La dévalorisation du patrimoine des classes moyennes

 |   |  717  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la dévalorisation du patrimoine des classes moyennes

VIDEO

Le patrimoine privé des classes moyennes est attaqué sur ses trois composantes : immobilière, mobilière (avec l'automobile) et financière. Immobilière d'abord. Dans un pays, où les prix de l'immobilier sont à un pic historique cela a de quoi surprendre.

Certes les prix de l'immobilier montent, mais pas partout. Les tendances haussières à Paris en petite couronne et dans quelques grandes métropoles régionales (Nantes, Rennes, Bordeaux, Lyon par exemple) ne résument pas à elles seules la réalité d'un marché national à trois vitesses : selon les données notariales, 45% des départements ont enregistré une progression des prix des appartements dans l'ancien en 2018, 40% ont connu une baisse et 15% sont restés stables. Bref, la tendance haussière ne concerne même pas la moitié des départements.

En outre, même là où les prix augmentent, ce n'est qu'une moyenne. La carte de France immobilière ressemble à une peau de léopard. Une peau de léopard où les taches brunes représentent les zones les plus tendues où les prix flambent, le plus souvent les grandes agglomérations. Mais il y a aussi les taches blanches, ces zones en perte de vitesse, le plus souvent situées en périphérie. Ces zones, c'est la France pavillonnaire celle des lotissements situés en couronnes péri-urbaines où les prix baissent voire chutent brutalement. Or le poids de la résidence principale dans l'ensemble du patrimoine des classes moyennes est écrasant : c'est nettement plus de la moitié et jusqu'à plus de 70% pour les ménages dont le montant du patrimoine les place entre le 5ème et le 7ème décile.

Plus varié en haut de la pyramide, le patrimoine des plus aisés est plus diversifié faisant tomber la part de la résidence principale à peine plus de 10%. La France des lotissements c'est aussi celle de la voiture. Et pour cause. Aux manques de transports en communs s'ajoutent les conditions d'accès difficiles aux services au sens large (écoles, commerces, services administratifs, médicaux, culturels). L'automobile est dès lors l'outil indispensable pour y accéder et la multi-motorisation une quasi-obligation. Pour les Français les plus modestes la voiture va jusqu'à représenter plus de 20% de leur patrimoine. Pour les classes moyennes c'est un peu moins de 5%. Ce n'est pas négligeable d'autant plus que c'est un patrimoine qui se déprécie d'autant plus rapidement qu'il est essentiellement constitué de véhicules diesels, ceux-là même que le gouvernement et les grandes métropoles veulent chasser du territoire. Le bilan est là, les ventes de diesel d'occasion sont en recul. Selon les chiffres de AAA Data, elles déclinent depuis 2017 et les plus touchées sont les diesels d'occasion de plus de six ans, cœur de cible des classes moyennes avec à la clé de sévères baisses de prix pour des vendeurs contraints pour certains de brader leur véhicule.

De surcroît, face à ce patrimoine mobilier et immobilier qui perd de sa valeur, il y a de l'endettement : plus du quart des ménages dont le patrimoine les situe entre le 4ème et le 5ème décile sont endettés au titre de leur résidence principale, une part qui monte à 42,4% pour ceux qui sont entre le 6ème et 7ème décile. La part des ménages endettés pour l'achat d'automobile est plus faible mais près du quart des ménages situés entre le 6ème et le 7ème décile sont concernés. Reste le patrimoine financier des classes moyennes, constitué à près de 90% des comptes chèques, des livrets défiscalisés et de l'assurance-vie. Si les comptes chèques ne rapportent rien, les autres placements sont également de moins en moins rémunérateurs : de 0,5% pour le Compte d'Epargne Logement à 1,25% pour le Livret d'Epargne Populaire en passant par 0,75% pour le livret A.

En fait seul le LEP se hisse au-dessus de l'inflation. Bref, en termes réels les rendements sont globalement négatifs. L'assurance-vie s'en sort un peu mieux mais la tendance est à la baisse. Attaqué sur toutes ses composantes, le patrimoine des classes moyennes se déprécie et participe à la montée des mécontentements.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2019 à 11:06 :
La revolution de 89 a ete instillee par les bourgeois. Pourquoi ne pas recommencer et pendre aux lanternes les microns et cies.
Francais bougez vous au lieu de regarder la tv.
Réponse de le 18/11/2019 à 13:53 :
La révolution de 89 instille par les bourgeois ...
Les bourgeois ont «  utilisé «  l’extrême droite ,
Cette extrême droite qui a utilisé «  la peur et la haine « des plus faibles pour permettre cette spoliation actuelle des couches sociales moyenne ...
Et après ça «  tire » sur M. Macron et compagnie .

Ce n’est pas demain la veille que la droite copié colle -extrême droite et extrême droite vont prendre la « responsabilité «  et ce qui leur reste de conscience
Pour de leurs actes ( violence et coups bas et augmentation de la précarité en France )
a écrit le 18/11/2019 à 8:08 :
N'importe quelle voiture perd de la valeur, dépréciation, ce n'est pas une surprise, tant qu'on ne la vend pas elle est utile et économique surtout en diesel ! !
a écrit le 17/11/2019 à 16:51 :
la paupérisation des classes moyennes est une réalité qui remonte à loin mais qui s'est accélérée avec le président des très riches.
En s'attaquant à l'immobilier, qui constitue l'essentiel du patrimoine des classes moyenne, Macron favorise les patrimoines constitués de porte feuilles en actions et en produits financiers.

La société devient de plus en plus bipolaire avec des ghetto de riches vivants en communautés.
Réponse de le 17/11/2019 à 17:30 :
Des riches mobiles vivant «  en hordes » ... communauté réservée aux mortels des vivants ..,
Réponse de le 17/11/2019 à 18:51 :
"La société devient de plus en plus bipolaire avec des ghetto de riches vivants en communautés".

Résidence : Les Senoriales
Réponse de le 17/11/2019 à 23:01 :
@ la Chose,

L’allongement de la vie créent ces «  déséquilibres financiers « 
car ces déséquilibres sont compensés par le patrimoine des classes moyennes et «  non par la richesse » de l’état et des entreprises.
Tout repose sur les actifs , c’est peut être pour cette raison , que l’état veut réformer les retraites aussi ?

C’est vraiment un «  système communiste ça « 
a écrit le 17/11/2019 à 0:17 :
les citoyens vont vivre dans un pays ou ils ne peuvent pas vivre. C'est drôle comme concept!

Dans un jeu, rien n'est définitif, du coup le jeu change! cyniquement, je pense que cela est multifactoriel, mais tient au fait d'avoir des conditions de circulation des moyens et des idées qui s'articulera en fonction des ressources dont et la sécurité supposé du dit emploi qui est de moins en moins sécurisé...

Je serai les banques, j'achèterai les biens de ceux qui tomberons par le climat économique, car je pense que la politique actuellement des taux bas sauve la dette, pas celle des ménages. Et il est tout a fait possible de voir la remontée des taux qui pour le coup faire effet sécateur, non?
Réponse de le 17/11/2019 à 12:54 :
Bonjour,

Réponse pour votre premier paragraphe :

C’est exact : c’est une forme de filtration pour relancer les migrations à sens «  inverse » avant c’était le rêve du modèle américain (1970)maintenant le rêve FR
est «  celui du concept social
Suisse ou Suédois « 

Cordialement,
Réponse de le 17/11/2019 à 13:29 :
La France aime la ou quitte la.( c’est ce concept qui est voulu)
a écrit le 16/11/2019 à 23:47 :
.Explosion de LA TAXE FONCIERE

.Impot sur les morts doublé par Hollande. Le plus lourd au monde !!!!!

.Assurance vie meme plafond successoral depuis 1997 ( ce qui représente une punition de + 65% )

.Doublement en 10 ans de la taxe sur l'électricité 38% : objectif l'alourdir au niveau des carbur

. Taxe de 12%, sur les mutuelles SANTE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/11/2019 à 18:08 :
La classe moyenne est en train d'être asphyxiée , car c'est elle qui supporte le plus le poids de la fiscalité de toutes sortes en France. Comparativement aux autres classes sociales, c'est celle qui subit le plus lourd tribu financier et n'a droit à rien si ce n'est que de toujours payer plus.
Il est à se demander s'il ne vaut mieux pas être pauvre avec toutes les aides sociales et fiscales car on s'en sort mieux que celui du début de la classe moyenne n'ayant droit à rien....
Réponse de le 16/11/2019 à 18:22 :
C’est mieux de ne devoir rien à personne : c’est mieux de payer des impôts et n’avoir aucune aide social ( c’est plus valorisant)
C’est mon avis par rapport à mes expériences.
Réponse de le 16/11/2019 à 22:12 :
C'est en effet pire que sous l'Ancien régime, et c'est pas fini parce que l'idéologie jacobine (communiste, socialiste et fasciste), c'est de tout vous prendre :)
Réponse de le 16/11/2019 à 22:38 :
@ Chris ,

Ça on l’a vu : avec les décrets en amont dans les années 2001 pour mieux spolier les populations après ... dire que ces meme gens «  se représentent «  pour être élu...
Ce monde marche vraiment sur la tête vraiment ... ceux qui ont fait ça la première fois demain il feront pire .
Réponse de le 17/11/2019 à 0:23 :
Je te propose d'être pauvre, deux trois ans au rsa, cela permet l'empathie, non?

L'état doit faire des économies, je propose que tout ceux qui disent que l'on puisse vivre avec le rsa, puisse donc avoir une expérience ou il échangerait ss revenus avec celui du rsa.

Un test opérationnel de deux années pour voir l'effet de ressenti psychique.
(Après une cellule psychologique possible).

C'est un bon stage d'immersion, comme les stagiaires, tout le monde peut l'être? dans le cadre de la politique économique, cela permettra de regarder en haut a la fin...

(et je vous passe les humiliations diverses qui en résulte )!!

Ce peut être dans le cadre d'un troisième cycle....
a écrit le 16/11/2019 à 17:53 :
Bien réflèchir avant d'acheter une voiture, motorisation adèquate et fiable. Même chose avant d'investir dans sa rèsidence principale. Moi, je crois que la plupart des gens sont en mesure de faire le choix le plus pertinent. Les remarques faites dans cet article mettent en lumière une situation tout à fait normale. On ne va tout de même uniformiser les prix de l'immobilier.
Réponse de le 16/11/2019 à 18:21 :
C’est normal qu’un bien ancien à rénover soit moins cher ( causes travaux) qu’un bien neuf ou à construire sur un terrain , non ?

Hors les prix s’envolent selon les quartiers alors que le bien en question : quatre murs et un toit , tout est à rénover... autant acheter du neuf non ?

A mon avis , l’écologie et la modernisation vont révolutionner l’immobilier prochainement , les prix vont encore baisser dans l’immobilier ancien.
Réponse de le 16/11/2019 à 20:32 :
Entre uniformiser les prix de l'immobilier et renoncer complètement à organiser le pays au nom de la loi du marché il y a peut être des marges de manœuvre, non?. L’aménagement du territoire, comme on l'appelait hier, était en un objectif raisonnable et souhaitable. Économiquement, socialement et écologiquement. Les zones en désertification n'ont pas les moyens de maintenir infrastructures et services minimaux. En zone surpeuplées les coûts pour adapter, toujours avec retard, les mêmes infrastructures et services coûtent de plus en plus cher. Dans les deux cas du mal-être, des surcoûts pour la collectivité, des déplacements problématiques
Réponse de le 16/11/2019 à 22:15 :
Avec la nouvelle réforme annoncée (le terrain n'appartiendrait plus au propriétaire de la maison), je pense qu'on s'achemine vers le système stalinien qui faisait que l'État était propriétaire de tout et que le locataire était choisi en fonction de sa subordination (servilité) au chef local.
a écrit le 16/11/2019 à 13:52 :
Bonjours,

La part immobilière en résidence principale des plus aisés a 10% ; normal avec l’outil «  sci » plus rentable pour ceux qui ont les moyens et qui ont à la fois une maison secondaire et une entreprise en gestion .
La sci a été vraiment créer pour les classes aisées.

Les chiffres des data ne sont pas représentatifs de la réalité

Cordialement,
a écrit le 16/11/2019 à 12:42 :
Des très riches et des pauvres, plus de classe moyenne, on se dirige tout droit vers une société à la Brésilienne.

Et alors là BOOUUMMMMMMMMMMM !!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/11/2019 à 11:29 :
Aides massives renovation energetique en copropriete oú mes impots financent le patrimoine privé de mes voisins via l anah et moi , meme plus le cite pour adoucir la facture. Si j aurai su (lol) J aurai arrete de bosser et demandé assistanat ...c est plus rentable !
a écrit le 16/11/2019 à 11:15 :
C'est du n'importe quoi. Que souhaitez vous? Que l'état subventionne tout pour que tout soit garanti ? La vie est ainsi faite. Il est nécessaire de s'adapter. Les gens de la classe moyenne ne sont pas plus bêtes que d'autres. C'est au système , média inclut qui doit leur montrer la voie. Si un investissement ne rapporte plus, il faut essayer un autre. Si on ne recrute plus dans un métier, il faut en changer.L'assistanat permanente n'est pas une solution. Les gens sont adultes et responsables et la solidarité certes nécessaire a quand même des limites.
a écrit le 16/11/2019 à 10:47 :
il faut baisser les taxes sur la production dans les communautés de communes de moins de 100 000 habitants pour que les entreprises s'y installent et faire revenir les gens a la campagne !
Réponse de le 16/11/2019 à 11:46 :
C'est le coq qui vas avoir des soucis !!! ...
Réponse de le 18/11/2019 à 11:45 :
Trop de bruits,trop de pollution agricole a la campagne.Moi je reste en ville.
Réponse de le 18/11/2019 à 19:45 :
En même temps, les écologistes nous suggèrent de ne pas bétonner les régions. Si on excepte le besoin naturel de l'homme à être en lien avec la nature, la logique de protection de l'environnement nous recommande (théoriquement) de concentrer l'homme sur la superficie la plus faible possible pour sauvegarder les espaces naturels. À un moment, il va falloir choisir.
a écrit le 16/11/2019 à 9:13 :
Cet article ne m'étonne pas. La France a un système social surdimensionné, pratiquement tout y est subventionné, donc fatalement ce sont les classes moyennes qui doivent payer. Les médias nous serinent en permanence à propos des inégalités, mais la France est un pays fondamentalement égalitariste. Le résultat est là : Un appauvrissement généralisé de la population.
Réponse de le 16/11/2019 à 10:54 :
@Max.
"La France est un pays profondement egalitariste".
Du temps des annees 60/70 peut-etre et encore.
Non, ce pays est surtout compose de frustres, souvent jaloux de ce que possede le voisin.
Aujourd'hui ce pauvre pays est a eviter pour celui qui a vu la diversite de ce monde.
La chute va etre terrible a cause de votre maniere de voter depuis des decennies.
Good luck.....
Réponse de le 16/11/2019 à 10:58 :
Il serait bon que vous parliez des bons sujets. Quel lien y a t'il entre le patrimoine et les impôts?
Si vous faisiez un ien avec les taux negatif ca aurait du sens, mais là vous prouvez que les francais ne comprennent pas grand chose à l'éocnommie.
Réponse de le 18/11/2019 à 19:47 :
@remi. Je pense que Max considère que le patrimoine diminue notamment à cause de l'incapacité des classes moyennes à s'enrichir en raison de prélèvements élevés.
a écrit le 16/11/2019 à 9:12 :
Ben tiens, toujours le même refrain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :