PODCAST « 85% des jobs de 2030 n’existent pas aujourd’hui », Alexandre Pachulski (Talentsoft)

 |   |  379  mots
(Crédits : DR)
ÉPISODE 9. Dans cette émission « 40 nuances de Next », Alexandre Pachulski patron de Talentsoft, spécialiste des RH et de gestion des talents, tire les leçons du confinement et du déconfinement pour les ressources humaines dans un monde affecté par l’épidémie de Covid-19.

"40 nuances de Next" est un podcast conçu pendant le confinement par Olivier Mathiot, le président de The Camp, un campus dédié aux nouvelles technologies basé à Aix-en-Provence et Thomas Benzazon, multi-entrepreneur, en partenariat avec La Tribune, Maddyness, l'association France Digitale et la French Tech, le label créé par le ministère de l'Economie.

Pour rappel, Le Next 40 est une initiative lancée par Bercy à l'automne 2019. Il regroupe les 40 plus grosses startups françaises, déterminé sur la base de critères économiques (montant des levées de fonds, chiffres d'affaires, taux de croissance annuelle) porté par le Secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O. Il est donc une référence explicite au CAC 40, les 40 plus grosses capitalisations boursières françaises. Ce Next 40 sera-t-il le prochain CAC 40 ? Ou bien est-il encore un CAC 40 en devenir ? Car la question du monde d'après est là, bien présente. Dans cet après, qui mieux que des entrepreneurs stars pour éclairer les enjeux économiques, d'innovation, de transformation et de mutations nécessaires que cette crise impose à notre société ? Dans chaque épisode, un ou une entrepreneur du Next 40 (cuvée 2019).

Aujourd'hui, l'épisode 9, enregistré à distance, se déroule avec Alexandre Pachulski, le CEO de Talentsoft, qui se veut « le leader européen des applications 100% Cloud de gestion des talents », avec plus de 2.000 clients. Il accompagne le monde des RH dans de profondes transformations : maladie du reporting, manque de confiance, process de recrutement à l'origine des discriminations que l'on connait - et qui ne sont pas étrangères au mouvement #BlackLivesMatter qui agite aujourd'hui de nombreux pays à travers le monde - ; le statu quo n'est plus possible.

Cet entrepreneur du Next40 partage aussi ses réflexions sur les problématiques de croissance inhérentes à toute entreprise : problème d'agilité, de qualité, de culture et de sens. On découvre un homme passionnant, passionné, et obstinément optimiste.

Lire aussi : PODCAST "Lutter contre Amazon est un choix de société", Ismaël Ould (Wynd)

Première partie

Seconde partie

>> Prochain épisode à venir : Jonathan de Contentsquare, la nouvelle licorne une plateforme Saas qui aide les marques à améliorer leur expérience utilisateur.

Lire aussi : A quoi sert le French Tech 120 et qui sont les startups sélectionnées ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2020 à 14:40 :
la connerie est sans limite , surtout quand les lapins qui s'en emparent sont enfermés dans le cloud .
la Tribune ne devrait pas se compromettre avec ce genre d'élucubration .
a écrit le 22/06/2020 à 19:55 :
L'informatique reste du niveau d'un jouet pour gamins, en disons 200 ans de technologie la fiabilité dans toutes les technologies a augmenté de façon fantastique, entre l'amédée bollée de 1890 tellement souvent en panne que le chauffeur était mécano et une Tesla il y a pas photo. Or l'informatique n'est pas plus ou moins fiable qu'il y a 60 ans, ça se plante toujours et se plantera toujours en perdant des données, il y a toujours des virus en cause de programmes mal faits pleins de trous, des disques, des clés usb cramées avec leurs milliers de photos, des smartphones en panne pour une simple chute, quand à l'automobile actuellement une panne grave sur deux pouvant envoyer à la casse c'est le calculateur qui est aussi de l'informatique.
Je ne crois pas à tous ces futurs métiers tant que le taux de pannes sera aussi considérable.,
a écrit le 21/06/2020 à 10:07 :
Il vaut mieux toujours bien réfléchir avant de balancer une "punchline" qui peut rapidement se retourner contre vous.
a écrit le 21/06/2020 à 9:24 :
Comment peut-on sortir un titre pareil ?
a écrit le 20/06/2020 à 15:06 :
N’importe quoi

C’est plutôt 85% des emplois qui seront identique
Les policiers
Le Btp
Les profs
Les fonctionnaires
Le médical
L’aide à domicile et toute les services à là personne
Les usines etc etc
Quelques jobs vont changer mais la majorité sera du même genre

Ce n’est pas du tout sérieux de balancer ce genre de titre et d info
Réponse de le 21/06/2020 à 11:14 :
@billy : non, ce n'est pas sérieux, mais il faut se concentrer sur ce que le gars vend et après on comprend mieux.
a écrit le 20/06/2020 à 10:41 :
Topo 2030 :

Policiers : remplacés par robots , caméra drones , drones armés,

Autorité- santé : remplacé par le greffage d’une puce sur le bras des humains reliés à une plate-forme numérique

Formation- école : greffage d’une puce intelligente dans le cerveau des étudiants reliés à une plate-forme numérique

Mariage : inscription et l’ordinateur fait le choix pour combiner les candidats ( pas le choix pour les candidats)

Morts : liquidifier les corps des morts et utilisation dans l’agriculture verte

Rencontres : tous en hologrammes ou visio à distances , discothèques à distances en visio ...( les humains voyeurs ont débarqué sur terre )

Voyages : lunettes virtuelles

Création de salle de sucides ..

Mégères: remplacement par des robots gentils avec des voix douces

Alimentation : robot cuisinier et serveur , le tout font 5 comprîmes par jours calculé sur l’IMC du corps

Les nations : absences

Le monde : un seul ordinateur IA pour diriger le monde ...

Le tout virtuel , la vie réelle sera le privilège des gens «  de l’innovation d’aujourd’hui « 

Les populations : le trop sera rasé virtuellement( a cause du virtuel ) et le reste maintenu par utilité sur le moment ( interêt )

Les valeurs humaines : absence , le message de l’ordinateur qui dirigera ce monde : «  qu’est ce qu’un humain « ?

....2020 : bon «  il n’ est pas trop tard «  pour les humains ? Pour refuser le schéma futuriste décrit au dessus ?
a écrit le 20/06/2020 à 9:58 :
Désolé de dire que tout job n'existant pas déjà ne seront que virtuel sans corrélation avec le réel! Donc non indispensable!
a écrit le 20/06/2020 à 8:30 :
Bonjour,
Ce n’est pas nouveau, il y a 40 ans c’était déjà comme cela : on disait que 80% des emplois de l’an 2000 n’existaient pas. Et c’est vrai en général, chaque époque voit des métiers disparaître et d’autres se créer, c’est pour cela qu’il faut être optimiste et croire un peu en l’homme, donc l’auteur de l’article n’a rien découvert de nouveau.
a écrit le 19/06/2020 à 20:20 :
Ridicule...
Exit personnel de santé, censurés, profs, artisan@, mécaniciens...
85% ????
Comment la tribune peut-elle laisser ce genre d'inepties sur son journal ?
a écrit le 19/06/2020 à 19:48 :
Les esclaves précaires d'aujourd'hui seront contents d'apprendre qu'en 2030, il en sera ainsi pour 85% des jobs ! Ils se sentiront moins seuls ! ;-p
a écrit le 19/06/2020 à 19:06 :
IL doit se tromper dans la précision du chiffre : non ps 85% mais bien plus certainement 86,27 % ...... sans commentaire
a écrit le 19/06/2020 à 18:46 :
je vais faire reparer ma voiture, peindre mon interieur, et entretenir le jardin avant de ne plus avoir personne pour faire ce travail car tous les gens feront de l'AI, surtout ceux qui n'y comprennent rien ( euh oui pour les reseaux de neurones, y a quand meme une bonne base theorique matheuse) mais ont eu 5 heures de programmtion tensorflow pour faire du reseau convolutif ou recurrent
moi je pense que plombier ou electricien, en 2030, c'est des boulots qui gagneront 10 fois le salaire d'informaticien, tellement ils seront rares
Réponse de le 20/06/2020 à 3:04 :
Aujourd'hui un artisan competent quelque soit sa specialite gagne tres bien sa vie.
Réponse de le 20/06/2020 à 8:39 :
Essayez d’élargir un peu votre champ de vision, dans 10 ou 20 ans il n’y aura peut-être plus de voiture, et concernant votre intérieur, il existera peut être un procédé pour changer la couleur de vos murs sans repeindre. Regardez le film « les visiteurs «  et posez vous la question : croyez-vous qu’au moyen âge on imaginait qu’un « oiseau de fer » pourrait transporter 1000 km plus loin en 1h ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :