Quand la mort de Chirac efface Macron et son « nouveau monde »

 |   |  780  mots
Avec habileté, Claude Chirac, la fille de l'ancien président, met très vite à distance l'Élysée, malgré l'envie d'Emmanuel Macron de s'emparer de « l'événement ».
Avec habileté, Claude Chirac, la fille de l'ancien président, met très vite à distance l'Élysée, malgré l'envie d'Emmanuel Macron de s'emparer de « l'événement ». (Crédits : Reuters)
LE POLITISCOPE. Le décès, la semaine dernière, de Jacques Chirac, a déclenché un vent de sympathie pour l'ancien président mais aussi de nostalgie pour une époque révolue, entachant l'image de ce "nouveau monde" vanté par Emmanuel Macron. Le jeune président a même été tenu à distance par l'entourage familial de son prédécesseur lors des obsèques nationales. Par Marc Endeweld, journaliste (*).

Comme un grand vent de nostalgie : les obsèques de Jacques Chirac ont amené le monde politico-médiatique à une étrange introspection collective. Quasiment tous les JT et les chaînes « tout info » ont célébré à cette occasion la France des années Chirac, sur le thème du « c'était mieux avant », le regard centré sur le rétroviseur. Une France à la recherche du temps perdu.

Lire aussi : L'ancien président Jacques Chirac est décédé

L'heure était bien sûr aux hommages. Exercice obligé qui gomme forcément les insuffisances, voire les turpitudes de ce qu'a pu être le règne de Jacques Chirac. Ici ou là, pourtant, certains ont osé les critiques, les uns raillant l'immobilisme de ces années-là, les autres célébrant le grand mouvement social de 1995. Alain Juppé, Premier ministre, affirmait vouloir rester « droit dans ses bottes ». Avec le temps, comme une douce ironie historique, la nostalgie a gommé ces antagonismes. Chirac, l'homme de la dissolution et du référendum, est aujourd'hui célébré comme « un homme qui aimait les gens ». Un constat répété par ses fidèles comme par ses anciens adversaires.

Lire aussi : Chirac, un pragmatique adepte du grand écart économique

Derrière la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2019 à 20:11 :
Mr Macron, qui veut nous faire entrer dans le monde Anglo-saxon de la finance internationale. Malgré les suicides d'agriculteurs, les suicides des policiers, les suicides du monde hospitalier Ect...

Macron, qui prône le mondialisme avec les pays sous développés émergents et qui
qui condamne le Brésil de brûlé la forêt Amazonienne????

Mr Macron est le seul responsable du génocide qui se passe dans la France.
Il provoque avec sa mondialisation bancaire, un désordre sociologique et comportemental d'une France d'origine rurale et d'un art de vivre à la Française.

Quand je vois ma banquière, je vois Mr Macron. Hélas!

Nous faisons partie du G7, mais Macron encore un ado de la politique veut
devenir le numro 1. Il veut devancer son prof, TRUMP.
a écrit le 07/10/2019 à 17:34 :
Chirac : le roi fainéant , qui recevait de promoteurs immobiliers des valises de billets à l'hotel de villede PARIS dixit Juppé ?, . Et qui n'a rien fait ,laissant le travail des réformes à MACRON . Marrant que personne ne relève que le LIBAN avait déclaré un jour de deuil . Quand on connait les moeurs libanaises vis a vis de l'argent , tout est dit .
a écrit le 07/10/2019 à 12:35 :
Comme d'habitude: "On sait ce que l'on perd mais pas ce que l'on gagne", depuis Chirac on y a perdu par deux fois et donc, il n'y a pas de 2 sans 3!!
a écrit le 07/10/2019 à 12:21 :
C'est une blague, la seule nostalgie c'est qu'on avait 35 ans de moins.

Le vrai bilan du chiraquisme c'est 35 ans de traitrise et de coups bas en politique, de corruption, de fraude électorale, de "france-à-fric", d'amitié et de soutien à des dictateurs sanguinaires, d'abus généralisé et de détournement et de dilapidation des biens publics.

Macron a été tenu à l'écart mais s'est aussi volontairement gardé éloigné. Ce sont deux générations qui ne se sont pas connus. Chirac n'a jamais rencontré Macron, qui ne l'a jamais connu en dehors des livres d'histoire.
a écrit le 07/10/2019 à 11:51 :
!
la défiance est générale chez les français ! ce nouveau monde rejeté n est il pas le déclin de la France ? agriculture et CETA ! malbouffe a venir
a écrit le 07/10/2019 à 11:51 :
!
la défiance est générale chez les français ! ce nouveau monde rejeté n est il pas le déclin de la France ? agriculture et CETA !
a écrit le 07/10/2019 à 9:04 :
"Le jeune président a même été tenu à distance par l'entourage familial de son prédécesseur lors des obsèques nationales."

Oui mais ce n'est pas pour cette raison, ça c'est fait entre corréziens et proches, ce que cultivait Chirac cette familiarité avec les gens, et Macron ne l'était pas tout simplement pas la peine d'aller chercher un quelconque symbole là dedans.

Par ailleurs si vous arrivez à lire le jeu de notre président actuel de grâce donnez nous vite le monde d'emploi svp ! Parce que serviteur acharné de la finance et de l'oligarchie, je ne vois là aucun élément pouvant affirmer qu'il serait un précurseur d'un nouveau monde quelconque !

C'est une politique vieille comme le monde justement, il serait temps aussi de poser ce regard là, avec internet nous voyons parfaitement que nos démocraties ne le sont que de façades et que ce sont toujours au final les mêmes mains à en tirer le ficèles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :