La discrimination en ligne existe mais elle peut être réduite

 |  | 611 mots
Lecture 3 min.
Sur les plateformes internet tels Airbnb, eBay ou BlaBlaCar, seules des bonnes évaluations permettent aux minorités de sortir leur épingle du jeu.
Sur les plateformes internet tels Airbnb, eBay ou BlaBlaCar, seules des bonnes évaluations permettent aux minorités de sortir leur épingle du jeu. (Crédits : Glenn Carstens Peters)
OPINION. L’étude des données de BlaBlaCar permet de démontrer l’ampleur de la discrimination en ligne à l’encontre des minorités ethniques. Mais celle-ci peut être surmontée grâce à des systèmes de réputation perfectionnés. * Par Emil Palikot, de la Toulouse School of Economics, et Xavier Lambin, de Grenoble École de management.

BlaBlaCar est une application qui permet aux conducteurs de partager les frais de transport en proposant des places dans leur véhicule à d'autres utilisateurs. Les conducteurs s'organisent pour savoir quand ils prévoient de partir, où ils vont et où ils peuvent déposer leurs passagers, ainsi que pour connaître le prix d'une place dans leur voiture. Ce service est extrêmement populaire en Europe, notamment pour les trajets interurbains de longue distance avec plus de 10 millions d'utilisateurs en France, par exemple.

Lorsque de nouveaux conducteurs rejoignent BlaBlaCar, ils vendent généralement moins de sièges que les conducteurs expérimentés, jusqu'à ce que leur profil ait accumulé plusieurs bonnes critiques. En effet, les utilisateurs attachent de l'importance à la réputation et préfèrent voyager avec un conducteur bien évalué ; c'est un phénomène courant qui a été observé sur de nombreuses autres plateformes en ligne telles que Airbnb et eBay. Or, si ce nouveau conducteur est issu d'une minorité discriminée, comment cela affecte-t-il sa capacité à vendre des sièges ?

Un fort impact financier

Dans une nouvelle étude approfondie, nous avons recueilli des données sur BlaBlaCar pour tenter de répondre à cette question. À l'aide des photos de profil et des noms, nous avons déterminé quels étaient les conducteurs issus de minorités ethniques et étudié leurs performances par rapport à celles des non-minorités. Les résultats révèlent une discrimination claire : les annonces proposées par les nouveaux conducteurs issus de minorités semblent être moins choisies que celles des autres nouveaux utilisateurs ; et seul un prix inférieur de 12 % à celui des autres annonces leur permet de vendre des sièges. Ces résultats s'ajoutent à un ensemble de preuves empiriques en pleine croissance montrant que les préjugés se manifestent par des résultats économiques pour les minorités ethniques sur plusieurs grandes plateformes en ligne.

Lire aussi : Discrimination à l'emploi: bientôt de nouveaux testings en entreprise

Toutefois, nos résultats apportent également de bonnes nouvelles : la construction d'une réputation, grâce aux évaluations des passagers, permet aux conducteurs issus de minorités de surmonter la discrimination initiale. Par exemple, si la disparité en termes de revenus entre les conducteurs minoritaires et non minoritaires sans réputation (nouveaux conducteurs) s'élève en moyenne à 12 %, elle tombe à 7 % pour les conducteurs ayant une certaine réputation (entre six et quinze évaluations), et elle devient insignifiante pour les conducteurs expérimentés (plus de 40 évaluations).

L'importance d'une bonne e-réputation

La construction d'une réputation est ainsi particulièrement bénéfique pour les conducteurs minoritaires. Ils ont donc tendance à baisser leurs prix pour attirer les passagers et augmenter leurs chances d'être évalués. En outre, ils font des efforts supplémentaires pour s'assurer que les premiers commentaires soient excellents. En conséquence, ils renforcent rapidement leur réputation et atténuent le traitement discriminatoire initial. Néanmoins, l'analyse révèle que les bénéfices perdus en raison de la discrimination initiale restent importants.

