertise incomparable

Au-delà du projet de Bure, les groupes français disposent d'une expertise incomparable pour saisir leur chance sur un marché prometteur à l'export. La filière nucléaire française dispose de la maîtrise de l'ensemble de la chaîne allant de l'accès sécurisé aux zones contaminées, à la stabilisation des déchets et comprenant la caractérisation, la mesure, le tri, la séparation, le transport, et la décontamination. C'est cette expertise reconnue qui a permis à Orano de signer, en janvier dernier lors de la visite d'Emmanuel Macron en Chine, un préambule d'accord commercial avec le groupe China National Nuclear Corporation relatif à la construction d'une usine de traitement des combustibles nucléaires usagés pour une valeur de 10 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2018 à 8:30 :
Madame Daziano ne connait absolument pas la problématique dont elle parle, l'expertise d'orano en matière de recyclage des déchets nucléaires s'appuie sur deux modèles vieux comme le monde l'enfouissement à Bure et l'incinération â Narbonne Malvesi.
a écrit le 07/03/2018 à 8:03 :
Les dechets doivent être traités c'est certain mais le débat idéologique est urgent et nécésssaire.

Les gens qui croient à la sureté du nucléaire et en la gérance des dechets sont bien naifs. Dernièrement EDF a du payer 6000 d'amendes pour avoir mis des dechets radioactifs dans des poubelles ordinaires...

http://www.ledauphine.com/ardeche/2018/02/09/cruas-meysse-edf-condamne-a-6000-euros-d-amende-pour-des-dechets-radioactifs

En 2013 l'ACRO (asoociation de controle de radiactivité dans l'ouest) a relevé un niveau de tritium de110becquerel par litre d'eau à proximité de la hague. "L’ACRO rappelle également que la concentration naturelle de tritium est de l’ordre de 0,1 Bq/L."

https://www.bastamag.net/Dans-la-Manche-plus-de

et il y a des dizaines de faits scandaleux du même genre
a écrit le 05/03/2018 à 11:42 :
Chère madame je vous remercie de votre analyse succincte et floue ; nous voici donc acculés avec les déchets (déchets que nous continuons, continuerons à produire?,) nous, vous, serons bientôt les générations antérieures sur qui rejeter l’opprobre. Revendre nos technologies à la Chine est-ce vraiment un argument ?
la Chine n'est ce pas ce pays où l'écologie et les écologistes sont traités avec le plus grand respect, ainsi que toutes les voix discordantes. N'est ce pas ce pays où, dans les villes l'air sain et pur est de notoriété publique, où le soleil ébloui les yeux juste après le rideau de grisaille, comme promesse de matins enchantés.
De plus, il me semble que certains pays font marche arrière sur l'enfouissement.
Vivant en campagne profonde, nous nous sentons comme la poubelle des villes, aussi je vous propose un enfouissement sous Paris, là ou demeurent et vivent l ensemble de nos décideurs et spécialistes de tout poils assujettis pour une large part au sociétés nucléaires et à nos politiques à leur service, graves représentants du Graal je veux dire du PIB à tout prix. Je suis très étonné que vous n'ayez pas pris l'argument de la création d’emplois dans ces territoires très certainement en voie de dépopulation. Argument majeur et très a la mode en ce moment pour faire avaler tout et surtout n importe quoi.
L'opportunité du cycle nucléaire pour une très active consommation aujourd'hui, tel aurait pu être votre titre, simple et franc....
Réponse de le 05/03/2018 à 13:10 :
Je vous rappelle que :

1) Les déchets dangereux qu’on laisse aux générations futures ne se limitent pas qu’aux déchets nucléaires, très loin de là : Déchets amiantés, mercurés, etc. Et de tous les déchets nucléaires sont les mieux suivis et les mieux confinés.

2) Un citadin pollue nettement moins qu’un rural : Des logements plus petits, nettement moins de transports en voiture, des chaînes logistiques plus efficaces, etc.
a écrit le 05/03/2018 à 10:41 :
Et pour ça on enverra des bacs moins deux parfaitement ignorant des risques qu'ils prennent comme pour le désamiantage. Il y a un coté nazi dans toute élite.
Réponse de le 05/03/2018 à 13:13 :
Mais qu’est-ce que vous en savez ?

La réglementation française sur le démantèlement nucléaire comme sur le désamiantage est une des plus strictes du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :