Pour l'Iran, la dissuasion se joue dans l'Atlantique, la Méditerranée et l'Antarctique

OPINION. Les atermoiements du régime sur la poursuite des négociations nucléaires et la mise en place de conditions impossibles pour poursuivre les pourparlers bloquent le dossier nucléaire. Tout cela parce que le régime iranien veut mettre en œuvre l'accord de 2015 qui lui permet de poursuivre sa politique belliqueuse, et de développer son programme de missiles. Par Hamid Enayat, analyste et écrivain iranien basé à Paris.

4 mn

Drapeau iranien flottant devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à  Vienne.
Drapeau iranien flottant devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne. (Crédits : Reuters)

Le 29 novembre marque la reprise des négociations nucléaires de l'Iran avec les P4 + 1 (Royaume-Uni, France, Russie et Chine plus Allemagne). Le président Ibrahim Raïssi a annoncé lors d'une cérémonie le 4 novembre, Journée de la lutte contre l'arrogance, que les prochains pourparlers sur le JCPoA (Joint Comprehensive Plan of Action) (l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien) seront "axés sur les résultats".

Les négociations "axées sur les résultats" sont des négociations qui auront des résultats tangibles et, surtout, permettront la levée effective et complète des sanctions. Il avait également déclaré auparavant que l'économie de l'Iran ne devait pas être liée au JCPoA.

Normalisation du commerce extérieur

Téhéran est déterminé à négocier pour assurer la normalisation de son commerce extérieur et de ses relations économiques ainsi que pour obtenir des garanties crédibles que les parties prenantes de l'accord ne quitteront pas le JCPoA. Mais la question est de savoir si les conditions et les exigences d'une négociation "axée sur les résultats" sont celles que le président souhaite.

L'apparition de certains signes indique qu'il n'y a pas de terrain à une négociation "axée sur les résultats", car les positions de chacun restent inchangées.

À cet égard, l'Iran ne considère pas ses programmes de missiles et son comportement régional comme négociables et exige la levée de toutes les sanctions. Il en attend des retombées concrètes pour la situation économique avec comme indice les investissements de grandes entreprises.

D'autre part, les Etats-Unis considèrent que toute concession à l'Iran dans ces négociations est conditionnée à la modification de ses programmes de missiles et de son comportement régional. Washington et la troïka européenne s'inquiète de voir l'Iran accumuler à court terme le matériel nécessaire à la fabrication d'une arme nucléaire.

Ils ont également des problèmes en ce qui concerne la façon dont l'Iran traite l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique, et plus particulièrement la question du protocole additionnel, ou "garanties nucléaires". Par conséquent, les conditions annoncées font partie des conditions impossibles.

Aucun changement dans le comportement régional

Mais le signe le plus important de l'échec qui s'annonce pour les pourparlers du 29 novembre est que l'Iran envoie à l'Occident le message que certaines de ses opérations dans le golfe Persique et la mer d'Oman visent essentiellement à soutenir le moral de ses forces dans la région. L'Iran n'envisage aucun changement dans son comportement régional et s'efforce constamment de déstabiliser la région et les forces alliées des États-Unis.

De fait, nous ne devons pas miser sur les négociations du 29 novembre ni celles qui suivront, mais considérer que le JCPoA agonise et va mourir.

Les propos de Fereydoun Abbasi, député iranien de la commission de l'Energie, confirment pleinement cette théorie. Il affirme que dans le gouvernement de Hassan Rohani, la base des négociations était fondée sur la désescalade, ce qui impliquait un abandon des travaux nucléaires tout en faisant des compromis avec l'Occident.

Cependant, a-t-il ajouté, "le gouvernement actuel croit en la "dé-menace", qui est enracinée dans la résistance." Le retrait des menaces signifie la levée de toutes les sanctions. Qu'il s'agisse des sanctions fondées sur le JCPoA ou de celles dues au terrorisme et aux violations des droits humains.

"Si les gens veulent l'indépendance et résoudre leurs problèmes de subsistance, ils doivent savoir que le hardware soutient le software dans les négociations", explique Fereydoun Abbasi. Le hardware se réfère exactement à la possession d'une arme nucléaire. Le régime iranien pense que si le hardware ne soutient pas le software, comme ce fut le cas du Japon après sa défaite de la Seconde guerre mondiale parce qu'il n'avait pas de bombe atomique, il faudra faire toutes les concessions que les Américains exigent.

À l'heure actuelle, l'économie iranienne est en quelque sorte prise en otage par ses relations extérieures, et dernières sont prises en otage par le JCPoA. Il ne faut donc pas s'attendre à ce que la situation économique s'améliore, car, comme le dit Téhéran : si nous n'avons pas de bombe dans les négociations, ou si nous ne sommes pas sur le point de la produire, nous devrons faire ce qu'on nous demande.

Plusieurs générations seront sacrifiées

Non seulement il faudra que l'Iran renonce à son influence régionale et au développement de ses missiles, mais, à l'étape suivante, il lui faudra respecter les droits humains, auquel cas la dictature religieuse fondra comme neige au soleil. Par conséquent, les théoriciens du régime estiment que plusieurs générations seront sacrifiées, mais qu'il faudra le faire pour atteindre la bombe atomique.

Abbasi estime que "la dissuasion doit être étendue non seulement au-delà des frontières, mais au-delà des pays voisins ; la dissuasion de l'Iran se situe dans l'Atlantique, la Méditerranée et l'Antarctique, et nous devons donc travailler sur les facteurs d'influence (pour se doter) du nucléaire, car les symboles de la puissance de tout pays, y compris de la République islamique, se manifestent dans une présence importante dans certaines zones."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.