Mesure de l'impact : ne réinventons pas la roue

OPINION. Le terme « impact » est entré dans le vocabulaire de tous les dirigeants, publics comme privés, du secteur de la finance, d’entreprises traditionnelles, comme du secteur de l’Économie sociale et solidaire. Mais alors que tous se réclament de l’impact, il est un piège à éviter : l’impact washing, qui, à juste titre, ne génèrerait que défiance. Par Julie de Brux, Associée et Fondatrice de Citizing.

7 mn

(Crédits : DR)

Dès lors, comment mesurer l'impact et comment éviter la cacophonie qui serait liée à des méthodes hétérogènes, rendant les résultats non comparables et non crédibles ? Après les publications de notes extra-financières flamboyantes de grandes entreprises polluantes, le temps est venu de ne plus confondre impact et RSE.

Le secteur public, en avance sur les autres

Pour évaluer l'opportunité de financer des projets publics, L'État estime la quantité et la valeur des impacts économiques, sociaux et environnementaux de ses investissements. C'est même une obligation réglementaire pour les projets de l'État de plus de 20 millions d'euros, avec une contre-expertise de l'évaluation, pilotée par le Secrétariat Général pour l'Investissement (SGPI), lorsque les investissements excèdent 100 millions d'euros (loi n°2012-1558 et décret n°2013-1211 du 23 décembre 2013 relatif à la procédure d'évaluation des investissements publics).

Dans un souci de bonne allocation des deniers publics, il importe donc de savoir si un projet a des chances de créer suffisamment d'impact positif pour la société et la planète pour justifier la dépense.

Sous forme d'une analyse coûts-bénéfices, elle permet de comparer l'ensemble des coûts (d'investissement, d'exploitation, mais aussi les éventuels coûts environnementaux ou sociaux) avec l'ensemble des bénéfices (sociaux, environnementaux, sanitaires, etc.) d'une opération. Ces coûts et bénéfices, ou impacts positifs et négatifs doivent, pour être comparés, être exprimés dans une unité commune, c'est l'unité monétaire. Cet exercice est appelé la monétarisation.

Autre particularité de l'évaluation socio-économico-environnementale : elle nécessite d'estimer l'impact additionnel, c'est-à-dire l'ampleur du différentiel d'impact entre une situation sans projet et une situation avec projet.

In fine, lorsque les impacts différentiels, positifs comme négatifs, sont monétarisés, on peut calculer des indicateurs qui parlent à Bercy et aux financiers : un ROI, ou retour sur investissement, mais pas un ROI financier, un ROI socio-économico-environnemental, que certains appellent le SROI (pour social return on investment). Car entre l'argument « il faut financer l'équipement, car le besoin est important » et l'argument selon lequel « pour chaque euro investi dans l'équipement, 8€ de valeur sociale et environnementale sont susceptibles d'être créés », le deuxième apparait comme bien plus convaincant pour un décideur pragmatique.

Une méthodologie cadrée, qui continue à progresser

Cette approche, reconnue académiquement et internationalement (elle est pratiquée par toutes les banques multilatérales de développement), a tout pour séduire. Pratiquée depuis les années 70, elle a toutefois longtemps été cantonnée dans sa mise en œuvre aux infrastructures de transports et dans une moindre mesure de l'énergie. Une génération de socio-économistes a manqué à l'appel pour la faire véritablement progresser. Cela a notamment conduit à continuer de considérer que la valeur du gain de temps permis par un trajet en voiture était identique à la valeur du gain de temps en train, alors qu'il est évident (outre l'impact environnemental, qui distingue ces deux modes de transports, et qui est bien entendu pris en compte dans l'évaluation), que le temps de trajet en train peut être nettement mieux mis à profit que le temps de conduite, et qu'il génère donc plus d'impact positif.

Depuis le décret de 2013 qui a rendu l'évaluation socio-économico-environnementale et sa contre-expertise obligatoires, ce retard tend à être rattrapé, avec un effort tout particulier du comité d'experts des méthodes d'évaluation et des différents groupes de travail de France Stratégie qui ont actualisé la valeur à attribuer à la tonne de carbone pour se conformer à la trajectoire +2 degrés ; qui ont proposé une valeur des diplômes, encourageant de facto les investissements en capital humain ; plus récemment encore, qui ont progressé sur la façon de prendre en compte et d'évaluer les effets de santé et les opérations globales d'aménagement urbain. Les évaluateurs disposent désormais d'un corpus important, clair et transparent pour évaluer, c'est-à-dire quantifier et valoriser, les impacts pour la société et la planète de bon nombre d'investissements.

Vers l'impact comme critère de valorisation des entreprises ?

Un nombre croissant d'acteurs du secteur privé a désormais recours au calcul de ce fameux SROI.  La fédération des travaux publics par exemple, qui depuis cinq ans, attribue des prix à des collectivités pour leurs investissements à impact, ou encore la fédération des associations de protection juridique des majeurs (tutelles et curatelles), qui a ainsi réussi à convaincre les pouvoirs publics de moins rationner leurs financements en faisant la preuve par l'euro que s'ils n'existaient plus, le coût économique et social serait bien supérieur à leur budget de fonctionnement. Le monde de la finance, et spécifiquement de la finance d'impact, regarde aussi bien entendu cette méthode de près, avec des fonds d'investissement qui ont fait calculer l'effet de levier de leurs investissements en matière d'impact.

Ils sont ainsi quelques audacieux à considérer que pour ne pas être juge et partie, l'évaluateur ne doit pas être une partie prenante interne de l'entreprise. A accepter de prendre le risque de trouver un ROI d'impact inférieur à 1. A préférer les méthodes reconnues académiquement et internationalement aux méthodes prétendument innovantes et dites sur-mesure. A avoir compris, enfin, qu'au même titre qu'une due diligence financière ne se faisait pas en un claquement de doigts, la due diligence d'impact requiert d'y consacrer un peu de temps.

Si les audacieux se multipliaient, on verrait surement le risque d'impact washing s'éloigner un peu. Et lorsque l'impact sera pris en compte dans la valorisation des entreprises au même titre que leur rentabilité financière, alors les entreprises à vocation sociale et environnementale pourront concurrencer les futiles licornes auprès des investisseurs, et la finance durable ne sera plus uniquement un concept marketing.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 17/06/2022 à 10:26
Signaler
La monétarisation n'est valable que s'il y a exercice comptable avec présentation d'un bilan de fin d'année! Dans ce schema là, la monnaie est un "but"! Dés que cela n'est utilisé que pour combler un besoin manifeste la monnaie n'est qu'un "moyen"!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.