Ces résultats montrent qu'un système de réputation bien conçu peut contribuer à réduire l'impact de la discrimination en ligne. La conception et la mise en œuvre des systèmes de réputation doivent donc tenir compte de leur capacité à atténuer les discriminations. En particulier, les études suggèrent que les services en ligne doivent se doter de systèmes de réputation solides et rapides. Plus vite un utilisateur peut se faire recommander, plus vite la différence de 12 % entre les utilisateurs minoritaires et les autres s'estompe.

Lire aussi : PODCAST « 40 nuances de Next » avec Frédéric Mazzella, co-fondateur de Blablacar

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2020 à 0:08 :
Est ce qu’une discrimination en ligne
( virtuel)est elle identique à une discrimination en réelle dans la vie courante ?
( l’impact sur les victimes et les conséquences De cette discrimination )
a écrit le 17/08/2020 à 17:23 :
Cette problématique peut être contournée par une video comme un assistant au conducteur pendant tous le trajet avec l’enregistrement continu et ça devrait être étendue a toutes les entreprises de transport , et la liste des chauffeurs devraient être répertoriés a la préfecture avec obtention d’une carte pro- e réputation, aucun autre système que celui que je propose peut être efficace et rassurant .

Ce système devrait être étendu aux policiers , aux agents municipaux, a tous les services avec un contact client .
Réponse de le 18/08/2020 à 5:46 :
Tu fais de la discrimination dans ton commentaire rien que par ta proposition qui ne concernerait qu'une partie de la population active. Nous vivons maintenant dans une société ou l'unique solution à la discrimination est le communautarisme, comme dans tous les autres pays de la planète depuis la nuit des temps. Nous sommes passé d'une civilisation avancée à une culture tribale en seulement quelque décennies. Seule l'union fait la force face à un système qui divise pour régner.
Réponse de le 18/08/2020 à 13:47 :
Le télétravail n’est pas une norme :
C’est une lubie des GaFA ( nouveaux bobos et Elites )dans l’avenir ça va disparaître car vu le nombre de personnes qui se rendront compte de l’évolution des pathologies mentaux face à l’outil informatique et le télétravail , beaucoup de choses vont changer dans l’avenir, d’ou l’importance aujourd’hui pour les humains de respecter leur corps et leurs besoins conforme à leur nature humaine .
L’humain n’a pas été créé pour rester enfermé devant un écran : il ne peut pas être heureux comme ainsi.
C’était dans les actualités : les violences dans les transports existent et légalement, juste une caméra constitue une preuve ou des témoins.
Réponse de le 18/08/2020 à 15:11 :
Relisez :
La dernière phrase : à tous les services ou il y a un contact client.
Ça inclue toute la société.
Quel entreprise travaille sans client ?
Je suis d’accord avec vous contre la discrimination et les violences , nous devons faire «  un » tous unis contre ces fléaux.
a écrit le 17/08/2020 à 17:20 :
Dans certains commerces, une communauté peu payer le prix affiché alors qu'une autre bénéficiera d'une réduction. Cela m'est déjà arrivé de voir une tarification à la tête du client. Les tarifs devraient être uniques pour chaque consommateur et les "remises" interdites, mais le néolibéralisme favorise la discrimination, quelle soit communautaire ou autre. Nous sommes tous discriminés en permanence : sur notre aspect physique, notre sexe, notre statut social, notre niveau d'éducation... Aujourd'hui, le prix de l'électricité n'est pas le même pour tout les français, le prix de l'eau aussi, les taxes... Il faut arrêter de faire en permanence de la victimisation d'une population par rapport à une autre alors que nous sommes tous victimes dans un domaine ou un autre.
a écrit le 17/08/2020 à 14:18 :
Toute discrimination n'existe que parce que l'on la stigmatise, on veut qu'elle soit réelle pour mieux diviser!
Réponse de le 18/08/2020 à 13:50 :
La discrimination est un filtre ( biais cognitif) qui vient de l’éducation, de l’environnement...
Se remettre en question faire un travail de développement personnel n’est pas donné à tous car ça demande une prise de conscience ou avoir été un jour une victime.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :