Pour une bonne Santé, soignons notre État

 |  | 1081 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. L'efficacité d'un système de santé repose davantage sur la qualité de la coordination de ses acteurs de soin que sur le niveau de son budget. Par Aurélien Véron.

L'ampleur de la pandémie du Covid19 a surpris presque la planète entière. Personne n'avait jamais envisagé le confinement de la moitié de l'humanité. Tous les Etats ont vu leur modèle de santé et leur capacité logistique durement éprouvés en un temps très court. La France a découvert ses personnels soignants démunis en gants, surblouses et masques. Les lits manquaient ainsi que les médicaments, les tests et les respirateurs artificiels. Tout ceci aurait pu être vite rattrapé avec une organisation réactive, mais pas avec un lourd appareil de planification. Le marché concurrentiel et le système D ont finalement pallié l'inertie des autorités publiques et les carences béantes d'une bureaucratie de la Santé qui a été la meilleure alliée du coronavirus.

L'exemple des Etats-Unis

L'efficacité d'un système de santé repose davantage sur la qualité de la coordination de ses acteurs de soin que sur le niveau de son budget. L'exemple des Etats-Unis l'illustre bien avec 18% de leur PIB consacré à la Santé, de loin le taux le plus élevé au monde. Entre 2001 et 2018, le budget de la Santé a néanmoins progressé 2,5 fois plus vite que le PIB en France à un taux de 3,1% par an. Notre pays investit 11,2% de la création annuelle de richesse dans notre système de Santé, autant que l'Allemagne et bien davantage que les 8,8% de moyenne de l'OCDE. Or, l'excellence reconnue de nos personnels soignants est récompensée par des rémunérations très inférieures aux standards européens. L'encadrement de plus en plus restrictif des tarifs et honoraires pénalise quant à lui les praticiens indépendants (donc leurs clients) et décourage les vocations. Où est donc passé le budget de la santé?

Depuis des décennies, le gouvernement français n'a cessé de renforcer les administrations à la vision principalement comptable. Aux 17.000 emplois du ministère de la Santé (sans compter les consultants) s'ajoutent ceux de la DGS, des 18 ARS, de la HAS, de la DGOS, du HCSP et d'une multitude d'organismes nationaux, régionaux et départementaux couvrant plusieurs fois les mêmes missions de santé. A ceux-là s'ajoutent les 100.000 personnels administratifs de nos hôpitaux. Ces derniers ont évidemment été plongés dans des déficits croissants par cet esprit de planification. Leurs budgets d'investissements ont par conséquent été sabrés ainsi que leurs capacités logistiques.

Comme cela ne suffisait pas, Emmanuel Macron a demandé l'ajout d'un Conseil Scientifique et d'un Comité analyse recherche et expertise pour éclairer le gouvernement sur les décisions à prendre (oubliant au passage MSF, pourtant très en pointe dans la lutte contre les épidémies). Malgré ce constat, des élus de droite veulent très sérieusement « interroger le libéralisme », voire même exiger « d'abandonner la pensée bruxello-budgétaro-néolibérale ». Le coronavirus a manifestement dû contaminer les esprits.

 "Mammouth de la Santé"

La multitude de procédures et de directives de ce « mammouth de la Santé » a freiné ou  bloqué des initiatives vitales : réalisation de tests du Covid19 par des laboratoires de ville, récupération auprès de cliniques vétérinaires de masques respiratoires ou des produits anesthésiques pourtant adaptés aux humains. Ajoutons la liquidation de producteurs historiques de masques par non-respect des commandes promises par l'Etat et le refus de productions françaises de masques par absence d'homologation de la part d'administrations dépassées. Les pharmacies n'ont plus osé commander de masques de peur qu'ils soient réquisitionnés. Enfin, les Ehpad sont les victimes les plus tragiques de cette bureaucratie prétendument au service de notre santé. La protection de ces établissements hébergeant plus de 600.000 personnes âgées ne devait pas rentrer dans leurs procédures.

Le cloisonnement idéologique entre les différents acteurs de soin a toujours été privilégié à une coordination plus performante. Le recours aux cliniques privées a souvent démarré très tard alors que des hôpitaux publics refusaient des patients. Par chance, quelques cliniques et hôpitaux avaient spontanément organisé des partenariats et des médecins de tous horizons faisaient évoluer leurs pratiques en formant des groupes de discussion sur internet.

Dernier aspect non négligeable, la sécurité sociale contribue aussi à cette soviétisation rampante de la Santé en étant un simple guichet payeur. Le seul moyen de la transformer, c'est d'ouvrir ce monopole à la concurrence des mutuelles et assurances privées autour d'un socle de soins jugés nécessaires et universels. Ces dernières promettent d'être plus efficaces dans l'accompagnement de leurs assurés en termes de prévention et de négociations tarifaires satisfaisantes pour tous.

Mobilisation de volontaires et d'entreprises sans coordination de l'Etat

Tandis que les personnels soignants se mobilisaient avec les moyens du bord, le pays est sorti de sa torpeur avec l'annonce de commandes massives par LVMH, vite rejoint par Décathlon (aux masques de plongée adaptés aux respirateurs), Lidl, Michelin (aux masques rechargeables en filtres lavables) et Kering. Des simples enseignants en technologie fabriquant des visières protectrices aux fleurons internationaux, tout notre tissu de volontaires et d'entreprises s'est mobilisé sans aucune coordination de l'Etat. Des biotechs ont lancé des kits de dépistage fiables et rapides. D'autres PME innovantes travaillent sur des purificateurs capables de décontaminer des espaces clos (transports en commun, écoles, commerces...). Air Liquide et d'autres entreprises ont lancé des chaînes de production de respirateurs artificiels. Nos personnels soignants ont finalement obtenu le matériel requis grâce à la réactivité et à la solidarité du monde capitaliste tant décrié par les adeptes du « grand retour de l'Etat ».

Nous devons repenser notre modèle de santé autour des personnels soignants bien mieux rémunérés. Ces moyens supplémentaires seront financés par les économies tirées de la suppression des autorités, agences et services administratifs aussi inutiles qu'irréformables. Médecine ambulatoire, labos de ville, pharmacies, hôpitaux et cliniques privées doivent construire des coopérations régionales dans une organisation décentralisée. C'est ce modèle qui a été le plus réactif dès le démarrage de cette crise.

Décentralisons les pouvoirs et abandonnons le cloisonnement idéologique public/privé. Le vrai retour de l'Etat sera celui d'un Etat plus mince et plus efficace. Libérons enfin le système de Santé de ses carcans pour le rendre à nouveau réactif et performant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2020 à 9:46 :
Les ministres autrichiens vont donner un mois de salaire à une organisation de leur choix luttant contre le nouveau coronavirus, en signe de solidarité avec les nombreux salariés ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie, a indiqué le gouvernement lundi.
a écrit le 21/04/2020 à 2:06 :
Voila un vrai libéral , en pleine crise du covid, il veut un état plus mince mais plus efficace.
Une bonne cure d'amaigrissement du système de santé pour plus de productivité.
Ben voyons.
a écrit le 21/04/2020 à 0:22 :
> ..soviétisation rampante...

Attention à la terminologie. Pour ce qui concerne les épidémies et d'autres éventements majeurs de ce genre demandant la mobilisation, le système de santé soviétique était au contraire très efficace.
a écrit le 20/04/2020 à 21:20 :
Les derniers sursauts de la Bête en sursis
Pathétique
a écrit le 20/04/2020 à 17:45 :
L’assurance maladie gère des million d’actes par jour avec une productivité record plus efficace que les assurances et mutuelles santé qui s’appuient d’ailleurs pour beaucoup sur ce système d’information.
Si l’on devait privatiser l’assurance maladie , comme proposé, cela nécessiterait pour
Le privé d’énorme investissement et générerait une multitude de système de remboursement différent.
Je ne suis pas sûr que l’assuré soit mieux couvert et que cela améliore l’efficacité du parcours et la qualité des soins.
En revanche le décloisonnement du parcours de soins sera impératif quitte à bousculer
Le positionnement de certains professionnels de santé.
De même, je suis assez en accord sur la réduction du nombre d’organisme de santé public.
Quand à l’augmentation des rémunérations des professionnels de santé hospitaliers au dépend des administratifs c’est assez clivant.
Je préfère une rationalisation des systèmes administratifs pour favoriser la rémunération et l’effectif du personnel soignant favorisant de meilleures conditions de travail.
Quand a la mobilisation du privé, cela a favoriser leur image sans un impact significatif sur la situation.
En fait cet article est un plaidoyers pour une privatisation pure et dure de notre système de santé .
a écrit le 20/04/2020 à 17:35 :
Recentrons l'état sur ses fonctions régaliennes, sécurité, santé, justice, représentation étrangère, pour le reste chacun peut en faire son affaire. Ce président est globalement incompétent car il cumule les tares du système, ENA, banquier, ministre, hautain, dédaigneux, entourés d'incapables. Y aura-t-il un lee harvey oswald quelque part.
Réponse de le 21/04/2020 à 9:20 :
Et il lui manque l'essentiel : pas d'enfants, pas de relations avec la France profonde (campagne, travailleurs de base, personnes en difficulté, français hors élite...), jamais été élu avant la présidence...
a écrit le 20/04/2020 à 17:27 :
En france l'etat relevant de la psychiatrie, devant le manque de moyen je propose qu'on le traite a l'ancienne, electrochocs, douche glacée et camisole chimique POUR QU'ENFIN IL FOUTE LA PAIX AUX FRANCAIS
Réponse de le 20/04/2020 à 18:27 :
Votre remarques est - elle constructive ? Que proposez vous ?
a écrit le 20/04/2020 à 16:49 :
"Dorénavant nous ne sommes plus en sécurité nulle part" étrange phrase qu'affirmait notre président peu avant ou juste après son élection. Phrase mystère qui quelques années après prend une drôle de tournure... même s'il ne devait pas penser que ça irait jusqu'à l'obligation de porter un masque devant les caméras et appareils photos !
a écrit le 20/04/2020 à 16:21 :
Du coup , pas sûr que la robotisation règle les problématiques de santé .
L’idéal seraient des équipes pour chaque domaines d’actions mais qui peuvent être polyvalentes et « efficaces « 
Les hôpitaux privés pouvaient accueillir des urgences( pandémie )mais les autorités ont refusé... c’est un fait incompréhensible ( en cas d’urgence)
a écrit le 20/04/2020 à 15:58 :
Il y a surement des coups de balais à donner dans les services administratifs redondants crées par les excès de la régionalisation, beaucoup d'ARS ont montré leurs inefficacité voire leurs nuisance.
Quand à critiquer une approche comptable de la médecine, vieille rengaine marxiste, cela existe dans tous les pays et est nécessaire à une médecine moderne et efficace. Les investissement sont très lourds parfois : Scanners/IRM à plusieurs millions d'Euros partout : pas sur que ce soit nécessaire. Multiplier les urgences et les équipes de SAMU à 4/5 personnes, pas sur non plus...en temps normal, beaucoup trop de bobologie pouvant être traité par des médecins/infirmiers.
On fabrique des milliers de respirateurs en urgence, mais les médecins se rendent comptent maintenant qu'un excès d'oxygène altère les cellules pulmonaires et les utilisent moins : on en aura trop au bout du compte.
Il faudra analyser tout cela tête reposée et laisser la médecine hors des combats idéologiques.
a écrit le 20/04/2020 à 15:55 :
Le système mondialiste a muté ; ( à sens inverse pour intérêt financier , comment sélectionner économiquement sans trop se mouiller et avancer en sous marin )
Nous ne sommes pas c ****...
Nous voyons ce qu’il se passe exactement dans le monde et le pourquoi du comment ...
Je peux vous prédire l’avenir et ce qui va venir après , leur puzzle plan D est «  clair mais pas clean.
a écrit le 20/04/2020 à 15:33 :
Pendant 50 ans : avantages + « glandouille »
= n’est pas égale à efficacité...
Le système est pourrie.
a écrit le 20/04/2020 à 15:31 :
"Aux 17.000 emplois du ministère de la Santé (sans compter les consultants) s'ajoutent ceux de la DGS, des 18 ARS, de la HAS, de la DGOS, du HCSP et d'une multitude d'organismes nationaux, r"égionaux et départementaux couvrant plusieurs fois les mêmes missions de santé. A ceux-là s'ajoutent les 100.000 personnels administratifs de nos hôpitaux."
Tout est dit. Une administration trop lourde, couteuse et complexe et pas assez d'argent pour les soignants.
a écrit le 20/04/2020 à 15:30 :
la sante francaise c'est comme l'education nationale
plus y a des cris de singes sociaux et plus y a de postes de profs, moins les enfants savent lire et ecrire, et plus la france recule au pisa
il faut bien avouer qu'avec le nivellement par le bas de la gauche qui interdit aux enfants de savoir lire pour ne pas stigmatiser ceux qui n'en n'ont pas la chance de savoir eux, c'est pas etonnant
pour la secu c'est pareil
et plus c'est administre d'en haut plus on sait ce qu'il va se passer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :